background preloader

Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique

Facebook Twitter

Qu'est-ce que la cyberdépendance ? Cyberdependance.ca - Quand l'utilisation d'Internet devient un problème. Dépendance à Internet. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance à Internet (également nommée cyberdépendance cyberaddiction usage problématique d'Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI)) désigne un trouble psychologique entraînant un besoin excessif et obsessionnel d'utiliser un ordinateur et interférant sur la vie quotidienne.

Des activités en ligne, telles que l'achat en ligne, si faite en personne, peuvent être considérées comme problématiques si celles-ci sont compulsives. Signes et symptômes[modifier | modifier le code] D'après le spécialiste français Romain Cally « sur le web, la compulsion apparaît lorsque l'internaute ne juge plus son comportement normal, mais ne peut pour autant éviter de se connecter. Symptômes psychologiques allégués[9] : Symptômes physiques allégués[10] : yeux secs ;maux de tête migraineux ;maux de dos ;syndrome du tunnel carpien ;repas irréguliers ou sautés ;mauvaise hygiène personnelle ;insomnies ou changements dans le cycle du sommeil.

D. Psychologie : Tribune : la cyberdépendance chez les jeunes. Ci-dessous, un communiqué qui nous a été transmis cette semaine. Une enquête réalisée sur 100 000 adolescents japonais révèle qu'utiliser Internet peut engendrer une dépendance au même titre qu'une drogue. Nicolas Oliveri, enseignant-chercheur en communication à l'IDRAC et auteur de « Cyberdépendances.

Une étude comparative France-Japon » et « Les jeux vidéo : quand jouer c'est communiquer », revient sur le phénomène de l'otakisme japonais, phénomène de relation fusionnelle aux nouvelles technologies et donne sa vision de cette cyberdépendance en France chez nos jeunes et ses risques. 1. Cette enquête révèle que 8,1% des lycéens et collégiens japonais souffrent d'une dépendance à Internet, que cela soit aux échanges de messages, aux jeux ou aux autres activités en ligne et seraient incapables d'arrêter (les lycéens (9,4%), collégiens (6%), mais aussi plus les filles (9,9%) que les garçons (6,4%)). 2. 3. 4. On ne peut pas véritablement parler de caractère nuisible pour la santé. 5.

L'addiction aux smartphones, une maladie ? - 23 juin 2014. ACCRO. Etes-vous facilement distrait par votre smartphone ? Difficile de vous en séparer ? Etes-vous constamment en train de le consulter sans raison particulière ? Il y a des risques que vous soyez accro et même que vous ayez besoin de l'aide d'un psychologue. Singapour et Hong-Kong détiennent le record du plus grand nombre d'utilisateurs ASIE. Singapour et Hong Kong détiennent le record régional du plus grand nombre d'utilisateurs de smartphones par habitant, selon un rapport publié l'an dernier par le cabinet d'étude Nielsen. 87% des 5,4 millions de Singapouriens sont ainsi munis d'un téléphone multifonctions, contre 65% aux Etats-Unis. ADDICTION. Les patients viennent pour des troubles liés au stress et à l'anxiété, mais je me rends compte que leur mécanisme de survie est de se connecter en ligne et d'aller naviguer sur les réseaux sociaux", explique Adrien Wang, psychiatre au centre médical de Gleneagles.

ÉTUDIANT. TROUBLE. CENTRES. SYMPTÔMES. SENSIBILISATION. Suivre l'actualité grâce aux fils RSS - Sciences et avenir. Avis de spécialistes de l'addiction au numérique. Journée sans téléphone mobile : et si on décrochait ? Pour l’expert en comportement Thierry Le Fur, il est indispensable de trouver « les conditions d’un usage adapté ».

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Marlène Duretz Une journée sans téléphone mobile ? Depuis 2001, Phil Marso, instigateur de la journée mondiale sans téléphone mobile, encourage à réfléchir sur le « mobilou » chaque 6 février, le jour de la saint Gaston – et sans déplaire à Nino Ferrer et à son « téléphon qui son’/Et y a jamais person’ qui y répond ». Autant demander l’impensable et tenir à l’impossible une majorité de détenteurs de ce doudou connecté, que 60 % des Français consultent dans la première heure suivant leur réveil et que 30 % dégainent entre dix à vingt-cinq fois par jour, et 13 % cinquante fois et plus.

En considérant que les enfants sont, dès l’âge de 2 ans, derrière les écrans, « nous serons en moyenne connectés plus de cent mille heures, à l’échelle d’une vie, comptabilise Thierry Le Fur. A quoi reconnaît-on une addiction numérique ? VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté» SANTE A l'occasion de la sortie du MOOC de l'université de Nantes sur l'addiction numérique, Didier Acier, professeur de psychologie clinique fait le point sur ce phénomène... Propos recueillis par Delphine Bancaud Publié le Mis à jour le Un phénomène de société qui est devenu un sujet d’étude. C’est ce lundi que l’université de Nantes lance un Mooc sur l’addiction au numérique. L’occasion pour 20 minutes de faire le point sur ce fléau avec Didier Acier, professeur de psychologie clinique à l’université de Nantes.

Qu’entend-on par addiction au numérique? Beaucoup de Français ont un usage excessif des nouvelles technologies et peuvent passer une trentaine d’heures sur les écrans. Quelle est l’ampleur du phénomène en France? Il reste rare, puisqu’il concerne 2% de la population française, mais il risque fort de progresser dans les années à venir avec la multiplication des objets connectés. Qui en sont les principales victimes? Les «digital natives». Comment savoir si l’on est cyberdépendant? Cyberdépendance: «Le véritable danger, c'est l'isolement» La cyberdépendance est-elle la nouvelle menace venue du Web? C'est ce que semble indiquer un rapport parlementaire rendu public ce mercredi. Elisabeth Rossé est psychologue au centre médical Marmottan, où elle prend en charge des cyberaddicts.

Elle explique le phénomène pour 20minutes.fr. Qui sont les cyberdépendants? Tout dépend du type d'addiction. Au premier rang de ces addictions, et de loin, on trouve les MMORPG (jeu de rôle en ligne massivement multijoueur), qui concernent clairement les adolescents, à 98% des garçons. Mais il y a aussi la dépendance aux sites pornographiques, très présente, qui touche plutôt une population âgée de 30 à 40 ans. Comment sait-on qu'on est cyberdépendant? Quels sont les risques? Comment les adolescents deviennent-ils accros aux MMORPG? Certains sont-ils plus vulnérables que les autres?

Que faut-il faire? Le mot de la fin? La cyberaddiction existe-t-elle ? L’addiction dépasse en effet dans les discours les plus divers la simple préoccupation, certes légitime, de soignants ou de responsables de santé publique envers des sujets en souffrance. Elle représente aujourd’hui une forme dominante de représentation du mal-être, voire de la condition de l’individu dans la société. Avec par exemple Alain Ehrenberg [1, 2], le constat peut être fait que l’addiction est devenue, avec la dépression, « la » pathologie emblématique de la société actuelle, au même titre que l’hystérie, ou plus généralement la névrose, l’avaient été au temps de l’invention de la psychanalyse par Freud.

À l’époque victorienne, il était important de savoir « se tenir », de camoufler ses sentiments, de mettre en avant le devoir et de masquer le désir : l’hystérique posait alors problème, les liens des symptômes aux organes génitaux, puis au cerveau, enfin au désir et à l’histoire du sujet devenant les grandes questions théoriques de l’époque.

Écrans : l'addiction virtuelle. À part une infime minorité de cas, la plupart des spécialistes refusent de considérer la pratique intensive de l’ordinateur et des jeux vidéo comme une addiction. La cyberaddiction est à la mode. Internet, l’ordinateur, les jeux vidéo soulèvent autant d’enthousiasme que d’inquiétude. L’inquiétude s’étend même à l’ensemble des technologies que sont les téléphones portables, les assistants personnels informatiques, les lecteurs MP3, notent les psychiatres Marc Valleur et Jean-Claude Matysiak (1). Alors ces supports provoquent-ils vraiment des addictions ? Le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron (3) prend, quant à lui, l’exemple des jeux aux enchères en lign [ lire la suite... ] Article de 2451 mots.

Témoignages. Addiction à Internet - Il a vécu 6 mois sans le net. Un jour, Thierry Crouzet a coupé Internet. Victime d’un burn-out, d’une overdose numérique. Blogueur influent, geek connecté jour et nuit sur les réseaux sociaux, expert des nouvelles technologies, il a quitté la toile pendant six mois, pour se sevrer. Aujourd’hui, l’ancien addict est devenu un internaute modéré.

Il revient sur sa vie de « débranché ». Propos recueillis par Margaux Rambert La nuit du 14 février 2011, vous faites une crise d’angoisse et finissez à l’hôpital. Thierry Crouzet : Allongé sur mon lit d’hôpital, j’ai tout de suite pris mon téléphone pour regarder mes mails et ce qui se passait sur les réseaux sociaux. Votre conclusion, c’est que vous étiez victime d’un burn-out numérique… T.C : Oui. Plus aucun accès à Internet pendant six mois… Pourquoi ce choix d’une déconnexion totale ? T.C : Je ne savais pas ce qui posait problème. Avant cette prise de conscience, vous sentiez-vous accro au net ? T.C : Non, ou alors comme d’autres sont accros à leur travail. Cyberdépendance : confessions d'un ado « no-life »

L'addiction au numérique: un fait de société à part entière. Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? 1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Pour un certain nombre d'entre eux, la navigation sur Internet ou les jeux (notamment en ligne) sont devenus une drogue dont ils ne peuvent plus se passer. Si selon les psychanalystes, aucune technologie ne porte en elle-même d'effet addictogène, l'addiction ne pouvant être générée que par une pratique particulière de l'objet en cause, liée à d'autres facteurs complexes (situation du sujet, environnement familial, contexte social...), la cyberdépendance semble prendre de l'importance. 6 à 8 % des internautes seraient ainsi dans l'usage excessif ou dépendant du réseau informatique.

Les raisons de cette addiction ne sont pas forcément bien décryptées. Il est certain qu'Internet change le rapport au temps. Selon M. Articles de recherches sur les usages problématiques d'internet - Fédération Addiction. Les usages exponentielles d’internet font partie des enjeux de notre société, entre nouveaux modes d’attachement et modification du lien social.

Deux articles récemment publiés par Marie Danet et Raphaële Miljkovitch traitent de ce nouveau rapport au virtuel et permettent d’identifier des pistes de prises en charge et de Réduction des Risques. Le premier est une revue de la littérature paru dans Psychologie Française concernant l’usage d’Internet en lien avec les styles d’attachement (usage problématique et non problématique). « Monde virtuel : enjeux et risques liés à l¹attachement » L’attachement étant un déterminant majeur des interactions sociales, ce travail met en lumière le rapport entre difficultés relationnelles et usages excessifs d’internet. L’identification des facteurs motivant le recours des personnes insécures à Internet vise à adapter les prises en charge d’une utilisation excessive. L'Université de Nantes lance son premier MOOC collaboratif sur l'addiction au numérique. Le numérique est désormais partout. Pouvons-nous nous passer des écrans ?

Sommes-nous addicts au numérique ? Qui sont les dealers du numérique ? Comment bien vivre avec Internet ? @ddict ? Question de société très actuelle, les usages du numérique et les risques associés seront le sujet de ce premier MOOC qui viendra enrichir la plateforme FUN (France Université Numérique) recensant l'intégralité des MOOC produits par les établissements d'enseignement supérieur français. Le MOOC construit par l'Université de Nantes permettra de mieux comprendre les différents usages du numérique, notamment les usages à risque et les addictions.

Les flux RSS de l'Université de Nantes. Vous êtes ici : Accueil université > L'université A- A+ Aa Qu'est-ce qu'un flux RSS Les fils RSS sont des flux de contenus gratuits en provenance de sites Internet. Ils incluent les titres des articles, des résumés et des liens vers les articles intégraux à consulter en ligne.Plutôt que de naviguer sur plusieurs sites pour suivre l'actualité, la technologie RSS vous permet d'être informé dès qu'un nouveau contenu est mis en ligne sur l'un de vos sites préférés.Vous pouvez les utiliser comme des signets ou marques-pages, mais aussi les rassembler à l'aide de lecteurs de flux pour avoir toutes vos informations en un seul coup d'oeil.

Abonnez-vous à toutes nos actus ! NB : Sur chaque site intégré au site de l'université, vous retrouverez le sigle RSS (dans l'encadré droite de chaque page), qui vous permettra de vous abonner au flux spécifique du site que vous êtes en train de visiter. @ddict, un Mooc sur l'addiction au numérique. Enseignement - formation Du 22 décembre 2014 au 20 février 2015 L’université de Nantes, en collaboration avec le CHU, lance le 22 décembre @ddict, un Mooc (cours en ligne ouvert aux masses) sur l’addiction au numérique. Interdisciplinaire, collaboratif et ouvert à tous, ce cours en ligne a pour objectif d’analyser les nouvelles pratiques numériques et les addictions qui en découlent.

Le numérique est désormais partout. Pouvons-nous nous passer des écrans ? Sommes-nous addicts au numérique ? Comment bien vivre avec Internet ? Pour étudier ces questions, l'université de Nantes et l'institut fédératif des addictions comportementales (Ifac) ouvrent un Mooc pluridisciplinaire et ouvert à tous pour échanger sur nos usages du numérique et leurs conséquences dans nos vies. Chaque semaine, une thématique sera discutée sous la forme de questions auxquelles les participants devront chercher à répondre. Rendez-vous pour les inscriptions sur le site Fun (France université numérique). Type : Accro au jeu vidéo ? Le jeu vidéo est aujourd’hui un loisir qui concerne toutes les tranches de la population.

Une enquête montre que 53 % des Français1 jouent régulièrement et 68 % occasionnellement. Qui joue le plus ? A quel type de jeu ? Pourquoi certaines personnes deviennent-elles addictes ? Quels sont les signes d’alerte d’un usage excessif ? Comment traiter cet usage problématique ? Qui joue ? Les derniers chiffres1 (octobre 2017) montrent que les plus gros joueurs se situent dans les tranches d’âge : 10-14 (95 %), 15-18 (92 %) et 19-24 (91 %). A quel type de jeu jouent les joueurs ? Dans le classement 2017 des 10 premiers jeux vendus en France toutes plateformes confondues1, on trouve : Puis-je être « addict » au jeu vidéo ?

Le consensus sur l’expression à employer pour décrire un usage excessif des jeux vidéo a toujours fait débat. Les facteurs de risques d’une addiction au jeu vidéo Une humeur dépressive (perte de goût et de plaisir pour ce qui était habituellement agréable). Les signes d'alerte. Inclure l’addiction à Internet dans le DSM-V : étude de cas de la biomédicalisation des cyberdépendances. Bredel Stephanie. Le gouvernement va lancer une étude sur l’addiction des jeunes aux écrans. Traiter la cyberdépendance. Addictions sans drogue | Hôpital Marmottan. Conseils pour lutter contre la cyberdépendance. Des pistes pour soigner la e-dépendance - 26 juin 2013. Nomophobie : comment soigner cette addiction aux nouvelles technologies ?

Blogs, forums. Vanessa Lalo | Psychologue des usages numériques et des addictions. Psy et Geek ;-) La cyberdépendence, un mal silencieux. Game of War : quand le jeu devient une drogue - Cyberdépendance. Travail collaboratif. Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique. Les comportements addictifs liés à l’usage du numérique.

Pearltree tiers.