background preloader

Agroalimentaire

Facebook Twitter

Bataille judiciaire aux Etats-Unis sur les pesticides tueurs d'abeilles. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a-t-elle sciemment autorisé la mise sur le marché de pesticides dangereux pour les humains et les abeilles, pollinisateurs clés pour d'importantes récoltes ?

Bataille judiciaire aux Etats-Unis sur les pesticides tueurs d'abeilles

C'est l'accusation portée par plusieurs apiculteurs, écologistes et ONG depuis quelques jours aux Etats-Unis. Mercredi 27 mars, l'association Natural Resources Defense Council (NRDC) a ainsi publié, après une enquête de deux ans, un rapport accusant l'agence d'avoir homologué la commercialisation de plus de 11 000 pesticides "sans les avoir testés ou de façon insuffisante", grâce à une faille réglementaire. La stratégie diabolique des futures plantes OGM.

Monsanto reçoit le “prix nobel” de l’agriculture pour ses recherches sur les OGM. Cette année, le célèbre prix World Food Prize (prix mondial de l’alimentation) a été décerné à un scientifique de Monsanto, pour ses recherches sur les OGM.

Monsanto reçoit le “prix nobel” de l’agriculture pour ses recherches sur les OGM

La biotechnologie végétale aurait permis de lutter contre la pauvreté et la faim dans le monde, en plus d'être une mode de culture durable. Ironique ? Hélas, non. Voilà une histoire qui va en irriter certains. Le prix mondial de l’alimentation, souvent comparé à un prix nobel pour la nourriture ou l’agriculture, a été décerné cette année à trois scientifiques cadres dans des entreprises chimiques, dont Robert Fraley, vice-président de Monsanto. Le prix en question est décerné à des individus ou des organisations qui aident à réduire la faim dans le monde et apporte un effet positif et durable sur la nutrition. Robert Fraley partage le prix World Food Prize avec deux autres chimistes, avec lesquels il a mis au point, puis commercialement lancé, une méthode permettant d’implanter des gènes extérieurs dans une plante : les OGM. Le Golden rice #OGM : la science sauverait des vies si les bobos ne la bloquaient pas.

Cliquez sur le dessin Le Golden Rice, vous en avez probablement entendu parler.

Le Golden rice #OGM : la science sauverait des vies si les bobos ne la bloquaient pas

C’est un riz OGM qui produit de la vitamine A, destiné aux régions dans lesquelles la nourriture de base est le riz, et dans lesquelles il existe de graves déficiences en vitamine A. La vitamine A est en fait un ensemble de rétinoïdes, des formes de l’acide rétinoïque. On peut l’obtenir en mangeant des animaux qui en contiennent, ou en mangeant de la beta-carotène, qui donne la couleur jaune-orange à la plupart des aliments qui ont cette couleur, comme bin les carottes tiens. La vitamine A est très importante pour tous les vertébrés, dont nous, ce qui explique pourquoi de nombreux animaux signalent leur bonne santé à leurs partenaires potentiels en exhibant des taches oranges preuves d’une alimentation riche en beta-carotène. Le Golden Rice d’origine est décrit dans un article de 2000 (accès fermé) . « Précurseur » ? Ahhh ! Donc pas de problème, correct ? Troisième billet de ma semaine OGM. Huile de palme : la glissade des prix commence ?

Abeilles : la faillite de l'évaluation des pesticides. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Le coupable est-il plutôt l'incompétence ou l'accumulation de conflits d'intérêts ?

Abeilles : la faillite de l'évaluation des pesticides

Impossible de trancher. Mais la question est désormais posée : comment des tests d'évaluation des risques pour l'abeille, notoirement déficients, ont-ils pu être utilisés pendant près de vingt ans pour homologuer les dernières générations d'insecticides ? Après avoir été autorisés depuis le début des années 1990, tous (Gaucho, Régent...) ont été au centre d'intenses polémiques avant d'être retirés, au moins partiellement, du marché... Le dernier en date, le Cruiser, vient d'être interdit par la France sur le colza, une décision attaquée par son fabricant, Syngenta. Cette défaillance est d'autant plus troublante que certains de ces tests d'évaluation ont été remis à jour en 2010, c'est-à-dire tout récemment. Pourquoi un tel rapport ? Les tests standard réalisés en champ sont eux aussi critiqués. Ce n'est pas tout.

Pourquoi une telle inertie ? Pesticides : les mathématiques au secours des abeilles. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart L'exposition à des doses très faibles de certains pesticides – dits néonicotinoïdes – peut conduire les colonies d'insectes sociaux au déclin.

Pesticides : les mathématiques au secours des abeilles

Les travaux conduits par John Bryden (Royal Holloway University of London, Royaume-Uni) et publiés dans l'édition de décembre de la revue Ecology Letters s'ajoutent à d'autres, menés ces dernières années, qui montrent que les effets de pesticides systémiques (utilisés en enrobage de semences ou en traitement des sols) peuvent se manifester de manière "sub-létale" : ils peuvent provoquer l'effondrement de colonies sans avoir d'effet mortel aigu sur chacun des insectes du groupe. La publication des chercheurs britanniques intervient alors que la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAP) a dressé, mercredi 6 novembre, au cours de son assemblée générale annuelle, un état des lieux dramatique de la filière apicole.