background preloader

Documents retenus

Facebook Twitter

Comment bien gérer son entreprise ? Peut-être avez-vous confié votre comptabilité à un professionnel, ce qui constitue à n'en pas douter un choix judicieux. Malgré tout, il existe des notions clés que vous vous devez de maîtriser en qualité d'entrepreneur. Il s'agit, par exemple, du seuil de rentabilité, également nommé « point mort », du fonds de roulement et du besoin en fonds de roulement. Le « point mort » (ou seuil de rentabilité) Si vous avez constitué un business plan selon les règles de l'art, vous avez forcément calculé votre seuil de rentabilité (ou point mort).

Jusqu'à ce que vous ayez atteint ce seuil de rentabilité, votre activité naissante générera des pertes de démarrage. Il existe une équation assez basique qui vous aidera à connaître l'état de votre trésorerie : Trésorerie = Fonds de Roulement (FR) – Besoin en Fonds de Roulement (BFR) Le fonds de roulement (FR) Fonds de roulement = (capitaux propres + emprunts à terme) – dépenses d'investissement Le besoin en fonds de roulement (BFR) Deux cas de figure : Compte de résultat d'un salon de coiffure.

Le compte de résultat (prévisionnel ou réalisé) vous permet de visualiser les principaux éléments de recettes et de dépenses du salon : il met à plat les dépenses prévues pour le fonctionnement de l’entreprise : charges variables (achats de produits, masse salariale, facture d’eau, d’électricité, …) et charges fixes (amortissements, assurances, honoraires, intérêt d’emprunt, ….) ,il les inscrit au regard des chiffres d’affaires prestations et revente espérés ou réalisés. Vous trouverez ci-joint un exemple de compte de résultat prévisionnel. A titre indicatif, voici dans la coiffure le poids ‘’idéal’’ des postes du compte de résultat : Cela s’entend pour une entreprise individuelle ou le chef d’entreprise se rémunère sur le résultat alors que ses charges individuelles sont déjà comptées dans le poste ‘’Rémunérations’’.

Maitriser les coûts et les frais généraux d´une entreprise. Fiche Pratique publiée le Jeudi 26 janvier 2012 La maîtrise des coûts et notamment des frais généraux n'est pas une mince affaire. Voici quelques conseils qui vous aideront à gérer les frais généraux de votre entreprise. Faire des petites économies Afin de réaliser cet objectif suprême, il n’y a que deux options : soit maîtriser ses coûts, soit maîtriser sa consommation. Tout cela en se pliant au vieil adage (dont l’actualité est cuisante dans plusieurs domaines) qui dit qu’il n’y a pas de petites économies. En effet, ajoutées les unes aux autres, les petites économies réalisées dans les divers services de l’entreprise aboutissent, en fin de compte, à des sommes assez conséquentes, d’où l’importance de cultiver l’esprit de l’économie au sein de l’entreprise. Comment contrôler les coûts de fonctionnement d'une entreprise ? Afin de limiter les dégâts, il vaut mieux suivre certaines méthodes qui ont fait leurs preuves, en matière de réduction des frais généraux et notamment :

URBAN CONCEPT à NICE (06300), fiche d'identité, sur SOCIETE.COM (803068709) Création d’entreprise : les charges à prévoir - Fiche pratique. Sarl, Sas, Eurl. De plus en plus, les français ont le virus de entrepreneuriat. Parmi les neo-entrepreneurs, une question se pose fréquemment: Un euro pour créer une entreprise, c'est possible ? Impossible, certains coûts sont incompressibles. Il faut les prendre en compte dès le début de votre projet et la définition de la raison sociale. Ainsi, vous devez évaluer le coût de votre projet en y incluant : - l’achat du fonds, du pas-de-porte ou du bâtiment, ou la location de locaux (notamment dans le cas d'un bail commercial)- l’aménagement de vos locaux ou bureaux - l’achat du matériel nécessaire, du stock de départ.

Il faut également évaluer le coût de fonctionnement quotidien de votre entreprise. . - les frais d’électricité, de connexion internet, de téléphone… ;- le loyer - les assurances - l’entretien des locaux - les salaires et les charges sociales (notamment les charges patronales) - les charges fiscales - le paiement éventuel de tickets restaurant aux salariés.