background preloader

Témoignages de viol

Facebook Twitter

Je connais un violeur. Je connais un violeur. C’est un ami, c’est un ami de ma meilleure amie. On avait déjà passé une nuit ensemble, je ne voulais pas coucher avec lui, il l’a bien pris et a été adorable. Mais pas ce soir-là. Rentrés chez lui après une soirée, on couche ensemble, je m’endors. Pas lui. Le reste est flou, mais je sens que lui, que tout son corps, que tout son sexe sont réveillés et me désirent. Toute honteuse je vais aux toilettes, je veux sortir tout ça de moi, j’ai mal, je saigne un peu, je me sens mieux seule dans ces toilettes qu’avec lui dans son lit chaud. Quand je reviens il est de nouveau gentil, me câline, me demande si ça va. Je ne porterai pas plainte. Malgré tous mes efforts pour rationaliser, malgré tous mes discours et le sentiment d’être une femme qui sait s’affirmer, je m’en veux plus de n’avoir pas été plus explicite que je ne lui en veux à lui. Je me sens coupable, mais l’écrire ici m’aide. C’est lui le coupable.

Tumblr «Je connais un violeur»: «Je veux brosser le portrait du violeur ordinaire» Près d’une cinquantaine de témoignages en moins de deux jours. En lançant sur la toile le Tumblr «Je connais un violeur», Pauline ne s’attendait pas à avoir autant de retours. L’idée de cette jeune femme de 27 ans est simple: sortir des idées reçues sur le viol. «Les agresseurs ne sont pas tous des types louches dans des parkings sombres mais bien souvent des personnes de notre entourage», explique-t-elle. Voilà pourquoi elle invite les victimes à venir sur sa plateforme brosser le portrait de leur violeur. Comment avez-vous eu l’idée de lancer ce Tumblr? J’ai moi-même vécu des choses. >> Retrouvez notre article sur le phénomène «Je connais un violeur» Comment expliquez-vous que cela soit tabou?

D’abord, les victimes qui ont été agressées par un proche n’ont, très souvent, pas envie d’en parler. Etes-vous surprise d’avoir eu autant de témoignages en si peu de temps? Oui, j’ai vu que près d’une cinquantaine de personnes ont déjà écrit leur histoire. Tumblr "Je connais un violeur" : partager son vécu de victime de viol est thérapeutique. Le Tumblr "Je connais un violeur" veut briser "l’image déformée que l’on a des violeurs : déséquilibrés, 'à part'" (capture d'écran) Le Tumblr "Je connais un violeur", lancé le 30 août 2013 par Pauline, une jeune femme militante d’Osez le féminisme, propose à des victimes de témoigner anonymement en décrivant le portrait du (ou des) violeur(s) qui les a agressées : "Ils étaient nos amis, nos partenaires, des membres de notre famille ou de notre entourage.

Nous connaissons des violeurs : laissez-nous vous les présenter. " C’est pour briser la loi du silence et le déni entourant les victimes de viol, et déconstruire les fausses représentations sur le viol et les violeurs (un viol avec un agresseur inconnu, issu d’un milieu social défavorisé, de nuit sur la voie publique ou dans un parking, sur une femme adulte sexuellement désirable, d’une réputation irréprochable, censée s’être débattue et avoir porté plainte aussitôt) que Pauline a mis en ligne ce Tumblr. Et c’est réussi. Tumblr «Je connais un violeur»: «Je veux brosser le portrait du violeur ordinaire»

"Je connais un violeur" - Le journal de 20h. « Je connais un violeur », le Tumblr qui noue la gorge. Pondu par Sophie-Pierre Pernaut le 2 septembre 2013 « Je connais un violeur » nous rappelle une vérité : dans 80% des cas, les victimes connaissent leur agresseur. Et elles en parlent sur ce Tumblr poignant. Même si les sensibilisations sur la question sont nombreuses, les violeurs sont associés à une bonne dose de clichés : nombreuses sont les personnes qui les imaginent « fous », en marge de la société, totalement repérables, en somme, et surtout « pas comme nous ». Le Tumblr dont on a décidé de vous parler aujourd’hui prouve le contraire. Sur Je connais un violeur, des femmes qui ont été violées décrivent celui qui les a agressées. Elles parlent de leurs passions, de leurs centres d’intérêt, de leur métier ou leurs études.

Ce Tumblr nous remet surtout face à une réalité : non, les violeurs ne sont pas majoritairement des inconnus instables, mis sur notre chemin par hasard. . « S., 13 ans, bout-en-train, sportif, un sourire éclatant et un regard pétillant. «Je connais un violeur»: la parole aux victimes anonymes. "Je connais un violeur" Pauline, une jeune femme de 27 ans qui a mis en ligne ce Tumblr explique avoir simplement voulu donne la parole à toutes les victimes de viols, pour briser le tabou et démonter un mythe : celui du portrait type du violeur.

Les témoignages livrent donc à chaque fois un descriptif de l'agresseur, évidemment sans élements qui permettraient de l'identifier nommément mais avec suffisamment de détails pour que l'on se rende compte qu'il y a autant de profils que de violeurs : un père, un oncle, un camarade de classe, un copain d'un soir. Cela donne des posts plus ou moins longs... Tous marquants. "J'avais 19 ans, j'étais sortie avec lui pendant 2 ans. Après que je l'ai quitté il a commencé à me suivre, et a trouvé un prétexte bidon pour que je vienne chez lui. "Je veux inviter les femmes à quitter le déni et la culpabilité qui les tiennent", explique Pauline, la créatrice de ce tumblr qui se dit étonnée de la multitude de récits détaillées de femmes - et d'hommes aussi - qu'elle reçoit. Parler du viol (3): la parole des victimes. Après avoir parlé de la critique féministe du droit et des enjeux de pouvoir qui sous-tendent les discours sur le viol, j’aimerais évoquer la parole des victimes.

En posant d’abord une question: pourquoi considère-t-on cette parole comme suspecte? Pourquoi la met-on en doute? Et pourquoi est-on aussi réticent à admettre que la culture du viol existe? Difficile d’apporter une réponse simple à ces questions. J’ai essayé de montrer jusqu’ici qu’il ne fallait pas envisager ces violences comme un ensemble de faits isolés mais comme le résultat d’un système: le patriarcat. Encore faut-il écouter les victimes. . - Le Manifeste des 313: 313 femmes signent un manifeste paru dans le Nouvel Observateur, déclarant qu’elles ont été violées, parce qu’elles refusent d’être enfermées dans le silence et la honte.

. - L’une des signataires explique quel pas cela représente pour elle: (…) il faut aller au bout : arriver, son journal sous le bras et gifler avec un "Il faut qu’on parle". Silence. AC Husson. Ça m'est arrivé : j'ai été victime d'un viol. Free Bird a vécu une expérience traumatisante à l’âge de treize ans : elle a été violée. Ce n’est que sept ans plus tard qu’elle s’est décidée à porter plainte… Récit de ce parcours du combattant, qui rend compte des difficultés rencontrées lorsque vient le moment de parler. Depuis l’affaire DSK, on ne parle plus que de ça. Le viol est revenu sur le devant de la scène… Chacun se fait son opinion sur ces affaires, mais surtout sur les victimes. En 2011, seulement 1 femme sur 10 victime de viol ose porter plainte. Je fais partie de ces femmes qui ont eu le malheur de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. A l’époque, j’avais 13 ans, je n’avais même jamais embrassé un garçon.

J’ai passé cette agression sous silence pendant sept longues années. Au bout de cinq ans, je me suis dit qu’il fallait que j’en parle. Vient le moment de porter plainte… Quand on essaye de faire entendre sa voix à la justice française, on se dit qu’avouer son viol à la famille, c’est du pipi de chat ! Témoignages | Viol : la honte doit changer de camp ! Viol, les voix du silence - Tous les témoignages. La Parade des violeurs est le Silence des violées. Il y a quelques jours, je me suis indignée, comme tant d’autres femmes avant moi, de ce qu’un site commercial et ses partenaires puissent s’enrichir en faisant l’apologie du viol, sans être inquiétés.

Tant que nos échanges avec l’auteur de l’article étaient restés confidentiels et polis, notre indignation avait été méprisée par le site. Lorsque mon indignation s’est faite moins discrète et plus insolente, j’ai eu le droit à une réaction immédiate. Sept pages d’injures misogynes, pas moins, où deux des trois personnes interpelées se proposaient également de "d’élargir l’étroitesse de [mon]… esprit" (c’est à dire de mon vagin, puisqu’il s’agissait d’un sextoy).

Un jeu de maux révélateur de l’état d’esprit de ces personnes en matière de respect de l’intégrité des femmes. L’un d’entre eux a fini par gazouiller de vagues excuses, juste après avoir essayé de me manipuler en message privé, pour sonder à quel point ses menaces de poursuites avaient pu m’intimider (ou pas). Like this: Project Unbreakable.

You may have noticed that Project Unbreakable has been pretty quiet lately. For a few months now, those of us at Unbreakable have been making some pretty big life changes, and we have had to figure out where Unbreakable is placed. It has been a very long and incredible journey, but we are saddened to say that we will be closing our doors. We will finish posting all the submissions we have, but after we run out, we are no longer going to be accepting submissions for the website (but everything will remain up – we aren’t deleting anything.) We hope you understand, and we are grateful for your support. A note from Grace: I can’t really sum up almost 4 years of doing this project and I am having a very difficult time writing this.

I would be lying if I said that the rumors from other activists about my integrity didn’t get to me. But that is not why I am leaving the project. Please take care of yourselves. A note from Christina: Article dans Grazia : Victimes de viols : photothérapie sur le projet de Grace Brown Unbreakakable project + interview de Muriel Salmona.

Cliquez sur les images pour agrandir Article de Chloé Aeberhardt dans le magazine Grazia sur le projet artistique porté par une jeune Américaine Grace Brown (20 ans) : "Unbreakable Project" L'idée : prendre en photo des victimes de violences sexuelles tenant dans les mains une pancarte avec une citation de ce que leur a dit leur agresseur au moment des faits. voir son site : Au départ, la photographe, Grace Brown, pensait réaliser un projet confidentiel avec ses connaissances et amis victimes d'agression sexuelle. Au bout de deux semaines, sa boîte mail était inondée de centaines de messages de personnes souhaitant participer. Time Magazine a sélectionné son blog parmi les 30 à "suivre". + interview de Muriel Salmona psychiatre et présidente ‘Un retour à l’envoyeur essentiel» Les victimes de violences sexuelles se rappellent-elles toujours des phrases assassines prononcées par leur agresseur?

Non seulement elles s'en souviennent, mais elles ont du mal à s'en débarrasser. Absolument. « POURQUOI TU PLEURES ? » – Des victimes de viols affichent les mots de leur agresseur. La honte doit changer de camp, mais comment ? Si les chiffres sont connus – 75 000 femmes violées en France chaque année, une toutes les huit minutes – rares sont les victimes à témoigner. Récemment, des initiatives comme le manifeste des 313, publié en novembre 2012 par Le Nouvel Observateur, le documentaire Viol : elles se manifestent, ou encore le Tumblr Je connais un violeur ont contribué à libérer ces paroles trop souvent enfouies. Outre-Atlantique, c'est en images que les victimes s'expriment. Lancé par la photographe Grace Brown, le projet Unbreakeable collecte depuis octobre 2011 des images d'hommes et de femmes victimes, brandissant des panneaux sur lesquels sont inscrits quelques mots prononcés par leurs agresseurs. Les portraits, en pied pour la plupart, sont neutres, presque dérangeants de banalité.

Certains témoins, parce qu'ils posent, esquissent même des sourires. D'autres se cachent. Photo prise à Saint Petersburg, en Floride, le 18 avril 2013, par Grace Brown. Kenyan Woman Ep 11 Adelle Onyango - One billion Rising. Kaelynn and my secrets. Facing Trauma- A Rape Victim's Scars. More Than A Picture. Pages Matam - "Piñata" (NPS 2013) BraveMissWorld - TRAILER. J'ai été violée, et ça m'a brisée - Témoignage. Lately, à seize ans, a été violée. Ce fut le début d’une spirale d’autodestruction et de peur, et aujourd’hui, six ans plus tard, ce n’est pas encore réglé.

J’avais seize ans, et j’étais une jeune fille qui aimait énormément sortir. Un peu désorientée, car sans relation avec ma mère et un père bien trop absent. Alors il fallait faire avec et je devais régulièrement m’en sortir seule. Je me réfugiais alors dans les virées avec mes amies, avec des petits copains. J’étais peu souvent à la maison pour ne pas ressentir l’absence de mon père, et je ne me sentais jamais chez moi, où que j’aille. J’avais de mauvaises fréquentations… Un ex un peu bizarre À la mort de mon meilleur ami (qui s’est suicidé), j’ai vraiment commencé à mal tourner, à m’entourer de gens qui profitaient de moi, qui ne m’étaient pas bénéfiques du tout, j’étais malheureuse, je me sentais misérable.

J’arrive sur place, et à ma grande surprise il n’est pas tout seul. Tout bascule dans l’horreur Parler, encore et encore. How I Learned That A Healthy Relationship Is More Than Having A Sexually Satisfied Partner. Originally published on Role/Reboot and cross-posted here with permission. Skylar Shibata shares her deeply personal experience with rape, post-traumatic stress disorder, sexual dysfunction, and learning to accept love. My first sexual experiences taught me that sex is all about power and control. For me, being in a relationship meant relinquishing any power or control I had over my own body and my own emotions. Sex was the key to emotional security; when my partner was sexually satisfied, I was emotionally satisfied. It took four years of counseling with a therapist specializing in trauma for me to understand that this was a very unhealthy way of thinking.

My therapist helped me push past the memory blocks my mind had put up, and I started to remember the truth: that those first sexual experiences were not healthy and consensual; they were manipulated and coerced. I can still remember that session—how the memories suddenly flooded my mind. “Skylar,” she said. When it came to reality? "On ne peut rien prouver, c'est leur parole contre la vôtre." J'ai ouvert un traitement de texte et j'ai écrit. J'en suis à six pages. Pas encore fini. Je ne crois pas qu'il soit possible de publier un texte aussi long, alors je vais juste citer le passage le plus important. «Assez rapidement je remarque une autre gamine solitaire.

Elle se mit à voir un psy, évidemment. Au collège, mes problèmes avec les autres allaient en s'aggravant. Retenez bien cette phrase, car elle est importante par la suite. Un jour, je ne sais pourquoi, l'une des deux filles qui me détestait décida de m'éclater la tronche jusqu'à ce que j'en crève. Quelques années plus tard, à 19 ans, j'ai été violée. Je ne regrette même pas de ne pas avoir porté plainte. Je voudrais le crier au monde: ne laissez pas vos fils et vos filles croire que, parce que c'est parole contre parole, alors on ne peut rien faire. Lara Logan Rape Details Should Be Broadcast Everywhere (VIDEO) Just three months after sustaining a brutal sexual assault, Lara Logan , the chief foreign correspondent for CBS News , came out swinging in a 13-minute interview detailing the attack for 60 Minutes .

The details are sickening and hard to hear, but the courage to share them is what makes Logan such a unique person. Logan was reporting on the joy and excitement in Egypt on February 11 after Egyptian President Hosni Mubarak resigned . But Tahrir Square turned violent when their camera battery went down and Logan was pulled into the crowd, surrounded by a mob, and assaulted. Perhaps most chilling are the details of what they said and did as she screamed. The more she screamed, the more they tore at her clothing and stuck their hands inside of her.

These details are the kinds most women, especially female journalists , wouldn't want to share. Even women who should know better said things about how choosing to leave her family so that she could report on dangerous current events was wrong. Your Friends and Rapists — Medium, Long. Live Through This. J'ai été violée par mon père : la thérapie familiale, un fiasco total. Témoignage de Claudine Rohr au Colloque "Violences et soins" Sexual Assaults Add to Miseries of Haiti’s Ruins. L'affaire DSK libère la parole de femmes mais pas les plaintes. [GABRIELLE] Peu importe si le vagin est d'accord by lemouv. Viol : "Je me souviens de la peur partout en moi" J’ai été violée, mais je ne porte pas plainte. Voilà pourquoi. Je n'ai pas porté plainte. It’s time for us to speak out. "Qu’une femme n’aille pas chez un homme par peur de se faire violer, ça c’est scandaleux"

Pourquoi je n'ai pas porté plainte, 3 fois. - éphémère-délétère. Jenaipasporteplainte, le hashtag qui dérange. Près de 500 tweets #jenaipasportéplainte, en 3 jours ! Pas de justice, pas de paix ! #jenaipasportéplainte, les femmes brisent le silence. Vidéo LCI est @ vous mardi 27 mars. Harcelée après avoir subi un viol, une adolescente se suicide. Violée à 13 ans, cassée quand je porte plainte, sept ans après. Tournantes : 14 ans après les viols, un procès mais aucun SAV policier.

Le calvaire de Nina, victime de viols collectifs dans sa cité. The Brutality of ‘Corrective Rape’ In South Africa! 6 Shocking Stories To Raise Awareness. | BuzzWok.com. Le viol ordinaire. My 3 non-violent rapes. Brochure « Je ne veux plus être un violeur » | Un traître... Le viol ordinaire (PDF) Combien de fois 4 ans. Ça me réveille encore la nuit | cleindor. Elles couchent pour ne pas avoir à dire « non »

Chronique du viol ordinaire. Violée par mon copain ? Date Rapist Wants Me To Talk : I Have Experienced Date Rape First Hand Story. Was I raped? Témoignage: "Il l’a cassée, démolie. Elle ne nous a jamais rien dit" HerbsandHags: How I became a rape victim. It Happened to Me: I Was Raped at Disney World And Nobody Cared. Merci de ne pas me violer. Tu seras violée, meuf. | Le Cerebro. Ce n'est pas de votre faute. J'ai été violée, à 55 ans, et je n'ai pas crié. Refaire l'amour après un viol Article de Giulia Foïs, Psychologies Magazine, janvier 2012.

"Avant, pour moi, le viol c'était une ruelle sombre, un inconnu" Décider que ce n'est pas arrivé... Témoignage – Le doigt froid. Crimes sexuels: le délai de prescription reste inchangé [vidéo] WARNING: Graphic, Disturbing | My True Story of Date Rape | Quarter Life Crisis Center. I Was Raped By a Woman (And Then Dated Her for Two Years) Renee DeVesty was raped by her friends. Here's her brave story of trauma and redemption.

Interview Laurence Noëlle. Lettre à l’homme qui m’a agressée sexuellement il y a un an. Madonna révèle avoir été violée à 20 ans. Pola, la fille de Klaus Kinski : "Mon père, ce minable " Pamela Anderson Reveals Horrifying History of Sexual Abuse. Régis de Camaret face à ses accusatrices. Affaire du Carlton: «DSK me tenait les mains. Il m'a fait mal» - Monde. The day I was drugged and raped.