background preloader

Témoignages Dys

Facebook Twitter

Dyslexie, dyspraxie, dysphasie... Comment savoir si mon enfant est concerné? Dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysphasie, dyscalculie et troubles de déficit de l'attention...

Dyslexie, dyspraxie, dysphasie... Comment savoir si mon enfant est concerné?

La famille des troubles "dys" est étendue, avec des répercussions très variables sur la vie scolaire, professionnelle et sociale. En France, d'après l'académie de médecine, 8% des enfants souffrent de l'un de ces troubles. Pour la Fédération française des Dys, 4 à 5% des élèves d'une classe d'âge seraient dyslexiques, 3% seraient dyspraxiques, et 2% dysphasiques. Comment savoir si votre enfant est concerné? A l'occasion de la journée mondiale des Dys, le 10 octobre, éléments de réponse avec Jean-Marc Roosz, fondateur d'Ecole 2 demain, un portail internet dédié au handicap à l'école, et président de la commission innovation de l'Adapt (Association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées). Quels sont les différents troubles de l'apprentissage regroupés sous le terme "troubles dys"?

Dans le détail: >> Lire aussi: "Comment réagir face à un enfant dyslexique? " Non! Colloque « Elèves à besoins spécifiques, l’Ecole a besoin de vous ! » - 30 et 31 janvier 2014 - Liège. Dys. C’est pas mes fautes. Les experts Europe 1 - Comment réussir ses études malgré la dyslexie? - Europe1.fr - Les experts Europe 1. Témoignage sur la dysphasie et dyslexie - Sophie. La galère des troubles dys25 000 enfants en Gironde. L y a trois ans, Davina Peyri était au plus mal moralement.

La galère des troubles dys25 000 enfants en Gironde

Mère d’un enfant dyspraxique et présentant des troubles attentionnels, elle racontait dans nos colonnes son parcours du combattant pour tenter d’offrir à son fils de 9 ans une vie scolaire acceptable. Aujourd’hui, Jawadd a 12 ans et sa situation n’est guère plus souriante. Témoignage sur la dyspraxie et dyscalculie Florence. Témoignage sur la dyslexie et dysorthographie - Mathieu.

Témoignage sur la dyslexie et dysphasie Martin. Marco, 35 ans, chevalier des lettres: «J’ai appris à écrire à 32 ans» Tiens, des livres en vrac dans le salon, le dernier prix Goncourt posé sur la commode: difficile de croire que l’habitant de cette ferme de la Glâne a souffert d’illettrisme pendant quinze ans.

Marco, 35 ans, chevalier des lettres: «J’ai appris à écrire à 32 ans»

«Le Goncourt, c’est celui de ma copine, sourit Marco Wüst. Elle adore lire!» Lire, écrire, quoi de plus banal? Pas pour ce jeune homme qui témoigne ici courageusement d’une réalité qui touche 16% des Suisses. «Je ne peux pas retenir les mots, je pensais ne jamais réussir à écrire de ma vie.» Longtemps, il a tenté d’enrayer cette malédiction qui lui faisait inverser les lettres et rendait impossible tout ancrage syntaxique. Ses copains partiront au gymnase. Le jeune homme optera à 17 ans pour un métier où l’écrit est réduit à la portion congrue: maréchal-ferrant. L’évocation de ses petites stratégies d’évitement le font sourire, alors que la neige recouvre les champs alentour et que son chien Cliff vient quémander une caresse sur la tête. Parfait. Beatrice Sauvageot dans le JT de France 2 du 9/9/12.

Dyslexique, j’ai appris à ne plus avoir honte, à ne pas me trouver bête. J’ai 32 ans, je suis diplômée d’un master et directrice artistique dans le domaine du jeu vidéo.

Dyslexique, j’ai appris à ne plus avoir honte, à ne pas me trouver bête

Dyslexique, dysorthographique, dysphasique, dys plein d’autres trucs… Le cas de Jérémy, diagnostiqué dyslexique et hyperactif trop tard, et qui se dit « abandonné par l’Etat » m’a donné envie de réagir. J’étais en CM1 lorsque mes notes ont chuté à 1,5 de moyenne, malgré des devoirs qui duraient jusqu’à 22 heures et reprenaient à 7 heures du matin. Mon instituteur me punissait de ne pas savoir mes poésies. Il me gardait pour les récréations et avant d’aller manger. La dyslexie, une bonne excuse ? Témoignage de Victoire - Faire des études supérieures avec un handicap. © Handivalides Victoire, 19 ans, étudiante à l'Université de Nantes, nous parle de la façon dont elle vit son handicap au quotidien et dont il est perçu par les autres. Elle a participé à la campagne Handivalides dans son université. Quel est votre parcours ? Dyslexie : le brevet, la triple peine et sans iPad. J’attendais d’avoir les résultats du brevet pour vous donner quelques nouvelles de l’usage de ma fille et de son iPad en cours (voir Elle va en cours sans cahier mais avec un iPad !).

Dyslexie : le brevet, la triple peine et sans iPad

L’année d’Yseult a été compliquée niveau santé, car elle a été absente environ 1 trimestre et demi… pour des raisons médicales autres que sa dyslexie ! De l’iPad en cours Cette absence prolongée n’a pas empêché d’observer le comportement de ma fille et de son appareil, le comportement des enseignants… Tout au long de l’année, elle a utilisé sa tablette en cours et à la maison. Pour rien au monde, elle ne s’en séparerait ! L’ensemble de ces cours étaient remis dans Evernote.