background preloader

2013

Facebook Twitter

Enseigner le français à tous les élèves. « Commencez donc par mieux étudier vos élèves » : ainsi Jean-Jacques Rousseau invitait-il tous les maîtres à prendre en considération les enfants plutôt qu’à s’enfermer dans leur savoir.

Enseigner le français à tous les élèves

C’est l’épigraphe d’un ouvrage, paru dans la collection « Repères pour agir » et coordonné par Nadia Mekhtoub, qui cherche des réponses aux difficultés que les collégiens peuvent rencontrer dans l’apprentissage du français. Il s’efforce à la fois de poser les principes pédagogiques qui peuvent mener les élèves sur la voie de la réussite tout en donnant des exemples concrets d’activités de classe innovantes et pertinentes. Tout à la fois éclairant et pragmatique, donc particulièrement précieux, il est sans aucun doute amené à devenir un livre de référence dans la didactique du français. Jean-Michel Le Baut Enseigner la littérature : un défi culturel et politique dans le monde "C'est l'enseignement le plus politique qui puisse exister". Une nouvelle dynamique de lecture et d’écriture.

Le numérique selon Serge Bouchardon Les pratiques traditionnelles de la lecture et de l’écriture sont individuelles : le livre, un objet qui se replie sur lui-même, invite au repli sur soi, dans sa conception comme dans sa réception. Et si le numérique changeait la donne, favorisant des pratiques d’écriture collaboratives et des pratiques de lecture interactives ? Et si le numérique constituait alors une chance pour l’apprentissage du français, suscitant de nouvelles dynamiques de travail, motivantes et enrichissantes ? Qu’est-ce que le PRECIP ? Le projet PRECIP, qui se terminera fin 2013, est financé par la Région Picardie. D’un point de vue théorique, nous avons proposé un modèle pour appréhender l’écriture numérique.

Pouvez-vous donner des exemples précis d’activités pédagogiques utilisant le numérique de façon collaborative ? Parmi les modules pédagogiques du projet PRECIP, il y a un module sur l’écriture collaborative. Partir à l’aventure pédagogique. Carmen en 5ème Le collège Victor-Hugo de Bourges, classé en Réseau réussite scolaire (ex-ZEP), accueille 580 élèves issus pour les deux-tiers de milieux sociaux défavorisés. « Difficultés d’appropriation des codes de vie en société », « faible conscience des enjeux de la scolarité », « déficit d’ambition », « difficultés au vivre-ensemble »… : face à ces constats, contre les résignations et les renoncements, Sébastien Montanari, professeur de français, a monté, avec deux classes de 5ème, en collaboration avec des enseignants de musique et d’arts plastiques, un projet ambitieux autour de Carmen. « Le projet, explique sur son blog le journaliste du Monde Frédéric Potet, durera deux années pleines.

Partir à l’aventure pédagogique

Des autoportraits à deux. La Classe ou comment brouiller le jeu scolaire Sommes-nous assignés à résidence, géographique, sociale, culturelle, linguistique, scolaire ?

Des autoportraits à deux

C'est la question, dérangeante, qui hante le projet pédagogique présenté par la romancière Marie Desplechin dans son récent livre La classe. La Twittérature, passerelle entre les classes francophones. En octobre dernier avait lieu à Québec le premier Festival international de Twittérature.

La Twittérature, passerelle entre les classes francophones

En attendant le deuxième qui aura lieu à Bordeaux le 30 mars, profitons de la remise des prix du concours #140MAX, qui a eu lieu la semaine dernière, pour faire un petit retour sur cet événement qui a réuni des écoles francophones du Canada, de France, de Belgique, du Royaume-Uni et du Maroc en parallèle du festival. Le concours a permis aux élèves francophones de primaire et de secondaire de créer un tweet sur le thème du futur.

En deux semaines, les 1300 participants ont envoyé près de 1000 tweets. « Lire au collège » à l’ère du numérique. La revue « Lire au collège », publiée en ligne par le CRDP de l’académie de Grenoble, consacre son numéro de l’hiver 2013 aux questions que l’avènement du numérique posent aux professeurs de français.

« Lire au collège » à l’ère du numérique

Question culturelle, presque identitaire : comment passer harmonieusement, positivement, de la littérature à la « littératie », sans renoncer aux « humanités », voire en les revitalisant ? Question pédagogique aussi : quels dispositifs et activités mettre en place avec les TICE pour développer chez les élèves de réelles compétences de lecture-écriture-publication ? Pour trouver des réponses à ces questions cruciales, « Lire au collège » propose un très riche ensemble de réflexions théoriques et de comptes rendus d’expériences : « De pages en p@ges ». Christiane Chydériotis, professeure de lettres au collège Jean Charcot de Lyon, explore les intérêts pédagogiques de la tablette tactile en cours de français. Jean-Michel Le Baut « Lire au collège » en ligne. Claire Berest : Le grand mix pédagogique de la mixité. Claire Berest, professeure de français au lycée de l’Iroise à Brest, y mène un projet d’envergure pour combattre les représentations de genre qui nourrissent les discriminations sexistes et homophobes : « La mixité sex’prime ».

Claire Berest : Le grand mix pédagogique de la mixité

Lectures, rencontres, analyses d’images, débats, sortie au tribunal des Prud’hommes, participation comme jurés à un festival de cinéma, organisation d’événements citoyens à l’intérieur de l’établissement … : les actions variées menées par les lycéens permettent d’éveiller les consciences tout en développement des compétences disciplinaires et transdisciplinaires. Le projet d’ailleurs ne se contente pas de bousculer les classifications arbitraires et les assignations identitaires : comme Claire Berest l’explique dans cet entretien, il a pour heureuse conséquence d’abattre certains murs (en ouvrant l’école sur le tissu associatif local) et va jusqu’à déplacer les rôles (en conduisant les élèves à devenir à leur tour éducateurs de leurs pairs). Un printemps pédagogique des poètes. Une école vivante, par la poésie Tout au long du mois de mars 2013, le 15ème Printemps des poètes cherche à faire entendre « les voix du poème », y compris dans les établissements scolaires où l’enseignement de la poésie a tout intérêt à se renouveler et que la présence de la poésie peut même vivifier.

Un printemps pédagogique des poètes

C’est le message que tente de diffuser Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des poètes, qui dans un livre récent fait l’éloge de la « vitamine P. », de la capacité de la poésie à « contrer l'apathie de nos consciences et aiguiser l'esprit de résistance », à « donner du souffle à nos émotions et nous affranchir des carcans de la langue ». On trouvera sur le site de l’opération des exemples variés d’événements et d’activités qui peuvent susciter de nouvelles pratiques de la poésie à l’école.

Des lycéens poètes aux semelles de tweet. Selon Paul Eluard, « le poème est le plus court chemin d’un homme à un homme » : en témoigne peut-être le projet « i-poèmes », travail d'écriture poétique, collaborative et numérique.

Des lycéens poètes aux semelles de tweet

Réalisé conjointement par les premières L du lycée de l’Iroise à Brest et des lycéens italiens apprenant le français au Liceo Cecioni à Livourne, il montre comment faire de Twitter un réseau à la fois social, créatif et pédagogique. De manière plus générale, il articule des activités variées (analyse de l’image, lectures, écritures, travail de la langue, pratique réfléchie de la poésie …) pour donner aussi du sens à l’école. La littérature cesse ici d’être un objet purement scolaire et théorique pour devenir, avec le support du numérique, invitation au voyage : nourri de Christine Jeanney, auteure contemporaine, et d’Arthur Rimbaud, le « poète aux semelles de vent », chaque lycéen est joliment convié à partir à la découverte de l'autre et de soi, par les mots et par les images. Préambules. Femmes artistes, célèbres inconnues. Connaissez-vous des femmes artistes ?

Femmes artistes, célèbres inconnues

Partant de cette question simple dont la réponse est souvent la même (« non », « oui mais je ne sais plus leur nom »), Clémentine Ménot, professeur de français au Collège du Diois en Isère, a entraîné l'équipe pédagogique d'une classe de 3ème à la recherche des signes, des causes et des possibles remèdes de cette absence de femmes artistes célèbres. L'idée lui en a été inspirée par le concours des Olympes de la parole, de l'AFFDU (Association des Femmes diplômées de l'Université), organisé dans les établissements scolaires avec l'agrément du Ministère. Les femmes artistes créatrices passées ou actuelles ne sont pas connues du grand public, les élèves ont pu le vérifier par un sondage élargi à leur entourage : le traitement staistique des réponses a permis de dresser un constat objectif de la situation, qu'il s'est alors agi d'expliquer. Jeanne-Claire Fumet Découvrir l'Association AFFDU.

Projectibles : un site pédagogique parce que « l'utile, c'est tout simplement l'agréable » Cet article a été écrit avant le forum.

Projectibles : un site pédagogique parce que « l'utile, c'est tout simplement l'agréable »

Entretemps, l'auteur du projet a du annuler sa participation. Depuis 8 ans, en collaboration avec ses collègues, Mick Miel, professeur de français au collège de l’Ille sur Têt dans les Pyrénées-Orientales, anime le site « Projectibles ». Le site, très riche, est un laboratoire, puisqu’il s’agit d’un espace où se forgent chaque année de nouvelles expériences pédagogiques, littéraires ou cinématographiques. Expériences de classe et de vie : les « chefs d’œuvre » de Pascal Le Bert. Comment stimuler et enrichir les apprentissages ? A cette question que se pose tout pédagogue, Pascal Le Bert, professeur de français au lycée Charles de Gaulle à Vannes, propose des réponses claires et édifiantes : en invitant les élèves à écrire-lire-rencontrer-échanger, en donnant du sens à l’école, en développant une « culture du chef-d’œuvre ». C’est au nom de ces principes, de ces valeurs mêmes tant la pédagogie est aussi perçue par lui comme un engagement, qu’il mène depuis des années des projets variés, dont les enjeux sont essentiels (la prison, les crimes contre l’humanité, la Résistance, les Droits de l’Homme …) et les résultats ambitieux (un livre est chaque année publié pour rassembler et valoriser les créations des élèves).

Pour Pascal Le Bert, enseignant innovant, la « nécessaire refondation de l’école aura lieu » pour peu qu’on envisage toute « expérience de classe » comme « un moment de vie ». Quand les élèves transmettent le patrimoine. Amener les élèves à découvrir leur patrimoine, en l’occurrence celui de la vallée du Loir, en réalisant tous les mois des documentaires diffusés sur une télévision locale : tel est l‘ambitieux projet de Sandrine Weill, professeure de lettres et d’option cinéma au lycée polyvalent d’Estournelles de Constant à La Flèche.

Comment le projet s’est-il monté ? Quelles sont les difficultés rencontrées ? J’ai été contactée en mars 2012 par Charlotte Comare et Mathilde Estadieu, chargées de missions au Pays Vallée du Loir, qui ne me connaissaient pas mais qui avaient vu le travail déjà réalisé par mes élèves et moi-même, des documentaires sur le patrimoine fléchois, dont tout particulièrement celui toujours diffusé au musée du moulin de La Bruère qui fabrique de la glace. Une twittclasse de jurés littéraires. "L'article a été écrit avant le forum.Entretemps, Hermine Murgia a du annuler sa participation". Créé en 1996 par la Fondation Nationale de Gérontologie, le Prix Chronos de littérature veut faire réfléchir ses jurés sur « le parcours de vie et la valeur de tous les temps de la vie, les souvenirs, les relations entre les générations, la vieillesse et la mort, les secrets de famille ainsi que la transmission des savoirs. » Hermine Murgia, documentaliste au collège Jules Verne de Bourges, en collaboration avec B.

Marty, professeure de français, a lancé dans l’aventure de ce prix littéraire une classe de sixième « très hétérogène ». Le projet s’est avéré d’autant plus stimulant que les élèves ont tweeté autour des romans sélectionnés : le désir de lire a été alors renforcé par le plaisir d’écrire, à travers un outil original et formateur.

Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est le prix Chronos de littérature ? Sixieme5jv‏@sixieme5jv21 Mars. Déconstruire et reconstruire : une collaboration interclasse en français au collège. Une fois par mois, des 3èmes et des 6èmes du Collège Joliot-Curie à Saint-Hilaire-des Loges ont travaillé en commun sur une plage de deux heures consécutives. Leurs professeures de français, Sophie Lerin et Céline M-P, ont ainsi cassé les murs de l’organisation scolaire, transgressé la logique du « chacun à sa place », pour susciter une fructueuse pédagogie collaborative. Le projet développe des compétences disciplinaires, par exemple la maîtrise de la conjugaison, mais aussi sociales et citoyennes, par exemple l’estime de soi et de l’autre dans leur capacité à transmettre et aider.

EcriTech'4 : Des outils mobiles pour une école en mouvement. De quoi la refondation est-elle le nom ? Dans la peau (numérique) d'un artiste. « - Qui est Georges Perec déjà ? - C’est moi ! Dans la peau (numérique) d'un personnage. Caroline Duret, professeure de français à Chambéry. a mené avec ses élèves un passionnant travail d’immersion dans un roman de Balzac : les élèves ont fait vivre la « Comédie humaine » sur Facebook en créant des comptes pour les différents personnages du « Père Goriot », en les faisant dialoguer sur le réseau, en donnant vie à l’univers romanesque par des articles et des liens divers… Voici comment, par une utilisation éducative du numérique et par une démarche créative, rendre sensible et compréhensible un classique de la littérature française à des adolescents du 21ème siècle… L’adaptation d’un roman comme Le père Goriot est une tâche ambitieuse et complexe : comment avez-vous construit le projet ?

Bâtie sur le modèle d’une simulation globale, la séquence plonge les élèves dans l’atmosphère du roman et les invite à endosser différentes personnalités fictives. Avatars pédagogiques. L’usurpation d’identité est illégale, donc délicieuse : peut-elle devenir une démarche pédagogique ? Différentes expériences témoignent assurément de ses vertus éducatives : se glisser dans la peau d’un personnage, d’un écrivain, d’un peintre …, c’est incorporer, donc s’approprier, un point de vue sur le monde ou un projet de vie, c’est connaître de l’intérieur une psychologie ou une idéologie. Après le livre : Créations et médiations numériques.

Bac de français, encore un effort ... Quand Petite Poucette écrit. Les « Petites Poucettes » et « Petits Poucets » chers à Michel Serres seraient-ils des illettrés ? Le langage SMS qui serait le leur marquerait-il la fin de notre civilisation ? On pourrait le croire en écoutant les propos de ceux qui tendent à instrumentaliser la langue française pour nourrir leur refus de la modernité ou leur mépris de la jeunesse. Des lycéens wikipédiens. La célèbre encyclopédie collaborative Wikipédia connaît depuis des années la rançon de son succès : le dénigrement.

Très bien référencée par les moteurs de recherches, elle constitue une source d’information majeure, mais aussi suspecte parce que susceptible de fournir du prémâché de mauvaise qualité. Marie-France Torralbo, professeure-documentaliste au lycée Gaston-Fébus à Bordeaux, a choisi pour sa part d’en faire tout à la fois un lieu et objet d’apprentissage : dans le cadre de l’enseignement d’exploration Littérature et société, les élèves ont entrepris de réaliser un article entier sur une photographe contemporaine qui n’y figurait pas. Lire à lier, un blog CM2 6ème. Et si on tweetait des alexandrins ? Spotted, espace pédagogique ? Libres enfants du numérique. Travailler sur le 11 septembre, des écrans aux écrits. Issue de rentrée : l’écriture ?

PIAAC : Nous avons passé les tests. Copy party : Tu ne copieras point ? Des tablettes au collège pour faire du français autrement. Goncourt des lycéens 2013 : Une invitation à abattre les murs. Les tablettes en lettres : panorama d’usages. Tablettes : Des couteaux suisses dans un collège breton.

Se révolter à la Voltaire à l’âge des médias. A travers l’écran : Les Lumières ? Lieux rêvés : Un fabuleux pecha kucha interdisciplinaire et interétablissements. PNF jour 3 : Quand l'enseignement du français retrouve vitalité. PNF Lettres Jour 2 : Quand la littérature donne à voir. PNF Lettres Jour 1 : Quand les mots ont rendez-vous avec les images. Conférence Cultures numériques : De quoi le numérique à l'Ecole est-il le nom ?