background preloader

Femmes amoureuses, séductrices, fantasmes

Facebook Twitter

Nées années 1990

Nées années 1980. Nées années 1970. Nées années 1960. Nées années 1950. Nées années 1940. Nées années 1930. Nées années 1920. Nées années 1910. Nées années 1900. 19ème siècle. 18ème siècle. Marion Delorme - 1611-1650. Madame de Montespan - 1640-1707. Marguerite de France 1553-1615. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marguerite de France 1553-1615

Marguerite de France ou Marguerite de Valois, est une princesse française de la branche dite de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne, née le et morte le . Par son mariage avec Henri de Navarre (futur roi de France Henri IV), elle devint reine de Navarre et reine de France lors de l'accession au trône de son mari dont elle fut démariée en 1599. Elle était la fille du roi Henri II et la sœur des rois François II, Charles IX et Henri III. Son mariage qui devait célébrer la réconciliation des catholiques et des protestants fut terni par le massacre de la Saint-Barthélemy et la reprise des troubles religieux qui s'ensuivirent. Lucrèce Borgia - 1480-1519.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lucrèce Borgia - 1480-1519

Biographie[modifier | modifier le code] Fille naturelle du cardinal Rodrigo Borgia (futur pape Alexandre VI) et de Vannozza Cattanei, patricienne romaine, Lucrèce est la sœur de César Borgia et est célèbre pour sa beauté autant que pour ses mœurs prétendument dissolues. Lucrèce Borgia : manipulatrice dévergondée ou outil politique ?

Nous sommes en juin 1519, dans ce qui ne se nomme pas encore l’Italie. Près d’un lit, un homme veille jour et nuit son épouse, triste et résigné. Il a donné l’ordre de faire dire des prières dans toutes les églises de son duché et ses sujets, d’eux-mêmes, se pressent en très grand nombre dans ces dernières afin d’invoquer la « miséricorde de Dieu ». Cet homme, c’est Alphonse d’Este, duc de Ferrare. Et son épouse, la très célèbre Lucrèce Borgia. Quelques jours auparavant, elle a donné naissance à une petite fille, morte quelques heures après sa venue au monde. Marguerite de Bourgogne - 1290-1315. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marguerite de Bourgogne - 1290-1315

Marguerite de Bourgogne est la sœur de : Elle est donc titrée, par mariage, reine de Navarre puis reine de France. De son mariage avec Louis X le Hutin est issue une fille, Jeanne II de Navarre (1311-1349)[6], qui ne recouvre qu'une partie de ses droits sur la Navarre en 1328, par un arrangement entre son mari Philippe d'Évreux et le roi de France Philippe VI de Valois. Sous la torture, les deux chevaliers auraient avoué leurs relations avec les princesses, qui duraient depuis trois ans, avant d'être, à Pontoise, écorchés vifs, châtrés, décapités, puis suspendus à un gibet[7].

Godiva. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Godiva

Godiva, ou plus correctement Godgifu, est une dame anglo-saxonne du XIe siècle, épouse du comte Léofric de Mercie. Sa vie est mal connue. Son nom est associé à une légende apparue plus d'un siècle après sa mort, selon laquelle elle aurait traversé les rues de Coventry à cheval, entièrement nue, afin de convaincre son époux de diminuer les impôts qu'il prélevait sur ses habitants. Marie de Magdala. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie de Magdala

Marie la magdaléenne est distinguée avec « Jeanne, femme de Chouza, intendant d'Hérode et Suzanne » parmi plusieurs femmes qui assistaient Jésus de leurs biens (Lc. 8, 3). L'Église catholique considéra à partir de Grégoire Ier au VIe siècle que Marie de Magdala ne faisait qu'une avec Marie de Béthanie (la sœur de Marthe et de Lazare) ainsi qu'avec la pécheresse qui oint le Christ de parfum (comme Marie de Béthanie) en Luc 7,36-50. Cette interprétation n'est pas partagée par l'Église orthodoxe, qui distingue clairement ces personnages, ni par les protestants. Son nom[modifier | modifier le code] Agrippine la Jeune - 15-59. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Agrippine la Jeune C'est aussi la mère de Néron qui a été empereur de 54 à 68.

Elle est en outre la descendante directe d’Auguste, empereur de 27 avant J. -C. à 14, et petite-nièce et petite-fille adoptive de Tibère, empereur de 14 à 37. Petite-fille d'Agrippa et également petite-fille de Drusus, Agrippine la Jeune est la fille de Germanicus, tous trois généraux romains ayant commandé en Germanie Inférieure. Biographie[modifier | modifier le code] La fille de Germanicus[modifier | modifier le code] Statue d'Agripppine la Jeune trouvée à Orante en 1885 En 17, Germanicus est rappelé à Rome où l’on célèbre son triomphe le 26 mai. Dès lors, Agrippine l’Aînée et ses enfants sont ballotés entre les rivalités personnelles et les affaires d’État. La mère de Néron[modifier | modifier le code] Pièce romaine représentant Agrippine la Jeune.

À Antium, le au lever du soleil[5], Agrippine accouche d’un fils, Lucius Domitius Ahenobarbus, le futur Néron. Julia Drusilla - 16-38. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Julia Drusilla - 16-38

Julia Drusilla Caligula et Drusilla, 38 ap. J. -C., camée en sardoine (Bibliothèque Nationale de France) Julia Drusilla (latin : IVLIA•DRVSILLA[1]), née le 16 septembre 16 et décédée le 10 juin 38, est une fille de Germanicus et d’Agrippine. Les récits des historiens latins mettent l'accent sur la passion qu'éprouve pour elle son frère Caligula, elle aurait été sa maitresse, de 29 (elle a 13 ans) jusqu'à sa mort en 38 (à 22 ans). Thaïs (courtisane) - IVème s. Av JC. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thaïs (courtisane) - IVème s. Av JC

Pour les articles homonymes, voir Thaïs. Thaïs (en grec ancien Θαΐς / Thaḯs) est une courtisane athénienne du IVe siècle avant notre ère. Cette hétaïre admirablement belle régnait sur les jeunes cœurs athéniens. Sappho - -630. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sappho - -630

Pour les articles homonymes, voir Sapho. Sappho Sappho lisant un poème à ses amies, vase de Vari, vers 440-430 av. J. ‑C., Musée national archéologique d'Athènes. Œuvres principales Hymne à AphroditePoème « L'égal des dieux » (fr. 31) Sappho (en grec ancien Σαπφώ) est une poétesse grecque de l'Antiquité qui a vécu aux VIIe siècle et VIe siècle av. Très célèbre dans l'Antiquité, son œuvre poétique ne subsiste plus qu'à l'état de fragments. Sappho et ses noms[modifier | modifier le code] Sapphô est connue comme étant « la Lesbienne », c'est-à-dire, au départ par antonomase, « la personne célèbre de Lesbos ». Le problème des sources[modifier | modifier le code] On possède peu de données sûres concernant Sapphô. Selon certaines sources historiques, ses œuvres, transmises jusqu'au XIe siècle, auraient été brûlées en 1073, en même temps que celles des autres poètes lyriques[3].