background preloader

Politiques publiques

Facebook Twitter

L’opposition entre représentation et participation est-elle bien formée (...) Le débat politique des dernières années a conféré une place centrale aux notions de démocratie représentative et de démocratie participative, qu’elles soient tenues pour deux modèles à distinguer, ou pour deux dimensions également nécessaires à la démocratie.

L’opposition entre représentation et participation est-elle bien formée (...)

Dans le premier cas, on voit s’opposer ceux qui considèrent que la représentation est essentiellement anti-démocratique, parce qu’elle dessaisit le démos de son pouvoir d’auto-institution, et ceux pour qui tout appel à la participation cache une volonté de délégitimer les pouvoirs institués et de substituer le pouvoir de minorités agissantes à la loi de la majorité. Ces deux positions radicales identifient la démocratie participative à la démocratie directe, conçue dans un cas comme un idéal, dans l’autre comme un repoussoir. Bien entendu, nombreux sont ceux qui soutiennent la nécessité d’associer représentation et participation. Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative. 1 Professeur des universités à l'IEP de Lille de chercheur au CERAPS (CNRS/université Lille II). 2 Boltanski, Luc, Chiapello, Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 1999. 3 Un article récusant cette distinction a par ailleurs été publié récemment sur laviedesidées.fr: Ber (...) 1Le titre de cet ouvrage de Loïc Blondiaux1 pourrait évoquer une chronique des mutations de la démocratie de ses origines à nos jours sur le modèle du désormais célèbre « Nouvel esprit du capitalisme »2.

Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative

Il n'en est pourtant rien. L'ambition de l'auteur est au contraire tournée vers le futur de nos systèmes démocratiques. Ce nouvel esprit c'est celui qui naît depuis quelques années, d'un double mouvement: la critique quasi omniprésente de la démocratie représentative, et l'émergence diffuse de nouvelles pratiques de démocratie participative, locales le plus souvent.3 6 D'après des écrits tels que Beck, Ulrich, La Société du risque.

Participation citoyenne à la procédure. Marine Dhermy La légitimation des décisions avec l'aimable autorisation de C.

Participation citoyenne à la procédure

Farlander Dans tous ses écrits, Niklas Luhmann dialogue de manière permanente avec Jürgen Habermas comme nous l’avons déjà fait remarquer plus haut. ‎epibesancon.fr/Contrib_react_CR_Debats/legitimite_democratique.pdf. La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité. Sans que nous en soyons très conscients, la démocratie est engagée dans une mutation de grande ampleur: une "révolution", écrit Pierre Rosanvallon.

La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité

Même s'il nuance aussitôt ce que le terme pourrait avoir d'excessif ou d'inquiétant en précisant "encore indéterminée", sous la forme de l'émergence d'une "démocratie indirecte". En tout cas, un renouvellement des formes du débat démocratique et, peut-être, un dépassement des difficultés du système représentatif, dans lequel les partis, explique l'auteur, sont pris comme "boucs émissaires de la zizanie des opinions". "Le suffrage universel procurera le bonheur universel", avançait Harney, un ami anglais d'Engels.

Il se trompait, évidemment. La Belgique en mutation : destination inconnue. La démocratie participative absorbée par le système politique local. Dossier : Réforme territoriale : un état des lieux La démocratie participative est devenue une norme de l’action publique locale.

La démocratie participative absorbée par le système politique local

Chez les élus locaux, il est désormais considéré comme incontournable d’associer les citoyens aux décisions entre deux échéances locales et de le faire savoir. L’augmentation régulière de l’abstention aux élections, qui affaiblit la légitimité des élus, renforce encore la prégnance de « l’impératif participatif » qui a saisi l’ensemble des pouvoirs locaux. Alors même que les contraintes juridiques qui poussent les élus à favoriser la participation de leurs administrés sont faibles, on assiste à une véritable prolifération de dispositifs de natures diverses qui s’accumulent, souvent sans véritable cohérence, à des échelles territoriales multiples.

L’heure est à l’innovation, à l’expérimentation et au bricolage de nouveaux outils. The Bing Bang Blog. L’architecture institutionnelle de la Belgique : histoire et clivages. ‎www.ftu.be/documents/ep/2011_08_Securite%20sociale%20belge%20clivage%20communautaire.pdf. La Revue nouvelle : Les clivages à l’épreuve de la société. La mixité sociale : objectif ou résultat des projets de rénovation urbaine. Depuis 2010, Sosten Projets réalise le suivi des relogements de trois projets de rénovation urbaine à Toulouse (Bagatelle, Mirail et Empalot), en lien avec les bailleurs, les associations de locataires et la Direction départementale des territoires.

La mixité sociale : objectif ou résultat des projets de rénovation urbaine

En 2012, ses consultantes ont également participé à l’animation de la démarche de concertation Ville/Associations organisée par la Direction du développement social de Toulouse pour « refonder la politique de la ville ». La complémentarité de ces deux missions permet de croiser les regards entre les exigences de la gestion du projet urbain et les aspects quotidiens de la vie sociale rapportés par les acteurs publics et associatifs présents dans les quartiers.

Elle peut contribuer à éclairer la lecture déjà contrastée des enjeux de mixité sociale et de peuplement (Kirzsbaum 2008 ; Charmes 2009) tels que le PNRU les envisage et les met en œuvre. La mixité par l’arrivée de nouveaux habitants : retour sur quelques présupposés Bibliographie.