background preloader

Quelles politiques pour l'emploi ?

Facebook Twitter

Afin de montrer que la diversité des formes et des analyses du chômage explique la pluralité des politiques, on analysera les politiques macroéconomiques de soutien de la demande globale pour lutter contre le chômage keynésien, les politiques d'allégement du coût du travail pour lutter contre le chômage classique, les politiques de formation et de flexibilisation pour réduire la composante structurelle du chômage.


On soulignera que les politiques de l'emploi sont aussi fondées sur la prise en compte du rôle du travail et de l'emploi dans l'intégration sociale. On se demandera en quoi ce lien entre travail et intégration sociale est fragilisé par certaines évolutions de l'emploi

Flexibilité du marché du travail, taux de chômage, taux d'emploi, qualification, demande anticipée, salariat, précarité, pauvreté. Le contrat « zéro heure », une spécificité britannique qui séduit, Directions ressources humaines. À l'occasion des élections législatives qui débutent le 7 mai en Grande-Bretagne, focus sur les contrats "zéro heure", qui se sont multipliés en Grande-Bretagne sous l'impulsion de David Cameron.

Le contrat « zéro heure », une spécificité britannique qui séduit, Directions ressources humaines

Appeler les employés pour travailler seulement quand l’entreprise en a besoin, et les payer seulement pour le nombre d’heures effectuées. Au Royaume-Uni, ce type de contrat dit « zéro heure » est en plein essor depuis 2008. Dans le pays, 1.4 millions de salariés seraient concernés, d’après les estimations du Trade Union Congress (TUC), la fédération nationale des syndicats. En vertu de ces contrats, les employeurs n’ont pas d’obligation de leur donner des heures de travail chaque semaine, mais les employés ne sont pas forcés d’effectuer les heures demandées. Cet arrangement suppose néanmoins que plusieurs principes du droit du travail britannique, définis dans le Employment Rights Act de 1996, soient respectés. La précarité augmente. Cahiers français, novembre-décembre 2009 N 353. Baisse de charges sur les bas salaires : l’étude qui prouve le fort effet sur l’emploi. Les précaires restent aux premières loges du chômage.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jean-Baptiste Chastand Les chiffres du chômage du mois d’octobre, qui seront publiés jeudi 27 novembre à 18 heures, ne devraient pas démentir la tendance.

Les précaires restent aux premières loges du chômage

La hausse du chômage, quasi continue, depuis presque trois ans et demi s’explique d’abord par une explosion de la précarité en France. Une tendance lourde depuis dix ans, mais qui s’est encore renforcée depuis la crise de 2008. En septembre, plus de 30 % des inscriptions à Pôle emploi étaient dues à une fin de CDD ou de mission d’intérim. Par comparaison, les licenciements ne représentaient qu’un peu plus de 10 % des motifs d’inscription. Même en prenant en compte les ruptures conventionnelles, étonnement non répertoriées par Pôle emploi, les fins de CDI ne représentent donc qu’une petite partie des inscriptions au chômage. Allocations chômage, qualité des appariements et chômage. L’un des débats du moment porte sur l’assurance chômage.

Allocations chômage, qualité des appariements et chômage

Manuel Valls et Emmanuel Macron n’excluent pas de revoir ce que l’on appelle la « générosité du système », en réduisant le montant de l’allocation et la durée d’indemnisation. L’objectif est assez clair : réduire le déficit du régime (4 milliards d’euros) en incitant les chômeurs à rechercher plus activement un emploi. Ce qui est dans la lignée du contrôle renforcé des chômeurs, évoqué très récemment. A gauche, c’est la foire d’empoigne. L’occasion de remettre certaines choses à plat sur le principe et l’utilité des assurances chômage, du point de vue des économistes, plutôt que des politiciens. Dans les débats publics, j’ai le sentiment que la question de l’assurance chômage est traitée 95% du temps sur la base du degré de solidarité du système. A quoi servent les allocations chômage ?

Et pour cause. Que faire pour baisser le chômage en Gaule ? La question du chômage n’a pas été au premier plan de l’élection du chef gaulois, mais les lecteurs de ce blog sont susceptibles de vouloir en savoir un peu plus sur ce que pensent les zeconomix sur ce sujet.

Que faire pour baisser le chômage en Gaule ?

Ce billet a pour ambition de faire le tour des positions des économistes gaulois sur la question. Car le fait est qu'ils ne sont pas d’accord ni sur le diagnostic, ni sur les solutions, ni même sur leur mise en pratique. Il vaut donc la peine de faire un rapide survol des différentes visions du marché du travail français. Mille excuses d’avance si je mélange des chercheurs reconnus avec d’autres qui ne participent pas vraiment à la démarche scientifique d’évaluation par leurs pairs.