background preloader

Écologie

Facebook Twitter

Novembre 2015 rapport 5 Etude INRA AgroParisTech maraîchage biologique permaculturel et performance économique. Permaculture – Anthropogoniques. 1.

Permaculture – Anthropogoniques

Publications scientifiques2. Publications diverses3. Livres4. Articles grand public Publications scientifiques. Financer un Projet alimentaire sur un territoire. Publié le 13 septembre 2018.

Financer un Projet alimentaire sur un territoire

La série d'outils développée en 2018 autour du financement s'enrichit d'une nouvelle carte heuristique qui vise à simplifier et accompagner vos recherches de financements publics et privés dans le cadre de Projets Alimentaires Territoriaux (PAT). Ce nouvel outil a été construit en partenariat avec Terres en Ville dans le cadre du Réseau national pour un Projet Alimentaire Territorial co-construit et partagé (RnPAT).

Comment utiliser cet outil Pour chaque entrée, un hyperlien renvoie sur le site Internet du financeur potentiel. Pour y accéder, il suffit de cliquer sur chacune des petites icônes de couleur à gauche où à droite de la vignette verte qui vous intéresse et ainsi prendre connaissance des financements en cours ou à venir (calendrier, nature de l’aide, objectifs…). Paris : la première épicerie anti-gaspillage inaugurée ce mercredi dans le 19e. La première épicerie anti-gaspillage de l'enseigne «Nous anti-gaspi» doit être inaugurée ce mercredi 6 novembre, près de la Place des Fêtes, dans le 19e.

Paris : la première épicerie anti-gaspillage inaugurée ce mercredi dans le 19e

Dans cette supérette située au 64, rue du Pré Saint-Gervais (19e), les Parisiens pourront trouver toute sorte de produits issus de l'alimentation classique, mais écartés du circuit de grande distribution des enseignes dites «traditionnelles», soit parce que l'emballage de ceux-ci est abîmé, soit parce que leur date de péremption est trop courte. Pareil pour les fruits et les légumes trop petits, trop disgracieux ou considérés comme «hors normes», pourtant dotés des mêmes qualités gustatives et nutritives que les autres, qui trouvent leur place dans les étals de cette épicerie, qui prône l'anti-gaspillage alimentaire.

Paris : la première épicerie anti-gaspillage inaugurée ce mercredi dans le 19e. Le biomimétisme peut-il rendre l'économie écologique ? S’inspirer de la nature ne sert pas qu’à rendre la technologie plus performante : les écosystèmes peuvent aussi inspirer nos modes d’organisation et changer nos objectifs de développement.

Le biomimétisme peut-il rendre l'économie écologique ?

Au salon du biomimétisme Biomim’expo 2019, à Paris, on s’est demandé si ce concept dans l’air du temps pouvait radicalement changer l’économie et l’éducation pour répondre aux crises écologiques. Produire du béton « auto-cicatrisant » grâce à des champignons, créer un terreau plus nourrissant en s’inspirant des fils d’araignée, doter un robot du sens de l’orientation ultra performant des fourmis… La nature est une source d’innovation inépuisable pour l’industrie et la recherche. « 3,8 milliards d’années de R&D, d’adaptation et d’optimisation continues, avec un génie inouï et une efficacité époustouflante », pour reprendre l’une des punchlines de Biomim’expo. Biomimétisme low tech « Le biomimétisme ne peut pas être que techniciste. Pour un futur vraiment écologique, il faut passer à la "Low-Tech"

Et si le futur ne pouvait pas être high tech ?

Pour un futur vraiment écologique, il faut passer à la "Low-Tech"

C’est en tout cas ce que défendent les partisans de la « Low-Tech ». L’écologie serait-elle atteinte de schizophrénie ? Quand on regarde le rapport qu’entretiennent les écologistes avec la question de la technologie, on peut légitimement se poser la question. Entre partisans d’une écologie high-tech d’un côté et des décroissants de l’autre, prêt à renoncer à toute technologie moderne, l’écologie semble enfermée dans un débat sans fin sur les qualités écologiques ou non de la technologie.

Technophilie et technophobie : quelle critique possible ? 1Le xxe siècle fut, plus que d’autres, le siècle de la technique.

Technophilie et technophobie : quelle critique possible ?

La montée en puissance de son efficacité, l’extension quasi illimitée de ses champs d’application et d’intervention, ont accéléré le mouvement de transformation des sociétés au point de laisser l’homme un peu perplexe quant à sa capacité d’accompagner et d’anticiper ce qui se dessine. L’affaire n’est pourtant pas que psychologique. Livre blanc numerique environnement livreblancecolonum. François Jarrige : « La technophobie est un leurre. Vous avez rédigé plusieurs ouvrages liés de près ou de loin à la question de la technique, mais comment la définissez-vous ?

François Jarrige : « La technophobie est un leurre

En réalité, les livres dont vous parlez évoquent assez peu « la technique » en général, ils essaient plutôt d’explorer les techniques dans leur diversité, la multitude des objets et la façon dont les sociétés du passé les appréhendaient. Je ne suis pas philosophe et n’essaie pas de définir ce que serait une essence de la technique ou du phénomène technique, je suis historien et ce qui m’intéresse davantage, c’est de comprendre l’invention d’une certaine idée de la technique, sa « sacralisation », et ses effets sociaux et écologiques.

. « Au XVIIIe siècle […] ce que nous nommons aujourd’hui « la technique » n’existait pas. » Il est courant de désigner la technique comme neutre : un couteau, après tout, peut être utilisé à la fois pour tuer quelqu’un et pour trancher un bout de viande. Aujourd’hui. L’écologie : un refus des Lumières ? L’objectif de cet article n’est pas de créer une polémique inutile et stérile mais simplement de soulever une ambiguïté intellectuelle présente au sein de l’écologie politique.

L’écologie : un refus des Lumières ?

En effet, une très grande majorité des écologistes militants, et non pas seulement ceux engagés en politique, refusent le libéralisme non seulement économique mais aussi philosophique, comme l’a montré la tribune de Noël Mamère, d’Eva Joly, et d’Esther Benbassa, publié dans le journal Libération du 27 janvier. Nous tenterons de mettre à jour, dans cet article, la généalogie d’un tel refus. L’écologie est entrée dans la vie politique il y a près de trente ans lorsque quelques écologistes allemands sont devenus députés. Les années soixante-dix ont en effet vu le rassemblement de libertaires post-soixante-huitards, d’écologistes, de scientifiques et de défenseurs de la nature autour de la question du nucléaire et des premières réflexions sur la croissance. Écologie et technologie : de la technophobie à la technophilie. La technophobie est-elle une des caractéristiques de la prise de conscience environnementale et des premières mobilisations écologiques ?

Écologie et technologie : de la technophobie à la technophilie

Plutôt que d'une opposition terme à terme, il convient d'analyser le rapport à la technologie comme une tension qui polarise l'écologie depuis ses débuts, et qui s'est organisée avec des modalités différentes selon les pays, avec un effet de balancier qui, sur deux siècles, tend à glisser de la technophobie à la technophilie. (65) Table Ronde Transhumanisme : entre technolâtrie et technophobie.

Quand la technologie épouse l'écologie... Peut-on être technophile et écologiste ?

Quand la technologie épouse l'écologie...

Oui, à en croire ce livre, à condition de ne pas sombrer dans le scientisme. OGM, climat, ondes Wi-Fi... Face à la multiplication des polémiques technico-écologiques, Corinne Lepage et Jean-François Bouvet s'attaquent à ce qu'ils considèrent comme des contre-vérités des lobbies. Une manière d'alimenter les débats en distinguant innovation et progrès technologiques. Non, sans OGM, la planète ne mourra pas de faim. Ne les accusez pas d'être opposés au développement technologique. « Beaucoup d'innovations, comme Internet ou l'utilisation de l'énergie solaire, sont bénéfiques pour la planète », tient à rappeler Jean-François Bouvet. Dans une société de surinformation, le public ne sait plus qui croire. Écologie et technologie : de la technophobie à la technophilie.

Comment devenir un technophile plus écolo ? Difficile de résister au numérique face à l'essor des nouvelles technologies. La place qu'elles occupent dans notre société est considérable, c'est pourquoi il semble judicieux d'apprendre à concilier écologie et technologie. Pacte Energie Solidarité vous propose quelques astuces pour être plus respectueux de l'environnement. A l'échelle mondiale, les technologies issues du numérique représentent près de 5 à 10% de l'électricité consommée chaque année. Face à ce constat, l'enjeu de rendre le numérique plus éthique et écologique fut évoqué lors de la 7ème édition du festival français de l'innovation Futur en Seine.

Critique Collapsologie

L’agriculture urbaine : un terreau propice à l’innovation sociale et pédagogique ! Résumé : ►Introduction : Le développement des projets d’AU durables implique de former les futurs ingénieurs agronomes aux projets scientifiques transdisciplinaires, pluri-acteurs en adoptant une méthode agile et prenant en compte l’incertitude liée aux conflits d’usages pour les espaces urbains et péri-urbains, particulièrement en Europe.

►L’objectif de cette communication est donc de présenter dans un contexte « d’urgence écologique », les innovations pédagogiques ciblées sur l’AU (et aussi extrapolables à d’autres domaines transdisciplinaires) développées depuis 2016 dans le cadre de deux modules proposés aux étudiants de l’Université de Toulouse (INP-Purpan et INP-ENSAT): (i) Partenariat agile Université-Entreprises ; (ii) Transdisciplinarité, analyse multicritère et gestion de l’incertitude ; (iii) pratique pédagogique réflexive (articulation de la réflexion dans l’action et sur l’action) ; (iv) essaimage des innovations pédagogiques. Changements et transitions : enjeux pour les éducations à l'environnement et au développement durable (Actes du colloque)

Économie circulaire et développement durable : écologie industrielle et circuits courts. Résumé : S’opposant au schéma linéaire de consommation des ressources fondé sur le triptyque « extraire-fabriquer-jeter », l’économie circulaire propose un nouveau modèle industriel qui vise à optimiser l’utilisation des ressources et à éliminer ou réduire les déchets. Elle s’appuie sur le ré-emploi, la réparation, l’écoconception, l’écologie industrielle, l’approvisionnement durable et la consommation responsable. L’écologie industrielle et les circuits courts peuvent contribuer, en particulier à l’échelle des territoires, à l’émergence d’un véritable développement durable. Cet ouvrage présente à la fois l’évolution de ces concepts et les expériences concrètes qui en découlent en France et dans d’autres pays. Un modèle intégré détaille les mécanismes par lesquels écologie industrielle et circuits courts génèrent des bénéfices économiques, sociaux et environnementaux. Recherches collaboratives en éducation à l’environnement et au développement durable : l’enjeu de la modélisation de l’ingénierie éducative, pour une transférabilité d’un territoire à un autre.

Cadre d’analyse interdisciplinaire des projets d’économie circulaire : représentations des territoires d’action et mobilisation des capitaux. Abstract : Dans le cadre de structuration de projets interdisciplinaires ayant notamment pour objectifs les évaluations multicritères d’expérimentations mises en place par des acteurs économiques, des collectivités publiques ou des représentants de la société civile, il est apparu particulièrement important à des chercheurs issus à la fois des sciences humaines et sociales et des sciences pour l’ingénieur de confronter leur cadre d’analyse et d’en construire un nouveau. Celui-ci permet à la fois de concilier le regard que porte l’entreprise sur son territoire d’implantation et le regard des autres acteurs sur un territoire qui recoupe partiellement les perspectives de l’entreprise pour définir comment un projet collectif peut émerger, se structurer et être à l’origine de nouvelles dynamiques d’actions et de modalités renouvelées de création de valeur.

Education à l'environnement. Abstract : The Environmental Education has always aimed to contribute through social and educational way for reflection and resolution of the ecological crisis. However, despite a significant theoretical and practical production, its scope is limited by the political powers. Instrumentalized in fact for several years, the North and the South of the planet, it is marked by a rather normative orientation and / or prescriptive. Its gradual transformation into "Education for Sustainable Development" is only a way to recycle the concept of development and evade the critical modes of production and consumption. Education à l'environnement. Les technologies de l'information à l'épreuve du développement durable. Abstract : The words "green ICTs" (information and communication technologies), "green IT" or "eco-ICTs" have spread in recent years either asserting the ecological potential of digital technologies or, on the contrary, underlining the progress needed in this field.

Our paper raises the issue of ICT production and use, showing how they help to steer human societies towards more ecological ways, or on the other hand how they generate pollutions and "rebound effects", which might more than cancel expected benefits. What stakes are currently involved in these terms? By crossing the contributions of several disciplines, the paper highlights a trend shared by many stakeholders who believe that the problem can be solved through technical advances and thus can be dropped out of their agendas. Testing the consistency between goals and policies for sustainable development: mental models of how the world works today are inconsistent with mental models of how the world will work in the future.

Abstract : Understanding complex problems such as climate change is difficult for most non‐scientists, with serious implications for decision making and policy support. Scientists generate complex computational models of climate systems to describe and understand those systems and to predict the future states of the systems. Peut-on encore sauver la planète ? La communauté internationale face aux défis écologiques.

Résumé : L’ AFD est l’Agence française de développement. Sa mission est de participer au financement du développement dans le cadre de la stratégie française d’aide au développement. Green Cross International (GCI) est une ONG dont l’objectif est de promouvoir le changement de valeurs et de favoriser la prise de conscience des enjeux environnementaux La co-organisation de cette conférence par une institution financière et une ONG à but environnemental a permis de pleinement aborder, en trois heures, la diversité des défis écologiques mondiaux qui interpellent la communauté internationale, à la fois sous l’angle politique, économique et socioculturel.

Commission RSE AACC. Blog - APM. (52) L'innovation Jugaad : faire mieux avec moins. Comment parler du réchauffement climatique dans les jeux vidéo  ? Le bitcoin émet autant de carbone qu'un petit pays - Heidi.news. Designers Éthiques – Penser et concevoir des services numériques responsables et durables. Revue des livres, des idées et des écologies. Les principes de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) La pensée écologique – La pensée écologique. Expression peu familière, la « pensée écologique » exige en premier lieu une clarification sémantique. Il existe toute une nébuleuse terminologique gravitant autour de l’écologie. L’« écologie » est d’abord une science, baptisée telle par Ernst Haeckel. Le Mouton Numérique. Ethics by design 2018 - Le film. Studio Good Impact. Designers Éthiques – Penser et concevoir des services numériques responsables et durables. Les low tech sauveront-elles le monde? 1/3.

Notre monde et nos sociétés foncent droit dans le mur. Nous le savons tous, mais nous continuons imperturbablement dans la même direction avec une obstination qui force peut-être l'admiration, mais qui pourrait se révéler catastrophique au final. Pour échapper à la Grande Catastrophe, plusieurs éléments sont a reconsidérer de A à Z : Une société ou la consommation croit continument n'est plus envisageable,Notre rapport de plus en plus pervers avec la vitesse n'est plus envisageable,Une société qui produit de plus en plus de déchets, de mal vivre, de gens laissés sur le coin de la rive n'est plus envisageable. Quelles technologies pour une société durable ? – Atterrissage. Des surfaces biomimétiques extraient de l’eau potable de l’air du désert. Fontus transforme l'air en eau potable grâce à l’énergie solaire. Dans le désert chilien, des "attrape-brouillard" capture les gouttelettes d'eau. Airdrop Irrigation : un système qui récupère l'eau de l'humidité de l'air.

Edward Linacre, étudiant à la Swinburne University of Technology de Melbourne en Australie a remporté le prix James Dyson Award 2011 avec son système d’irrigation Airdrop unique au monde. (11) permaculture agroécologie etc... (□□□) La face cachée du numérique : l'impact environnemental des nouvelles technologies. 2015 brest cantinenum. Guide pratique face cachee numerique. La face cachée du numérique : l'impact environnemental des nouvelles technologies.

Numérique : le grand gâchis énergétique. Impact environnemental du numérique. EcoInfo – Pour une informatique éco-responsable.