background preloader

SMART CITY

Facebook Twitter

Dijon lance son projet smart city, aussi ambitieux que risqué. La métropole inaugure son hyperviseur capable de piloter l'équipement urbain de 24 communes.

Dijon lance son projet smart city, aussi ambitieux que risqué

Un projet à 105 millions d'euros à l'équilibre financier contesté et qui repose beaucoup sur un consortium de grands groupes. [Interview] "Plus que jamais, nous croyons en la Smart City et aux objets connectés", Pierre Andrade (Suez) L’Usine Digitale : Suez a lancé les applications On'Connect Tourism et On'Connect Generation fin 2018. Quel est leur objectif, et quel premier bilan tirez-vous de cette expérience ? Pierre Andrade : Tout est parti d’une demande de l'un de nos clients. La ville de Biarritz, pour laquelle nous opérons la gestion de l’eau et l’assainissement, voulait notamment optimiser sa gestion des services publics.

Avec Tell My City, Argenteuil réalise des économies. Au nom de la Smart City, des villes sous surveillance. Imaginez : depuis la salle de commande d’un centre municipal de supervision, vous contrôlez toute votre ville. Sur un mur d’écrans, vous suivez les individus au comportement « anormal », vous vérifiez les objets abandonnés, vous repérez une altercation dans la rue, sans oublier de surveiller les tramways bondés, de garder un œil sur la crue de la rivière… Pas besoin de chercher au hasard : l’intelligence artificielle vous montre, parmi les images filmées par des centaines de caméras haute définition à vision nocturne, uniquement ce que vous devez voir.

Mieux : vous recevez en direct les vidéos d’attroupements suspects ou de véhicules gênants envoyées depuis leur smartphone par vos administrés, et un algorithme scanne les réseaux sociaux pour anticiper d’éventuels rassemblements à risques. [DOSSIER] Territoires intelligents : un levier de performance. Villes, communes, départements, communautés d’agglomération, métropoles, régions… Tous les territoires travaillent aujourd’hui et depuis quelques années à la digitalisation de leurs organisations, à la dématérialisation de leurs process comme à la mise en place de services publics plus performants, d’abord pour de gains de productivité et de coût.

[DOSSIER] Territoires intelligents : un levier de performance

Chacun de leurs différents domaines de compétences sont concernés, que ce soit l’urbanisme, la mobilité, le développement économique, le tourisme, les déchets… avec en transverse la collecte et l’analyse des données, grâce à l’IA, pour mieux anticiper les politiques publiques à mener. Territoire intelligent : 15 initiatives publiques inspirantes. Qu’elles émanent de l’Etat, d’une région, d’une métropole ou d’une petite commune, toutes les initiatives que nous développons ici offrent matière à réfléchir à tous ceux qui veulent innover dans les territoires, que cela concerne leur process internes comme les services proposés aux usagers.

Territoire intelligent : 15 initiatives publiques inspirantes

N’hésitez donc pas à nous informer des projets que vous avez mis en place. Toronto Advisor Resigns Over Data Concerns with Google's Smart City Project. Pour servir la smart city, les villes tentent d'arracher leurs données aux entreprises. Open data, collaboration, coercition : d'une manière ou d'une autre, les villes veulent récupérer de précieuses data se trouvant dans le giron du secteur privé.

Avec plus ou moins de succès. Depuis qu'elles ont cerné le pouvoir que recèlent les données pour mieux comprendre leur territoire et améliorer leurs services, les villes cherchent à en obtenir toujours plus. Elles ont d'abord commencé à s'intéresser à celles émanant de leurs propres services. Puis à celles des entreprises délégataires de service public, notamment dans les transports (Kéolis, RATP, Transdev…), l'énergie (Engie, EDF) ou encore le traitement de l'eau et des déchets (Suez, Veolia). Depuis la loi pour une république numérique (2016), ces sociétés doivent mettre en open data leurs données liées aux services publics qu'elles opèrent, qui sont considérées comme des "données d'intérêt général".

Akim Oural (rapporteur smart city gouvernemental) : "La France peut devenir le géant de la science numérique de la ville" Un-projet-smart-city-dans-le-quartier-du-stade-matmut-atlantique-de-bordeaux.N712034#xtor=EPR-4&email=epaul@markess. Alphabet unit to start Toronto smart-city tech pilot in summer, build in 2020. Dans la smart city, Renault transforme ses voitures en réservoirs d'électricité. Sur une île portugaise, le constructeur va récupérer les surplus de production électrique renouvelable pour alimenter ses véhicules à prix réduit et redistribuer de l'énergie sur le réseau.

Dans la smart city, Renault transforme ses voitures en réservoirs d'électricité

A travers la ville intelligente, Renault espère avoir trouvé un nouveau business qui renforcera ses ventes de véhicules électriques. Le constructeur s'est allié à l'énergéticien Empresa de Electricidade da Madeira (EEE) qui fournit en électricité l'île portugaise de Porto Santo (dans l'archipel de Madère) pour l'aider à remplir son objectif d'atteindre une production électrique à 80% d'origine décarbonnée. Les autorités ne veulent plus dépendre de polluant générateurs au diesel pour se fournir en électricité. Des lampadaires aux consignes de tri, Bordeaux met tout un quartier à l'IoT. Could smart cities save governments, people and companies $5trillion annually? Smart cities could save governments as much as $4.95 billion annually Smart city technologies could save enterprises, governments and citizens globally over US$5 trillion annually by 2022, according to a new whitepaper by ABI Research.

Could smart cities save governments, people and companies $5trillion annually?

The paper analyses the scope for cost savings and efficiency as a driver for smart city deployments, smart technologies and the IoT. According to Smart Cities and Cost Savings, the use and deployment of IoT and smart technologies will be pivotal to the future success of smart cities, but only if players collaborate to embrace a holistic approach. With higher concentrations of people and enterprises in cities as a result of urbanisation, smart city and IoT technology, along with new sharing and service economy paradigms, will be key for cities to optimise the use of existing assets, maximise efficiencies, obtain economies of scale and ultimately create a more sustainable environment. Governments: Could save as much as $4.95 billion annually. Read more. Comment-orange-aide-montgenevre-a-devenir-une-smart-station.N616973#xtor=EPR-4&email=epaul@markess. Le-plan-de-valerie-pecresse-pour-faire-de-l-ile-de-france-une-smart-region.N617113#xtor=EPR-4&email=epaul@markess.

À la Smart City Expo, le centre de commande devient le cerveau de la ville. Lors du salon de Barcelone, plusieurs entreprises ont dévoilé des plateformes permettant de gérer tous les services d'une smart city en un seul endroit.

À la Smart City Expo, le centre de commande devient le cerveau de la ville

Une plateforme pour les gouverner toutes. Lors du salon Smart City Expo World Congress, qui se tient à Barcelone du 14 au 16 novembre, plusieurs entreprises ont présenté leurs offres de centres de commande. Si ces plateformes existent depuis longtemps, elles se sont historiquement concentrées sur la sécurité et la vidéosurveillance.

Aujourd'hui, elles proposent un monitoring et une gestion de nombreux services de la smart city en un seul endroit, utilisent de nouvelles sources de données et permettent même d'automatiser certaines décisions. Smart city : où sont les villes intelligentes en France. 25 communes, métropoles et communautés d'agglomération françaises développent des services intelligents. Voici ce qu'elles font et qui pilote leurs projets. 14 des 25 smart cities françaises ont moins de 250 000 habitants, soit plus de la moitié d'entre elles. Si les communes les plus importantes de France, comme Paris, Marseille ou Lyon, sont naturellement au rendez-vous, des villes plus modestes ne comptent pas rester sur la touche.

Cliquez sur notre carte interactive (et zoomez si besoin) pour découvrir leur nom et le détail des projets qu'elles développent. La ruralité veut ses "smart campagnes" Les villages et les petites villes s'intéressent aussi à la smart city, avec des contraintes budgétaires et des besoins qui leur sont propres.

La ruralité veut ses "smart campagnes"

Au lieu de "smart city", d'aucuns préfèrent parler de "smart territoires". Une manière de rappeler qu'il n'y a pas de raison que seules les villes profitent de ces technologies, qui intéressent aussi les communes rurales et périurbaines. Mais avant même d'entrer dans des considérations de smart city, certaines doivent déjà régler un problème de connectivité. "Même si on peut faire des choses sans, le très haut débit est une des priorités pour ces communes, d'autant que c'est une demande des usagers", confirme Cédric Verpeaux, responsable du pôle villes et territoires intelligents à la direction des investissements de la Caisse des dépôts.

Pour celles qui ont déjà passé cette étape, il faut ensuite surmonter un certain nombre de barrières spécifiques aux petites collectivités. La plus importante est financière. Manque de compétences. Les Smart Cities, au service de l’usager. Les technologies numériques et les innovations écologiques promettent de repenser en profondeur l’organisation de l’espace urbain.

Les Smart Cities, au service de l’usager

L'idée, à terme, est de construire un nouveau modèle de ville à la fois durable, ouverte et attractive, et de passer ainsi du « service public » au « service aux individus ». De Singapour à Las Vegas, passage en revue des expérimentations les plus prometteuses déployées au cours des derniers mois pour inventer la ville du futur. Pour la British Standards Institution, la Smart City se définit comme « l’intégration effective de systèmes physiques, numériques et humains dans un environnement construit, pour fournir un avenir durable, prospère et non exclusif à ses citoyens ».

IBM préfère la définir comme « une ville qui fait un usage optimal de toute l’information interconnectée disponible pour mieux comprendre et contrôler son fonctionnement et optimiser l’usage des ressources limitées ». Smart city : la CNIL dresse un tableau sombre pour les libertés individuelles. Tentation du contrôle des individus, aide à la surveillance, concurrence des services numériques...

Smart city : la CNIL dresse un tableau sombre pour les libertés individuelles

La smart city pose de nombreux défis aux autorités et habitants. Parmi les propositions pour s'en prémunir, une « portabilité citoyenne » des données de plateformes privées. Alphabet to develop high-tech waterfront site in Toronto. Smart City sur JDN : actualités et tendances sur la ville intelligente. Uber ouvre ses données sur les temps de déplacement en région parisienne.

La "love story" entre Uber et Paris continue.

Uber ouvre ses données sur les temps de déplacement en région parisienne

"C'est à Paris en 2005 que l'idée d'Uber est née, à Paris qu'Uber s'est lancé en premier hors des Etats-Unis en 2008, et que la fonctionnalité "Pool" a été introduite en Europe", rappelle Alexandre Droulers, responsable des "nouvelles mobilités" chez Uber France. Et c'est encore à Paris qu'Uber a décidé de lancer la plate-forme Movement sur le vieux continent. Il va l'annoncer lors du festival Autonomy ce 20 octobre 2017 à Paris.

"Movement", c'est ce site lancé en début d'année sur lequel le service de transport partage une partie de ses données, sous licence Creative Commons*. Villes : 5 pièges à éviter avec vos prestataires de smart city. Le chef de projet smart city, cheville ouvrière de la ville intelligente. Les titulaires de ce poste à Lyon, Rennes et Grenoble expliquent quelles sont leurs missions et leur rôle dans le développement de la ville intelligente. Entre les élus qui s'occupent de la smart city et les entreprises qui proposent leurs technologies, se trouve un acteur moins connu, mais tout aussi essentiel : le chef de projet smart city.

Employé par la ville ou la métropole, il est souvent rattaché à une direction en charge du développement économique ou de l'innovation, et plus rarement dédiée à la smart city. Il peut être seul ou disposer de quelques collaborateurs mais les chantiers de smart city concernent tellement d'aspects de la municipalité qu'il faut travailler avec tout le monde, explique Laurent Deslattes, chargé de mission numérique et chef de projet smart city à Grenoble-Alpes Métropole, dont le plan ville intelligente est en cours d'élaboration. Sensibiliser le public, connaître le privé. Comment Paris va profiter des JO 2024 pour devenir une smart city. Gabrielle Gauthey (Caisse des dépôts) : "Nous avons investi 50 millions d'euros dans la smart city en deux ans" La directrice des investissements de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) détaille l'importance prise par la smart city et les start-up dans son soutien à la transformation numérique des collectivités.

Pourquoi Bosch crée une division Smart City en France. Smart city : où sont les villes intelligentes en France. Dijon devient smart pour 100 millions d'euros. Nantes Métropole, l'élève modèle de l'open data français. La sécurité connectée, cheval de Troie de Thales pour envahir la smart city. Le géant français de l'électronique appliquée à la défense et au transport propose deux solutions dédiées à la ville intelligente.

Orange Business Services relève le défi des smart cities. La filiale services aux entreprises d'Orange est parvenue à décrocher un contrat de plusieurs millions d'euros avec l'opérateur qatari Meeza pour fournir des services et applications dans le domaine des villes connectées. Alain Staron (Veolia) : "Une vingtaine de collectivités françaises sont déjà clientes de notre offre smart city"