background preloader

Quantified self

Facebook Twitter

Santé augmentée, réaliste ou totalitaire ? - M. Thiel. Les développements biotechnologiques de la médecine fascinent et inquiètent. Et ce qui nous apparaissait hier, à juste titre, comme un immense progrès, est peut-être en passe de susciter des tourments inédits. Immortalité, invulnérabilité, des moyens considérables de maîtrise s'invitent dans le développement de l'humain depuis sa première cellule.

En se proposant non seulement de diagnostiquer, soulager, mais aussi de réparer, régénérer, voire de transformer et d'augmenter l'être humain, la médecine contemporaine s'ouvre à des scénarios de science-fiction, mais est-elle encore dans sa fonction ? Ce mouvement de médicalisation globale de l'existence humaine contribue-t-il à l'humanisation des personnes et au bien-être social ? Sans diaboliser ces développements, Marie-Jo Thiel nous aide à ouvrir les yeux et à reconnaître que la santé n'est pas qu'une affaire de technique et de longueur de vie.

L’humanité augmentée. L'économie de l'attention - Yves CITTON. _CAHIERS_IP2_WEB.pdf. Transhumanisme. H+, un symbole du transhumanisme. Le transhumanisme est un mouvement culturel et intellectuel international prônant l'usage des sciences et des techniques afin d'améliorer la condition humaine notamment par l'augmentation des capacités physiques et mentales des êtres humains.

Les transhumanistes considèrent certains aspects de la condition humaine tels que le handicap, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort subis comme indésirables. Le transhumanisme partage de nombreux éléments avec l'humanisme, y compris le respect de la raison et de la science, une volonté de progresser et une valorisation de l'existence humaine (ou transhumaine). Il en diffère cependant par la reconnaissance et l'anticipation des changements radicaux que pourraient entraîner les techniques émergentes[1]. Le terme « transhumanisme » est symbolisé par « H+ » (anciennement « >H »[3]) et est souvent employé comme synonyme d'« amélioration humaine ». Histoire[modifier | modifier le code] (en) Allen E. Conférence : Améliorer nos vies avec les technologies réflexives ? Beaucoup de technologies sont naturellement réflexives : consulter son agenda permet par exemple de prendre conscience de ses routines, du temps passé à mener telle ou telle tâche.

D’autres sont spécifiquement conçues dans cet objectif : un coureur à pied utilisera des capteurs permettant d’analyser l’évolution de ses performances ; tandis qu’un diabétique prendra conscience de ses bonnes et mauvaises pratiques en mettant en regard son taux de glucose et son activité. La multiplication de capteurs à bas prix permet la collecte permanente de traces, qui sont mises en réseau, agrégées, analysées et finalement présentées aux utilisateurs. Si le soi quantifié (quantified self) a commencé avec des précurseurs qui mesuraient systématiquement ce qu’ils mangeaient ou enregistraient la totalité de leur activité numérique, on trouve désormais de plus en plus d’applications grand public liées au sport à ou la santé, telles des chaussures ou des balances connectées. Pierre Brun (Harmonie mutuelle) Quantified Self : comment mieux se connaitre grâce à ses données.

Le Quantified Self désigne la pratique de la « mesure de soi » et fait référence à un mouvement né en Californie qui consiste à mieux se connaître en mesurant des données relatives à son corps et à ses activités. On parle également de Self Tracking pour désigner ces pratiques de capture, d'analyse et de partage de données personnelles. Concrètement, les adeptes de ce mouvement utilisent des outils et des applications qui captent et mesurent leurs activités. Il s'agit le plus souvent d'applications pour smartphones, de sites web dédiés et de capteurs connectés. Ces outils peuvent être reliés entre eux dans le but de combiner leurs données. Les applications de Quantified Self concernent majoritairement les domaines de la santé, du bien-être et du sport. Quel que soit le champ d'application, la motivation principale des adeptes du Quantified Self est d'apprendre à mieux se connaître ( pratiques et modes de vie) et d'améliorer leur bien-être en se fixant des objectifs.

Quantified self. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le quantified self (fr. mesure de soi[1]) est un mouvement qui regroupe les outils, les principes et les méthodes permettant à chacun de mesurer ses données personnelles, de les analyser et de les partager[2]. Les outils du quantified self peuvent être des objets connectés, des applications mobiles ou des applications Web. Nom et traduction[modifier | modifier le code] Le nom d’usage anglais de cette pratique est le « Quantified Self », parfois simplement abrégée « QS », soit traduit mot-à-mot le « soi quantifié »[3],[4], l’individu réalisant une évaluation quantitative systématique de son propre corps[5]. Historique[modifier | modifier le code] En France, dès 2000, des équipes françaises ont créé le site automesure[16] pour exposer le thème des techniques d'automesure des paramètres de santé dans un but médicalisé, mais aussi le développer dans la pratique médicale courante et la recherche.

Méthodologie[modifier | modifier le code]