background preloader

Le "Quantified Self" : doit-on compter sur soi ?

Le "Quantified Self" : doit-on compter sur soi ?
Propos recueillis par Stéphane Gigandet. Interview publiée le 31/05/11 à 16h25. Emmanuel Gadenne. Consultant Internet. Manager chez Sopra Consulting. Emmanuel Gadenne est consultant Internet et intervient comme Manager au sein du cabinet Sopra Consulting. Emmanuel est l'une des premières personnes en France à explorer et pratiquer le Quantified Self, un thème qui intéresse de plus en plus de particuliers enthousiastes comme les startups et les géants du Web. Emmanuel nous propose une visite guidée pour comprendre les usages et les enjeux de cette auto-numérisation de l'individu, et si comme moi cette visite vous intrigue, vous pourrez continuer l'exploration à la première rencontre du groupe QuantifiedSelf Paris le vendredi 10 juin 2011. Comment as-tu découvert le Quantified Self et pourquoi t'y intéresses tu ? J'ai commencé le QuantifiedSelf en 2003, pour retrouver mon équilibre et améliorer mon hygiène de vie. Qu'est ce que le "Quantified Self" ? Affichez vos objectifs. Code HTML : Related:  quantified self

Quantified Self : les recommandations de la CNIL Les avancées technologiques récentes dans les domaines de l’électronique et des réseaux mobiles ont favorisé l’émergence d’outils d’automesure de paramètres physiologiques. Du suivi de ses performances en course à pied à la mesure de la glycémie, le « Quantified Self » semble être une tendance de fond amenée demain à modifier les formes du suivi médical. Anticipant le mouvement, la CNIL a publié des recommandations quant à la communication et le partage des données recueillies. Apparu en Californie dès 2007, le « Quantified Self » désigne la pratique de la « mesure de soi », qui consiste à mieux se connaître en mesurant des données relatives à son corps et à ses activités. On parle également de « Self Tracking » pour désigner ces pratiques de capture, d'analyse et de partage de données personnelles. Si les applications de « Quantified Self » concernent majoritairement les domaines du bien-être et du sport, elles permettent également la mesure de réelles constantes à valeur médicale.

L’ère du Web Proactif : le Web Intelligent et les services intelligents sonnent à nos portes ! | The Transcendent Man's Blog Tout juste âgé de 22 ans (Naissance du Web par Tim Berneers Lee en 89), le Web ou World Wide Web est occupé de vivre une nouvelle étape majeure de son cycle de vie, cette étape qui sera très certainement marquée par l’arrivée de nouveaux usages, nouvelles attentes et nouveaux besoins qui seront rapidement manifestés par ses utilisateurs. Une nouvelle génération du Web à vous couper le souffle, une génération qui ira au-delà de vos attentes, de vos demandes, qui vous connaitra mieux que quiconque pour encore mieux vous servir ! Votre Assistant Personnel de tous les jours comme chacun ne pourra plus s’en passer après y avoir gouté ! Cette étape, baptisée par le plus grand nombre Web Intelligent, sera l’avènement d’un Web d’un nouveau genre : un “Web Proactif” ! Ce que nous pourrions appeler l’ère du Web Proactif ! Imaginez quelques services bien concrets : Petite histoire du Web : Souvenez-vous des débuts d’Internet et du Web ! Cycle de vie du Web : Web 1.0, Web 2.0, Web², Web 3.0, … Web I.

La pédagogie inversée Crédit : Fabrice Landry La pédagogie inversée est une stratégie pédagogique consistant à concentrer le temps de classe afin réaliser les travaux pratiques en évacuant le temps requis pour l’exposé magistral. En réalité, ce n’est pas la pédagogie qui est inversée mais davantage la démarche d’enseignement. Puisque les élèves sont habituellement passifs lors des exposés magistraux de leur enseignant, ces derniers peuvent consulter le tout au moment et à l’endroit qui leur convient le mieux, via des canaux de communication issus des médias sociaux. Le tout implique que les élèves peuvent utiliser leur téléphone intelligent ou tablette électronique afin d’accéder au contenu publié par leur enseignant dans des médias comme YouTube, Didacti ou des portails institutionnels. Autrement dit, l’enseignant n’a plus à répéter d’une classe à l’autre son cours. Les cours sont à visionner en devoir et les exercices sont à réaliser en classe, avec l’enseignant. Historique Façon différente d’apprendre

Où va la "quantification de soi" ? InternetActu | • Mis à jour le | Par Hubert Guillaud De plus en plus d'outils, comme RescueTime, permettent de mesurer le temps passé sur différentes applications : courrier électronique ou navigation web... Le 28 et 29 mai, s'est tenue à Mountain View la première édition de la conférence Quantified Self (QS) (que l’on pourrait traduire littéralement par "la quantification de soi" pour parler "de la capture, de l’analyse et du partage de ses données personnelles", comme l’explique Emmanuel Gadenne). InternetActu propose un compte rendu des différents ateliers. En observant certains ateliers, on pouvait se demander quel est l’objectif de "cette mesure de soi". Matthew Trentacoste, est étudiant à l’université de la Colombie-Britannique et dirigeait une séance de discussion sur le "suivi de l’attention" aux rencontres du Quantified Self, rapporte Ethan Zuckerman. L’internet n’est pas une pièce calme, explique Matthew Trentacoste. Robin Barooah animait lui une session sur la géolocalisation.

Demo / 42goals A press-up (British English) or push-up (American English) is a common calisthenics exercise performed in a prone position by lowering the body using the arms.Press-ups develop the pectoral muscles and triceps, with ancillary benefits to the deltoids, serratus anterior, coracobrachialis and the midsection as a whole. In the "full press-up", the back and legs are straight and off the floor. There are several variations besides the common press-up. These include bringing the thumbs and index fingers of both hands together (a "diamond pressup") as well as having the elbows pointed towards the knees. These two variations are intended to put greater emphasis on the triceps rather than the shoulder and chest muscles. Use this template to record the number of push ups

18 vidéos sur les nouvelles pédagogies "Quantified self" : la course quotidienne à l'automesure Par Séverine de Smet et Marie Vaton En 2263, Korben Dallas était l'ennemi du progrès. Le héros du "Cinquième Elément" de Luc Besson, incarné par Bruce Willis, passait son temps à pester contre une cybermachine intrusive qui le sermonnait sur sa consommation de cigarettes et les "e-prunes" de son taxi volant. En 2014, les nouveaux héros de la vie moderne font tout l'inverse. Une lubie planétaire Tout a commencé en 2007 en Californie avec Gary Wolf et Kevin Kelly. Depuis, le mouvement a séduit plusieurs dizaines de millions de personnes. Entre 2010 et 2012, le nombre de ces petits mouchards est passé de 4 à 15 milliards selon l'Idate, un think tank spécialisé dans l'économie numérique. Les pros du secteur ? Les bracelets Jawbone Le culte du moi Les plus mordus publient leurs scores sur Facebook, Twitter ou les partagent avec la "communauté" des connectés. La ceinture Lumo Dans cette vaste foire à l'automesure, difficile de savoir qui survivra." HAPIfork Entre performance et obsession

les théories de motivation L¶origineL¶originedesdes théoriesthéoriesde la Motivationde la Motivation Les théories des besoinsLes théories des besoins nous avons des nous avons desbesoins et pour les satisfaire, nous déclenchonsbesoins et pour les satisfaire, nous déclenchonsdes comportements motivés.des comportements motivés. Les théories du renforcementLes théories du renforcement nos noscomportements sont contrôlés par leurscomportements sont contrôlés par leursconséquences, et non pas par des phénomènesconséquences, et non pas par des phénomènesinternes, tels que les besoins, attitudes, lesinternes, tels que les besoins, attitudes, lesvaleurs, l¶instinct, etc..valeurs, l¶instinct, etc.. haque théorie s¶appuie sur une perspective et un haque théorie s¶appuie sur une perspective et unensemble de postulats qui lui sont propre.ensemble de postulats qui lui sont propre.

Quantified self, la e-santé de demain ? Sportif ou pas, utilisateur de smartphone ou non, nous avons probablement tous déjà été confronté au quantified self même sans le savoir. Apparu en Californie en 2007, le « Quantified Self » désigne la pratique de « l’auto-mesure de soi », qui consiste à mieux se connaître en mesurant des données relatives à son corps et à ses activités. On parle également de « Self Tracking » pour désigner ces pratiques de capture, d'analyse et de partage de données personnelles, en vue d’avoir un meilleur contrôle sur son bien-être ou sa santé. Les applications les plus anciennes et les plus répandues sont les podomètres. Devant l’engouement suscité par ces applications (69% des américains interrogés par l’étude Pew Internet de mars 2013 déclarent suivre un indicateur de forme ou de santé) le marché explose et on ne compte plus aujourd’hui les accessoires sensés améliorer notre bien-être. Les bracelets connectés pour un suivi 24h sur 24 Dernière tendance : les bracelets connectés. Bien-être ou santé ?

Évolution de la notion d'apprentissage expérientiel en éducation des adultes: vingt-cinq ans de recherche | Érudit | Revue des sciences de l'éducation v26 n2 2000, p. 263-286 | Introduction Depuis la première moitié du XXe siècle, l'éducation des adultes a entraîné dans son sillage de nombreux courants de recherche. L'andragogie, l'alphabétisation, la formation continue, l'apprentissage au travail en sont quelques-uns à l'intérieur desquels, par filiation, d'autres champs se sont montrés particulièrement actifs et novateurs. Cet article se propose de diriger l'attention sur la marque croissante qu'imprime l'expérience au fil des années dans le discours de l'éducation et en particulier de l'éducation des adultes. Dans ce texte, nous retiendrons les auteurs anglo-saxons qui, en explorant le processus d'experiential learning, auront tenté du même coup de faire avancer la notion même d'apprentissage. Figure 1 La galaxie de l'experiential learning : les principaux auteurs Les pères fondateurs John Dewey et la pensée progressiste Eduard Lindeman et le changement social Malcolm Knowles et l'apprentissage de l'adulte La fin des années soixante: l'émergence du concept

Quantified Self | Self Knowledge Through NumbersQuantified Self | Self Knowledge Through Numbers Principes Théoriques des Arbres de Connaissances® - Informations sur les arbres de connaissances Le concept des " Arbres de Connaissances " a été élaboré en novembre et décembre 1991. Les principes sous-jacents à cette élaboration sont à la fois mathématiques, philosophiques et sociologiques. Il n’y a aucune raison de penser que l’une de ces trois dimensions a été plus importante que les deux autres. Chaque évolution dans l’une a permis ou suscité des avancées dans les autres. Face au développement de plus en plus sophistiqué des techniques d’analyse de données, notre démarche met en avant la nécessité d’une technique de synthèse de données pour faire émerger de la connaissance, du sens, d’un ensemble d’informations complexes. Cette démarche, qui vise à instrumentaliser la maîtrise de la complexité, nécessite l’implication de l’utilisateur (théorie moderne de l’observateur). Le problème Les solutions mathématiques sous-jacentes aux algorithmes proposés par TriVium dans Gingo sont liées au problème très général suivant. Statistique Théorie des jeux Principe d’optimisation Commentaires

Quantified self Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le quantified self (fr. mesure de soi[1]) est un mouvement qui regroupe les outils, les principes et les méthodes permettant à chacun de mesurer ses données personnelles, de les analyser et de les partager[2]. Les outils du quantified self peuvent être des objets connectés, des applications mobiles ou des applications Web. Nom et traduction[modifier | modifier le code] Le nom d’usage anglais de cette pratique est le « Quantified Self », parfois simplement abrégée « QS », soit traduit mot-à-mot le « soi quantifié »[3],[4], l’individu réalisant une évaluation quantitative systématique de son propre corps[5]. Historique[modifier | modifier le code] En France, dès 2000, des équipes françaises ont créé le site automesure[16] pour exposer le thème des techniques d'automesure des paramètres de santé dans un but médicalisé, mais aussi le développer dans la pratique médicale courante et la recherche. Méthodologie[modifier | modifier le code]

Open data : le bond en avant français LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Jean-Baptiste Jacquin La France serait-elle à la pointe en matière d’exploitation des données ? Alors que se tient les mardi 10 et mercredi 11 mars le quatrième salon Big Data Paris à La Défense (Hauts-de-Seine), ce nouveau secteur fourmille de projets. De la part de grandes entreprises comme de start-up ou du monde associatif. « Il faut peut-être que l’Etat réussisse sa révolution numérique pour que l’économie tout entière réussisse la sienne », ose Henri Verdier. Stratégie gouvernementale On trouve de tout sur le site Data.gouv.fr ! Le site propose 14 087 jeux de données (à la date du 9 mars) qui émanent de ministères, de collectivités territoriales à l’instar de la Marie de Paris ou de Toulouse Métropole, ou d’organismes officiels comme Eurostat (l’outil statistique de la Commission européenne).

Related: