background preloader

Complot Hoax

Facebook Twitter

Face au complotisme : éduquer à l'esprit critique, proposition de scénarisation. by Le Luherne Nicolas on Prezi. Comment manipuler des images et leur faire dire ce que l'on veut ? Info ou intox ? Réagir face aux théories du complot | L'éducation aux médias et à l'information (EMI) dans l'académie de Besançon. Mouvement intra-académique 2020 Attention La date de clôture de saisie des demandes de mutation intra-académique dans Siam (initialement prévue le 26 mars à 12 h) est repoussée au lundi 30 mars 2020 à 12 h. Carte des enseignements de spécialité de l’académie Le bac 2021 redonne au baccalauréat son sens et son utilité avec un examen remusclé et un lycée plus simple, plus à l'écoute des aspirations des lycéens, pour leur donner les moyens de se projeter vers la réussite dans l'enseignement supérieur.

Orientation : deux sites pour bien se préparer "Terminales 2019-2020" et "Secondes 2019-2020" : deux outils pour élaborer son projet d'orientation. Attentats : décrypter le complotisme et les « infaux » avec la parodie en « Classe Médias » Après Charlie Hebdo, Lionel Vighier, prof de lettres, avait dédié une séquence aux théories du complot, pour ses "3e Médias". Pour l'après-13 Novembre, il s'attaquera aux fausses informations. Avec le même objectif : développer l'esprit critique des élèves. Les théories du complot / Lionel Vighier Un an après Charlie Hebdo, 2 mois après le 13 Novembre, comment agir auprès des élèves afin de les armer face à la désinformation ? Au collège Picasso de Montesson, Lionel Vighier, prof de français, participe à un projet “transdisciplinaire” mis en place en 2014 : une classe à projet, centrée sur l’éducation aux médias. Les “3e Médias” sont encadrés par des enseignants de toutes disciplines, qui ont choisi d’adapter leurs cours, avec “l’angle médiatique”.

Éduquer aux médias toute l’année Les 3e Médias préparent une « Journée du Direct » : ils couvrent l’actu du jour sur Twitter. “Les élèves entendent parler des médias tous les jours. Des élèves « sensibles aux théories du complot » Fabien Soyez. Comme par hasard... - Les élucubrations de @lvighier.

Dans le cadre de l'éducation aux médias et à l'information (EMI) et à l'occasion de la Semaine de la Presse et des Médias dans les Ecoles, les 3èmes médias ont été amenés à analyser la rhétorique et la mise en scène propres aux théories du complot. Entre observation et production, comment aiguiser l'esprit critique des élèves face aux flux contradictoires d'informations ? Cette séquence propose un élément de réponse, parmi tant d'autres. Le projet "classe médias" au collège Pablo Picasso a vu le jour à la rentrée 2014. L'objectif de ce projet est de rassembler les élèves et l'équipe pédagogique de la classe autour d'un fil conducteur : la veille et le décryptage médiatiques. Certains échanges en classe ont mis au jour le crédit accordé à de nombreuses publications sur la toile, en particulier les publications complotistes.

De la définition à l'analyse Le mot est défini (diapositive 2) et les élèves doivent chercher et mutualiser plusieurs exemples de théories du complot. Une chasse au canular collaborative – DocTICE. Le socle commun insiste sur l’attitude de responsabilité à adopter à l’égard des TIC, notamment grâce à deux capacités à acquérir par l’élève : un esprit critique face à l’information et à son traitement et la participation à des travaux collaboratifs (Pallier 3, Compétence 4, domaine 2). De même, les compétences civiques et sociales évaluent la compréhension de l’influence des médias et des réseaux. Présentation de l’action : Les élèves analysent la validité d’une information-canular, largement diffusée sur Internet et partagée sur les réseaux sociaux.

En répartissant collectivement leurs recherches d’informations, ils rassemblent des éléments de preuve, puis utilisent l’écriture collaborative pour fédérer les apports de chacun dans un même document. Référent Cadre Descriptif Objectifs pédagogiques : Adopter une attitude critique et analytique des informations et des contenus qui se diffusent via les outils du web (messagerie, médias en ligne, réseaux sociaux) Complots, rumeurs : comment remonter à la source d'une intox ? En vrac. Il y a eu le ragot mondial balancé sur Europe 1 par le photographe Pascal Rostain : Barack Obama aurait une liaison avec la chanteuse Beyoncé. La planète people s'est enflammée, c'était le 10 février. En Espagne, une rumeur industrielle fait état d'"une possible toxicité" des médicaments génériques en vente dans les pharmacies.

Fin 2013, la légende nauséabonde dite "rumeur du 9-3" s'est répandue comme un virus dans l'Hexagone : le département de la Seine-Saint-Denis exporterait ses immigrés en province en échange de subventions pour les villes accueillantes. Enfin, le week-end dernier, "une info" affirmait que la caldeira ("supervolcan") du parc de Yellowstone (Wyoming) était en train de se réveiller... après 640 000 années de non-activité. Une vidéo postée sur le web et montrant des troupeaux de bisons fuyant le parc au galop a alimenté le buzz. Le plaisir de colporter Arme d'intervention massive Dans les deux ouvrages, une question revient : celle de la contre-offensive. 24 techniques de désinformation. Le cas Trump. Qui sont ces sites qui vous parlent de complot ? Au moins deux communautés Contacté par Rue89, Guilhem Fouetillou, cofondateur de Linkfluence, société spécialisée dans l'analyse du Web social, insiste sur le fait qu'il faut distinguer deux communautés, poreuses mais aux stratégies différentes : les « alter-info », qui réécrivent l'histoire ; les sites de la « ré-information », tels que Fdesouche, qui se contentent de mettre en relief des faits divers en estimant que ceux-ci parlent d'eux-mêmes.

Les attaques terroristes des 7, 8 et 9 janvier ont donné une nouvelle visibilité aux sites relayant des thèses complotistes. La « complot-sphère » française est constituée d’une myriade de sites et de blogs. Toutes les tendances sont représentées. Certaines adresses sont antisémites, d’autres versent dans l’occultisme. Beaucoup ne sont pas clairement identifiables. Souvent, ces sites se pompent des articles ou des bouts de texte. La liste ci-dessous est loin d’être exhaustive. Au sommaire : Media-presse-info Les signatures sont des pseudonymes. Top 10 des meilleurs sites d'infos parodiques, les sites d'infaux (Le Gorafi, The Onion, etc...) "Ils y ont cru, ces cons ! ". Vous vous êtes sûrement dit ça quand vous avez vu un article du Gorafi partagé comme une vraie info.

Sachez que Le Gorafi est loin d'être le seul à publier de fausses infos qui ont l'air vraies, et après la lecture de ce top, vous serez plus intelligents que les gros naïfs qui publient des infos parodiques qu'ils prennent pour vraies. The Onion S'il ne devait en rester qu'un, ce serait The Onion. Véritable institution de la presse papier avant de devenir un des sites d'humour les plus influents du monde, The Onion est LA référence du site d'infaux. Sans lui, pas de reste du top. N'hésitez pas à mentionner ceux qui vous plaisent dans les commentaires.

Top co-écrit par Pavlov. Carte La rumeur (ressource prof) Scientists of America : Science of anyone - Web edition. Orson Welles - War Of The Worlds - Radio Broadcast 1938 - Complete Broadcast. Une extension pour repérer les fausses informations qui circulent en ligne. Pourquoi attendre que Facebook et compagnie réagissent quand on peut inventer soi-même des outils ?

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Big Browser Le Brexit et l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche annoncent, selon certains observateurs, l’entrée dans une « ère de la politique post-vérité » dans laquelle le vrai et le faux se valent quand ils se côtoient dans les timelines des réseaux sociaux. Accusé de ne pas avoir voulu réagir à la prolifération d’articles partiellement ou complètement faux pendant la campagne électorale américaine, Facebook peine à se justifier ou même à avoir une stratégie cohérente. Cet immobilisme devrait nous inciter à prendre des mesures pour séparer le vrai du faux en ligne, sans attendre que ce soit décidé dans les salles de réunion de ces entreprises (comme Google qui vient de lancer un label signalant les articles de « fact-checking » dans Google Actualités.). « Attention !

Casser la dynamique de partage immédiat. Trump et les manifestants, ou comment une fausse information tweetée devient crédible. Une fausse information partie d’un compte avec 40 followers est arrivée, en quelques heures, à celui du président des Etats-Unis, en passant par la « blogosphère ultrapartisane ». LE MONDE | 22.11.2016 à 12h30 • Mis à jour le 22.11.2016 à 20h33 | Par Luc Vinogradoff Comment une « fausse » information – un objet écrit, visuel ou sonore – totalement ou partiellement inexacte devient-elle une « vraie » information aux yeux de ceux qui tombent dessus en ligne ? Pour l’expliquer, on peut se contenter d’un poncif, dire que les gens sont « bêtes » ou « qu’ils ne vérifient pas » et en rester là. Pour tenter de le comprendre, en revanche, on peut, comme l’a fait le New York Times, se pencher sur les canaux par lesquels passe cette « fausse information », recouverte progressivement de couches supplémentaires de véracité par le seul fait qu’elle est partagée.

Ce n’est pas toujours un processus réfléchi ou planifié, avec une arrière-pensée politique ou financière. Téléphone arabe numérique And BOOM! Pour écarter les fausses news, Facebook mise sur des vérificateurs. Barack Obama est régulièrement victime de désinformation sur Facebook sans réaction notable des administrateurs du réseau social. Réagissant aux récentes critiques selon lesquelles de fausses nouvelles propagées par Facebook auraient influencé les dernières élections présidentielles américaines en faveur du candidat républicain Donald Trump, le réseau social va mettre en place un système de vérification des informations.

Après la mise en cause du réseau social dans la propagation de fausses informations pendant la campagne électorale américaine, le CEO de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé ce week-end que l’entreprise cherchait à mettre en place un système de vérification de l'authenticité des informations publiées sur son site par des tiers et faciliterait le signalement de ces informations par les utilisateurs du réseau. Tout est parti d'une photo en noir et blanc relayée sur Facebook. On y voit des personnes porter des combinaisons qui ressemblent effectivement à l'apparence des petits personnages jaunes. Le texte qui accompagne la photo explique en substance que leurs créateurs se sont directement inspirés de l'histoire de la photo. Il s'agirait d'enfants juifs sur lesquels des scientifiques nazis faisaient des expériences. Enfants baptisés à l'époque "minions", qui signifierait "sbire" en allemand.

La photo en question a été prise en 1908. La rumeur dans les médias. Contexte Séance menée avec un professeur de Français pendant 5 heures. Démonter une rumeur et son voyage au travers des principaux médias. Comprendre le principe et produire une rumeur à partir de l’actualité. Aiguiser son esprit critique. Ecriture et mise en forme de rumeurs. Articles de presse à scandale. Déroulement 1 heure : Distribution aux élèves de photocopies de pages Internet tirées du site hoaxbuster.com (chasseur de rumeur). Ou diaporama : La documentaliste raconte l’histoire en s’appuyant sur les textes.

Page 1 : la rumeur était au départ une plaisanterie de critique, émanant d’un site spécialisé dans le commentaire des jeux vidéo (xbog-mag.net). D’où une explication de vocabulaire, de l’effet comique. D’où la présentation des faits dans l’ordre chronologique afin de ne pas perturber la compréhension des élèves de 6è (on peut envisager une séance à rebours avec des 3è). Page 2 : la plaisanterie est transformée en fait réel par un article paru dans libération. Evaluation. Vérité ou mensonge ?