background preloader

Data

Facebook Twitter

Data city : « Une nouvelle structure de confiance pour superviser le traitement des données » Quel intérêt présente le croisement des données des administrations avec celles produites par d’autres acteurs, citoyens, entreprises… ?

Data city : « Une nouvelle structure de confiance pour superviser le traitement des données »

Cela dépend du secteur considéré. Celui de l’énergie est sans doute le plus parlant : évaluer en temps réel la production d’énergie sur un territoire, d’un côté, et la consommation, de l’autre, permet d’affiner la quantité à injecter sur le réseau et de fixer un prix juste. Dans le domaine des transports, un territoire comme la région Île-de-France gagnerait à analyser les données issues de tous les acteurs de la mobilité, régie de transports en commun, taxis, sites de covoiturage, etc., pour mieux orienter ses investissements.

Mais comme ça a un coût, il faut aussi être attentif à ce que cela rapporte. A quelle échelle une telle stratégie de big data serait-elle pertinente ? Data city : « Une nouvelle structure de confiance pour superviser le traitement des données » Data city : duel public-privé autour de la donnée locale. Open Data local : où en sont les territoires pilotes ? Accompagner les collectivités territoriales vers l’ouverture des données, c’est la mission qui a été confiée à Opendata France après la promulgation de la loi pour une République numérique fin 2016.

Open Data local : où en sont les territoires pilotes ?

La démarche part du constat qu’il existe une grande disparité au niveau des compétences dans les territoires. Quant à la motivation, surtout celle des élus, mais aussi des agents, chacun avance à une vitesse différente, certains continuant même à faire de la résistance. Open Data local : où en sont les territoires pilotes ? Open data : les transporteurs craignent pour leurs secrets industriels. Les professionnels du transport public voient dans la loi pour une République numérique une menace pour leur savoir-faire en les forçant à ouvrir les codes sources de leurs logiciels internes.

Open data : les transporteurs craignent pour leurs secrets industriels

Octobre 2018. Cette date est marquée d'une croix rouge sur le calendrier des collectivités territoriales françaises de plus de 3 500 habitants, qui devront d'ici là ouvrir leurs données conformément à la loi pour une République numérique entrée en vigueur en octobre 2016. Tout comme les données de leurs délégataires de service public. Au premier rang desquels les transporteurs qui, de par leur mission auprès du grand public, devront suivre la marche.

"Nous sommes très favorables à l'open data cela car cela dynamise l'innovation et la compétitivité. Open data : nouveau départ! - ZDNet. La conférence EFE "L'open data en pratique" le 23 mars a été l'occasion de rencontrer de nombreux acteurs de l'opendata en France, tous engagés dans des projets dans leur collectivité locale, mais bien souvent aussi ambassadeurs de l'open data au delà des limites de son territoire.

Open data : nouveau départ! - ZDNet

Ce fut une belle occasion de faire le point sur cette démarche open data qui est entrée dans la loi République Numérique par la grande porte en 2017, et qui n'attend plus que son dernier décret d'application pour que les 3800 collectivités (de plus 50 agents et plus de 3500 habitants) soient immédiatement concernées par son déploiement. L’ouverture des données publiques est donc désormais une obligation. Pour cela il va falloir quitter le monde limité des premiers "ambassadeurs", qui a caractérisé la période de ces 7 dernières années, (les premières ouvertures comme Rennes ou Bordeaux datent de 2010-2011), et trouver le moteur à allumer pour aller vers l'appropriation la plus large possible. Using data to improve customer experience in passport services. The head of operations for the US State Department’s Passport Services Directorate discusses how her team finds creative ways to use sometimes-imperfect customer data to improve the passport-application experience.

Using data to improve customer experience in passport services

Le Big Data au service de l'impact social. Base SIRENE. Ce jeu de données permet d'accéder aux 9 millions d'entreprises et 10 millions d'établissements actifs du répertoire Sirene de l'Insee qui enregistre quotidiennement leur état civil : quelle que soit leur forme juridique ;quel que soit leur secteur d'activité (industriels, commerçants, artisans, professions libérales, agriculteurs, collectivités territoriales, banques, assurances, associations...)

Base SIRENE

;situés en France métropolitaine, ainsi qu'en Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte, Saint-Barthélémy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. Les organismes publics ou privés et les entreprises étrangères qui ont une représentation ou une activité en France y sont également répertoriés. Données électorales : 2017, année d’expérimentations. "Les données de transport doivent devenir un commun, un bien public" - Yann Leriche. Dans notre société numérique, l’accès aux datas, aux données, est devenu le nouveau graal de toute innovation.

"Les données de transport doivent devenir un commun, un bien public" - Yann Leriche

Et parmi les données, les données publiques tiennent une place de choix, après lesquelles courent la plupart des acteurs : géants du web «disrupteurs», startups, industriels «classiques», délégataires de services publics… Comme disent les économistes, la demande est forte, mais l’offre doit se structurer. Les données publiques ont donc beaucoup de valeur. Ce qui explique qu’elles aient fait l’objet, ces dernières années, de plusieurs lois pour réguler leurs conditions de publication, et de réutilisation. L’appétit n’est sans doute nulle part aussi fort que dans le secteur des transports, ou plus largement des mobilités (à l’exception, peut-être, de la santé). Ce qui se comprend, vu la part de leur vie que passent les individus, dans le monde entier, à se déplacer, et souvent à perdre du temps. La RATP vient d’annoncer mettre à disposition ses données temps réel sur Paris. Big data : tous concernés. Cette histoire débute en Californie, ça commence à être une habitude.

Big data : tous concernés

Elle a moins de dix ans. L’augmentation phénoménale des capacités de stockage et la puissance démultipliée des outils informatiques rendent possible un rêve fou : comprendre le monde tel qu’il est, en l’observant de façon immédiate sous toutes ses coutures plutôt qu’en formulant des hypothèses que l’on teste sur des échantillons par de longues et coûteuses démarches. Ceci vaut pour des analyses scientifiques dans une multitude de disciplines (la physique, la climatologie, la médecine…) ; pour des analyses de marché et la détermination des comportements des consommateurs ; pour des analyses électorales ou l’anticipation du comportement plus global des citoyens et des usagers du service public. Un champ infini d’usages et d’applications des données massives Google stocke instantanément toutes les recherches faites dans le monde sur son moteur de recherche. Le « big data » et ses modèles prédictifs sont nés. Des prévisions sur la qualité de l’air en open data. Une plateforme en ligne, mise en œuvre par Météo France et l’Ineris pour le compte de la Commission européenne, donne accès à des données d’un volume et d’une précision sans précédent sur la pollution de l’air en Europe.

Des prévisions sur la qualité de l’air en open data

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Avec l’open data, l’information sur la qualité de l’air franchit un pas décisif. Mardi 22 novembre, Météo France et l’Institut national de l’environnement industriels et des risques (Ineris) ont présenté, après un an de rodage, le service « Atmosphère ». Développée dans le cadre du programme européen Copernicus de production de données environnementales, cette plateforme en ligne donne un accès libre et gratuit à des données sur la pollution en Europe, d’un volume et d’une précision sans précédent. DataCités : inventer l'intérêt général de la smart city.

Par Bruno Marzloff, sociologue et fondateur de Chronos et Bertil de Fos, directeur de Chronos.

DataCités : inventer l'intérêt général de la smart city

Estelle Grelier : « L’open data rapproche l’action publique des citoyens » La loi République numérique boucle un cycle législatif sur l’ouverture des données publiques. Quelles vertus voyez-vous à l’open data ? L’open data permet de renforcer la transparence de l’action publique et de développer de nouvelles formes de services aux citoyens. Votre collectivité engage-t-elle une démarche d’open data ? Open data : les propositions pour accompagner les collectivités locales.

La loi pour une République numérique, publiée le 7 octobre, donne le coup d’envoi de l’ouverture généralisée des données publiques pour toutes les collectivités locales de plus de 3 500 habitants. Pour ne pas en rester aux incantations (l’obligation énoncée dans la loi n’est assortie d’aucune sanction), la secrétaire d’Etat au Numérique, Axelle Lemaire, et sa consœur en charge des collectivités locales, Estelle Grelier ont missionné avant l’été l’association de collectivités Opendata France pour identifier les mesures susceptibles d’accompagner les collectivités locales.

L’association, présidée par Bertrand Serp, vice-président de Toulouse Métropole en charge du numérique, a remis son rapport lundi 17 octobre, à Rodez (Aveyron), qui ouvrait, pour l’occasion, son portail opendata. Le code source de l'algorithme d'Admission post-bac est communicable. C’est une victoire pour Droits des Lycéens (DL). Dans un avis reçu le 16 septembre par l’association, la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) se dit favorable à la communication du code source de l’algorithme du système de préinscription Admission post-bac (APB). Ce système décrié tente de faire coïncider chaque année les voeux de 800 000 élèves de terminal et étudiants en réorientation avec les places disponibles dans plus de 12 000 formations du supérieur. Le système est incontournable. Opendata : un certificat de spécialisation pour soutenir l’innovation. Admission post-bac, l’algorithme révélateur des failles de l’université. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Séverin Graveleau C’est un document très attendu par des centaines de milliers de lycéens et leurs familles, qui se sont arraché les cheveux devant le portail d’Admission post-bac (APB).

Dénoncée pour ses ratés, accusée d’opacité, soupçonnée de décider arbitrairement de l’avenir des élèves, la plate-forme de préinscription des lycéens dans le supérieur concentre toutes les angoisses liées à l’orientation des bacheliers. L’association Droits des lycéens demandait depuis des mois que l’algorithme utilisé par APB pour classer les demandes des élèves et satisfaire ou non leurs vœux soit rendu public. Pour « ne pas inquiéter » les lycéens qui, tout en préparant le bac, avaient jusqu’au 31 mai pour classer un maximum de 24 vœux sur APB, le ministère de l’éducation nationale a attendu le 1er juin pour rendre public cet algorithme. Lire aussi : APB : le fameux algorithme bientôt dévoilé ? Quand l’ouverture des données « augmente » la commande publique. Il existe la réalité augmentée.

Bientôt sonnera l’heure de « la commande publique augmentée par la donnée ». La publication obligatoire, à compter du 1er octobre 2018, des données des marchés publics (voir article 107 du décret du 25 mars 2016) devra permettre aux scientifiques des données (data scientists en anglais) d’analyser et de transformer l’action publique. "L’open data est de plus en plus ancré dans les pratiques" Vous succédez à Henri Verdier à la tête d’Etalab. Quels sont les points forts de son bilan sur lesquels vous pouvez vous appuyer mais aussi les points faibles ? Donnée émotionnelle : le Big Data a-t-il un cœur. Les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) sont des ogres pour le Big Data. Leurs algorithmes enregistrent et prédisent nos comportements pour nous proposer des services en adéquation avec nos préférences. Linky, c’est aussi un projet de Big Data. La lumière, toute la lumière.

Gouvernance de la donnée : “Il n’y aura pas de modèle ouvert ou fermé mais des modèles mixtes” La Gazette poursuit sa série d'entretiens avec des administrateurs généraux des données (AGD), une nouvelle fonction issue des pays anglo-saxons, où elle est apparue sous le nom de chief data officer (CDO). Jean-Philippe Clément, nommé à la Ville de Paris cet hiver, revient sur la façon dont il envisage son travail dans la capitale. Après Nathalie Vernus-Prost à la métropole de Lyon, La Gazette des communes poursuit ses entretiens destinés à mieux cerner la nouvelle fonction d’administrateur général des données (AGD), qui nous provient des pays anglo-saxons, où les chief data officers (CDO) sont apparus ces dernières années dans les grandes villes. Nommé cet hiver à la Ville de Paris, Jean-Philippe Clément a auparavant exercé dans cette même collectivité une suite de postes qui l’ont amené naturellement à devenir AGD, entre technique et vision stratégique : chargé de mission TIC et Innovation, directeur de projets usages et innovation numérique, et enfin chargé de mission smart city.

Données personnelles : un gisement sous haute protection. Ouverture des données de transports : Bruxelles s'y met à moitié. C’est un vieux rêve de la Commission européenne : voir se développer des planificateurs d’itinéraires multimodaux, qui permettraient de visualiser en un clic les possibilités de trajets « porte à porte » à travers toute l’Europe.

Le dossier est en marche, avec la préparation d’une réglementation qui obligera bientôt chaque Etat à mettre en place ce qu’elle appelle un « point d’accès national », sorte d’interface où les données numériques de transport seront disponibles pour réutilisation. Quand les données publiques font naître des projets innovants. Rapport au Premier ministre sur la gouvernance de la donnée 2015. Gouvernance par la donnée, année zéro. La forte progression des objets connectés dans les smart cities. L'avenir de l’énergie est dans la data ! Les objets connectés, mais de quoi parle-t-on ? Une vision de l’Internet des Objets en 2020. Chez les pompiers, les big data servent déjà à sauver des vies. Comment la SNCF déploie le Big Data pour optimiser les flux de voyageurs. Cinq critères pour évaluer l’ambition des politiques d’ouverture de.

Données publiques ouvertes, les réutilisations du MENESR. Quand les collectivités territoriales s’emparent de l’open data. L’Assemblée nationale s’essaye à l’open data. Données publiques : l’échelle des priorités. Les données, chouchoutes de la transition numérique de l’Etat. Open Data : des données de marchés publics ouvertes en 2016.