background preloader

Sante

Facebook Twitter

GHT "Rhône Nord Beaujolais Dombes": la difficile mise en place d'une direction informatique commune. Le groupement hospitalier de territoire (GHT) "Rhône Nord Beaujolais Dombes" réunit 8 établissements et dessert 308.000 habitants.

GHT "Rhône Nord Beaujolais Dombes": la difficile mise en place d'une direction informatique commune

Le groupement prend la suite et étend une communauté hospitalière de territoire (CHT) constituée en 2010, qui avait été la première en Rhône-Alpes. Monique Sorrentino assure la direction commune des CH de Villefranche-sur-Saône, de Tarare et de Trévoux (Ain). Elle s'est exprimée lors de la Paris Healthcare Week pour partager son expérience sur les chantiers engagés en vue d'assurer la convergence des systèmes d'information (SI) au sein de son GHT.

Elle a souligné qu'elle était "totalement convaincue par la nécessité d'avoir un SI unique", et qu'elle avait "rapidement souhaité aller vers les mêmes logiciels", au moins d'abord pour les établissements en direction commune. Une DSI commune a été mise en place en 2014 au sein de la CHT, et doit être étendue à l'ensemble du GHT. Pressions sur les équipes informatiques rm/ab/ L'informatisation des établissements de santé progresse lentement mais sûrement (Atlas des SIH) L'Atlas des SIH est publié annuellement depuis 2013 par la direction générale de l'offre de soins (DGOS) et vise à "mettre à disposition des acteurs de la santé les données principales et tendances de l'évolution des SIH sur le territoire", rappelle l'édition 2017 du document.

L'informatisation des établissements de santé progresse lentement mais sûrement (Atlas des SIH)

GHT Rouen Coeur de Seine : une plateforme d'échange et partage en attendant la convergence des SI. Georges Huchard, DSI du CHU de Rouen, a présenté ce projet lors d'un "agora e-santé" organisé par l'éditeur Maincare, fournisseur de la plateforme déployée au sein de GHT.

GHT Rouen Coeur de Seine : une plateforme d'échange et partage en attendant la convergence des SI

La convergence des systèmes d'information hospitaliers est un enjeu majeur dans la mise en oeuvre des GHT, et celui de Rouen Coeur de Seine ne fait pas exception, a expliqué Georges Huchard. "Mais très vite, nous nous sommes rendu compte que certaines convergences ne seraient pas possibles immédiatement et qu'il nous faudrait viser une trajectoire intermédiaire", a-t-il témoigné.

GHT de près de 6.000 lits, avec un budget de 600 millions d'euros, Rouen Coeur de Seine se concentre autour du CHU de Rouen, mais compte aussi des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) ainsi que des Ehpad "éparpillés" sur le territoire. "Nous avons l'avantage de ne pas avoir à faire converger de dossiers patients MCO [médecine-chirurgie-obstétrique]", a-t-il précisé.

/mb/ab/ Les investissements précoces dans les start-up en santé numérique : miroir aux alouettes ou poule aux œufs d'or. Le financement de l’e-santé a régulièrement augmenté ces dernières années et constitue une opportunité d’investissement intéressante dans les start-up.

Les investissements précoces dans les start-up en santé numérique : miroir aux alouettes ou poule aux œufs d'or

Pourquoi ? Parce que la demande en matière de santé est inélastique et que les systèmes de santé sont confrontés à des problèmes qui doivent impérativement être résolus. En 2006, Thierry Zylberberg, un cadre dirigeant à Orange, dynamique, imaginatif et visionnaire, a convaincu le conseil d’administration du groupe que la transformation digitale du secteur de la santé constituait une opportunité majeure que l’opérateur de télécommunications devait saisir. Quelques mois plus tard, début 2007, Thierry a été à l’origine de la création d’Orange Healthcare, une initiative stratégique dont la mission était d’évaluer le potentiel du marché émergeant de l’e-santé pour le groupe Orange.

L’environnement de l’e-santé a considérablement évolué au cours des dix années pendant lesquelles Thierry Zylberberg a conduit Orange dans cette terra incognita. Le RPPS s'élargit à l'ensemble des professionnels intervenant dans le système de santé. Ce répertoire d'identification des praticiens, institué en février 2009 pour simplifier les démarches administratives à travers la mise en place d'un guichet d'enregistrement unique assuré par l'ordre, a d'abord été déployé chez les pharmaciens, les sages-femmes, les chirurgiens-dentistes et les médecins entre 2010 et 2011 (voir dépêche du 10 février 2009).

Le RPPS s'élargit à l'ensemble des professionnels intervenant dans le système de santé

Le nouvel arrêté ouvre le RPPS à l'ensemble des professionnels paramédicaux: masseurs-kinésithérapeutes (pour lequel le dispositif était applicable depuis décembre 2016), pédicures-podologues, infirmiers, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, orthoptistes, manipulateurs d'électroradiologie médicale, techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens-lunetiers, prothésistes et orthésistes pour l'appareillage des personnes handicapées, et diététiciens. Dans le RPPS, chaque professionnel se voit attribuer un numéro unique d'identification à 11 chiffres. Elargissement des possibilités d'utilisation des données. Virage numérique à l'hôpital : 550 millions d’euros sur 5 ans pour deux nouveaux programmes.

Pour accompagner les établissements de santé dans le virage numérique, Marisol Touraine a annoncé ce mercredi le lancement de deux programmes, « e-parcours » et « e-Hôp 2.0 », dans le prolongement de « Territoire de soins numérique » et « Hôpital numérique ».

Virage numérique à l'hôpital : 550 millions d’euros sur 5 ans pour deux nouveaux programmes

L'objectif est de développer les systèmes d’information des établissements et de proposer aux professionnels « des solutions numériques visant à améliorer la prise en charge de leurs patients ». 550 millions d'euros sont engagés sur cinq ans, précise le ministère. Géolocalisation des équipes mobiles, rendez-vous dématérialisés Concrètement, le premier programme « e-parcours » doit permettre de faciliter les échanges entre les soignants. Les programmes « e-parcours » et « e-Hôp 2.0 » s’ajoutent aux expérimentations de télémédecine, rappelle le ministère de la Santé. Virage numérique à l'hôpital : 550 millions d’euros sur 5 ans pour deux nouveaux programmes. Appel à une action "décisive" du prochain gouvernement pour la transformation numérique de la santé. La conférence semestrielle du Syntec Numérique présente un "panorama économique et social" du secteur de l'édition informatique, des entreprises du secteur numérique et du conseil en technologies.

Appel à une action "décisive" du prochain gouvernement pour la transformation numérique de la santé

Elle a proposé jeudi 29 mars un éclairage particulier sur la transformation numérique de la santé décrite par le président du Syntec Numérique, Godefroy de Bentzmann, comme "une manière de répondre aux enjeux considérables posés au système" du fait du vieillissement de la population, du développement des pathologies chroniques et des problèmes de démographie médicale. "Convaincu" qu'il "va se passer quelque chose" sur ce secteur, Godefroy de Bentzmann s'est dit "angoissé" de voir que les programmes des différents candidats à l'élection présidentielle "conservent une logique en silos", alors que le numérique doit aider à "décloisonner les différents acteurs de santé". L'étude a constaté une légère différence entre les établissements privés (57%) et le secteur public (47%). rm/ab/ Ouverture d'un "guichet unique" pour accompagner la convergence informatique dans les GHT.

Cette plateforme accessible à l'adresse www.si-ght.fr a été ouverte dans le cadre du dispositif national d'accompagnement des GHT piloté par la direction générale de l'offre de soins (DGOS).

Ouverture d'un "guichet unique" pour accompagner la convergence informatique dans les GHT

Les professionnels de santé et responsables informatiques d'établissements de santé peuvent y consulter un important corpus documentaire pour les aider à mettre en place la convergence des systèmes d'information (SI) qui doit être effective au 1er janvier 2021 dans les GHT (voir brève du 2 mai 2016). On y retrouve notamment le guide méthodologique d'accompagnement pour la mise en oeuvre d'un SI convergent publié en décembre 2016 par la DGOS (voir dépêche du 6 décembre 2016). Ouverture d'un "guichet unique" pour accompagner la convergence informatique dans les GHT. L'AP-HP fait le point sur le déploiement de nouveaux services en ligne aux patients. Ces services concernent principalement le paiement, la préadmission administrative et la prise de rendez-vous en ligne, en complément des services au guichet, par e-mail ou par téléphone proposés par l'AP-HP.

L'AP-HP fait le point sur le déploiement de nouveaux services en ligne aux patients

Mis en place en juin 2015, le paiement en ligne (voir brève du 5 juillet 2016) est utilisé pour assurer environ 1.500 transactions chaque jour, a indiqué l'AP-HP dans un communiqué de presse diffusé après la réunion de son conseil de surveillance. InterSystems veut faire de sa solution HealthShare* la "colonne vertébrale digitale" des soins territoriaux. La plateforme HealthShare* repose sur une solution d'échange de données de santé (HealthShare Information Exchange) et sur un bus de service d'entreprise (Health Connect) qui permet d'agglomérer les informations issues de différents systèmes d'information hostpitaliers (SIH) de façon agnostique.

InterSystems veut faire de sa solution HealthShare* la "colonne vertébrale digitale" des soins territoriaux

Elle contient aussi des briques pour la gestion de l'identité des patients (HealthShare Patient Index), une plateforme d'analyse des informations collectées dans les différents SI (HealthShare Health Insight), et un portail Health Personal Community qui permet aux patients d'enrichir leur dossier avec des données issues d'objets connectés, de prendre rendez-vous avec leur médecin ou de renouveler des ordonnances. Cette gamme de produits permet à l'ensemble des utilisateurs d'un SI de GHT de travailler sur une même interface, quels que soient les applicatifs métiers utilisés dans chaque établissement partie d'un groupement. InterSystems veut voir plus loin que les GHT avec ces solutions.

Santé et numérique: les propositions des candidats à la primaire de la droite et du centre passées au crible. La santé arrive en quatrième position des thématiques concernées par ces mesures, derrière l'e-administration (22%), l'économie et l'investissement (18%) et l'éducation et l'enseignement supérieur (12%). Sur l'ensemble des thématiques, "trois candidats se distinguent particulièrement pour le foisonnement de leurs idées numériques", a constaté le think tank. Il s'agit de Bruno Le Maire, François Fillon et Alain Juppé. L'analyse détaillée des mesures sur le secteur de la santé obéit au même constat: le programme de Bruno Le Maire comporte 18 propositions sur ce sujet, celui d'Alain Juppé 14 contre neuf pour François Fillon. Le think tank Renaissance numérique a compté deux propositions sur le sujet dans les programmes de Nicolas Sarkozy et de Jean-François Copé, une seule dans celui de Jean-Frédéric Poisson, et aucune dans la feuille de route de Nathalie Kosciusko-Morizet.

TSN: de nouvelles fonctionnalités sur la plateforme "eTicss" en Bourgogne-Franche-Comté. Les professionnels de santé peuvent dorénavant obtenir un soutien à la coordination d'un patient par la plateforme territoriale d'appui (PTA) en la sollicitant depuis le dossier patient eTicss ou en appelant le centre d'appel. Ils peuvent être informés de l'hospitalisation effectuée par les patients dont ils assurent la prise en charge, et de l'élaboration par la PTA du plan d'actions du patient. Une fonctionnalité de partage et de remplissage de l'agenda patient est également proposée.

La réalisation de tests d'évaluation, avec intégration des résultats dans le dossier coordonné du patient, et la recherche de programmes d'éducation thérapeutique sur le portail d'information et de coordination sont dorénavant disponibles. DMP: une application mobile attendue "au printemps" 2017 (Nicolas Revel) L'article 96 de la loi de santé du 26 janvier 2016 a confié à la Cnamts la responsabilité de déployer le dispositif, dont la généralisation, prévue par la loi sur l'assurance maladie de 2004, n'a jamais été finalisée. Le déploiement du nouveau DMP va commencer en décembre dans neuf départements pilotes: Bas-Rhin, Pyrénées-Atlantiques, Côtes-d'Armor, Doubs, Haute-Garonne, Indre-et-Loire, Puy-de-Dôme, Somme et Val-de-Marne (voir dépêche du 18 octobre 2016).

Parmi les "facteurs-clés de succès", Nicolas Revel a d'abord cité l'ouverture de nombreux DMP, au-delà des quelque 500.000 existants. Pour créer son dossier, le patient doit actuellement "être en présence d'un médecin". Or, globalement, "les médecins n'ont pas le temps" et "ils considèrent que le DMP n'est pas utile parce qu'ils n'y trouvent pas d'information". Si rien ne change, "cela ne risque pas de décoller", a prévenu le directeur général. Mais le "vecteur principal du décollage, ce sera le patient", a assuré le directeur général. Migration vers un nouveau SI financier : l’AP-HP égare 80 millions d’euros. Selon le Canard Enchaîné, en changeant de système d’information comptable, l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) a perdu la trace de 80 millions d’euros de créances. L’hebdomadaire satirique s’appuie sur un rapport jusqu’alors confidentiel de la chambre régionale des comptes revenant sur la gestion de l’AP-HP entre 2010 et 2014.

Cette rocambolesque histoire de créances évaporées remonte à 2011, période où l’AP-HP a basculé vers un nouveau système de gestion basée sur des progiciels du marché (SAP pour la partie finances et logistique). Ce projet gigantesque, appelé NSI Gestion et touchant 12 000 utilisateurs, visait à remplacer peu à peu les 245 logiciels employés par les différents établissements pour gérer les fonctions de support… Où en sont les Territoires de soins numériques ? (Volet 3 : XL ENS / Santé Landes) DSIH, @lehalle, LUNDI 19 SEPTEMBRE 2016 Soyez le premier à réagir Les cinq sites pilotes sélectionnés en réponse à l’appel à projets Territoire de soins numérique (TSN) ont une finalité commune – mettre les systèmes d’information en santé au service des parcours et de la coordination –, mais des trajectoires diverses.

DSIH.fr vous propose, chaque semaine, un arrêt sur images dans l’un de ces territoires. Après la Saône-et-Loire[1] et l’Océan Indien[2], direction les Landes où la coordination commence à montrer ses bénéfices. Santé Landes : couper le cercle infernal des ré hospitalisations Anticiper. CHU de Reims: le déploiement d'un dossier patient numérique facilité par la coopération DSI/métiers. Le déploiement du DPI Easily, conçu par les Hospices civils de Lyon (HCL), a démarré en juin dans le service de neurochirurgie du CHU, sur les fonctionnalités de dossier clinique, dossiers de soins, dictée numérique et gestion des courriers et rendez-vous. Plus de 80 GCS assurent la gestion d'activités informatiques (rapport DGOS) CH Côte de Lumière (Vendée): la direction commune a "stoppé l'hémorragie" informatique.

Le déploiement de 90.000 cartes professionnelles "multi-usages" engagé à l'AP-HP. Territoire de soins numérique: ouverture des premiers services en Bourgogne-Franche-Comté. Dmd Santé annonce l'ouverture d'un store d'applications labellisées "mHealth Quality" La start-up dmd Santé a créé en septembre 2015 le label européen mHealth Quality reposant sur une analyse médicale, juridique et réglementaire de la sécurité et de la valeur d'usage des applications et objets connectés en santé, rappelle-t-on (voir dépêche du 11 septembre 2015).

L'application du même nom proposera un moteur de recherche permettant de trouver une solution e-santé selon plusieurs critères (plateforme Android ou iOS, prix, profil des utilisateurs, certification, mots clés, etc.). Diagnostic, mutualisation et externalisation des SI: l'Anap publie un nouveau kit d'outils. Le premier outil, baptisé "ID-si", vise à accompagner les acteurs opérationnels des systèmes d'information dans la réalisation d'inventaires de ressources matérielles et humaines, des infrastructures, du patrimoine applicatif et des référentiels composant leur SI. Il leur permet de "visualiser les zones d'efficience réelles et potentielles de leur fonction SI et, ce faisant, d'aborder les différentes dimensions à considérer pour mener à bien une opération de mutualisation/externalisation", décrit l'Anap sur son site internet. Hôpitaux publics: 135 GHT créés (Marisol Touraine) DMP: la Cnil vigilante sur la sécurisation du dispositif et les modalités de recueil du consentement.

Problem loading page. Loi santé: la simplification de l'accès aux données de santé encore loin d'être acquise. Le Territoire de soins numérique francilien lance un appel aux acteurs de l'e-santé. Territoire de soins numérique: la DGOS cherche à "généraliser les prototypes" au-delà de 2017. Un arrêté définit des règles de sécurité pour la protection des systèmes d'information concernant les produits de santé. Analyse du big data: accord Median Technologies-Microsoft en cancérologie. L'Université d'été de l'e-santé prône un "humanisme numérique" pour son 10ème anniversaire. Les ARS chargées de désigner un chef de projet Hôpital numérique avant le 15 juin (instruction)

Archivage numérique: la dématérialisation doit être "progressive" et guidée par les usages. Le marché de la santé connectée évalué à plus de 400 milliards de dollars en 2022 (Grand View Research) E-santé: une étude sonde les modèles économiques européens transposables en France. La convergence informatique dans les GHT devra se faire "par opportunité" Politique et e-santé. Un règlement européen définit la notion de "données de santé" et renforce leur protection. L'informatisation du CH de Laval "presque achevée" mais impactée par l'attente des GHT (CRC) L'AP-HP signe un nouveau contrat avec Agfa Healthcare pour généraliser le SI patient Orbis. Données de santé : la Cour des comptes pointe la frilosité de la CNIL. E. santé : comment la technologie va nous aider à vivre plus vieux - Silicon. Convergence SI et GHT: TICsanté donne la parole aux responsables informatiques des établissements de santé.

DMP: publication du décret de la loi de santé prévue en juin (Cnamts) Médecine du futur : À Nantes, les chercheurs utilisent nos données pour proposer un meilleur traitement aux patients. La communication numérique du CH de Valenciennes récompensée. Un "changement de paradigme" à opérer dans la conception des objets connectés de santé. GHT : l’Interopérabilité des systèmes, une étape à ne pas manquer. GHT: le rapport Hubert/Martineau recommande la création d'une DSI unique dès 2017. L'Anap sollicite les établissements de santé sur l'informatisation de leurs processus RH. L'Institut Curie veut déployer l'application MyCurie à l'ensemble de ses patients en 2016.

La Cour des comptes et les CRC se penchent sur les systèmes d'information hospitaliers. La DGCS fait appel aux fournisseurs de "coffre-fort numérique" pour simplifier l'accès aux droits. Hôpital numérique: 592 établissements financés à hauteur de 295 millions d'euros. E-santé : un nouvel écosystème veut ubériser la médecine. E-santé: les alliances entre industries pharmaceutiques et sociétés IT boostent le marché. Pilotage des effectifs: la société CGI accompagne les agences régionales de santé. Territoire de soins numérique: le projet francilien sera mis en oeuvre par la société Accenture. Avant 2016, retour sur l'année écoulée. Dossier HP. Le Chic de Créteil se dote d'une plateforme web pour améliorer les liens avec les médecins de ville.

Hôpital numérique: le projet de certification des logiciels a été abandonné (DGOS) Projet de loi de santé : ce qu'il faut retenir, à usage des collectivités locales. La Fehap et le Syntec numérique publient un livre blanc pour "réussir la transformation numérique" Atlas régionaux de la démographie médicale : un outil au plus près des territoires.

Relance du DMP: une création automatique d'ici fin 2016 et un intéressement à l'alimentation pour les médecins (Cnamts) Le Conseil national du numérique (CNNum) formule 15 préconisations sur "la transformation numérique" du système de santé. Projet de loi de santé: les sénateurs avalisent la refonte du DMP. Big data en santé: Marisol Touraine a lancé un groupe de réflexion pluripartite. Silver Economie: Eurasanté lance un appel à projets pour les start-up numériques. Fusion des régions: les choix de déploiements d'outils numériques devront "partir de l'usage" (ARS Lorraine) Actualités mySIH.fr.