background preloader

Cloud

Facebook Twitter

Transformation digitale : les 5 accélérateurs du Cloud. Le recours au cloud, quelle que soit sa forme (BPaaS, SaaS, PaaS, IaaS…), continue sa progression dans les entreprises françaises.

Transformation digitale : les 5 accélérateurs du Cloud

En 2016, les décideurs interrogés par les analystes de MARKESS qui recourent au cloud évaluent à 30% la part de leurs environnements hébergés dans des clouds dans l’ensemble de leurs ressources informatiques. Au sein de ces entreprises, le cloud est plus qu’une réalité, il est devenu une composante clé de leurs systèmes d’information. | Le cloud ancre clairement aujourd’hui la transformation digitale des entreprises. 1- Le cloud est agile La recherche d’agilité est le catalyseur clé du recours au cloud. 59% des décideurs informatiques le mettent en avant [1]. 2- Le cloud est facteur d’innovation Pour 56% des décideurs [2], le choix du cloud s’est imposé comme une évidence pour accéder à des services innovants qui prendraient trop de temps à développer en propre. 4- Le cloud est mobile Certains usages mobiles ne fonctionnent que grâce au cloud. Biographie. Cloud souverain : « Google et Amazon ont annoncé la création de data centers en France »

Existe-t-il un cadre juridique particulier entourant l’utilisation du « cloud » par les collectivités ?

Cloud souverain : « Google et Amazon ont annoncé la création de data centers en France »

A. T. : En tant que tel, non, pas véritablement. Il y a la note d’information du 5 avril 2016 relative à l’informatique « en nuage » qui s’apparente à une circulaire. Elle précise le cadre dans lequel la loi doit être comprise et interprétée, mais elle n’est pas un acte créateur de droit. La première question qui se pose pour la collectivité territoriale est de savoir si elle a recours ou non à un opérateur de « cloud souverain ». Est-ce qu’une filiale d’une société américaine possédant des serveurs en France peut rentrer dans ce cadre ? P. Quels conseils donneriez-vous dans ce cas ? A. Le secteur public séduit par le cloud public. 3 décideurs du secteur public sur 4 ont déjà utilisé le secteur public (SaaS, PaaS, IaaS – privé/public) ou prévoit de le faire d’ici 2018.

Le secteur public séduit par le cloud public

C’est ce qu’indique une étude que le cabinet Markess s récemment présenté lors d’une conférence de la mission Ecoter sur le cloud et la gouvernance des données. Le cloud public comme modèle pour opérer leurs chantiers numériques innovants et véritablement entrer dans l’ère de la transition numérique est donc devenu attractif pour les organisations du secteur public. Si ce modèle a longtemps été observé avec méfiance et a pris du retard en termes d’appropriation par la sphère publique par rapport aux entreprises privées, la donne semble évoluer aujourd’hui et pourrait signer l’avènement de nouvelles avancées dans son appropriation par les administrations françaises. Bien sûr se pose le problème de la sécurité et du stockage sur le territoire national. Sur ce point, les opérations Cloudwatt et Numergy ont été un fiasco total. Guide sur le cloud computing et les datacenters à l'attention des collectivités locales.

Collectivités et nuage souverain : une clarification attendue mais encore des questions... Décidément cette note d’information de 3 pages fait couler beaucoup d’encre.

Collectivités et nuage souverain : une clarification attendue mais encore des questions...

Tout le monde en parle. Les collectivités bien sûr qui sont les premières visées, mais aussi les archivistes, les associations liées au numérique et les entreprises proposant des solutions de cloud. Que dit ce texte ? Le texte qui entend expliciter le Guide sur le cloud computing et les datacenters à l’attention des collectivités locales démarre sur un constat : « de plus en plus de collectivités territoriales envisagent de souscrire une offre de cloud computing auprès des grands acteurs internationaux ». L’informatique en nuage, comme on l’appelle en français, permet d’avoir accès à des logiciels et des espaces de stockage situés dans « les nuages » c’est-à-dire accessibles via internet. Mais le problème, c’est que les lieux physiques où sont stockées et traitées les données sont souvent situés à l’étranger dans de vastes datacenters.

Quelles sont les implications concrètes pour les collectivités ? Dematerialisation_bulletin_paye_11-09-15_uffa.