background preloader

Open source

Facebook Twitter

Les logiciels open source à l’assaut des services publics. Mercredi 8 Février 2017 Jusqu’à présent, les collectivités et les administrations françaises utilisaient en grande majorité des outils Microsoft, notamment Office et Sharepoint.

Les logiciels open source à l’assaut des services publics

Aujourd’hui, dans un souci d’économie et d’efficacité, elles sont sont invitées à passer à l’open source, note Christopher Potter, Président de CEO-Vision S.A.S, qui nous livre son analyse. Le secteur public est-il pieds et poings liés avec Microsoft ? Abus de position dominante La mainmise de Microsoft sur l’informatique des administrations françaises est telle qu'il est ensuite difficile pour les services concernés de faire machine arrière (désinstallation des logiciels de tous les postes de travail, habitudes des agents, etc.).

Logiciels libres et administrations: l'impossible mariage? L'administration réaffirme régulièrement sa volonté d'utiliser les logiciels libres.

Logiciels libres et administrations: l'impossible mariage?

Mais la mainmise des géants de l'informatique reste difficile à contourner. Le Tribunal de Grande Instance de Paris rend ce jeudi son jugement sur un partenariat à 13 millions d'euros, signé fin 2015 par l'Education Nationale et Microsoft. Le géant américain des logiciels s'est engagé, dans un "contrat de mécénat", à fournir des formations aux enseignants pour l'utilisation de ses solution Office, et à développer l'enseignement aux élèves français des rudiments du code informatique. Il favorisera aussi le développement d'applications éducatives adaptées à l'Education Nationale... mais uniquement sous environnement Windows. Ce partenariat est contesté en Justice par Edunathon, un collectif d'entreprises françaises spécialisées dans la création de logiciels libres. En France, les gendarmes montrent la voie A l'étranger, Munich en pointe Constat d'échec, par contre, à Bristol, en Angleterre.

Le logiciel libre se rebiffe contre l’accord Microsoft-Éducation Nationale. Édunathon n’a pas digéré l’accord signé le 30 novembre 2015 entre Microsoft France et l’Éducation nationale, respectivement représentés par Alain Crozier et Najat Vallaud-Belkacem.

Le logiciel libre se rebiffe contre l’accord Microsoft-Éducation Nationale

Le collectif, qui regroupe plusieurs associations dont le Conseil national du logiciel libre (CNLL), a saisi le tribunal administratif pour faire annuler ce partenariat au nom de la défense du service public, de la préservation du droit des élèves et des enseignants à disposer de leurs données et de leur autonomie, ainsi que du soutien à l’équité des entreprises et des acteurs économiques du numérique. Dans leur communiqué, le collectif n’hésite pas à brandir une autre arme juridique contre la ministre, une plainte au pénal pour atteinte à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés publics (article 432-14 du Code Pénal), voire pour favoritisme (article 432-10 du Code Pénal). La facture salée de Munich pour quitter Windows. Munich est devenu en quelques années la vitrine des projets de migration d’un environnement Windows vers le monde Open Source.

La facture salée de Munich pour quitter Windows

Pour mémoire, la municipalité avait engagé en 2006 la migration de 16 000 postes de travail sous Windows NT vers Linux. Après plusieurs pérégrinations, à la fin 2013, Munich avait réussi à placer 14 000 PC sous « LiMux », une version de Linux sur base Ubuntu spécialement créé pour ce projet et la suite bureautique OpenOffice. Le coût du projet dans son ensemble (prestations externes liées au déploiement Linux, tests et formations internes) a atteint 23 millions d’euros en août 2013.

Open Source : l’Etat publie son best of 2016 des logiciels libres. Validée lors d’une réunion du comité interministériel des systèmes d’information et de communication qui s’est tenue le 11 décembre dernier, la version 2016 du socle interministériel des logiciels libres (SILL) vient d’être publiée.

Open Source : l’Etat publie son best of 2016 des logiciels libres

Rappelons que ce référentiel répertorie un certain nombre de solutions Open Source dont l’usage est recommandé dans l’administration. Sorti pour la première fois en mai 2013, dans la foulée de la circulaire du Premier ministre d’alors, Jean-Marc Ayrault, recommandant l’usage du libre dans l’administration, le socle s’est dans un premier temps limité aux postes de travail, avant de s’étoffer en janvier 2014, en s’étendant à la gestion de parc, à l’exploitation, aux bases de données et aux environnements de développement. Dans la lignée du cru 2015, cette édition du SILL 2016 (en PDF) répertorie plus de 100 solutions Open Source. En fonction de leurs évolutions, certains outils se voient déclassés. A lire aussi : Crédit photo : ChameleonsEye / Shutterstock. Open Source: 50000 emplois et 4,1 milliards d'euros en France.

Né de la fusion de l’Open World Forum et du salon Solutions Linux, le Paris Open Source Summit ouvre ses portes deux jours durant, les 18 et 19 novembre, à l’initiative du pôle de compétitivité Systematic Paris-Region.

Open Source: 50000 emplois et 4,1 milliards d'euros en France

Le logiciel libre représente 50 000 emplois et 4 milliards d'euros en France. Les chiffres sont révélés par une étude de PAC réalisée pour le compte du Conseil National du Logiciel Libre et du Syntec Numérique.

Le logiciel libre représente 50 000 emplois et 4 milliards d'euros en France

Office 365 moins cher qu’une suite bureautique Open Source ? On parle souvent de la migration de certaines collectivités locales d’une suite bureautique propriétaire, Office de Microsoft en l’occurrence, vers un environnement Open Source, OpenOffice ou LibreOffice.

Office 365 moins cher qu’une suite bureautique Open Source ?

L’objectif est de réaliser des économies notamment en matière de licences. Mais le contraire arrive aussi comme le montre la firme de Redmond avec le cas de la ville de Pesaro en Italie. Au mois de juin dernier, Microsoft annonce avec trompette que la ville natale de Rossini avait fait le choix d’adopter Office 365 au détriment d’OpenOffice installé depuis 2011.