background preloader

Jeûner

Facebook Twitter

6 pratiques du Jeûne Intermittent - Therapeutes magazine. Le jeûne intermittent est très à la mode ces dernières années.

6 pratiques du Jeûne Intermittent - Therapeutes magazine

On affirme qu’il permet de perdre du poids, améliorer la santé métabolique et peut-être même prolonger la durée de vie. Sans surprise, étant donné sa popularité, plusieurs pratiques du jeûne intermittent ont été mises au point. Chacune d’entre elles peuvent être efficaces, mais tout dépend de l’individu. Voici 6 pratiques du jeûne intermittent. 1. La méthode 16/8 implique de jeûner tous les jours pendant 14-16 heures, en limitant votre « temps d’alimentation » quotidiennement à 8-10 heures. Dans la période d’alimentation, vous pouvez prendre 2, 3 ou plus de repas. Cette méthode est également connue comme le protocole Lean gains, et a été popularisée par l’expert de fitness Martin Berkhan. 12 clés pour réussir son jeûne - 3 kifs par jour par Florence Servan-Schreiber. 12 clés pour réussir son jeûne Si le jeûne vous tente, mais que vous n’avez jamais encore franchi le pas, voici les secrets d’une expérience réussie.

12 clés pour réussir son jeûne - 3 kifs par jour par Florence Servan-Schreiber

Il existe plusieurs façons de jeûner : quelque heures ou quelques jours, fréquemment ou une fois de temps à temps. Mon expérience du jeûne est de sept jours consécutifs, sous forme de retraite, « loin » de chez moi. Ces conseils s’appliquent donc à une expérience de ce type. Cliquez sur les 12 clés pour les découvrir. Pour en savoir plus • Le jeûne, une nouvelle thérapie • Faim de tout • 10 jours sans manger : Jour 1, Jour 2, Jour 3, Jour 4, Jour 5, Jour 6, Jour 7, Jour 8, Jours 9 et 10 • Dé-jeuner • Pleine conscience garantie. Le jeûne est-il compatible avec le sport. L’entraînement à jeun ne fait pas maigrir. Physiologie du jeûne. Le pyruvate pourra, soit être métabolisé dans une fermentation anaérobie pour produire du lactate ou pénétrer à l’intérieur de la mitochondrie et être transformé en une autre molécule, l’acétyl-CoA qui pourra être intégré au cycle de Krebs et fournir, en présence d’oxygène (aérobie), une quantité importante d’énergie : 36 ATP.

Physiologie du jeûne

En l’absence d’oxygène, l’acétyl-CoA ne pourra pas intégrer le cycle de Krebs et le pyruvate sera dégradé par fermentation. C’est ce qui se passe dans les muscles lors d’efforts très violents: la consommation de glucose sera très importante car l’énergie fournie par voie anaérobie est très faible par rapport à la voie aérobie. L’acide lactique va s’accumuler et devra être éliminé rapidement pour permettre à la cellule musculaire de refonctionner correctement. L’épuisement des réserves hépatiques entraîne à nouveau une baisse de la glycémie. Cette phase, phase de « jeûne court », ne peut pas être maintenue longtemps. Fasting. Jeûner pour protéger son cerveau ? Selon cet article paru dans le journal britannique « The Guardian » en février 2012, des scientifiques américains émettent l’hypothèse que se priver de nourriture un ou deux jours par semaine pourrait contrecarrer les effets de l’Alzheimer ou du Parkinson.

Jeûner pour protéger son cerveau ?

Sur la photo ci-contre (Alfred Pasieka / Science Photo Library), figure une coupe verticale de cerveau. A gauche, cerveau d’un patient atteint de la maladie d’Alzheimer, à droite, cerveau « normal ».Un jeûne suivi sur des périodes régulières pourrait aider à protéger le cerveau contre les maladies dégénératives, selon des scientifiques américains. Des chercheurs de l’Institut national sur le vieillissement de Baltimore ont affirmé qu’ils avaient trouvé des preuves qui montrent que les périodes d’arrêt quasi-total de prise de nourriture pendant un ou deux jours par semaine pouvait protéger le cerveau contre certains des pires effets de la maladie d’Alzheimer, de Parkinson et d’autres affections.

Des chercheurs encouragent la population à jeûner 2 jours par semaine. Le jeûne intermittent pourrait protéger de maladies de civilisation comme le cancer, le diabète et la maladie d'Alzheimer, selon une nouvelle étude qui fait la synthèse des données scientifiques.

Des chercheurs encouragent la population à jeûner 2 jours par semaine

Le modèle d'alimentation classique des sociétés modernes, soit trois repas par jour plus des collations, serait en fait «anormal» du point de vue de l'évolution, et en probable contradiction avec les rythmes naturels du corps, selon les auteurs d'une étude qui prend en compte les données scientifiques les plus récentes. L'article procède à l'examen d'un grand nombre détudes sur les effets d'une restriction calorique et demande aux médecins d'encourager leurs patients à adopter une forme de jeûne intermittent, par exemple une alimentation normale pendant 5 jours, et pas plus de 500 calories (kcal) pendant 2 jours. L'article est publié dans la revue américaine PNAS.

Podcasts

Le jeûne, une nouvelle thérapie. Il y a jeûne et jeûne !

Le jeûne, une nouvelle thérapie

Autrefois, le jeûne était surtout une forme d’ascèse étroitement liée aux convictions religieuses. Il aidait par exemple : - à purifier le corps, - à retrouver de la volonté, - à faire pénitence, - à atteindre un moment d’extase, de contact direct avec Dieu. Aujourd’hui, le jeûne est réduit à une simple diète pour soigner le corps et « booster» sa santé. Il se décline en plusieurs variantes : version radicale, le jeûne complet revient à se passer de nourriture et à ne plus boire que de l’eau et du thé. Ne rien manger : un remède contre certaines maladies ? Le jeûne provoque une modification dans le métabolisme : le corps brûle ses réserves de graisses et le sang contient moins de cholestérol et de sucres. Dictées par un ensemble de spécialistes du domaine médical, les recommandations guident les médecins dans leurs décisions pour qu’ils puissent traiter leurs patients correctement et en toute sécurité.