background preloader

Concentration des médias (patrons)

Facebook Twitter

Acteurs de l'édition. Presse française : qui possède quoi (juillet 2016) Cette infographie sur les médias français réalisée avec l’association Action-Critique-Médias (Acrimed) est une refonte de la carte du Parti de la presse et de l’argent (PPA) conçue pour Le Plan B en 2007 et mise à jour à l’occasion de la sortie du documentaire Les Nouveaux Chiens de garde en 2012.

Presse française : qui possède quoi (juillet 2016)

Voir aussi « Le pouvoir médiatique en France », une adaptation de cette infographie sous forme d’affiche, imprimée avec l’édition de décembre 2016. Plutôt que l’exhaustivité, nous avons fait le choix de la lisibilité, en simplifiant l’information. Ainsi, seuls les principaux propriétaires des médias sont indiqués, plutôt que la multitude de petits actionnaires qui cohabitent souvent avec eux (1). Enfin, les groupes indépendants des puissances d’argent (Société nouvelle du journal L’Humanité, SAS Le Canard enchaîné etc.) ainsi que la presse dite alternative ne sont pas représentés (3).

Un travail en cours Il n’existe pas de source centralisée sur la composition du capital des titres de presse. Qui détient les médias privés en France ? (Le Monde, sept 2015) Ce plan s’ajouterait à plus d’une centaine de départs volontaires dans le cadre d’une clause de cession.

Qui détient les médias privés en France ? (Le Monde, sept 2015)

Un plan social au sein du groupe Express-Roularta, racheté récemment par l’homme d’affaires Patrick Drahi, est envisagé pour supprimer quelque 150 postes, a déclaré, lundi 7 septembre, une source proche du dossier. Ce plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) s’ajouterait aux 115 départs de journalistes déjà enregistrés dans le cadre d’une clause de cession actuellement ouverte, selon les informations recueillies par Le Monde. « La situation économique trouvée par Altice Media Group [la branche médias papier du groupe de Patrick Drahi] s’est révélée encore plus dégradée que celle présentée par Roularta [le précédent propriétaire], tant sur les comptes, les abonnements, la diffusion que la publicité », éclaire une source interne proche du dossier.

Nouvelle organisation Ces informations s’accompagnent de changements structurels. "Le Figaro", "Libé", "l'Obs"... qui possède la presse française ? - 16 octobre 2015. Si François Régis Hutin, fils du fondateur de "Ouest-France" Paul Hutin-Desgrées, est le président du directoire du quotidien régional "Ouest-France", il n’en est plus, officiellement, le propriétaire.

"Le Figaro", "Libé", "l'Obs"... qui possède la presse française ? - 16 octobre 2015

"Ouest-France" (le quotidien le plus lu en France) appartient en effet au groupe Sipa – Ouest France, lui-même propriété de… l'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste ! Une association de type loi de 1901, fondée en avril 1990,voulue par François Régis Hutin, pour mettre son journal à l'abri d'un rachat : "Cette association est la gardienne du temple.

Le temple, c'est l'esprit du journal. " "Nous sommes une association à but non lucratif et ne distribuons pas de dividendes. Il n'y a pas d'actions. L’association est présidée par Jacques Duquesne. Concentration des médias (2) : convergences et dépendances. Après une période aussi mouvementée dans le grand Monopoly des médias, on se pose volontiers cette question : qui détient les médias privés en France ?

Concentration des médias (2) : convergences et dépendances

Le Monde répond par une infographie, L’Obs par une autre]. On y compte un petit nombre de groupes se partageant la quasi-totalité des médias « traditionnels » (presse, radio, télé) de diffusion nationale et leurs déclinaisons sur Internet [1]. Pour la plupart d’entre eux, la branche « média » ne représente qu’une part de leurs activités (voir en annexe pour une description succincte des activités de ces multinationales). Cela pose bien sûr la question de l’indépendance de ces médias vis-à-vis des puissances financières qui les possèdent. Mais aussi vis-à-vis de la puissance publique pour ceux ayant des activités dépendant de la commande publique (armement, construction, transport ou télécommunications). Le Monopoly : un jeu à jouer entre amis. Patron de journaux et presse d'opinion. Un peu plus de quinze ans après la renaissance d’une critique radicale des médias, après des dizaines de livres, des documentaires à succès, des milliers de réunions publiques, on est en droit de se demander : à quoi a-t-elle servi, à quoi sert-elle ?

Patron de journaux et presse d'opinion

À quoi sert-elle quand cet exercice devient un genre tellement courant qu’il dispose dorénavant d’émissions attitrées dans nombre de médias ? À quoi sert-elle quand n’importe quel moteur de recherche permet à quiconque le souhaite de dénicher des propos de journalistes qui l’indignent, pour s’en déclarer ensuite indigné sur son blog. Lequel n’est fréquenté que par des gens tout aussi indignés d’avance ? À quoi sert-elle quand la défiance envers les médias est à la fois généralisée et souvent sans conséquence. Peut-être sommes-nous victimes de notre succès : on a créé un terrain ; les autres ont découvert que ce terrain était fréquenté ; et chacun vient y jouer. Autre hypothèse : nous ne sommes pas victimes de notre succès, mais avons perdu. Concentration des médias en France et ailleurs (vidéo d'un jeudi d'Acrimed)

Par Acrimed, Le 19 janvier 2017, à la Bourse du travail de Paris.

Concentration des médias en France et ailleurs (vidéo d'un jeudi d'Acrimed)

Avec Christophe Deloire (Reporters sans frontières) et Jérémie Fabre (Acrimed). « Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix ». L’indépendance du « Monde », un privilège et une responsabilité. Un projet d’accord garantit l’indépendance à long terme de la rédaction.

L’indépendance du « Monde », un privilège et une responsabilité

L’éditorial de Jérôme Fenoglio, directeur du « Monde ». LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jérôme Fenoglio (Directeur du "Monde") Le groupe Le Monde vient d’ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire de son indépendance éditoriale.