background preloader

"La croissance mondiale va s’arrêter"

"La croissance mondiale va s’arrêter"
Quarante ans après son rapport au Club de Rome, Dennis Meadows réaffirme les limites de l’expansion économique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart et Hervé Kempf En mars 1972, répondant à une commande d'un think tank basé à Zurich (Suisse) – le Club de Rome –, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) publiaient The Limits to Growth, un rapport modélisant les conséquences possibles du maintien de la croissance économique sur le long terme. De passage à Paris , mercredi 23 mai, à l'occasion de la publication en français de la dernière édition de ce texte qui fait date (Les Limites à la croissance, Rue de l'Echiquier, coll. "Inital(e)s DD", 408 p., 25 euros), son premier auteur, le physicien américain Dennis Meadows, 69 ans, a répondu aux questions du Monde. Quel bilan tirez-vous, quarante ans après la publication du rapport de 1972 ? D'abord, le titre n'était pas bon. Pourtant, l'idée commune est, aujourd'hui encore, qu'il n'y a pas de limites.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/25/la-croissance-mondiale-va-s-arreter_1707352_3244.html

Related:  ENVIRONNEMENT

La Liste rouge mondiale des espèces menacées La Liste rouge de l’UICN est un indicateur privilégié pour suivre l’état de la biodiversité dans le monde. Grâce à cet état des lieux, on sait aujourd’hui qu’une espèce de mammifères sur quatre, un oiseau sur huit, plus d’un amphibien sur trois et un tiers des espèces de conifères sont menacés d’extinction mondiale. Qu’est-ce que la Liste rouge ? La Liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces.

Politique économique: et si Hollande et Ayrault n'avaient pas tout faux? Pour les deux têtes du pouvoir exécutif, 2013 a mal commencé. Selon le tableau de bord mensuel Ifop-Paris Match, publié le 8 janvier, le chef de l’Etat et le Premier ministre ont encore grimpé en impopularité, avec respectivement 63 % et 59 % des sondés qui désapprouvent leur action; seuls 37 % de nos concitoyens approuveraient la politique économique de François Hollande et 40 % celle de Jean-Marc Ayrault (qui est la même...). Le moins que l’on puisse dire est que le pays ne se mobilise pas derrière ses dirigeants. Ces mauvais scores n’ont rien d’étonnant. Cherchez ce qui augmente, vous trouverez les impôts et le chômage. Il est difficile d’être populaire dans ce contexte.

L'Islande est le seul pays qui a tourné le dos aux banques et qui a ga Le FMI a émis un communiqué de presse cette semaine pour indiquer que l'Islande lui avait remboursé en avance 443,4 millions de dollars, soit un cinquième de la somme que le pays lui avait emprunté (2,15 milliards de dollars). L’échéance initiale de cette somme était en 2013, selon les termes de l’accord de prêt. Il y a deux précédents, désormais, écrit le blog américain financier Zéro Hedge, l’Islande qui a s’est déconnectée du système international, et la Grèce, "contente d’elle-même et qui se condamne à l’esclavage de la dette, en continuant de remettre volontairement chacun de ses biens aux vampires de l'oligarchie bancaire en échange de la seule adhésion à un club voué à l’échec, sous la menace constante du feu et du soufre si elle ose se séparer de ses parasites monétaires (et où le taux de chômage gagne 3% en un trimestre) ». L'Islande est le seul pays à avoir laissé ses banques faire défaut. « Félicitations, Islande.

Le Club de Rome confirme la date de la catastrophe: 2030 Cette célébration a donné lieu à un symposium le 1er mars 2012, dont les conclusions sont présentées sur le site du Club de Rome. Dans le même temps, un des organisme en charge du rapport, le Smithsonian Institution, rend public une version actualisée pour 2012 du rapport de 1972. Il s'agit, en fait d'un second rapport, utilisant la même méthodologie que le premier, avec les mêmes acteurs, le Club de Rome commanditaire et le MIT exécutant. Les instruments d'analyse ont cependant été modernisés, pour tenir compte des importants progrès accomplis dans les méthodes d'observation et de prévision. Le Courrier de l'environnement de l'INRA La biodiversité perd un grand acteur. Suite, hélas. Jacques Weber nous a quittés brutalement. Une sale écologie des bactéries a profité de l’état de vulnérabilité dans lequel le mettait la lutte contre une maladie.

Explications : Pourquoi les politiques ont cette obsession de la croissance ? Nicolas Sarkozy devrait mettre l’accent sur la compétitivité et la croissance, François Hollande en a beaucoup parlé, même Éva Joly en parle avec sa croissance verte. Pourquoi cette obsession de la croissance et comment en fabrique-t-on ? La croissance, c’est le moteur de la société. Russie : un budget de réarmement sans précédent de 488 milliards d’euros Le réarmement de l’armée russe, dont le financement dépassera 20.000 milliards de roubles (près de 488 mds EUR) d’ici 2020, ne sera pas reporté, certaines dépenses pouvant toutefois être rééchelonnées, a annoncé lundi Andreï Belooussov, ministre du Développement économique. Vladimir Poutine avait parler le 20 Février 2012, d’un réarmement massif de la Russie à hauteur de 590 milliards d’euros, afin de contrer la politique conjointe de l’Otan et des Etats-Unis en Europe. En Novembre 2011, le président russe Dmitri Medvedev avait parlé de déployer des missiles balistiques à Kaliningrad, aux portes de l’UE, si les Etats-Unis et l’Otan continuaient de mettre Moscou devant le "fait accompli" avec le déploiement de leur bouclier antimissile en Europe. Source : RIA Novosti / Minuit moins une Like this: J'aime chargement…

Faut-il mettre fin aux débats en sciences économiques ? Deux économistes, Pierre Cahuc et André Zylberberg viennent de publier un pamphlet aussi violent dans le ton qu’il est médiocre sur le fond, dont l’objet assumé est de jeter le discrédit sur le rôle des débats en économie. Au-delà, il s’agit de redonner corps à l’idée qu’une pensée unique doit prévaloir en économie, à laquelle tous, économistes et citoyens, doivent se soumettre. Si le procédé consistant à frapper d’anathèmes les analyses contestant l’orthodoxie économique est connu, jamais l’attaque n’a été d’un aussi bas niveau. L’offensive de nos deux auteurs consiste en effet à assimiler le travail des économistes critiques à un « négationnisme », terme dont la définition stricte ne devrait autoriser aucun glissement. Le négationnisme consiste à nier la réalité de la shoah et des chambres à gaz. Ce glissement sémantique, abject, est choisi à dessein afin de produire une confusion et une assimilation entre critique de la pensée économique dominante et action délictueuse.

Related: