background preloader

Les sept familles de l’accompagnement personnalisé au collège

Les sept familles de l’accompagnement personnalisé au collège
L’accompagnement personnalisé se met en place pour tous les élèves à la rentrée prochaine. Il y a bien des manières de procéder et Bénédicte Dubois nous propose sept grandes catégories d’AP, en s’inspirant de la typologie de Roland Goigoux. Un document qui sera utile aux équipes de collège, parfois un peu perplexes devant ce nouvel objet pas toujours bien identifié. « L’accompagnement personnalisé relève de temps dédiés à l’apprentissage de méthodes et à la maîtrise d’outils pour mieux apprendre », nous disent les textes officiels, qui fixent ainsi les horaires par classe : Pour permettre aux enseignants de situer leur action au cours d’ateliers d’accompagnement personnalisés, on peut s’inspirer des sept familles d’aide structurées par un verbe d’action, que propose Roland GOIGOUX, enseignant-chercheur à l’ESPE d’Auvergne [1]. Le tableau ci-dessous décline ces sept familles. Fiche 1 Fiche 2 Fiche 3 Fiche 4 Fiche 5 Fiche 6 Fiche 7 Un tableau tel que celui-ci présente plusieurs avantages :

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Les-sept-familles-de-l-Accompagnement-personnalise-au-college

Related:  accompagnement personnaliséAccompagnement personnaliséDiversification et différentiation pédagogiqueL'accompagnement personnalisé (AP)Ressources pédagogiques anglais

Accompagnement personnalisé et réforme 2016 Le principal atout du dispositif d’accompagnement personnalisé dans la réforme du collège est qu’il ne s’adresse pas qu’à un profil spécifié d’élèves : « Tous les élèves, les plus fragiles comme les plus performants, ont des besoins qui leur sont propres pour progresser. Les accompagner dans leurs apprentissages consiste autant à leur montrer comment résoudre les difficultés qu’à leur permettre de progresser de façon autonome. » Exit donc les risques de la stigmatisation par la difficulté inhérents aux pratiques de traitement de la difficulté scolaire par de l’externalisation. Exit également la logique de mise en exergue des manques, avec comme conséquence première le développement de l’impuissance apprise (M. Séligman) ou du sentiment d’incompétence (A. Lieury). C’est une excellente nouvelle pour un système éducatif qui doit farouchement s’engager dans la lutte contre le développement des inégalités sociales par l’école.

L’AP en classe entière… impossible ? Voilà un des arguments préférés du moment : il est impossible de faire de l’AP en classe entière (tout en affirmant par ailleurs “on le fait déjà” ; on n’est plus à une contradiction près). Levons plusieurs malentendus et (parce qu’on n’est pas obligé d’attendre le grand soir pour commencer à avancer et que les établissements peuvent faire le choix d’utiliser les marges ailleurs), explorons cette idée d’impossibilité supposée d’AP en classe entière. → Il existe des heures de marge qui peuvent être utilisées en AP pour alléger la gestion du groupe-classe. Ces heures-marges (2h45 en septembre 2016, puis 3h en septembre 2017, par classe et non pas par niveau de classe) permettent de travailler l’AP en groupes restreints ou en co intervention. Parce que, soyons clairs, travailler en effectifs réduits ou en co-intervention, c’est évidemment plus facile.

Le métissage pédagogique. Découvrez l'auto-socio-construction Il peut paraître bien étrange de parler de métissage pédagogique à l’heure où la vogue est à la pédagogie inversée et au travail collaboratif. Pourtant, des voix s’élèvent pour mettre en garde contre une forme de dogmatisme en gestation. Ainsi, Xavier de la Porte cite Susan Cane dans son article du 23 janvier 2012 intitulé le risque de l’idéologie de groupe dans internet actu.net «La solitude n’est plus à la mode, commence Susan Cain. (…) La plupart d’entre nous travaillent en équipes, dans des open-spaces, pour des chefs qui valorisent au-dessus de tout l’intelligence collective. Les génies solitaires sont bannis. Seul vaut le collaboratif ».

L’AP en classe entière… impossible ? Voilà un des arguments préférés du moment : il est impossible de faire de l’AP en classe entière (tout en affirmant par ailleurs “on le fait déjà” ; on n’est plus à une contradiction près). Levons plusieurs malentendus et (parce qu’on n’est pas obligé d’attendre le grand soir pour commencer à avancer et que les établissements peuvent faire le choix d’utiliser les marges ailleurs), explorons cette idée d’impossibilité supposée d’AP en classe entière. → Il existe des heures de marge qui peuvent être utilisées en AP pour alléger la gestion du groupe-classe. Ces heures-marge (2h45 en septembre 2016, puis 3h en septembre 2017, par classe et non pas par niveau de classe) permettent de travailler l’AP en groupes restreints ou en co intervention. Parce que, soyons clairs, travailler en effectifs réduits ou en co-intervention, c’est évidemment plus facile. Mais cela n’a pas de sens si le contenu des séances de cours reste le même.

Exercices d'entraînement en lecture Edit du 20/01/2013 : ajout des fiches "trouver le sens d'un mot d'après son contexte" Nouveau chantier, ici... Après avoir publié des fiches d'exercices pour les ateliers d'écriture, je me lance dans la confection de fiches basées sur le même principe pour les ateliers de lecture. En effet, lors des entretiens individuels, il est quelquefois compliqué de travailler certaines stratégies avec le livre que les élèves sont en train de lire surtout lorsqu'il s'agit de BD, mangas et autres documentaires.

Approche pédagogique différenciée Didactique professionnelle Un cours n'est pas conçu pour celui qui enseigne, mais pour celui qui apprend! La FP cherche le trouble et elle va le trouver Pédagogie ou didactique Approche pédagogique différenciée 25 mai 2011 Accompagnement Personnalisé : Comment faire ? Accompagnement Personnalisé : Comment faire ? publié le 13/01/2016 à 11H34 par Claudie Paillette L'obligation de comptabiliser l'accompagnement personnalisé dans les horaires disciplinaires ne permet pas énormement de souplesse pour sa mise en œuvre. Initiation à la pédagogie différenciée inShare0 En classe, un enseignant se retrouve généralement face à des élèves ou des étudiants ayant des capacités et des modes d’apprentissage différents. Ainsi, il existe entre les élèves des écarts de vitesse, d’autonomie, de motivation, d’intérêt, de compréhension…Dans ce cadre, comment peut faire un enseignant pour ne plus être « indifférent aux différences » ?

Accompagner les élèves, nouvelle compétence professionnelle ? Nathalie Liotard est enseignante en Coordination pédagogique, ingénierie de formation (CPIF). Elle exerce dans l’académie de Lille sur la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS). Nathalie intervient sur des actions de remobilisation et des actions de qualifications de niveau IV, sur le bassin d’éducation et de formation de Béthune Bray la Buissière. Deux autres collègues CPIF, soit 3 ETP (emploi temps plein) au total œuvrent à lutter contre le décrochage scolaire sur un bassin qui compte 24 collèges, 10 SEGPA, 7 LP et 7 LGT. Peux tu nous préciser en quoi consiste ton activité professionnelle ? Mon activité professionnelle répond à une mission de l’Ecole : « garantir l’égalité des chances » pour que chaque élève en construisant son avenir professionnel devienne un acteur au sein de la société et donc un citoyen épanoui.

Qu'est-ce que la différenciation pédagogique? Qu'est-ce que la différenciation pédagogique? En contexte scolaire, toute situation pédagogique peut être représentée par le modèle suivant inspiré de Legendre (2005). Lors d’une situation pédagogique, un sujet fait l’acquisition d’un objet d’apprentissage sous la responsabilité d’un agent qui utilise certaines formules pédagogiques et tient compte de différents aspects du milieu. Tel qu’illustré, il s’établit entre ces quatre composantes, différents types de relations pédagogiques (relation d’apprentissage, relation d’enseignement, relation didactique). Inspirées de ce modèle, dans le cadre de la recherche-action sur la différenciation pédagogique en Montérégie, nous avons défini la différenciation pédagogique comme :

sans titre 3 heures prévues d’AP en 6ème, 1 heure pour les autres élèves du cycle 4 à la rentrée 2016. Beaucoup s’interrogent encore, malgré le passé de ces dispositifs sur les « contenus » de l’accompagnement personnalisé, dont le titre renseigne pourtant sur la nature de l’objectif: l’élève, ses ressources, ses questions, ses choix, ses modes d’apprentissages, sa progression, son projet, ses difficultés, ses réussites etc…. Quelques facteurs d’efficacité de l’accompagnement scolaire que Bruno Suchaut (IREDU) vient synthétiser en cinq points : 1- « Les dispositifs les plus efficaces sont ceux qui sont directement en prise avec le travail scolaire » , ce qui revient à soutenir l’idée d’études dirigée effectuées par le professeur. Pourquoi parler de diversification des apprentissages plutôt que d’innovation Il est possible d’assimiler l’innovation en formation à une perpétuelle réinvention. Les idées flottent en permanence dans les esprits humains et parfois, elles s’ajustent aux situations qui deviennent plus accueillantes. Les problèmes nouveaux nécessitent alors de changer de cadre de pensée. Quand l’idée s’avère pertinente elle adhère aux pratiques.

Related: