background preloader

GOUVERNANCE

Facebook Twitter

Sept athéismes 7 — Auguste Comte et le positivisme. Système de politique positive: ou traité de sociologie, instituant la ... - Auguste Comte. Lean Management & intelligence collective : concurrence ou complémentarité. Tel le chat sur une branche d’arbre qui ne veut pas descendre, cela fait plusieurs mois que je repousse la publication de ce billet.

Lean Management & intelligence collective : concurrence ou complémentarité

J’espérais en vain qu’on arrête de me demander ce que l’intelligence collective apportait de plus que le Lean Management. Voici des exemples de verbatims qui m’irritent : « On a investi des millions en formation au Lean Management donc on mobilise déjà l’intelligence collective » ; « Le Lean Management n’a pas tenu toutes ses promesses, est-ce qu’on ne risque pas la même déception avec le management de l’intelligence collective ? »,… Alors, plus le choix, c’est le temps de comparer des bananes et des carottes ! De quoi s’agit-il ? L’intelligence collective a pour objectif de rendre l’organisation agile en lui permettant de s’adapter à son environnement, de détecter les signaux faibles afin d’innover et de développer sa performance de manière durable.

Deux sujets totalement différents (banane et carotte), alors pourquoi certains les comparent ? Comprendre l'économie contributive en 9 minutes. L'holacratie : et si on se passait des chefs ? Briser la logique pyramidale pour établir un modèle égalitaire : c'est le pari de l'holacratie.

L'holacratie : et si on se passait des chefs ?

Avec à la clé, la promesse d'une organisation efficace et d'un meilleur engagement. Les start-up n'ont généralement pas froid aux yeux. Pourtant, cette fois, Zappos a surpris par son audace. Le 3 janvier, le pionnier de la vente de chaussures en ligne a annoncé la suppression de tous les postes de managers. Finie la ligne hiérarchique, terminés les titres ronflants. Radicale et ambitieuse, l'idée a germé dans l'imaginaire fertile de trois dirigeants d'un éditeur de logiciels américain, Ternary Software, à la recherche d'un nouveau mode d'organisation. Management: les cinq tendances de 2014. Connaissant mieux le fonctionnement de son cerveau, soucieux de développer le travail collaboratif, inventif pour venir à bout des problèmes et bienveillant, le management ne devra toutefois pas perdre de vue le sens de sa mission en 2014 : fixer des objectifs à atteindre sans brûler les étapes. 1.

Management: les cinq tendances de 2014

Le neuro-management La question de l'apport des neurosciences au management commence à se frayer un chemin dans l'Hexagone. Développée aux Etats-Unis sous l'impulsion entre autres d'Antonio Domasio, professeur de neurobiologie à l'université de Caroline du Sud ou de Baba Shiv, professeur de marketing à Stanford Graduate School of Business, elle permet notamment d'étudier la place des intuitions dans le management. " Nous conduisons de plus en plus de travaux associant neurologues, biologistes et chercheurs en sciences sociales ", souligne Christophe Haag, enseignant-chercheur à l'EM Lyon, qui travaille notamment sur les émotions.

EDM 2013 - Poult (Lauréat) Une gouvernance novatrice. En 7 ans, Colibris est devenu un mouvement citoyen influent, fédérateur, inspirant pour des centaines de milliers de personnes aspirant à un autre projet de société.

Une gouvernance novatrice

Axe stratégique pour les prochaines années, Colibris a décidé d’expérimenter une nouvelle gouvernance, pionnière et écologique. En juin 2012, nous avons validé une véritable transformation de nos statuts, afin d’expérimenter un modèle permettant à toutes les parties prenantes du mouvement de participer aux orientations stratégiques, dans un vaste processus d’intelligence collective. L’idée est que chaque personne qui sera impactée par une décision du mouvement, puisse participer à l’élaborer ou à la ratifier.

Très inspirés des principes de la sociocratie et de l’holacratie, cette nouvelle gouvernance s’appuie sur 4 éléments : le fonctionnement en cercles la prise de décision par consentement la mise en place de doubles liens entre les cercles les élections sans candidats Vous voulez devenir colibri cotisant ? Suicides : ce n'est pas le travail qui tue mais la gouvernance. Aujourd'hui Areva La Hague.

Suicides : ce n'est pas le travail qui tue mais la gouvernance

Hier La Poste. Avant-hier France Télécom. Les cas de suicides au travail se suivent ...et se ressemblent. Hélas. Devant l'ampleur des « maladies du travail », toutes les institutions sont secouées : entreprises, État, institutions, chercheurs et experts. De fait, il est urgent de tordre le cou aux stéréotypes autour de la pénibilité du travail. A ce titre l'exemple des postiers, est révélateur.

C'est là où la question des heures supplémentaires entre en jeu. Ce ne sont pas seulement les savoir-faire antérieurs qui sont remis en cause par la nouvelle organisation du travail, mais également les valeurs qui étaient partagées, une certaine conception de la qualité du service rendu mais aussi de valeur partagée par l'usager. Une gouvernance novatrice. Suicides : ce n'est pas le travail qui tue mais la gouvernance.