background preloader

Apprentissages - approches scientifiques

Facebook Twitter

Associer chercheurs et praticiens à la conception d’outils didactiques ou de dispositifs innovants pour améliorer l’enseignement. How many people believe learning styles theories are right? And why? - Daniel Willingham--Science & Education. Suffit-il de motiver les élèves pour qu’ils apprennent. Pascal Bressoux Université Grenoble Alpes et Institut Universitaire de France La motivation est souvent évoquée comme un facteur-clé de la réussite scolaire.

Il ne fait aucun doute qu’il y a bien quelque chose qui déclenche les comportements délibérés, que l’on peut bien, si l’on veut, appeler « motivation » dans le langage courant. Il n’en demeure pas moins, d’une part, qu’il s’agit d’en préciser et d’en comprendre les mécanismes et, d’autre part, que ce quelque chose qui permet la mise en action ne garantit pas à lui seul le succès – en l’occurrence celui des apprentissages scolaires puisque c’est de cela dont il sera question dans ce chapitre. De très nombreux travaux se sont employés à définir ce qu’est la motivation et à relever quelles pouvaient en être les manifestations, les causes et les conséquences. Qu’est-ce que la motivation ? Le terme « motivation » étant un mot du vocabulaire courant, il est impératif d’en donner une définition scientifique. Conclusion Anderman, L.

Qu'est-ce que les neurosciences cognitives ? - Prim à bord. Les progrès considérables accomplis ces dernières années grâce au développement des techniques d’imagerie cérébrale permettent d’apporter de nouvelles réponses sur le fonctionnement du cerveau. Ces avancées dans le domaine intéressent de fait l’éducation et questionnent les méthodologies d’apprentissage proposées aux élèves. De nombreux scientifiques partagent ainsi l’idée que l’enseignant devrait se saisir des éléments de connaissance sur le cerveau pour enseigner et adapter ses pratiques aux activités cognitives de l’élève.

Sans chercher à couvrir ce vaste sujet dans un seul article nous avons rassemblé plusieurs acteurs, chercheurs engagés dans cette problématique qui exposent en quoi les neurosciences cognitives peuvent apporter des éléments d’éclairage dans les pratiques pédagogiques ? Définitions : Les sciences cognitives Les neurosciences La Neuroéducation Des conférences d’experts : Pour aller plus loin : Quelques éléments de psychologie cognitive pour aider les professionnels à concevoir des situations d'apprentissages. Cette captation vidéo a été réalisée le 3 juin 2015 lors d'une journée de formation intitulée : Les dispositifs, la classe, l’établissement ; quels soutiens à l’engagement des élèves ? Cette journée a été l’occasion de réfléchir aux enjeux d’une aide apportée de manière cohérente et ajustée aux besoins des élèves, dans un contexte marqué par la controverse autour de l’insuffisante efficacité des dispositifs d’accompagnement des élèves.

Quels pas de côté ces dispositifs font-ils faire aux enseignants, aux praticiens, afin de mieux comprendre la nature des difficultés des élèves ? La réflexion s'est appuyée notamment sur le travail d’une équipe de recherche qui a étudié durant deux années les formes de soutien proposées aux élèves en difficulté dans des configurations locales très différentes.

Écouter les enregistrements de la journée Une approche en quatre niveaux pour aider les professionnels à concevoir des situations d'apprentissage. player1 Le processus attentionnel (De 4min24 à 7min) Dejad de propagar el mito de los estilos de aprendizaje - Cuaderno de Cultura Científica. Paul A. Kirschner Resumen Los seres humanos nos diferenciamos unos de otros en multitud de formas, y como tal, nuestras preferencias varían en cuanto a música, alimentación o aprendizaje, por ejemplo. Como resultado, a muchos estudiantes, padres, profesores, administradores, e incluso investigadores, les parece intuitivamente correcto decir que como laspersonas prefieren aprender de forma visual, auditiva, cinestética, u otras, deberíamos adaptar la enseñanza, las situaciones y los recursos educativos a estas preferencias. ¿Es esto un problema? “Ninguna suma de creencias hace de algo un hecho” – James Randi “Todo hombre tiene derecho a su propia opinión, pero ningún hombre tiene derecho a equivocarse en sus actos” – Bernard Baruch El 18 de agosto usted tuiteó: “¡La revista científica Computers & Education publica bulos sobre estilos de aprendizaje!

La razón es que los estudiantes no son capaces de y/o no están dispuestos a informar lo que en realidad hacen, o lo que creen que hacen. Notas: Comment mieux évaluer le travail des élèves. Des chercheurs testent actuellement, dans 70 collèges et lycées, une alternative au traditionnel système de notation : l’évaluation par compétences. Si les premiers résultats sont prometteurs, l’expérience est bien loin d’être finie. Décryptage. La nouvelle a fait les gros titres de la presse française il y a quelques semaines : une étude scientifique préconiserait l’abandon des notes à l’école. Dans un pays attaché de longue date à la notation de 0 à 20, l’annonce a aussitôt fait l’objet de débats aussi intenses que… prématurés.

En effet, les résultats dont les commentateurs se sont emparés ne sont que les tout premiers d’une expérience en cours, menée depuis la rentrée 2014 dans 70 collèges et lycées de l’académie d’Orléans-Tours. Cette étude ambitieuse livrera ses réelles conclusions dans de longs mois, en 2018. Des notes subjectives et anxiogènes Cours de français dans une classe de sixième. La note amplifie les inégalités scolaires et renforce le déterminisme social. Les neuromythes - Elena Pasquinelli. Séminaire international de l’Ifé, cadrage de la 12e session des 29 et 30 juin 2016.

Séminaire international de l’IFÉ : « Apprendre et Faire apprendre : perspectives internationales » 12e session des 29 et 30 juin 2016 Emmanuel Sander, Gérard Sensevy, Jacques Douaire & Laurent Vivier Dans un livre récent (L'analogie, cœur de la pensée), Douglas Hofstadter et Emmanuel Sander décrivent l'analogie comme « l'essence » (aux deux sens du mot) de la cognition, en particulier dans le rapprochement d'une situation plus ou moins nouvelle avec d'autres situations plus ou moins analogues déjà vécues. Ces travaux ont aussi été à l’origine de la publication récente d’un groupe de travail du Laboratoire de Didactique André Revuz (LDAR) : L’analogie : études sur son usage en didactique de la chimie, des mathématiques et de la physique (accessible en ligne). En effet le recours à l’analogie est une réalité, tant dans des dispositifs d’enseignement en sciences que, de fait, dans les pratiques des enseignants.

Cette session du séminaire tentera donc de faire vivre ces questions. Neuromythes et enseignement. De récentes études ont montré que les enseignants croient souvent à des neuromythes, c’est-à-dire à de fausses conceptions sur le fonctionnement du cerveau,. Ces neuromythes peuvent s’avérer problématiques pour la réussite des élèves, parce qu’ils peuvent orienter les pédagogues vers des pratiques d’enseignement qui ne sont pas entièrement compatibles avec le fonctionnement du cerveau de leurs élèves.

Pour cette raison, dans cet article, les trois neuromythes les plus fréquents en éducation sont présentés et discutés. Le premier concerne les styles d’apprentissage, le deuxième est lié à la notion de« cerveau gauche et cerveau droit » et le troisième touche aux exercices de coordination visant l’optimisation du fonctionnement cérébral.

Neuromythe 1 : Les élèves apprennent mieux lorsqu’ils reçoivent l’information dans leur style d’apprentissage préféré (ex. auditif, visuel ou kinesthésique). Il est temps d’abandonner ces neuromythes au profit d’une pédagogie plus efficace. Conclusion. 895.n°895 - Roland Goigoux : « On ne peut pas se prévaloir de résultats probants à l’issue d’une expérience singulière » Professeur à l’université Blaise-Pascal-Clermont-II, Roland Goigoux a dirigé l’étude « Lire-Ecrire au CP », issue de l’observation de 131 classes pendant un an. Le livre de Céline Alvarez, « Les Lois naturelles de l’enfant », est un succès de cette rentrée. Comment l’analysez-vous ?

Dès qu’un personnage neuf apporte un peu de fraîcheur dans la grisaille, toutes les chances médiatiques sont de son côté, surtout s’il a déjà une stratégie de communication efficace. Céline Alvarez combine l’engouement pour les neuro-sciences avec des références historiques comme Maria Montessori. Néanmoins, elle se prévaut de « résultats extraordinaires », notamment en écriture et en lecture, lors des trois années passées dans sa classe de maternelle de Gennevilliers.

Mais alors, comment « administrer la preuve » sur ce type de question ? La querelle des méthodes de lecture devrait donc être enterrée... Jean-Luc Berthier au lycée Pierre Mendès France de Savigny-le-Temple (77) Quels aménagements introduire en cours pour favoriser la réussite des élèves ? C’est la question que se sont posés les enseignants du lycée Pierre Mendès France de Savigny-le-Temple après avoir constaté que certains de leurs élèves obtenaient des résultats médiocres aux évaluations alors qu’ils avaient révisées.

Après s’être formés au Contrat Participatif d’évaluation l’année dernière, ils ont assisté cette année à une conférence de Jean-Luc Berthier sur les sciences cognitives et leur apport pédagogique. Au programme, le rôle des différentes mémoires dans les activités cognitives, la gestion de l’oubli et de la consolidation mnésique, les techniques de mémorisation active et le développement des capacités attentionnelles. À l’issue de la conférence, nombreux étaient les enseignants convaincus de l’intérêt des pratiques pédagogiques exposées. Pour en savoir plus Neurosciences et apprentissages Neurosciences et pédagogie, une interview de Jean-Luc Berthier Notre Vidéo.

Fondements cognitifs des apprentissages scolaires - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 06 janvier 2015 09:30. Le cours 2014 a été consacré aux liens qu’entretiennent ou que devraient entretenir les sciences cognitives avec les sciences de l’éducation. Ces liens sont nombreux et réciproques. Comprendre comment l’éducation parvient à transformer le cerveau humain est l’un des grands problèmes ouverts en neurosciences cognitives, qui soulève de nombreuses questions passionnantes : comment les apprentissages scolaires (langues première et seconde, lecture, écriture, mathématiques) s’inscrivent-ils dans les circuits de notre cerveau ?

Quels rôles respectifs jouent l’organisation précoce et la plasticité cérébrale dans ces modifications ? Pourquoi l’espèce humaine est-elle la seule qui parvienne à modifier ses représentations mentales et ses circuits cérébraux par le biais d’un enseignement explicite ? Au cours des trente dernières années, d’importants progrès ont été réalisés dans la compréhension des principes fondamentaux de la plasticité cérébrale et de l’apprentissage. Unige 86328 attachment01. Le cerveau ne peut pas faire deux choses à la fois. Pour ceux qui sont nouveaux ici: la science prend du temps, je publie quand je peux, le mieux est de me suivre sur Twitter, Facebook ou Google Plus.

Pour tester votre attention la vidéo « the invisible gorilla » et d’autres sont ici: « Whodunnit », la vidéo anglaise qui prove que vous ne verrez jamais un cycliste sur votre route: Un grand merci à Stanislas Dehaene, qui n’a pas besoin de présentations et dont les contributions en ligne sont nombreuses (émissions, cours du collège de France, conférences, etc. il suffit de taper son nom).

Je vous rappelle son dernier livre, dont il est un peu question ici: « Le code de la conscience » chez Odile Jacob, 2014. Et pour ceux qui voudraient visiter la Silicon Valley française: ne vous inquiétez pas, nul besoin de faux taxis, un métro est prévu d’ici 201… (à vérifier). Signaler ce contenu comme inapproprié.

Doc de travail 12aout vupyc 11 09. A la recherche d’une Science pour l’éducation | Éduveille. A l’occasion d’un article hagiographique sur Céline Alvarez, on a pu lire récemment, dans un magazine bien connu dans le monde éducatif, la phrase suivante : « Les neurosciences sont les seules à pouvoir nous renseigner sur la complexité de l’être humain » ( «Le cerveau d’un enfant varie selon la pédagogie qu’on lui applique », Lorraine Rossignol, Télérama, 19 février 2016). Dans son simplisme grotesque, l’affirmation a suscité quelques vives réactions de lecteurs, mais la plupart des professionnels de l’éducation se sont contentés de réactions narquoises.

Sur le fond, elle ne fait pourtant que caricaturer ce que l’on entend parfois, y compris dans certaines institutions de l’éducation nationale. C’est un mouvement qui évoque le ressac : l’agenda médiatique ou politique est régulièrement saisi par telle ou telle personnalité qui invoque l’urgence de donner une base scientifique aux pratiques éducatives. Cela évoque souvent une réplique de (mauvais) boulevard : A suivre… Les mathématiques de haut niveau, au cœur de l’étude du cerveau. Peut-il y avoir une pensée sans langage ? Voici une question séculaire qui intrigue bien des philosophes et scientifiques. Dans ce débat, les mathématiques ont un statut particulier. Pour certains, tel Noam Chomsky, l’activité mathématique a émergé chez l’Homme comme conséquence de ses capacités de langage. Au contraire, la plupart des mathématiciens et physiciens pensent que la réflexion mathématique est indépendante du langage. Visualiser le cerveau mathématicien en action L’imagerie cérébrale permet aujourd’hui de poser cette question en laboratoire.

En particulier, la technique d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), qui, en observant l’afflux sanguin qui apporte l’oxygène nécessaire au fonctionnement des neurones, permet d’en localiser l’activité. Jusqu’à présent, les neurosciences cognitives ont principalement étudié les aires cérébrales impliquées dans l’arithmétique élémentaire. Les aires cérébrales activées par les mathématiques ne sont pas celles du langage. Qu'est-ce qu'un "neuromythe?" L'utilisation avertie des connaissances concernant le cerveau et ses fonctions peut nous conduire à de meilleurs choix et décisions, plus informés et conformes à la réalité.

C'est le cas notamment dans le domaine de l'éducation, où le cerveau et ses modifications dues à l'apprentissage sont au coeur des pratiques. Mais pour que cette utilisation soit profitable, il est nécessaire qu'on sache identifier, dans la masse d'informations en circulation, celles fondées sur les faits. La place de plus en plus importante que prennent les sciences du cerveau dans notre société s'accompagne en effet par ailleurs de simplifications excessives, de distorsions des résultats expérimentaux et de leurs interprétations, de mécompréhensions - d'idées irréalistes, non fondées sur les faits, que nos propres intuitions et espoirs contribuent à renforcer.

Un cas de neuromythe Les neuromythes sont une classe spécifique de croyances concernant le fonctionnement de notre cerveau Génèse des neuromythes Quoi faire? Le cerveau ne pense pas tout seul, par Evelyne Clément, Fabrice Guillaume, Guy Tiberghien & Bruno Vivicorsi (Le Monde diplomatique, septembre 2014) A la fin des années 1980, la convergence des progrès en physique nucléaire et en informatique a permis l’avènement de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et le développement spectaculaire des neurosciences cognitives, c’est-à-dire l’étude des mécanismes neurobiologiques de la cognition et de ses dysfonctionnements, le terme de cognition étant ici entendu comme quasi synonyme de pensée.

Entre cinq et huit articles se référant à l’IRMf paraissent désormais chaque jour dans les revues scientifiques internationales. Certains auteurs bénéficiant de relais médiatiques importants laissent entendre que l’imagerie cérébrale permettrait de lire dans nos pensées, de deviner nos préférences politiques, de prédire nos compétences sociales et de dévoiler notre personnalité (1). Le débat scientifique est loin d’être clos sur ce que l’on peut faire dire, ou non, à une neuro-image. Plusieurs raisons expliquent cet engouement. L’ invraisemblable imbroglio des sciences de l’éducation | De Orbis Terrae Concordia. Player. Le cerveau Archives. Neuroscientists create ‘atlas’ showing how words are organised in the brain | Science.

Dangers, incertitudes et incomplétude de la logique de la compétence en éducation. Bruno Devauchelle : Numérique, attention, intention : Qu'en faire en classe ? Comment évaluer l’efficacité des dispositifs éducatifs. Les «natifs du numérique» n'existent pas | Pascal Lardellier.

Des lettres bien attachantes / Québec Science. L'adolescent explorateur. La mémoire : la faculté la plus importante chez l'Homme ?