background preloader

Le stress au travail

Facebook Twitter

Le stress au travail. Comprendre et gérer le stress. Jacques Fradin Docteur en Médecine Si certains se plaignent du stress, il est dans le même temps assez répandu, dans les milieux professionnels, artistiques comme sportifs, d’affirmer que le stress est nécessaire à la motivation.

Comprendre et gérer le stress

Il est même de bon ton d’avoir un certain trac (« ça prouve l’engagement »), par exemple, avant une présentation orale ou une réunion importante, avec un gros enjeu à la clé. Or, le trac n’est qu’un stress d’un genre particulier, l’anxiété, sous-tendu par un état neurophysiologique dit de « fuite instinctive », issu lui-même de structures cérébrales très anciennes. Bien sûr, le fait de réussir une prestation malgré le trac est courant, mais est-ce que cela prouve que le trac est nécessaire à la motivation ou à l'adaptation ?

Il est un fait aisément observable que de grands orateurs affichent une grande décontraction. Une nouvelle enquête sur le stress des infirmières. Manque de reconnaissance, charge de travail, contextes émotionnels difficiles à gérer : plus de 70 % s’estiment soumis au stress, selon une enquête de Labostaff.

Une nouvelle enquête sur le stress des infirmières

Le Labo Staff, un site dédié à l'observation et l'information sur la carrière en santé, social et médico-social a mis en ligne une enquête sur « Le stress des professionnels de santé et du social en France ». Cette enquête effectuée auprès de 910 professionnels des secteurs santé, social et médico-social s’est déroulée du 28 novembre 2012 au 1er janvier 2013. Son objectif ? Définir plus précisément les sources de stress ressenti, par secteur, âge, sexe, région, secteur ou encore par catégorie de métier au travers de douze questions portant notamment sur la charge de travail, la difficulté à gérer les contextes émotionnels et les rapports hiérarchiques conflictuels.

Bilan : les hommes se déclarent aussi stressés que les femmes avec une note de 6,8/10 pour les deux sexes. Claire Dubois. Le stress : portrait d'un tueur. L’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. À la suite d’un stress (par exemple, la vue d’une voiture arrivant vers soi), les zones associatives corticales et limbiques (hippocampe et amygdale) du cerveau sont activées et envoient des informations nerveuses vers les neurones hypothalamiques qui synthétisent le CRH (corticotropin-releasing factor), peptide qui va être libéré dans le sang porte hypophysaire qui relie l’hypothalamus à l’hypophyse, où il va agir via des récepteurs spécifiques sur les cellules endocrines fabriquant l’ACTH (adrenocorticotropin hormone).

L’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien

Celle-ci va être à son tour libérée dans le sang pour atteindre une petite glande endocrine située au-dessus du rein, la surrénale, dont la partie corticale (externe) synthétise les corticoïdes, tels que le cortisol. Semaine du Cerveau - Le stress et le cerveau. Effects of Stress on Your Body (Part 2) Managers, prenez soins de vos salariés ! Il y a un mois, un colloque a été organisé par l'EU-OSHA.

Managers, prenez soins de vos salariés !

Celui-ci avait pour thématique l'anticipation et la gestion des risques psychosociaux et les risques psychosociaux. Une piqûre de rappel quant on sait que ce que l'on appel le mal du 21ème siècle semble gagner du terrain au sein des entreprises. Le stress coûte cher La crise n'est pas innocente à l'amplification de ce phénomène tout comme la volonté de productivité grandissante des acteurs économiques. L'incertitude économique oblige les dirigeants d'entreprise à être prudent. Des solutions et surtout du bon sens Il est important de bien comprendre qu'avec la prévention des risques psychosociaux, une entreprise se protège contre les risques d'absentéisme. Si votre budget est plus restreint, proposez un petit-déjeuner entre collègues sur une heure de travail.

Nouvelle règlementation sur les risques psychosociaux. Lundi, 1 septembre 2014 Ce 1er septembre, la nouvelle réglementation relative aux risques psychosociaux au travail entre en vigueur.

Nouvelle règlementation sur les risques psychosociaux

Cette loi prend désormais en compte le stress et le burn-out, un phénomène qui gagne de l'ampleur en Belgique. En bref 19.000 cas de burn-out ont été diagnostiqués en 2010, selon une étude du SPF Emploi menée à l'échelle nationale. Mais l'on estime que 15 à 20% des travailleurs risquent un jour de connaître le burn-out (Isabelle Hansez, professeur de psychologie du travail de l'ULg). Pour faire face à ce fléau, il était nécessaire d'adapter la réglementation. Désormais, la nouvelle législation de 2014 la complète et introduit la notion de risques psychosociaux au travail (dont le stress et le burn-out) et met à juste titre l’accent sur l’importance de la prévention (action en "amont") de ces risques, plus particulièrement au niveau de l’organisation du travail (au sens large).

En savoir +