background preloader

L'"humain" et l'animal

Facebook Twitter

De nouvelles vidéos-chocs dénoncent l’abattage de vaches avec leur fœtus. Des images insoutenables de l’association L214, filmées à Limoges, montrent des veaux prêts à naître jetés à la poubelle, pratique légale mais controversée.

De nouvelles vidéos-chocs dénoncent l’abattage de vaches avec leur fœtus

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric On pensait avoir vu toutes sortes de sévices et de maltraitances animales perpétrés dans des abattoirs. Cette fois, l’horreur est à son comble. Dans de nouvelles vidéos-chocs, auxquelles Le Monde a eu accès en exclusivité, l’association de protection animale L214 filme pour la première fois l’abattage de vaches gestantes. Si la pratique est légale et régulière, bien que méconnue du grand public, elle reste controversée, au point que plusieurs pays cherchent à l’interdire ou à la limiter en Europe. Les images, insoutenables, ont été tournées en mai à Limoges, dans le plus grand abattoir municipal de France, avec 1 000 bovins et 1 500 ovins tués par semaine.

. « Violences choquantes et dérangeantes » « On jette le veau dans une poubelle pleine de merde. . « Raisons économiques » En Namibie, des scènes de chasse à la mode néocoloniale. Dans « Safari », le documentariste Ulrich Seidl montre comment ses compatriotes autrichiens paient pour faire des cartons sur la faune sauvage.

En Namibie, des scènes de chasse à la mode néocoloniale

Ulrich Seidl n’aime pas les gens, surtout les Autrichiens. A l’instar de Thomas Bernhard, Elfriede Jelinek ou Michael Haneke, c’est sans pitié qu’il crucifie ses compatriotes dans des films à valeur misanthropique augmentée. A travers fictions et documentaires, il éclaire les recoins de la psyché nationale en s’intéressant aux rapports des bêtes et de leurs maîtres (Animal Love), descend dans les caves où s’accomplissent des rituels fangeux (Im Keller) ou, dans la trilogie de Paradis, dévoile l’effrayant visage de la Foi, de l’Espérance et de la Charité… Lire aussi : La mort du lion Cecil n’a pas été vaine Avec Safari, il s’intéresse aux chasseurs.

Décimations héroïques Ulrich Seidl distingue deux groupes de tirailleurs. Pour mener leurs héroïques décimations, les Tartarins d’Europe centrale ne crapahutent pas dans la savane. Le sang et la sanie. Les singes pourraient disparaître de la planète d’ici vingt-cinq ans à cinquante ans. Selon une étude, 60 % des espèces de primates sont en danger d’extinction en raison d’activités humaines. 75 % des populations accusent déjà un déclin.

Les singes pourraient disparaître de la planète d’ici vingt-cinq ans à cinquante ans

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Les singes sont nos plus proches cousins, et pourtant nous les regardons mourir à petit feu. Pis, nous les menons à leur perte, à un rythme et à une ampleur jamais égalés. Dans une étude publiée dans Science Advances mercredi 18 janvier, trente et un primatologues internationaux dressent un tableau alarmant : si rien n’est fait pour rapidement réduire les pressions humaines sur les primates et sur leur habitat, nous assisterons à des extinctions de masse de ces animaux emblématiques d’ici vingt-cinq ans à cinquante ans.

Les résultats de cette étude, la plus vaste jamais conduite à ce jour, sont édifiants : les scientifiques estiment que 60 % des espèces de singes sont en danger d’extinction en raison d’activités humaines, et 75 % des populations accusent déjà un déclin. L’industrie alimentaire se détourne en masse des œufs de poules en cage.

Le groupe Les Mousquetaires vient de bannir les élevages de volaille en batterie.

L’industrie alimentaire se détourne en masse des œufs de poules en cage

Il suit un vaste mouvement de la grande distribution. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Le temps des poules en cage pourrait bientôt être révolu en France. Mauricio Garcia-Pereira, l’homme qui a filmé l’horreur de l’abattoir de Limoges. Employé depuis sept ans sur le site, ce salarié espagnol a filmé clandestinement l’abattage de vaches gestantes, pour dénoncer une situation « abominable ».

Mauricio Garcia-Pereira, l’homme qui a filmé l’horreur de l’abattoir de Limoges

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric (Limoges, envoyée spéciale) La seule chose qu’il dit craindre, c’est que l’on s’attaque à ses enfants. Pour le reste, il veut tout assumer. Mauricio Garcia-Pereira, employé par l’abattoir municipal de Limoges, est le premier ouvrier à dénoncer à visage découvert un « scandale » au sein de ce monde hermétique : l’abattage de vaches gestantes, une pratique légale mais pour autant choquante. « Tous les jours, au moins cinquante fois par semaine, on tue des femelles pleines. « Nous demandons la création d’un secrétariat d’Etat à la condition animale » Un manifeste, notamment signé par Boris Cyrulnik, Matthieu Ricard et Elisabeth de Fontenay, plaide pour que les hommes engagent d’autres rapports avec le monde animal et que les contrôles pour lutter contre la maltraitance soient renforcés.

« Nous demandons la création d’un secrétariat d’Etat à la condition animale »

Par un collectif de personnalités Aux origines, les animaux ont été des compagnons et des partenaires, puis, en Occident, sous l’impulsion de la religion, ils sont devenus des êtres inférieurs. Avec le développement de l’industrie, ils ont été transformés en annexes de machines et en matière première exploitable pour servir l’économie humaine. La place de l’animal dans nos sociétés s’est ainsi construite sur des fondements culturels anciens. Une construction qui nous conditionne encore de nos jours, mais qu’une évolution scientifique a bouleversée.