background preloader

Pas de devoirs à la maison

Facebook Twitter

Peut-on vraiment se passer des devoirs à la maison lorsque l'on est en primaire ? Par Vincent Parizot , Christelle Rebière Une étude OpinionWay pour l'association ZupdeCo a révélé que 97% des parents des écoliers constatent que leurs enfants rentrent de classe avec des exercices à faire. Pourtant, les devoirs à la maison sont interdits aux élèves des écoles primaires et ce, depuis 1956. Est-il indispensable de donner des devoirs à la maison à ces écoliers ? Selon Rodrigo Arenas, secrétaire général adjoint de la FCPE, l'apprentissage devrait se limiter dans l'enceinte de l'établissement scolaire.

Il appartient à l'élève de décider s'il veut réviser chez lui ou non. Pour des devoirs facultatifs. Ah les devoirs… Grande histoire… En tant qu’enseignant on nous reproche toujours d’en donner trop ou bien pas assez. Alors quelle place pour les « devoirs » dans mon fonctionnement ? Je pense avoir trouvé une parade pour contenter tout le monde tout en gardant mes principes pédagogiques intacts. Dans un premier temps, pour clarifier ces derniers, je tiens à dire que les devoirs à la maison…comment dire… Je n’en vois pas l’utilité. Quand j’en donne, j’ai la sensation de me décharger d’une partie de mon travail auprès des parents de mes élèves. En gros, je n’ai pas eu le temps donc faites à ma place. Et puis soyons lucides, les élèves fragiles sont-ils vraiment ceux pour qui il faut déléguer notre travail de professionnel ?

D’un autre côté, certains élèves sont en demande de poursuivre leurs travaux ou leurs découvertes (dans le cas d’une classe inversée) après la classe… Ce serait dommage de leur refuser la possibilité d’approfondir ou de revoir une notion. Je crois que j’ai une piste. Les devoirs du soir ou le cauchemar des familles | Marie Quartier. Cris, pleurs, menaces, bouderies, cahiers qui volent à travers la pièce, privations, punitions, et parfois paires de claques... Combien de soirées gâchées par les disputes autour de ces fameux devoirs, combien de scènes de ménage entre les parents en découlent quelques fois, combien d'accès de colère, d'angoisse et de culpabilité sont générés par ce rituel du soir dans les familles françaises ?

C'est un fait de société que les devoirs - très innocemment donnés par des enseignants qui souhaitent que les élèves gagnent en compétences et en confiance en soi, en s'appropriant les sujets abordés dans la journée - tournent hélas trop souvent au conflit dévastateur entre les parents et les enfants. D'autant plus que les enseignants, pour beaucoup et voulant bien faire, ont le réflexe malheureux de s'adresser aux parents lorsqu'un élève ne fait pas ses devoirs, méconnaissant sans doute les dégâts relationnels qu'ils provoquent. Alors, ces fameux devoirs du soir, que faut-il en faire ? Www.fapeo.be/wp-content/uploads/2011/04/Etude-2013.pdf. L’aide aux devoirs ne permet pas de lutter contre l’échec scolaire. Les auteurs ont cerné les dysfonctionnements qui pèsent sur la boucle pédagogiques du travail des élèves (classe – devoirs – retour en classe – traitement).

Ceux-ci sont nombreux : l’irrégularité du volume des devoirs, les notions insuffisamment maîtrisées par les élèves pour effectuer le travail, les consignes floues et les supports inadaptés, la fragmentation des savoirs et des supports (multiplicité des cahiers). Par ailleurs, certaines prescriptions fonctionnent comme un leurre dans la boucle pédagogique, comme l’apprentissage de liste de mots, cantonnant les élèves à des tâches de bas niveau cognitif, sans rapport évident avec les notions construites en classe. Certes l’élève peut mener ces tâches facilement, mais son apport réel aux apprentissages pose problème. De manière générale, les élèves peinent à trouver du sens à leurs devoirs et à faire le lien avec les apprentissages menés en classe, d’autant plus pour les élèves en difficultés. Les auteurs concluent : Like this: #sansdevoirs. Cela se passe au Québec mais cela aurait pu tout aussi bien se dérouler en France.

Selon un article publié sur le site québécois « Les Actualités » (consulté le 29 octobre […] Lire l’Article → Bizarrement, alors que les devoirs « à la maison » constituent une composante essentielle du « métier d’élèves » et qu’ils sont souvent présentés comme la condition sine qua non de la réussite, on […] Lire l’Article → 2022. La journaliste du Monde Maryline Baumard[i] imagine l’école de demain, sur les bases de la refondation de l’école prônée 10 ans plus tôt par Vincent Peillon : « Ce que Clara […] Lire l’Article → Suite à la publication de l’article intitulé : l’aide aux devoirs ne permet pas de lutter contre l’échec scolaire, nous avons interrogé les chercheurs Séverine Kakpo et Julien Netter afin […] Lire l’Article → L’enquête menée par deux chercheurs de l’ESCOL1, Séverine Kakpo et Julien Netter, jette le trouble.

Lire l’Article → Lire l’Article → Lire l’Article → As-tu fait tes devoirs numériques ? Si le numérique est encore la plupart du temps fort peu présent en classe, il n’en est pas de même à domicile où il est utilisé fréquemment dans le cadre des devoirs et du travail personnel. Comment est-il utilisé ? Pour quoi faire ? C’est ce que nous avons tenté de saisir à l’aide d’un questionnaire en ligne qui nous a permis de recueillir 34 témoignages. Bien entendu, cette enquête ne prétend nullement à l’exhaustivité ou à une représentativité quelconque, c’est juste pour nous un point de départ pour alimenter notre réflexion. Une première version de cet article a été soumise à ceux qui nous avaient laissé leurs coordonnées, il est donc enrichi de leurs compléments, précisions, modifications… Qui a répondu ? Une utilisation massive confirmée 86 % de nos répondants disent utiliser le numérique dans un but scolaire au moins une fois par semaine et pour 33 % tous les jours voire plusieurs fois par jour.

Pas indispensable ? Photo credit: David Ortez via photopin cc Like this: Accueil du portail - Aide aux Devoirs en Ligne. Une plateforme de soutien scolaire personnalisée pour TOUS les élèves Après la journée de classe, (18h30 - 19h30), l'élève entre directement en contact avec un enseignant qui l'aide à avancer. Tous deux échangent en tchat ou en visioconférence et travaillent sur un tableau blanc partagé. ADEL offre aux élèves bien d'autres possibilités : réviser, préparer une évaluation, obtenir des conseils, etc. ADEL a été créé pour apporter une aide individualisée aux élèves, stimuler, faciliter, encourager et améliorer le travail à la maison, donner confiance aux élèves, leur offrir aussi un moyen de communication privilégié avec leurs enseignants. Tout est parti du constat en 2008 que dans l'établissement, classé Réseau Ambition Réussite (RAR), seul un tiers des élèves rendaient leurs devoirs.

L'accompagnement personnalisé devient réalité et facteur de changements au collège Ainsi certains prennent plaisir à venir échanger avec leurs enseignants sur la plateforme. Aide aux devoirs en ligne - Adel. Le travail hors la classe et le socle commun : réflexions et pistes d’actions. J’hésitais au début à poser la question ainsi : les devoirs sont-ils compatibles avec le socle commun ? Voila un titre qui pourrait décourager encore plus les professeurs à adopter une approche par compétences telle que préconisée par le socle commun, qui est souvent assimilé – à tort – à une injonction empêchant l’acte d’enseigner.

S’il était encore en plus question d’interdire les devoirs, la théorie de la baisse des exigences et d’un minimum pour tous serait avalisée… Et pourtant, nous posons la question : la pratique des devoirs telle qu’elle fonctionne actuellement, avec des différences entre l’école et le collège toutefois, est-elle en adéquation avec les principes du socle commun ? Pour éviter les chausses-trappes, nous avons préféré le terme de “travail hors la classe” pour caractériser les “devoirs”. Les attendus identifiés par la recherche à la lueur des exigences des professeurs sont : Conclusion : de nouvelles pistes existent ! WordPress: J’aime chargement… Le cahier des apprentissages pour remplacer les devoirs ? Dessin de Jack Kock pour les Cahiers Pédagogiques Supprimer les devoirs est une idée généreuse déjà assez ancienne, mais qui peine à s’imposer malgré les nombreuses restrictions ministérielles, et malgré le fait qu’il est connu et montré que les devoirs ne facilitent pas les apprentissages comme ils le devraient, et augmentent les inégalités scolaires.

Pour beaucoup de parents, et d’enseignants, les devoirs restent indispensables car ils constituent le lien privilégié entre l’école et les familles. Aussi, il serait vain de supprimer les devoirs sans penser ce lien nécessaire. A ce titre, le cahier des apprentissages peut présenter de nombreux avantages comme outil pour tisser un nouveau lien entre les temps scolaires et extra-scolaires. L’une des attentes les plus fortes des familles est en effet de savoir ce qui se passe en classe, et qui est bien souvent une boîte noire pour elles.

Le cahier des apprentissages ne se confond avec le cahier d’un enseignement. Sur le temps scolaire. Interview de Séverine Kakpo, spécialiste des devoirs. France : Les devoirs à la maison, source d'inégalités croissantes. Les familles populaires sont désorientées par les devoirs à la maison et les «codes scolaires», qu'elles peinent à assimiler. Le débat n'est pas nouveau, mais un livre publié cette rentrée revient sur le sujet. Faut-il supprimer les devoirs à la maison au nom des inégalités qu'ils engendrent? Au-delà du débat idéologique, Séverine Kakpo, 32 ans, chercheuse en sciences de l'éducation à l'université Paris-VIII, publie une enquête* sur le temps consacré aux devoirs dans les familles populaires. Cette ancienne professeur de français est allée à la rencontre d'une vingtaine de familles dans des communes populaires de la périphérie parisienne.

«Il s'agit de catégories populaires à peu près stables, préservées de la précarisation, en termes d'emploi et de logement, précise la chercheuse. Ils peuvent donc s'investir dans le scolaire.» Comme d'autres catégories socioprofessionnelles, ils ont bien intégré les stratégies d'évitement de certains établissements, par le jeu des options. Devoirs à la maison et familles populaires. Les familles populaires face aux devoirs à la maison. Les recherches de Séverine KAKPO, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Paris 8, éclairent la mobilisation autour des devoirs dans les familles populaires, et les enjeux d’apprentissage qui en découlent. Si de nombreux travaux, dont ceux de Patrick Rayou, ont déjà montré les inégalités des élèves face aux apprentissages, accentuées par la relégation d’une partie du travail de la classe à la maison, l’enquête de S. KAKPO se veut ethnographique et « analyse la manière dont le foyer se transforme en institution de sous-traitance scolaire mais aussi en institution pédagogique autonome puisque les parents sont bien souvent prescripteurs de travail en plus. » L’enquête s’appuie sur la rencontre avec une sélection de familles d’origine populaire.

S’il en est encore besoin, le premier chapitre rappelle que nous avons affaire à « des familles populaires fortement mobilisées autour des enjeux scolaires ». L’enquête de S. Like this: J'aime chargement… Vidéo : « Faire ses devoirs » : famille, école, intervenants... qui fait quoi ? Quel avenir pour les devoirs ? Les devoirs scolaires « doivent se faire à l’école », mais les parents pourront toujours aider leurs enfants le samedi (Peillon) Vincent Peillon a réaf­firmé ce matin sa volonté de sup­pri­mer les devoirs sco­laires à la mai­son.

Ces der­niers "doivent se faire à l'école", mais les parents pour­ront, s'ils le sou­haitent, conti­nuer à tra­vailler avec leurs enfants, le soir ou le week-end, a-t-il indi­qué sur RTL. "Les jour­nées [des enfants] sont déjà très char­gées" a expli­qué le ministre pour jus­ti­fier sa déci­sion de sup­pri­mer les devoirs à la mai­son. Ils ont déjà "6h de cours, plus la pause de midi" s'ils res­tent à la can­tine, et l'aide indi­vi­dua­li­sée s'ils ren­contrent des dif­fi­cul­tés sco­laires. "C'est beau­coup plus que ce que recom­mandent les méde­cins", a déploré Vincent Peillon, et ils rentrent "très fati­gués à la maison". De plus "beau­coup d'enfants n'ont pas la chance d'avoir [...] à la mai­son des gens qui peuvent les aider, a-t-il rap­pelé. Selon le ministre, cette mesure ne devrait pas nuire au suivi sco­laire des enfants par les familles.

"Quatre heures de devoirs encadrés par semaine seraient suffisantes" Philippe Claus, inspecteur général de l'éducation nationale et coauteur en 2008 du rapport "Le travail des élèves en dehors de la classe. état des lieux et conditions d'efficacité", revient sur l'annonce mardi 9 octobre par François Hollande de son souhait de faire disparaître les devoirs à la maison en primaire, se déclarant plutôt en faveur de travaux individuels effectués à l'école. Lire : François Hollande dessine l'école du quinquennat Pourquoi partir du postulat qu'il ne faut pas donner des devoirs à la maisons aux enfants à l'école primaire ?

Philippe Claus : on donne des devoirs parce que le temps de classe est relativement court et que les apprentissages ont besoin d'être confortés. Pour asseoir et stabiliser les connaissances (ce qui exclut les devoirs d'anticipation, la préparation d'exposés, etc.), il faut un temps spécifique. Au primaire, comme les enfants n'ont pas une autonomie toujours suffisante, il faut un adulte pour les aider à surmonter les difficultés. Pencils Down? French Plan Would End Homework. As part of an effort to overhaul education in France, President Francois Hollande is proposing the elimination of homework.

Fred Dufour/AFP/Getty Images hide caption toggle caption Fred Dufour/AFP/Getty Images As part of an effort to overhaul education in France, President Francois Hollande is proposing the elimination of homework. In the name of equality, the French government has proposed doing away with homework in elementary and junior high school. It's 5:30 p.m. and getting dark outside, as kids pour out of Gutenberg Elementary School in Paris 15th arrondissement. "It's not a good idea at all because even at a young age, having individual work at home helps build maturity and responsibility," she says, "and if it's something they didn't quite get in school, the parents can help them. Toure lives with her son, her little sister and her mother in public housing near the school.

An Educational Divide Elisabeth Zeboulon sits in her office over the playground. Infusing Happiness. Les devoirs, un impératif catégorique? On pourrait le croire à voir la pratique des ‘’devoirs’’ à la maison perdurer dans l’enseignement primaire, alors que des décisions ministérielles l’ont en principe interdit, et depuis longtemps. La circulaire du 29 décembre 1956 a en effet édicté « la suppression des devoirs à la maison ou en étude », avec des attendus significatifs qui restent très actuels: « Six heures de classe bien employées constituent un maximum au-delà duquel un supplément de travail ne peut qu’apporter une fatigue préjudiciable à la santé physique et à l’équilibre nerveux des enfants. Enfin, le travail écrit, fait hors de la classe, hors de la présence du maître et dans des conditions matérielles et psychologiques souvent mauvaises, ne présente qu’un intérêt éducatif limité.

En conséquence, aucun devoir écrit ne sera demandé aux élèves hors de la classe. Cette prescription a un caractère impératif ». Primaire : Les devoirs à la maison sont-ils réellement interdits ? Devoirs : Avoir les bons diagnostics. Devoirs à la maison: "Comme un chef d'entreprise, mon fils ramène du boulot... après le boulot" Devoirs à la maison: "Comme un chef d'entreprise, mon fils ramène du boulot... après le boulot" "Le "bon devoir, c'est celui que l'élève peut faire seul" Devoirs : Réorienter l’école, pour ne plus désorienter les parents ? Finis les devoirs à la maison : déjà une réalité à Toulouse.