background preloader

Les français de l'internet

Facebook Twitter

Snapchat, Instagram, WhatsApp : ce que fait un stagiaire de troisième sur son smartphone. TEENAGE GEEKS - Chaque semaine, le service high-tech du Figaro explore le Web des adolescents.

Snapchat, Instagram, WhatsApp : ce que fait un stagiaire de troisième sur son smartphone

Aujourd'hui, nous avons questionné nos stagiaires de troisième sur leurs pratiques numériques. Ils se sont baladés toute la semaine dans les entreprises de France, parfois cantonnés à des tâches répétitives, souvent ignorés injustement. Pourtant, les stagiaires de troisième regorgent de compétences et de savoirs. Leurs faits et gestes sur les réseaux sociaux fascinent un bon nombre de marques, qui cherchent à les atteindre sur les dernières applications en vogue. Le Figaro a réuni plus d'une vingtaine de collégiens, en provenance de toute la France et en stage dans ses locaux pour en savoir plus sur leurs pratiques numériques.

Premier constat, peu surprenant: l'ordinateur est dépassé. Certains stagiaires reconnaissent même être un peu accros à leurs smartphones. Le Figaro a aussi demandé l'avis de ses stagiaires sur les différents réseaux sociaux. Paiement mobile, objets connectés: les Français ne voient pas l'intérêt. Les Français ont beau être accros à leur smartphone, ils ne sont pas prêts à payer avec ou à connecter toute leur maison, souligne une étude du cabinet Deloitte publiée jeudi.

Paiement mobile, objets connectés: les Français ne voient pas l'intérêt

Seuls 8% des Français ont déjà utilisé leur téléphone pour payer (contre 3% en 2014) et 59% d'entre eux ne sont pas intéressés par cette fonctionnalité, souligne Deloitte, sur la base d'un sondage réalisé en ligne par Ipsos auprès de 2.000 personnes. "Les Français perçoivent encore de nombreux obstacles au m-paiement: insécurité, manque de bénéfice, non-possession de l'application nécessaire", estime le cabinet de conseil, ajoutant qu'un "effort est donc encore à réaliser pour intégrer pleinement cette pratique dans le quotidien des Français". Usages internet adolescents.

Inpes : Les collégiens 2.0. L’enquête HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) est menée sous l’égide de l’OMS tous les 4 ans depuis 1982.

Inpes : Les collégiens 2.0

Actuellement, plus de quarante pays, essentiellement européens, y participent. Elle a pour objectifs d’appréhender la perception qu’ont les élèves de 11 à 15 ans de leur santé et de leur vécu au sein de l’école, de leur groupe de pairs et de leur famille ainsi que d’en analyser les déterminants. Sa périodicité permet de mesurer les évolutions, et son caractère international donne lieu à des comparaisons entre pays européens. Elle est un outil précieux pour les personnes chargées d’élaborer des stratégies de prévention en direction des jeunes. Le mobinaute abandonne peu à peu la télévision. La concurrence des écrans fait rage et la télévision perd de sa superbe.

Le mobinaute abandonne peu à peu la télévision

Les smartphones et les tablettes deviennent de plus en plus l'écran privilégié pour consommer des médias ou des contenus. Selon une étude d'InMobi, un des géants de la publicité sur mobile, les mobinautes français consacrent globalement 7 heures et 18 minutes par jour à la consommation de médias, dont 1 heure 46 minutes sur smartphones et 34 minutes sur tablettes soit un total de 2 heures et 20 minutes (hors SMS/appels) contre 1 heure et 38 minutes seulement devant la télévision et 1 heure 47 sur PC. Dans le même temps, plus de la moitié (68 %) des utilisateurs de l’Internet mobile se servent de leur mobile en regardant la télévision. Une opportunité de taille pour les stratégies de TV sociale (2e écran, écran splitté etc...) La TV reste le support le plus prescripteur en matière d'achat. Le numérique est prôné par l'éducation nationale.

L'essentiel.

Le numérique est prôné par l'éducation nationale

Internet conquièrent les plus de 35 ans (Médiamétrie) Social TV : plus de la moitié des 15-24 ans commente les émissions TV sur le Net. 01net le 05/07/13 à 11h32 Les femmes commentent un peu plus les programmes télé sur le Web que les hommes.

Social TV : plus de la moitié des 15-24 ans commente les émissions TV sur le Net

La social TV est une pratique qui se répand petit à petit parmi les téléspectateurs français. Toutes les chaînes s’y sont mises avec plus ou moins de réussite et le public suit. Dans son baromètre sur les usages Internet des Français, publié le 3 juillet 2013, Orange/Terrafemina constate que plus d'un tiers de nos concitoyens (37 %) commentent les programmes TV sur la Toile et utilisent en premier lieu Facebook quand ils le font. Si les conversations « dans la vraie vie » restent la forme préférée des Français pour échanger sur les programmes TV (80 %), ils sont cependant 4 % à s'exprimer « souvent » sur ces programmes via des commentaires sur Internet, 12 % à le faire « de temps en temps », et 21 % à le faire « rarement », soit un sous-total de 37 % de sondés qui s'adonnent « occasionnellement » à cette pratique. © RCA Factory pour l'Observatoire Orange-Terrafemina. Etudes sur les usages (temps de consult et % de socionautes sur chaque réseau) en France.

Déjà la troisième édition de l'étude "Social Media Attitude" créée par l'atelier réseaux sociaux du SNCD, le Syndicat National de la Communication Directe.

Etudes sur les usages (temps de consult et % de socionautes sur chaque réseau) en France

A l'instar des éditions précédentes, l'étude se focalise sur les les interactions clients/fans et le potentiel que représentent les réseaux sociaux en matière de vente. La méthodologie s'avère par ailleurs tout à fait sérieuse puisqu'elle se base sur une échantillon représentatif d'environ 10.000 personnes, tous majeurs, tous inscrits à au moins un réseau social (parmi Facebook, Twitter, Google+, Foursquare, Pinterest, Instagram, LinkedIn, Viadeo, ou Tumblr), et recrutés parmi les clients des enseignes adhérentes au SNCD dont Class'Croute, Office Dépôt, Orange, Pimkie, Femme Actuelle, M6 Mobile, Médecins du Monde, NAF NAF, ING Direct, Télé Loisirs, Libération, Voici et quelques autres.

L'étude a été menée entre juin et juillet 2013. Les chiffres clés de l'e-commerce. Ces chiffres font le point sur la vente à distance et le e-commerce.

Les chiffres clés de l'e-commerce

La plupart des données sont issues des panels et études internes à la Fevad notamment l'étude Bilan de la vente à distance. Ils comportent également une compilation de différentes études menées en partenariat avec des cabinets d'études extérieurs : baromètre Fevad / Médiamétrie//NetRatings sur le comportement d'achat des internautes, études de la Fevad avec ses partenaires tel que Benchmark, Credoc, IFM, Gfk ... Chiffres clés 2014 Publié le 27 juin 2014. INSEE - chiffres internet. Imprimer la page Vincent Gombault, division Conditions de vie des ménages, Insee Résumé En dix ans, la proportion de ménages disposant d’un accès Internet à la maison est passée de 12 % à 64 %.

INSEE - chiffres internet

La fracture numérique tend donc à se réduire mais des différences selon le diplôme et la catégorie sociale demeurent. L’ordinateur est encore le support le plus utilisé, mais de nouveaux moyens d’accès à Internet se développent. Sommaire Encadré Des disparités de 1 à 3 entre pays européens Publication. 2013 France Digital Future in Focus. L'équipement et la consommation des médias par les ménages français (ONE Audipresse) Les Français passent presque 28 heures sur Internet chaque mois. Toujours plus accros au Web les Français.

Les Français passent presque 28 heures sur Internet chaque mois

Selon une étude de comScore, les 48 millions d'internautes (décembre 2012) passent 27,7 heures en ligne chaque mois contre 26,9 heures pour la moyenne européenne. Vers une formation progressive des élèves à l’outil informatique. France, 38% du trafic Web issu des smartphones et tablettes. Toujours plus mobile l'accès au Web. Selon le dernier bilan eStat'Web de Mediametrie, si 62% du trafic internet total mesuré provient de l’ordinateur (fixe ou portable), le mobile représente aujourd’hui 28% des accès aux sites web et 10% des visites proviennent des tablettes (en septembre).

On note par ailleurs que la télévision ainsi que les consoles de jeux sont encore utilisées de manière très marginale pour se connecter au web (respectivement 0,02% et 0,04% des visites). La faute à l'hégémonie des box en France et de la faible ergonomie de ces modes d'accès.