background preloader

Zyed et Bouna / Révolte de 2005

Facebook Twitter

Retour sur la grande révolte des banlieues françaises en 2005, par Denis Duclos (Le Monde diplomatique, août 2006) Souvent marquées par une sorte d’aveuglement volontaire, les conclusions tirées à chaud — de gauche et de droite — sur les « événements des banlieues » de novembre 2005 paraissent avoir été hâtives.

Retour sur la grande révolte des banlieues françaises en 2005, par Denis Duclos (Le Monde diplomatique, août 2006)

Elles ont peu tenu compte des nombreuses études approfondies sur la question (1), et n’ont guère replacé les événements en perspective dans le temps et dans un contexte comparatif international. Il n’est donc pas inutile d’y revenir, ne serait-ce que parce que, en l’absence d’explications plus solides, ce seront encore elles qui serviront de points d’appui aux décisions de l’avenir. LA TENTATION DE L’EMEUTE. Arte 2010. La séance du dimanche : La tentation de l’émeute. Qu’a-t-on fait pour éviter que les émeutes de 2005 se renouvellent ?

La séance du dimanche : La tentation de l’émeute

Que sont devenus les émeutiers et que reste-t-il de leur motivation ? Les médias, le pouvoir politique, la hiérarchie policière et les experts de tout bord ont souvent simplifié le débat et réduit au silence la population des quartiers concernés. C’est à eux que ce film veut rendre la parole : émeutiers d’hier ou de demain, parents, éducateurs ou simples acteurs de la vie locale. Ils s’appellent Moussa, Mara, Paul ou Penda. Ils habitent aux Hautes-Noues, quartier populaire de Villiers-sur-Marne, marqué comme tant d’autres par la pauvreté, le chômage des jeunes et la ségrégation urbaine. Film documentaire de Benoit Grimont, Samuel Luret et Marwan Mohammed. Suivre le lien pour voire le documentaire: Suppléments: Une interview du sociologue Marwan Mohammed * Le Nouvel Observateur. – Pensez-vous que le mécontentement qui s’exprime aujourd’hui dans la rue puisse conduire à une révolte dans les quartiers ?

N. M. N. M. Une révolte qui échoue, c’est 20 ans de répression. Il y a dix ans, le 28 octobre 2005, en plein mois de Ramadan, les « banlieues françaises » s’enflammaient après la mort violente de gamins poursuivis par des flics.

Une révolte qui échoue, c’est 20 ans de répression

Muhittin Altun, Bouna Traore et Zyed Benna couraient pour échapper à des policiers qui n’avaient aucun motif sérieux pour les poursuivre. De ces trois mômes s’étant finalement réfugiés dans un transformateur EDF, Muhittin Altun fut le seul survivant. Des gamins d’un quartier populaire, la police nationale, des vacances scolaires et le Ramadan : tout était réuni pour que les choses virent au tragique. Un simple regard sur les statistiques des crimes racistes et sécuritaires suffirait à montrer que, depuis plusieurs décennies, ceux-ci sont ancrés dans les mœurs françaises. Le drame du 28 octobre 2005 n’est pas isolé : il y en a eu trop avant et après pour que l’on puisse le traiter isolement. C’est un révélateur de l’évolution du climat social en France. La banlieue, dans le viseur de Ladj Ly. Portrait d'une génération.

La banlieue, dans le viseur de Ladj Ly

En 2004, Ladj est un jeune acteur de 26 ans. JR, 21 ans, se fait un nom dans le milieu du graffiti avec ses Expos 2 rue à la technique encore précaire. La rencontre se fait sur le tournage du film Sheitan : Ladj Ly partage l'affiche avec Vincent Cassel tandis que JR est photographe plateau. Ladj embarque ensuite JR aux Bosquets pour réaliser une série de portraits des habitants de cette cité, qu'ils collent format XXL sur les façades des bâtiments délabrés. « Le quartier était en décrépitude absolue, sans aucune rénovation, il y avait beaucoup de tension, ça sentait l'explosion à tout moment.

La municipalité avait d'ailleurs porté plainte contre X suite à nos collages », se souvient JR. "L'État nous a carrément oubliés" : témoignages de jeunes de Clichy-sous-Bois. Clichy-sous-Bois (93), mardi 27 octobre 2015.

"L'État nous a carrément oubliés" : témoignages de jeunes de Clichy-sous-Bois

Dix ans après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré, les jeunes prennent la parole au micro de Konbini. Le 27 octobre 2015, le maire de Clichy-sous-Bois a inauguré l’allée Zyed Benna et Bouna Traoré. (Crédits : Simon Meheust) Clichy-sous-Bois, c’est une petite commune de 30.000 habitants en Seine-Saint-Denis (93). En théorie, c’est à 23 kilomètres de Paris, pas bien loin de la ville Lumière. Émeutes de 2005 : les critiques de la presse étrangère, miroir déformant du malaise français. “Apartheid”, “intifada”, Paris incendié et hordes d’islamistes assoiffés de sang… Il y a 10 ans, les journaux du reste du globe fantasmaient les émeutes en banlieues et donnaient des leçons au système d’intégration républicain.

Émeutes de 2005 : les critiques de la presse étrangère, miroir déformant du malaise français

Mais sous les critiques parfois gratuites se planquait alors la caricature d’un certain malaise français, lui, bien réel. Une décennie plus tard, on fait la revue de presse. Ce bandeau, Fox News l’a bien vite déprogrammé – jugé trop scandaleux (Source) Vous le savez, les journalistes aiment en rajouter. Or lors des émeutes qui ont secoué les quartiers des banlieues en France en 2005, la loupe grossissante de la longue distance n’a fait qu’exciter la presse étrangère à propos d’événements qui seront bientôt décrits comme les prémisses d’une guerre civile ou encore d’une guerre de religions en France.

Or sous la titraille scandaleuse et les moqueries anti-froggy, on relevait parfois des critiques justes et écrites avec le recul. “Guerre civile” plutôt qu’émeutes. Quand les banlieues brûlent... - Véronique LE GOAZIOU, Laurent MUCCHIELLI. Laurent Mucchielli,Véronique Le Goaziou, dirs, Quand les banlieues brûlent... Retour sur les émeutes de novembre 2005. 1Clichy-sous-Bois, Ile de France, 27 octobre 2005.

Laurent Mucchielli,Véronique Le Goaziou, dirs, Quand les banlieues brûlent... Retour sur les émeutes de novembre 2005

La plus importante vague d’émeutes en France depuis mai 68 se profile, elle durera pendant près de deux mois. Un fait divers est à l’origine de ces événements : la mort tragique des tristement célèbres adolescents « Ziyed et Bouna ». En tentant d’échapper à un contrôle de police, ils se cachent dans un local de transformateur edf et périssent électrocutés tandis qu’un troisième camarade, blessé, parvient à donner l’alerte. 2005-2015, la révolte des quartiers (1/4): «C'était notre révolution, notre Mai 68» Le récit médiatique de la mort des deux adolescents de Clichy-sous-Bois, par l'AFP. Où l’on découvre, non sans stupeur, les mêmes méthodes d’investigation que celles qui ont prévalu lors de la fausse agression du RER D : des informations de source officielle, diffusées sans trop se poser de questions ou poser les bonnes questions, sous l’emprise de l’urgence, de la routine, de l’effet de légitimation par les autorités [2].

Le récit médiatique de la mort des deux adolescents de Clichy-sous-Bois, par l'AFP

Avec cette différence de taille : deux adolescents sont morts. Déclenchée pendant la nuit du 27 octobre 2005, la flambée de violence dans certains quartiers populaires a été abondamment couverte par les médias. A titre d’exemple, l’AFP a publié en dix jours pas moins de 250 dépêches sur le sujet. Clichy-sous-Bois : le procès du “fossé racial” La mort de Zyed Benna et de Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois, le 27 octobre 2005, avait déclenché des émeutes sans précédent dans les banlieues.

Clichy-sous-Bois : le procès du “fossé racial”

Le procès des deux policiers rappelle que, dix ans après, la situation reste tendue. Courrier international 16 mars 2015 | Partager : "C’est le procès de policiers le plus important de ces dix dernières années, un de ceux qui menace de révéler les inégalités qui continuent de gangréner les banlieues françaises”, estime The Guardian. Le quotidien britannique fait référence à la comparution, à partir de ce lundi, de deux policiers devant le tribunal correctionnel de Rennes, pour "non assistance à personne en danger" dans l'affaire de la mort de Zyed Benna et de Bouna Traoré, en octobre 2005.

The Guardian rappelle que la situation inédite provoquée par la mort des deux jeunes garçons aurait pu pousser la justice à agir rapidement. Clichy: quand les familles réclament justice - vidéo dailymotion. 2005-2015, la révolte des quartiers (2/4): «Ça faisait tant d'années qu'on se faisait frapper !» Révoltes de 2005 : dix ans après, un traitement médiatique tristement ordinaire. La commémoration des dix ans du décès de Zyed Benna et Bouna Traoré, morts électrocutés en tentant de fuir des policiers, et des révoltes qui s’ensuivirent dans certains quartiers populaires, a été l’objet d’une couverture médiatique d’une certaine ampleur, notamment dans la presse d’informations générales.

Révoltes de 2005 : dix ans après, un traitement médiatique tristement ordinaire

2005-2015 : la révolte des quartiers populaires.