background preloader

Martin Luther King

Martin Luther King
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « article de qualité ». Martin Luther King, Jr. Martin Luther King en 1964. Martin Luther King devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix en 1964 pour sa lutte non-violente contre la ségrégation raciale et pour la paix. Il se voit décerner à titre posthume la médaille présidentielle de la liberté par Jimmy Carter en 1977, le prix des droits de l'homme des Nations unies en 1978, la médaille d'or du Congrès en 2004, et est considéré comme l'un des plus grands orateurs américains[1]. Biographie Jeunesse Martin Luther King est le fils du pasteur baptiste Martin Luther King Sr. et d'Alberta Williams King, organiste d'église. Des accusations de plagiat contre sa thèse de doctorat à l'université de Boston aboutissent en 1991 à une enquête officielle des responsables de cette université. Il épouse, le 18 juin 1953, Coretta Scott, qui prendra son nom pour devenir Coretta Scott King. Montgomery, la lutte pour les droits civiques

Lois Jim Crow Les lois Jim Crow (Jim Crow Laws en anglais) sont des lois nationales et locales issues des Black Codes[1],[2] et promulguées par les législatures des États du Sud de 1877 à 1964. Ces lois ont été mises en place pour entraver l'exercice des droits constitutionnels des Afro-Américains acquis au lendemain de la guerre de Sécession : le Treizième amendement de la Constitution des États-Unis du 6 décembre 1865 abolissant l'esclavage, le Quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis de 1868 accordant la citoyenneté à toute personne née ou naturalisée aux États-Unis et interdisant toute restriction à ce droit, et le Quinzième amendement de la Constitution des États-Unis, de 1870, garantissant le droit de vote à tous les citoyens des États-Unis. Origine de l'expression[modifier | modifier le code] Le nom « Jim Crow » vient de la chanson Jump Jim Crow. Cette chanson est une critique des politiques populistes d'Andrew Jackson, composée et interprétée en 1832 par Thomas D. Infirmières

Thomas Sankara Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Thomas Sankara est un homme politique anti-impérialiste, panafricaniste et tiers-mondiste burkinabé. Il est né le à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le à Ouagadougou au Burkina Faso. Biographie[modifier | modifier le code] En septembre 1981, il devient secrétaire d'État à l'Information dans le gouvernement du colonel Saye Zerbo. Le 7 novembre 1982, un nouveau coup d'État porte au pouvoir le médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo. Un nouveau coup d'État, le 4 août 1983, place Thomas Sankara à la présidence du Conseil national révolutionnaire. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est assassiné lors d'un coup d'État organisé par celui qui était considéré comme son frère, Blaise Compaoré. Thomas Sankara et certains de ses camarades tués lors du coup d'État seraient enterrés sans tombe au cimetière de Dagnoën à Ouagadougou ( 12° 21′ 55.58″ N 1° 29′ 01.05″ O / 12.3654389, -1.483625). Idées et actions politiques[modifier | modifier le code]

Achille Vase représentant Achille soignant Patrocle Achille est un héros légendaire de la mythologie grecque. Il est le principal personnage de l'Iliade, qui est en fait le récit de la colère d'Achille pendant le siège de la ville de Troie. Enfance[modifier | modifier le wikicode] Le guerrier[modifier | modifier le wikicode] Quand la guerre de Troie entre Grecs et Troyens a été déclarée, sa mère, qui sait qu'il y trouvera la mort, tente de l'éloigner et l'envoie à la cour du roi de Scyros où il séjourne sous un déguisement féminin. Achille, malgré les supplications de sa mère, participe alors à la guerre de Troie, car il préfère une vie brève mais glorieuse à une vie longue mais sans gloire. Pour redonner de l'espoir aux Grecs, Patrocle cousin et compagnon intime d'Achille, revêt l'armure d'Achille et, entraînant les Myrmidons, reprend le combat. Étymologie du nom[modifier | modifier le wikicode] Le prénom Achille est un prénom français et italien, dérivé du prénom grec Akhilleus.

Rosa Parks Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Parks. Biographie Rosa commence ensuite ses études secondaires à l’Alabama State Teachers College for Negroes, mais elle ne peut les suivre jusqu'à leur terme, car elle doit s'occuper de sa grand-mère puis de sa mère, qui tombe malade[5]. Elle se souvient que son grand-père montait la garde la nuit devant la ferme contre les actions du Ku Klux Klan. Les autobus sont un bon exemple de cette ségrégation au quotidien. En décembre 1932, elle épouse Raymond Parks, un barbier militant de la cause des droits civiques, membre de l'Association de l'Alabama pour la promotion des gens de couleur (National Association for the Advancement of Colored People, NAACP). Rosa Parks travaille en tant que couturière de 1930 à 1955, mais elle a aussi divers autres métiers tels qu'aide soignante[9]. Comme beaucoup d'autres Afro-Américains, elle est choquée par le meurtre sauvage de Emmett Till en [10]. Boycott des bus de Montgomery

Mohandas Karamchand Gandhi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « article de qualité ». Mahatma Gandhi Mohandas Karamchand Gandhi, en août 1942 Mohandas Karamchand Gandhi (en gujarati મોહનદાસ કરમચંદ ગાંધી (mohandās karamcaṃd gāndhī), API [ˈmoː.ɦən.d̪aːs ˈkə.rəm.t͡ʃənd̪ ˈɡaːn.d̪ʱi ] Écouter), né à Porbandar (Gujarat) le 2 octobre 1869 et mort assassiné à Delhi le 30 janvier 1948, est un dirigeant politique, important guide spirituel de l'Inde et du mouvement pour l'indépendance de ce pays. Il a été un pionnier et un théoricien du satyagraha, de la résistance à l'oppression à l'aide de la désobéissance civile de masse, le tout fondé sur l'ahimsa (« non-violence »), qui a contribué à conduire l'Inde à l'indépendance. Gandhi conduisit la marche du sel, célèbre opposition à la taxe sur le sel. Adepte de la philosophie indienne, Gandhi vivait simplement, organisant un ashram qui était autosuffisant. Gandhi est reconnu comme le Père de la Nation en Inde, où son anniversaire est une fête nationale.

plan de l'écrit Mouvement afro-américain des droits civiques Le mouvement afro-américain des droits civiques (en anglais : American civil rights movement) est une période allant de 1954 jusqu'à 1968 et désignant le mouvement américain qui visait à établir une réelle égalité de droits civiques pour les Noirs américains en abolissant la législation qui instaurait la ségrégation raciale aux États-Unis d'Amérique. Le pasteur baptiste Martin Luther King, partisan de la non-violence, en devient l'une des figures les plus célèbres tout comme la militante des droits civiques Rosa Parks. Il hérite des luttes précédentes. 1954 est l'année de l'adoption de l'arrêt Brown v. Board of Education, qui déclare anticonstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. Les années suivantes seront consacrées à étendre la déségrégation à tous les États du pays et à intensifier la lutte pour les droits civiques. À la suite du vote du Civil Rights Act en juillet 1964, signé par le président Lyndon B. Histoire[modifier | modifier le code]

Che Guevara Dans les mois qui suivent, Guevara est commandant en chef de la prison de La Cabaña. Il est désigné procureur d'un tribunal révolutionnaire qui exécute plus d'une centaine de policiers et militaires du régime précédent jugés coupables de crimes de guerre. Puis il crée des camps de « travail et de rééducation ». Il occupe ensuite plusieurs postes importants dans le gouvernement cubain qui écarte les démocrates[N 3], réussissant à influencer le passage de Cuba à une économie du même type que celle de l'URSS[N 4], et à un rapprochement politique avec le Bloc de l'Est, mais échouant dans l'industrialisation du pays en tant que ministre. En 1965, après avoir dénoncé l'exploitation du tiers monde par les deux blocs de la guerre froide, il disparaît de la vie politique et quitte Cuba avec l'intention d'étendre la révolution. Biographie[modifier | modifier le code] Étymologie du nom[modifier | modifier le code] La famille Guevara vers 1941. Ernesto Guevara à 22 ans (1951). La route du Che.

Achilles In Greek mythology, Achilles (/əˈkɪliːz/; Ancient Greek: Ἀχιλλεύς, Akhilleus, pronounced [akʰillěws]) was a Greek hero of the Trojan War and the central character and greatest warrior of Homer's Iliad. Achilles was said to be a demigod; his mother was the nymph Thetis, and his father, Peleus, was the king of the Myrmidons. Etymology[edit] Achilles' name can be analyzed as a combination of ἄχος (akhos) "grief" and λαός (Laos) "a people, tribe, nation, etc." In other words, Achilles is an embodiment of the grief of the people, grief being a theme raised numerous times in the Iliad (frequently by Achilles). The name Achilleus was a common and attested name among the Greeks soon after the 7th century BC.[1] It was also turned into the female form Ἀχιλλεία (Achilleía) attested in Attica in the 4th century BC (IG II² 1617) and, in the form Achillia, on a stele in Halicarnassus as the name of a female gladiator fighting an "Amazon". Birth[edit] Achilles in the Trojan War[edit] Telephus[edit]

Voting Rights Act Le texte contient de nombreuses clauses régulant l'administration électorale. Les dispositions générales prévoient des garanties sur le droit de vote à l'échelle nationale. La section 2 est une disposition générale qui interdit à tous les États et gouvernements d'État d'imposer des lois électorales qui résulteraient en une discrimination envers une minorité, qu'elle soit raciale ou linguistique. D'autres dispositions générales proscrivent spécifiquement les tests d'alphabétisation et autres moyens historiquement utilisés pour priver les minorités de leurs droits. Histoire législative[modifier | modifier le code] Texte original[modifier | modifier le code] Sénat[modifier | modifier le code] L'étendue de la formule de couverture était matière à discussion au Congrès. Le 22 avril, la totalité du Sénat commença à débattre le texte. Chambre des représentants[modifier | modifier le code] Comité de conférence[modifier | modifier le code] Amendements[modifier | modifier le code]

Personnage et héros de roman Mise en forme des caractères Le personnage principal d'un roman est la personne sur laquelle est fondée toute l'action, et toute la cohérence de l'histoire contée. Dans notre langage quotidien, nous appelons toujours le personnage principal le héros de l'histoire ; or le véritable héros est l'individu qui parvient à vaincre les difficultés et à régler les problèmes par l'intermédiaire de sa force, son pouvoir ou son intelligence. Les vrais héros de romans vivent de multiples aventures racontées dans de nombreux ouvrages, ils ont déjà des capacités ou des facultés particulières qui autorisent ces aventures. Cependant, faut-il attendre de tout personnage principal qu'il soit un héros ? Le but premier du roman a souvent été de divertir les gens et de les projeter dans un monde et une époque différents des leurs. Se distinguant par ses actes courageux avec lesquels il se met en valeur dans de nombreux romans, le héros suscite une réelle fascination chez le lecteur.

Civil Rights Act de 1964 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aux États-Unis le Civil Rights Act de 1964 est une loi votée par le Congrès des États-Unis promulguée par le président des États-Unis le 2 juillet 1964, Lyndon Johnson, mettant fin à toutes formes de ségrégations, de discriminations reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe, ou l’origine nationale. Il était conçu au départ pour faire appliquer les droits constitutionnels des Afro-Américains tels qu'énoncés par le Quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis de 1868, accordant la citoyenneté à toute personne née ou naturalisée aux États-Unis et interdisant toute restriction à ce droit, et le Quinzième amendement de la Constitution des États-Unis, de 1870, garantissant le droit de vote à tous les citoyens des États-Unis, droits constitutionnels entravés par les lois de divers États du Sud, connues sous le nom de lois Jim Crow. À la suite d'un amendement déposé par Howard W. Bibliographie[modifier | modifier le code]

Mouvement des droits civiques aux États-Unis depuis 1954 Le Mouvement des droits civiques aux États-Unis depuis 1954 hérite des luttes précédentes. 1954 est l'année de l'adoption de l'arrêt Brown v. Board of Education, qui déclare anti-constitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. Les années suivantes seront consacrées à étendre la déségrégation à tous les États du pays et à intensifier la lutte pour les droits civiques. À la suite du vote du Civil Rights Act en juillet 1964, signé par le président Lyndon B. Arrêt Brown et déségrégation[modifier | modifier le code] En 1954, l'arrêt de la Cour suprême dans Brown v. Little Rock, 1957 et le Civil Rights Act de 1964[modifier | modifier le code] La réalisation effective de la déségrégation fut lente et dramatique. Sit-ins de Greensboro et freedom rides (1960)[modifier | modifier le code] En février 1960, quatre étudiants noirs innovent tactiquement, en faisant des sit-ins à Greensboro, pour protester contre la ségrégation en œuvre dans les magasins Woolworth's.

Related: