background preloader

Sociologie

Facebook Twitter

Cours de psycho sociale. L'aDAS - Association de Défense des Allocataires Sociaux. Sites Web par Thématiques. Qui a peur de nommer son privilège? | F.O.M. Ce dimanche 14 décembre a eu lieu le premier forum international contre l’islamophobie de Bruxelles. L’année passée, un forum pionnier à Paris a réuni plusieurs centaines de personnes, et ce weekend, des forums ont eu lieu à Paris, Londres, Amsterdam et Bruxelles. Parmi les organisateurs, on trouve les Bruxelles Panthères, une organisation indigène belge proche du PIR (Parti des indigènes de la république).

Le forum était un succès, une centaine de personnes s’étant rassemblées pour discuter de l’islamophobie et pour établir des recommandations pour la contrer. C’était une première très intéressante et nécessaire et donc destinée à se reconduire. Je ne vais pas parler de l’islamophobie ici. D’autres le font mieux que moi. Ce qui m’a frappée, c’est le temps consacré, comme toujours dans les espaces de paroles consacrés aux dominations sociales, à la discussion du privilège et des alliances avec les dominant.e.s. Nous sommes blanc.he.s. J'aime : J'aime chargement… Des anarcho-punks aux finances publiques… à Reykjavík. Quand des punks quittent leurs squatts et leurs lieux alternatifs, ils sont aussi capables de gérer une ville, voire une capitale d’Europe.

De 2010 à 2014, Reykjavík a vécu une expérience unique en son genre : avec son maire, Jón Gnarr ancien comédien et des artistes se disant anarcho-surréalistes, totalement novices en politique, la capitale de l’Islande allait être administrée… avec succès ! Celui qui tournait dans des séries télévisées avec la chanteuse Björk, qui désignait les banques comme les responsables de la crise, qui faisait des propositions pour « Un Disneyland à la place de l’aéroport » ou « De la bonté envers les malheureux », qui fut qualifié de « clown » mais qui se présentait comme une antidote aux "politiques" pour gérer une ville de 180.000 habitants, allait administrer la ville et gérer un budget de 12 millions d’euros pendant 4 ans avec les membres de son "Meilleur Parti", en majorité des stars du rock et presque tous des ex-punks.

Les punks ont assaini les finances. Interstellar (2014) : L’homme du passé est l’homme de l’avenir. Dans un futur proche, la Terre est devenue invivable. Le seul espoir de l’humanité est de trouver une autre planète sur laquelle s’établir. La NASA envoie alors un groupe d’explorateurs mené par Cooper (Matthew McConaughey) pour passer à travers un trou de ver et atteindre ainsi une autre galaxie contenant des planètes potentiellement habitables. Voici en quelques mots le point de départ du nouveau film de Christopher Nolan, co-scénarisé avec son frère Jonathan. Retrouver aux commandes de ce blockbuster les auteurs de The Dark Knight et The Dark Knight Rises n’augurait rien de bon d’un point de vue politique (voir les analyses de ces deux films ici et ici), et la sortie d’Interstellar a malheureusement confirmé ces craintes, du moins en ce qui me concerne… L’apocalypse selon Saint Nolan Lorsque le film commence, l’humanité est vraiment mal en point.

La crise que traverse l’humanité est donc d’abord caractérisée comme une crise écologique. La déchéance de l’humanité « Toujours plus haut ! Vivre sans argent : à la conquête des villages abandonnés… Enfin une belle idée pour sortir du système!!! Enfin un projet intéressant!!! Maintenant, si des personnes connaissent des lieux abandonnés qui ne demandent qu’à revivre, on attend vos propositions! Mahamo : Qui n’a jamais eu envie de tout plaquer et de partir loin ? Seriez vous prêts à franchir le pas? Vivre en Harmonie avec la nature, retrouver les vraies valeurs loin du stress et de la pollution . Qu’en pensez vous? Peut on vraiment sortir du système ?

Le jardin de Uli-AltoEn attendant de se nourrir majoritairement de sa production, Uli se nourrit de ce que « Babylon » considère comme jetable. BALLAST George Orwell et la question féministe. Texte inédit, en français, pour le site de Ballast Les procès posthumes ne nous intéressent pas. Le présent se montre souvent bien arrogant lorsqu'il croit pouvoir distribuer ses mauvais points. Mais c'est justement parce que nous apprécions tout particulièrement l'œuvre indispensable de George Orwell, et que nous croyons, pour reprendre ses propres mots, qu'il est nécessaire de tancer le socialisme pour mieux le défendre, que nous publions ce texte critique de l'essayiste britannique Deirdre Beddoe. On peut être un partisan passionné de l'égalité sans voir que cette égalité ne concerne que la moitié de l'humanité — la tradition féministe est là pour nous le rappeler.

Ce texte examine le portrait qu’Orwell fait des femmes dans ses écrits. J’ai adopté une structure qui consiste tout d’abord à considérer ses personnages fictifs féminins, tels qu’ils sont décrits dans ses cinq romans, et ensuite à observer les femmes, quand il y en a, dans ses travaux documentaires. « La gratuité, c’est ce qui a le plus d’importance dans nos vies » Jean-Louis Sagot-Duvauroux passe une bonne partie de son temps comme dramaturge au sein d’une compagnie de théâtre malienne, Blonba. Il est aussi, en tant que philosophe, le co-auteur de « Voyageurs sans ticket. Liberté Egalité Gratuité. Une expérience sociale à Aubagne » (éd. Au diable Vauvert). Depuis la chute du système communiste, cet auteur de nombreux essais (notamment le best-seller « On ne naît pas noir, on le devient », Albin Michel) cherche « les vraies transformations qui ne produisent pas de la tyrannie ».

Electeur assumé du Front de gauche, il aimerait surtout que la gauche française « se pose un peu plus la question de l’alternative réelle au système capitaliste en place ». Jean-Louis Sagot-Duvauroux (Gilles Perrin) Rue89 : Pour commencer, une question qui peut ressembler à un sujet de bac philo : quelle est la valeur de la gratuité ? Jean-Louis Sagot Duvauroux : La gratuité, c’est ce à quoi on accorde le plus d’importance dans nos vies. En anglais, on dit « free », libre. Etre invisible comme une femme noire en France.

Dans son documentaire Trop noire pour être française, la réalisatrice Isabelle Boni-Claverie raconte et analyse le racisme de la société française. Avant la diffusion sur Arte vendredi 3 juillet, Libération le rend disponible sur son site et fait circuler le #TuSaisQueTuEsNoirEnFranceQuand sur Twitter pour récolter des témoignages. A cette occasion nous republions cet article du 22 octobre 2014, publié à la sortie du film Bande de filles. Vous vous souvenez de la première fois que vous vous êtes dit, en lisant un livre, en voyant un film, que le personnage en face de vous vivait exactement ce que vous viviez?

Que soudainement un questionnement, un problème, des interrogations qui vous avaient hanté prenaient corps dans une œuvre de fiction et vous offraient un discours pour articuler ce que vous ressentiez depuis tellement longtemps? Pour Anna1, ce fut Tar Baby, de Toni Morrison, prix Nobel de littérature 1993. Il y a une absence des noirs dans l’espace public français. Anna Amandine Gay. Femmes et politique : qu’est-ce qui nous bloque ? (2) | Le blogue de quelqu'une. Voir la première partie de cet article plus bas. «L’histoire, réalité ou connaissance, a toujours été masculine : elle ne s’est intéressées qu’aux activités culturellement assignées aux hommes.

Cette histoire est foncièrement patriarcale. Ce n’est que depuis un siècle environ que des femmes ont réalisé que cette histoire était partielle et partiale, puisqu’elle oblitérait la moitié de l’humanité.» Micheline Dumont, historienne 28 novembre Les manarchistes Il me semble que j’aurais beaucoup de choses à dire sur cet atelier sur les manarchistes, organisé par le comité femmes de l’UQÀM. La violence dans les relations L’automne dernier, j’ai subi une courte série d’autres insultes et actes violents, pour la plupart venant d’hommes inconnus. 8 mars Le plaisir et la reconnaissance Oui, le plaisir et la reconnaissance, parlons-en aussi.

Besoin d’accomplissement de soi Besoin d’estime Besoin d’appartenance et d’amour Besoin de sécurité Besoins physiologiques Modération ou radicalisme ? Paix. J'aime : Penser est un sport de combat. Numéro coordonné par Evelyne Pieiller Lire le compte rendu de ce numéro, paru dans Le Monde diplomatique d’octobre 2014. « Loin de l’impuissance mélancolique »Evelyne Pieiller I. Avec l’aide de l’histoire « On ne sait jamais de quoi hier sera fait » — cette maxime cynique attribuée à l’ère stalinienne a une valeur générale. Car le passé est une matière docile, qui peut se façonner au gré de lectures concurrentes. L’histoire est écrite par les vainqueurs Howard Zinn Pourquoi le tiers-monde a disparu Immanuel Wallerstein Miroir fêlé où Europe et monde arabe se regardent Maxime Rodinson L’Asie existe-t-elle ? Les braises de la mémoire Eduardo Galeano Mai 68 et ses vies ultérieures Kristin Ross Une enquête rationnelle Eric Hobsbawm Nul n’est hors de son temps, pas même Camus Edward W.

II. En toute logique, la grande crise du néolibéralisme aurait dû susciter un élan vers la gauche. L’indigence de la gauche européenne Slavoj Zizek Le dernier tabou, la démocratie José Saramago L’Idée d’Alain Badiou E. DISCRIMINATIONS SYSTEMIQUES. Se déconditionner. Biais cognitif. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un biais cognitif est un schéma de pensée, cause de déviation du jugement. Le terme biais fait référence à une déviation systématique par rapport à la réalité.

L'étude des biais cognitifs fait l'objet de nombreux travaux en psychologie cognitive, en psychologie sociale et plus généralement dans les sciences cognitives. Ces travaux ont identifié de nombreux biais cognitifs propres à l'esprit humain [réf. nécessaire] à travers de multiples domaines : perception, statistiques, logique, causalité, relations sociales, etc. Du point de vue de leurs domaines, on peut distinguer entre autres des erreurs de perception, d'évaluation, d'interprétation logique. Ces biais cognitifs ne sont généralement pas conscients. Liste de biais cognitifs[modifier | modifier le code] Biais sensori-moteurs[modifier | modifier le code] Biais attentionnels[modifier | modifier le code] Biais mnésique[modifier | modifier le code] Biais de jugement[modifier | modifier le code]

Principe de Peter. Pourquoi je ne critiquerai plus jamais les autres parents | Lucile Bellan. "Il n'y a pas d'enfants difficiles, il n'y a que des parents qui ne savent pas les gérer. " C'est ce qu'on entend parfois, au détour d'un repas de famille, d'une course au supermarché ou dans la salle d'attente du médecin. Pendant des années, j'ai fait partie de ces gens. À estimer qu'un enfant n'avait pas à avoir une tétine dans la bouche après 2 ans, à être baladé en poussette après 3 et à faire des crises à l'extérieur. Je regardais d'un oeil critique ces parents qui semblaient dépassés (alors qu'en fait, peut-être pas). Et puis, j'ai eu des enfants. D'abord il y a eu Mia qui a fait ses nuits dès la sortie de la maternité, qui a toujours bien mangé, qui n'a jamais eu de tétine (30 secondes pour s'endormir pendant quelques mois au début) et que je n'ai JAMAIS vu faire une crise dans un magasin (et si je réfléchis bien, même à la maison).

Ça m'a conforté dans l'idée que ce n'était qu'une histoire de parents. Et puis il y a eu Adam. Avec Adam, nous n'avons pourtant rien changé. Les hommes à mi-chemin | La semaine de vérité. Regard féminin et ému sur six hommes qui vivent ou ont vécu une crise autour de 40 ans: une profonde remise en question à la fois douloureuse et libératrice. Au début, quand ça a commencé, ils n'ont pas vraiment compris ce qui n'allait pas : un vague flottement, une désagréable impression de faux-semblant, des questionnements sur tout et tout le temps...

Bref, la crise de la quarantaine : non pas celle - cliché - de l'homme qui plaque tout pour prendre le large ou suivre une gamine, mais celle, plus latente, d'une profonde remise en question. Qu'ils y soient encore plongés ou qu'ils viennent d'en sortir, six hommes se dévoilent en toute sincérité face à la caméra d'une femme. Avec tact, elle recueille leurs récits, chacun décrivant la crise et le cheminement qu'elle a provoqué. Autres documentaires : Sociologie. La jalousie : Ses origines, ses mécanismes, ses conséquences, et comment la réduire. | Piment du Chaos. Dans ma vie, je suis passé par toutes les étapes de la jalousie, de la plus maladive et malsaine, jusqu’à sa quasi-disparition. Il y a 7 ou 8 ans, ma petite amie m’annonce avoir embrassé un autre homme. J’ai détruit ma toute première relation sérieuse, d’une durée de treizes mois, pour cette raison puérile. Aujourd’hui, j’écoute avec passion mon amoureuse me raconter ses fantasmes avec ses collègues de bureau.

Je suis toujours heureux d’en apprendre davantage sur comment se passe sa relation avec son autre amoureux. Entre ces deux "extrêmes", j’ai franchis toutes les étapes. Avant de commencer sur ce sujet, une question simple : 1/ Pourquoi vouloir se débarasser de la jalousie ? On pourrait simplement arguer qu’éliminer une source de souffrance potentielle de sa vie est forcément positif. Cela dit, ce raisonnement logique (car votre cerveau est une machine logique, même dans le domaine émotionnel) repose sur un point de vue faussé. 2/ Des origines préhistoriques de la jalousie :

Congrès de Nantes | Association Française de Sociologie. Téléchargez l'affiche en pdf Le congrès 2013 de l'AFS a eu lieu à Nantes du 2 au 5 septembre. Vidéos des sessions plénières et semi-plénières Luc Boltanski - "La sociologie est toujours critique. Le champ conceptuel de la notion de domination" Conférence inaugurale du 5è Congrès de l'AFS Retrouvez cette vidéo et les autres sur le site de l'Université de Nantes, qui a aimablement capté, hébergé et diffusé cette vidéo.