background preloader

Prospective & Boite à idées

Facebook Twitter

Devenir consultant : le calcul du prix de vente des prestations - Société collaborative, seconde édition : la préface de Daniel Kaplan. Déjà la seconde édition de notre ouvrage Société collaborative, la fin des hiérarchies.

Société collaborative, seconde édition : la préface de Daniel Kaplan

Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation Internet Nouvelle Génération, nous a fait l’honneur de préfacer cette nouvelle édition. Nous reproduisons son texte ici. Un moment particulier Cet ouvrage paraît à un moment particulier, où trois immenses transformations et défis de l’époque contemporaine paraissent à la fois se rencontrer, découvrir leurs liens et leurs contradictions, et hésiter sur la direction à prendre.

Près de 50 ans après le début du mouvement d' »informatisation de la société » (une expression qui, pour la France, date de 1977), plus de 20 ans après l’ouverture à tous de l’internet, on pourrait penser que le numérique s’est totalement banalisé. Enfin, le mur écologique vers lequel nous semblons nous précipiter sans ralentir, apparaît aussi comme l’horizon bouché d’un modèle de développement focalisé sur la performance technique et économique. Une organisation particulière. « Les villes ne se rendent pas compte du potentiel du citoyen-entrepreneur »

Rencontre avec le chercheur américain Boyd Cohen, sur sa vision de l'évolution du profil de l'entrepreneur à l'origine de la smart city de demain.

« Les villes ne se rendent pas compte du potentiel du citoyen-entrepreneur »

Chercheur spécialiste du climat et de la ville intelligente et diplômé d’un doctorat en stratégie et entrepreneuriat de l’Université du Colorado, Boyd Cohen est actuellement professeur en entrepreneuriat et développement durable à la EADA Business School de Barcelone. En 2016, il sortira un ouvrage, The Rise of Urban Entrepreneurship : How Cities are Driving Innovation and Growth, dans lequel il dépeint avec son collègue Pablo Munoz l’émergence de nouveaux profils d’entrepreneurs. Son passage au Smart City Expo World Congress à Barcelone sur une table ronde consacrée au développement de modèles de mobilité urbaine plus durable a été l’occasion pour nous de le rencontrer. La BD de sensibilisation au handicap du CEA. Aujourd’hui nous vous proposons de revenir sur la BD de sensibilisation au handicap du CEA, que nous vous avons fait découvrir cette année.

La BD de sensibilisation au handicap du CEA

Vous avez été nombreux à partager les planches sur les réseaux sociaux et à trouver l’initiative intéressante. Ce n’est pas la première fois que nous percevons un engouement très net pour ce type d’approche. Mais pourquoi ? Quand les acteurs publics cherchent la voie du collaboratif. Le décalage au sein de notre société en transition est saisissant : « tout se passe comme si nous avions d’une part une population tournée vers l’avenir, imaginant une démocratie modernisée, une économie collaborative, sociale et solidaire, s’adaptant aux nouveautés numériques, (…) et d’autre part une classe politique résolument tournée vers un passé archaïque, rêvant d’uniformes scolaires, de morale à l’école, d’interdiction du mariage pour tous, et d’un paternalisme assis sur le cumul des mandats, le copinage et la corruption.» (1) Le procès est sans appel.

Quand les acteurs publics cherchent la voie du collaboratif

On peut évidemment être en désaccord avec cette tribune de Laurent Chemla de Médiapart, critiquer les jugements de l’auteur, mais une chose est certaine : il existe aujourd’hui un gouffre entre une partie de la population et ses dirigeants. La consommation collaborative : une énigme pour beaucoup d’acteurs publics Blablacar : 20 millions d’utilisateurs. Airbnb : 35 millions d’inscrits. Crédits : jalb, CC BY-NC-ND 2.0.

Il y a actuellement une forme d’hystérie collective autour de l’entrepreneuriat à laquelle il est difficile d’échapper. Chez Fractale, vous l’aurez remarqué, on a un discours parfois et même souvent à contre-courant de la pensée unique qui vise à encenser l’entrepreneuriat, les levées de fonds, les écoles de commerce, la génération Y qui va changer le monde, les valorisations à plusieurs centaines de millions d’euros, les incubateurs et accélérateurs, les stars du web, le réseau sans lequel on ne pourrait réussir, etc… On pourrait en citer plein comme ça.

Il y a actuellement une forme d’hystérie collective autour de l’entrepreneuriat à laquelle il est difficile d’échapper

Alors oui on vous avoue que parmi l’élite auto-proclamée du microcosme entrepreneurial français, on ne nous aime pas trop. On nous dit que nous sommes des révoltés, les Besancenot ou Mélenchon des startups, que nous devrions suivre le mouvement, cet enthousiasme digne de l’ex-URSS pour l’entrepreneuriat qui est devenu le rêve commun de toute une nation et arrêter de tout remettre en cause. On ne peut aussi fermer les yeux devant ce soudain engouement pour l’entrepreneuriat qui serait la seule solution pour sauver la France du chômage.

Voyage dans le monde d'après. Human Connect on Eventbrite. Creativité. Cartographie du bonheur au travail. Dans quel pays trouve-t-on le plus de salariés heureux ?

Cartographie du bonheur au travail

Pour le savoir, Zendesk s’est basé sur les données d’un sondage de Randstad. Une enquête réalisée dans 32 pays qui donne une cartographie précise du bonheur professionnel. Le résultat est sans appel : les Norvégiens remportent la médaille d’or au classement des pays où les employés sont les plus heureux, devant le Danemark et la Suisse. Mais si on y regarde de plus près, ce sont bien les salariés danois qui sont en tête pour les personnes « extrêmement satisfaites » au travail devant les deux autres nations du trio de tête. Tgribben. Design des services. Sciences participatives.