background preloader

Principes de vie

Facebook Twitter

L’émancipation plutôt que la survie. Dans cette période où l’individu est synonyme d’individualisme, vous proposez dans les Irremplaçables (1) de le remettre au cœur de l’histoire politique.

L’émancipation plutôt que la survie

Comment parvenez-vous à dépasser cette apparente contradiction ? CYNTHIA FLEURY J’aborde en effet la relation indéfectible entre l’individu et l’État de droit. Nombreux partagent le même diagnostic : l’État de droit tel que nous le connaissons depuis ces dernières décennies, avec la crise de l’État providence, met en danger les sujets que nous sommes. Chercher la vie bonne avec Aristote. Aristote est vieux de 2500 ans, mais ses livres sont jeunes comme la plus fraîche des pensées.

Chercher la vie bonne avec Aristote

Son œuvre mérite encore et toujours d’être méditée, parce qu’elle constitue un viatique vers la justice, la justesse et – peut-être – le bonheur. Denis Collin nous introduit à la philosophie du souverain bien et de la vie bonne. Primum vivere, deinde philosophare ? Vivre d’abord, philosopher ensuite : cet adage plein de bon sens est peut-être radicalement faux. Vivre, mais de quelle vie ? L’idéal de mesure. L'effet de surplomb, la Terre depuis l'espace. Le tourisme spatial devient de plus en plus réel, même s'il ne sera possible qu'aux plus riches d'entre nous.

L'effet de surplomb, la Terre depuis l'espace

Ces personnes auront la chance de vivre une expérience incroyable. En effet, lorsqu'on gravite autour de la Terre, rien n'est plus pareil. Le temps s'accélère et des phénomènes se produisent, explique le site Rue89. "Quand on arrive tout là-haut et qu'on voit la Terre pour la première fois, c'est beau, évidemment ", raconte Richard Garriott, le sixième touriste à avoir fait le voyage jusqu'à la Station spatiale internationale, " mais pas non plus au point de changer votre vie".

Il n'a pas le souvenir d'avoir ressenti quelque chose d' exceptionnel, du moins au début. Après le "hygge", le "niksen" célèbre l'oisiveté positive. La dernière tendance bien-être venue des Pays-Bas veut que vous en fassiez le moins possible.

Après le "hygge", le "niksen" célèbre l'oisiveté positive

Vive le "niksen" ! 5h30, réveil par luminothérapie. 5h45, méditation. 6h, footing matinal. 7h, douche et petit-déjeuner. 8h, écriture du journal. 8h30, départ pour le boulot, un podcast dans les oreilles. Saisir les opportunités - impératif. Nos vies ne sont pas linéaires.

Saisir les opportunités - impératif

Elles sont animées par des rythmes inégaux et des logiques temporelles que la philosophie antique représente sous les formes de trois dieux grecs : Aiôn, Chronos et Kaïros. Ces différentes représentations du temps peuvent marquer nos destinées de façons alternées et complémentaires, sur un laps de temps assez long par l’« effet cumulé » ou sur un moment bref que l’on qualifiera « d’instant d’inflexion ». Ce texte présente ces rythmes et vous indique comment rendre possible ces « moments décisifs ». Le “kairos“, l'art de saisir l'instant. Nous nous habituons à notre nouveau président de la République.

Le “kairos“, l'art de saisir l'instant

Mais ce n'est pas une raison pour oublier le formidable chamboulement politique qu'a représenté l'élection d'un homme sur la victoire duquel personne n'aurait misé il y a deux ans. Certains éditorialistes (dont Jean-Pierre Denis) ont judicieusement suggéré qu'Emmanuel Macron a su mener campagne et tirer profit de diverses circonstances (le retrait de François Hollande, la défaite d'Alain Juppé aux primaires, les affaires où s'empêtra François Fillon, l'explosion du bipartisme, etc.) en manifestant de façon exceptionnelle le sens de ce que les philosophes grecs nommaient le kairos.

De quoi s'agit-il ? Le terme peut se traduire par « occasion », « moment propice, favorable ». Hanami : admirer les cerisiers au Japon. La culture de l’échec : France vs Etats-Unis. Deux pays, deux visions contradictoires sur la notion d’échec dans le monde de l’entrepreneuriat.

La culture de l’échec : France vs Etats-Unis

D’un côté la France, du vieux continent, avec une histoire riche et de l’autre les Etats-Unis, terre du libéralisme et de l’innovation. Nous allons aborder la notion de culture de l’échec. La perception française de l’échec Nos modes d’éducation et nos écoles valorisent ceux et celles qui suivent les règles et les consignes et laissent peu de place à l’erreur. Cette dernière est d’ailleurs mal vue. Le virus de la pensée unique. Ne pas penser comme tout le monde, ne serait-ce pas aussi une maladie de l’esprit aux yeux des tenants de la pensée unique, un virus souvent qualifié d’esprit de contradiction ?

Le virus de la pensée unique

Vous aimez cet article ? Partagez le ! Par Guy Sorman. Avez-vous observé combien, à un instant donné, tous les médias, tous les chroniqueurs, et tous les hommes politiques pensent et disent exactement la même chose, s’intéressent aux mêmes événements, en proposent la même explication ? Appelons ce phénomène de mimétisme universel la Pensée unique : elle se répand comme un virus dans l’atmosphère, évidemment accélérée par les médias sociaux.