background preloader

Vitesse BTS

Facebook Twitter

Reportage sur Arte - Prêt à jeter ou l'Obsolescence Programmée. Réseau 5G : quelles conséquences et bénéfices ? Bonjour à tous, Cela a été dit et même répété, dans des commentaires précédents.

Réseau 5G : quelles conséquences et bénéfices ?

La 5G, si elle est synonyme de "plus de bande passante", donc "plus de services", "plus d'usage où les choses seront plus rapides", ...., tout un tas d'avantages manifestes pour les utilisateurs qui surferont, en donnant beaucoup de plaisir aux 2 pouces de leurs mains, cette technologie réclame, quoi qu'on en dise des moyens nouveaux, avec surtout un maillage du réseau d'antennes bien plus important, si l'on veut conserver un niveau de réception acceptable, sur les terminaux mobiles qui seront connectés.

Pourquoi cela ? Tout simplement parce que plus l'on monte en fréquence, plus il devient difficile de propager un signal en utilisant les différents principes de propagation utilisés pour les ondes métriques, décamétriques et inférieures. Sur la 5G, ce qui est vrai, ce qui est faux et ce qu’on ne sait pas encore. Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires.

Sur la 5G, ce qui est vrai, ce qui est faux et ce qu’on ne sait pas encore

Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques). Ces données sont traitées aux fins suivantes : analyse et amélioration de l’expérience utilisateur et/ou de notre offre de contenus, produits et services, mesure et analyse d’audience, interaction avec les réseaux sociaux, affichage de publicités et contenus personnalisés, mesure de performance et d’attractivité des publicités et du contenu. Pour plus d’information, consulter notre politique de confidentialité. Vous pouvez consentir à l’utilisation de ces technologies en cliquant sur « accepter » Pourquoi le débat sur l'arrivée de la 5G en France est-il aussi survolté ?

Entre smartphone et lampe à huile, va-t-il falloir choisir son camp ?

Pourquoi le débat sur l'arrivée de la 5G en France est-il aussi survolté ?

Trading Haute-Fréquence : A la recherche de la vitesse de la lumière. En juin 2010, la société américaine Spread Network a inauguré un nouveau câble de fibre optique reliant Chicago au New Jersey (sur une distance de 1330 kilomètres), pour un coût total d'environ 300 millions de dollars.

Trading Haute-Fréquence : A la recherche de la vitesse de la lumière

L'objectif : relier les serveurs de la bourse de Chicago à ceux du NASDAQ (dans le New Jersey, à quelques kilomètres de Wall Street) en moins de 13 millisecondes aller-retour, pour permettre aux traders haute-fréquence de profiter de potentielles anomalies sur les marchés. Pour vous donner une idée, 13 millisecondes pour 2660 kilomètres (aller-retour), cela fait donc une vitesse d'environ 200.000 kilomètres par seconde : une vitesse proche de la vitesse de la lumière. Derrière cette anecdote, se cache un phénomène qui a pris une ampleur considérable depuis une vingtaine d'année : l'importance du développement des infrastructures (câbles sous-marins de fibre optique, antennes-relai micro-ondes...) et la course effrénée à la vitesse dans le monde de la finance.

(4) L'urgence de ralentir. Temps de travail. Mesure et définition[modifier | modifier le code] Définition[modifier | modifier le code]

Temps de travail

PABLO SERVIGNE & FRANÇOIS RUFFIN : UNE DERNIÈRE BIÈRE AVANT LA FIN DU MONDE. Éloge de la lenteur. « Aller plus vite pour avoir plus de temps pour soi, ça ne fonctionne pas » Sociologue et politologue allemand, il fait partie des héritiers de l’Ecole de Francfort, mouvement apparu dans les années 1920 qui s’inscrit dans un champ interdisciplinaire, entre philosophie, sociologie, culture, esthétique et histoire.

« Aller plus vite pour avoir plus de temps pour soi, ça ne fonctionne pas »

Terra eco : Dans le métro, ce matin, la plupart des voyageurs utilisaient leur temps libre à envoyer des SMS, jouer ou lire les infos sur leur téléphone portable. Que voyez-vous dans ces comportements ? Hartmut Rosa : C’est une évolution radicale qui se déroule sous nos yeux. Nous expérimentons désormais le monde à travers des écrans : nous communiquons, nous travaillons, nous nous informons par leur biais. Nos sens perdent de leur pertinence, on regarde et on ressent moins ce qui se passe autour de nous. D’où viennent ces habitudes ? L’un des éléments caractéristiques de la société moderne est l’accélération permanente. Est-ce vraiment nouveau ? Reportage sur Arte - Prêt à jeter ou l'Obsolescence Programmée. Le trading à haute fréquence, humain, trop humain. Le 6 mai 2010, l'indice de référence de Wall Street, la Bourse de New York, chutait de plus de 9% en moins de 10 minutes, du jamais vu.

Le trading à haute fréquence, humain, trop humain

Un « flash crash », selon le jargon des traders. A cette occasion le grand public découvrait le trading à haute fréquence (HFT), et le rôle prépondérant pris par les programmes informatisés qui traitent désormais près de 70% des transactions boursières dans le monde. A telle enseigne, que les régulateurs des marchés ont les plus grandes difficultés à en appréhender le développement. #PARLONSDUTEMPS : À la recherche du temps perdu (documentaire de Florian Opitz, Arte) (20+) Zygmunt Bauman, il avait vu la «société liquide» Le théoricien anglo-polonais Zygmunt Bauman est mort lundi à Leeds.

(20+) Zygmunt Bauman, il avait vu la «société liquide»

Il était l’un des plus grands sociologues du XXe siècle, et le grand témoin de ses horreurs, dont le nom restera toujours attaché à la notion de «société liquide», qui a suscité dans le monde des milliers de commentaires. La vie liquide. D’après Zygmunt Bauman, la caractéristique essentielle de la société contemporaine est son caractère « liquide », c’est à dire : flexible, précaire, soumise à une évolution effrénée et perpétuelle, et dépourvue de « poteaux indicateurs » stables.

La vie liquide

Ballotté par des forces économiques et sociales le sommant de s’adapter en permanence à une « conjoncture » en redéfinition permanente, ce dernier est tenu de participer à un consumérisme de masse aliénant, qui l’enferme dans un état d’insatisfaction perpétuelle. Zygmunt Bauman et la société liquide. L’avènement de la postmodernité et la montée du néolibéralisme plongent les individus dans une incertitude constante, qui précarise leurs modes de vie.

Zygmunt Bauman et la société liquide

Une interprétation originale et critique de nos sociétés « liquides ». Avez-vous lu Zygmunt Bauman ? La question semble légitime au vu du peu de discussions que suscite cet auteur dans l’espace intellectuel français (1), qui contraste avec l’écho international que rencontre sa pensée. Bien souvent, c’est uniquement son ouvrage Modernité et Holocauste (dont l’interprétation déstabilisante de la Shoah fit polémique à sa parution en 2002) ou sa métaphore de la « société liquide » qui est au cœur des débats, occultant ainsi son projet intellectuel dans son ensemble. L’ambivalence humaine Très tôt confronté au socialisme d’État et à l’idéal communiste (biographie), Z. Humanisme antitotalitaire et pensée critique deviennent alors ses fondements intellectuels, qui l’amènent à théoriser les conditions d’émancipation. Une modernité aliénante Z. Z. Les idées, Hartmut Rosa, Mondialisation, Temps, Accélération. En tant qu’hommes, nous nous sentons, de manières variables, reliés au monde.

Parfois, nous avons le sentiment que les choses et les personnes qui nous entourent nous sont familiers, elles « répondent » à nos sentiments et nos besoins, et nous sommes reliés à elles de différentes façons : à travers des expériences et des histoires partagées et à travers les rôles que nous jouons dans leur vie et qu’ils jouent dans notre vie. Il en découle un sentiment d’intérêt réciproque : les personnes et les choses, l’espace qui nous entourent ne sont pas indifférents, nous nous sentons responsables d’elles, et leurs mouvements et leurs changements ont une signification pour notre propre vie. Elles semblent nous répondre et nous porter. Hartmut Rosa : « Plus on économise le temps, plus on a la sensation d’en manquer » [Série] A une époque de profondes mutations, le rapport au temps est chamboulé. Nous avons invité des personnalités et des anonymes de tous horizons à se confier sur ce vaste sujet. Cette semaine, le philosophe et sociologue allemand Hartmut Rosa.

Sociologue et philosophe, l’Allemand Hartmut Rosa est l’auteur d’Accélération. Une critique sociale du temps (La Découverte, 2010). Il enseigne à l’université Friedrich-Schiller d’Iéna. La technique est-elle responsable de l’accélération du monde. Le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa a été remarqué en France depuis la traduction en 2010 d’Accélération : une critique sociale du temps, complété depuis par une synthèse et mise à jour de ce livre dans Accélération et aliénation… Pour Hartmut Rosa, le temps a longtemps été négligé dans les analyses des sciences sociales sur la modernité au profit des processus de rationalisation ou d’individualisation. Pourtant, selon lui, l’accélération est la caractéristique de la société moderne. . « Mon livre explique que l’essence et la nature de la modernité reposent sur l’accélération », attaque Hartmut Rosa. Pour lui, notre monde contemporain repose sur son dynamisme, qui n’a d’autre but que de mettre en mouvement le monde matériel, social et idéel.

Pour comprendre ce qu’est l’accélération du monde, il faut comprendre ce que signifie la lenteur, estime Rosa. Ralentir, une nouvelle utopie ? Couverture d'"Accélération. Une critique sociale du temps" par Hartmut Rosa aux éditions La Découverte. Cliquer sur la couverture pour visualiser en grand. >>> Article paru dans Marianne daté du 12 septembre Marianne : Vous écrivez : « Les sociétés occidentales sont confrontées à une pénurie de temps, une véritable crise du temps. » Cette compulsion vers l'accélération est-elle en train de gipper la machine sociale ?