background preloader

Management

Facebook Twitter

Etude de marché par étapes (secteur, offre, demande, environnement) Afin d’obtenir des résultats satisfaisants et pertinents lors de la réalisation de votre étude de marché, il est préférable de segmenter votre approche autour de ces 4 axes : le marché, la demande, l’offre et l’environnement. Conseils préalables pour faire votre étude de marché Pour faire votre étude de marché, vous aurez le choix entre deux solutions : la réaliser vous-même, ce qui prendra du temps, ou la sous-traiter à des professionnels, ce qui coûtera de l’argent. Dans ce dernier cas, vous devez tout de même participer à son élaboration. En effet, l’étude de marché apporte des connaissances intéressantes qui doivent être exploitées pour monter le projet.

Certains professionnels proposent aujourd’hui des prestations performantes pour étudier un marché en vous permettant de la configurer à la carte (nombre de réponse, zone géographique…). C’est le cas de notre partenaire Creatests. Il est nécessaire d’adopter une démarche structurée et organisée pour conduire son étude de marché. Sans titre. Dans l'Yonne, le succès d'une entreprise pionnière des visières de protection. Moins d'une semaine après le début du confinement, la société JPJ Mousse a lancé la fabrication de visières de protection anti-projection. Elle a d'ailleurs été la première entreprise, en France, sur ce marché. Depuis, la production n'a cessé de grandir.

Cette PME de 12 salariés est basée à Aillant Sur Tholon (un village qui appartient désormais à la commune nouvelle de Montholon). L'entreprise est spécialisée dans la découpe de mousse pour réaliser des protections pour les cosmétiques, le secteur du luxe ou de l'aéronautique. Ecoutez le reportage de Delphine Martin dans l'usine JPJ Mousse à Aillant Pour maintenir l'activité et participer à l'effort sanitaire, Marion et Christophe Bechert, les deux dirigeants, ont cherché un produit que leur expertise et les matériaux qu'ils avaient en stock leur permettraient de fabriquer. On a commencé en ULM et rapidement, il a fallu monter dans un Airbus (Christophe Bechert) "On produit 20 fois plus qu'au départ !

" Comment Google est devenu un empire.

Le cours en vidéos

Les 5 principes fondamentaux du management participatif. En impliquant ses collaborateurs davantage dans le fonctionnement de l’entreprise et notamment, au niveau de la prise de décision, le manager participatif renforce les liens interpersonnels au sein de son équipe et favorise leur contribution active au progrès de l’entreprise. Sur le plan pratique, le management participatif se base sur cinq principes fondamentaux qui permettent de concrétiser les valeurs qu’il véhicule. Mobiliser le personnel Sans toutefois l’imposer, le management participatif encourage l’implication du personnel dans le processus de décision. Le responsable d’équipe incite ses collaborateurs à fixer les objectifs de l'équipe et à prendre les décisions qui permettront de les atteindre.

Mettre en place une politique de développement personnel Le management participatif s’appuie sur un développement de la communication au sein de l’entreprise et sur la mise en place de conditions de travail favorables. Déléguer du pouvoir Mettre en place une régulation 1. 2. 3. 4. 5. Asics, ou l’entreprise multinationale à l’épreuve de la RSE. Cet article est tiré de l’article de recherche : Acquier, Carbone & Moatti (2018) « Teaching the Sushi Chef : Hybridization Work and CSR Integration in a Japanese Multinational Company », publié dans le Journal of Business Ethics.

La Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) est une notion culturellement située. Autrement dit, elle varie beaucoup d’un pays à l’autre. Par exemple, alors que les dirigeants américains privilégient la philantropie, les dons et les initiatives volontaires des entreprises, les dirigeants japonais ou allemands mettent plutôt l’accent sur le recyclage et la protection de l’environnement, tandis que les Français s’attachent aux enjeux sociaux, conditions de travail et respect des réglementations.

De ce fait, les pratiques de RSE dans une multinationale sont souvent plus complexes que prévu, car les multinationales doivent faire face à la fois à l’intégration globale de la RSE et à son adaptation locale, ce qui représente un vrai dilemme organisationnel. Réaliser une étude de faisabilité en gestion de projet. Tous les projets sont des réalisations uniques. Lorsque vous créez un projet nouveau et d’une très grande envergure, vous pouvez vous organiser en plusieurs phases afin de garantir une meilleure fiabilité de réalisation. L’ensemble de ces phases constitue le cycle de vie d’un projet .

Il peut être découpé en quatre paliers : Cadrage (comprenant l'étude de faisabilité) Conception et planification Réalisation du projet Clôture Il faut savoir que chaque entreprise peut découper le cycle de vie d’un projet comme il le souhaite. Qu’est-ce que l’étude de faisabilité ? Elle s'intègre dans la première phase représentative d’un projet, que ce soit pour un produit, un service, un chantier, etc. L'étude consiste à explorer tous les concepts du projet tout en permettant de répondre à un besoin exprimé en termes d’objectif à atteindre (qualité, coûts, délais). La finalité étant de : Les objectifs à atteindre Pour qu’un projet réussisse, trois facteurs importants doivent être pris en compte :

Étude sur la génération Z au travail : les jeunes veulent des CDI. Vouloir un CDI et des horaires flexibles, c’est le Graal de la génération Z – comprendre les 15-24 ans. Pour eux, la quête de sens tellement médiatisée ne se poursuit pas forcément sur le lieu de travail. La génération Z est-elle très différente de la génération Y ? C’est la question posée par les équipes de Mazars, qui recrutent chaque année de nombreux jeunes diplômés. Mathilde Le Coz, Directrice Développement des Talents & Innovation, rappelle à ce titre que la moyenne d’âge du cabinet de conseil est de 29 ans. À l’occasion d’une étude menée avec OpinionWay, nous découvrons ainsi que les aspirations des 15-24 ans (qui sont donc, pour certains, encore étudiants) en disent long sur les besoins d’adaptation des entreprises. Non, le CDI n’est pas mort… Mais il a besoin d’être sacrément remis au goût du jour.

Du sens, oui, mais pas forcément au boulot On l’a dit et répété. La solution : le CDI à temps partiel ? Pour les employeurs, ces résultats impliquent une réelle adaptation. Google : Management, vie de bureau, carrière... des employés racontent. FOCUS - Deux anciens employés et une actuelle salariée ont bien voulu témoigner de leur vie chez Google. Des expériences contrastées qui permettent d'en savoir un peu plus sur l'ambiance si particulière du groupe américain. L'indestructible Google n'en finit pas de susciter les fantasmes. Tant pour ses ambitions transhumanistes, que son intrusion dans la vie privée, jusqu'à son management interne qui continue d'alimenter les débats. Nombreux sont ceux qui dénoncent un paternalisme 2.0 qui engloberait tous les pans de la vie des salariés pour leur forger une existence entièrement «googlisée», voire sectaire.

À l'inverse, tout aussi nombreux sont ceux qui rêvent d'y travailler pour bénéficier des multiples avantages offerts: nourriture à volonté, infrastructure, liberté, salaire, voyage... Mais qu'en est-il vraiment? Pour en savoir un peu plus, Le Figaro a recueilli le témoignage de trois «googlers». » LIRE AUSSI - «Pour Google, aucune limite n'est posée» *Les prénoms ont été modifiés. Prenez du recul. Pour le dirigeant, la prise de recul se révèle souvent une nécessité. Présent sur tous les fronts et englués dans des tâches opérationnelles, il doit cependant apprendre à prendre du recul afin de réfléchir à la stratégie de développement de sa société. Pourquoi prendre du recul ? La plupart des dirigeants prennent leurs décisions extrêmement rapidement que l’on parle de communication, de commercialisation, de développement d’une nouvelle offre, de gestion, de relations avec ses fournisseurs ou sa banque.

Pourtant prendre le temps de réfléchir peut augmenter la performance de l’entreprise sur le long terme et le faire sortir d’une situation d’urgence qui ne finit jamais. Analyser les derniers mois représente l’opportunité de regarder ce qui a bien fonctionné ou ce qui n’a pas apporté les résultats escomptés, de réfléchir aux différentes solutions et d’établir un nouveau plan d’actions qui pourraient se révéler bien plus efficace que le précédent.

Comment arriver à le faire ? Comment Fnac-Darty veut résister à Amazon. Ensemble, ils pèsent 7,4 milliards d’euros. Ce n’est pas de trop pour espérer contrer l’ogre américain. Avec son gilet noir et jaune, Rémy Guyard détonne parmi les vendeurs en polo rouge du Darty de République, à Paris. Normal, ce trentenaire baba cool est responsable du nouveau corner Fnac Photo du magasin. Lui n’a fait que changer de veste ; il travaillait déjà pour Darty avant la fusion. Mais son rayon a été entièrement revu. "Auparavant, nos appareils photo étaient abrités dans une vitrine, se souvient-il, et les clients disparaissaient avant que je revienne avec la clé pour l’ouvrir ! " Désormais, c’est comme à la Fnac : les compact et les reflex sont en libre-service, Rémy a été formé pour aider la clientèle à les tester sur place, et il organise régulièrement des expositions des plus beaux clichés.

Des espaces Fnac chez Darty, des corners Darty dans les Fnac… Il va falloir s’y habituer ! A lui maintenant de mener à bien la fusion. Et pourtant, le chantier a très vite avancé ! Philippe Gattet, Comprendre le modèle VRIO : pour être distinctif et inimitable. Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions de Philippe Gattet Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Stratégie & Management Xerfi Canal autres chaînes Accéder à Xerfi Canal Économie Accéder à Xerfi Business Abonnez-vous à la newsletter Xerfi Canal Les nouvelles émissions Xerfi Canal Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Les incontournables. Les réseaux sociaux d’entreprise n’ont pas trouvé leur public. Lancés il y a quatre ans pour favoriser la collaboration interne, les réseaux sociaux d’entreprise se heurtent au système hiérarchique des sociétés.

Signaler l’arrivée de nouveaux embauchés ; publier une photo de l’avancée d’un chantier ; partager un article… Chez Isore bâtiment, entreprise mayennaise spécialisée dans l’isolation par l’extérieur, l’utilisation du réseau social d’entreprise (RSE) Yammer, développé par Microsoft, commence à prendre… dix-huit mois après son installation. L’application, qui permet de partager des informations et bonnes pratiques entre salariés, à l’instar d’un Facebook professionnel, a mis du temps avant d’intéresser les salariés. « Au début, certains avaient peur d’être mal vus s’ils utilisaient Yammer pendant leur temps de travail, raconte Estelle Huault, chargée de ressources humaines à Isore.

Puis les responsables de chantier et les chefs de chantier ont commencé à publier. Des salariés ont ensuite commenté les publications. » À lire aussi Anaïs Brosseau. Culture client : quel genre d’entreprise êtes-vous. Chroniques d’experts Stratégie Le 04/09/2018 © Getty Images Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se revendiquer « customer centric » ou, a minima, à avoir engagé un programme de transformation pour le devenir. Nous avons pu mesurer l’écart qui existe entre les discours et la réalité. Combien d’entreprises sont réellement orientées clients ? Qu’est ce qui les caractérise ? Après avoir évalué la culture client de 115 entreprises françaises et 25 000 collaborateurs à l’aide de la méthode COS (Customer Orientation Score), nous avons distingué quatre groupes d’entreprises que nous pouvons schématiquement positionner dans une matrice représentant la culture client de l’organisation et la culture client des collaborateurs.

Les « génétiques » Chez elles, la culture client dépasse même les individus en poste, on parle d’une culture « corporate » exceptionnelle. Chez les « génétiques », on a compris que l’obsession client est un levier de réussite commerciale. . « L’ancien monde » 1. 2. Le tableau de bord prospectif : Cinq étapes pour réussir votre stratégie ! Si 90% des entreprises ont une stratégie, seulement 10% réussissent à la mettre en place.

C’est le constat fait en 1992 par deux gourous du management Robert S. Kaplan et David Norton en observant les entreprises aux Etats Unis. Ils ont alors créé un outil de management pour aider les sociétés à mieux déployer, gérer et suivre la mise en place de leur stratégie: le tableau de bord prospectif - équilibré (Balanced Score Card ou BSC en anglais). Dimension humaine L’intérêt du tableau de bord prospectif, c’est qu’il s’attache non seulement aux résultats financiers, mais également aux personnes qui contribuent à ces résultats, et ce, afin que les organisations déploie une stratégie équilibré, efficace et performante sur le moyen et long terme. Quatre piliers équilibrés L’avantage du tableau de bord prospectif c’est qu’il est basé sur 4 perspectives ou axes: 1- financier, 2- client, 3- processus interne, 4- apprentissage et développement.

Cinq étapes pour une stratégie performante. Les robots toujours plus présents dans notre travail : mais du coup, quels seront les métiers et compétences du futur ? DÉCRYPTAGE - Selon un rapport du Forum économique mondial, plus de 50% des tâches professionnelles courantes seront effectuées par les machines à partir de 2025. Une mutation qui va entraîner une transformation profonde du marché du travail. 19 sept. 2018 16:29 - Sibylle LAURENT Les robots s’incrustent, toujours plus.

Au point de remplacer les travailleurs, menacés par cette automatisation et robotisation dans tous les secteurs ? C’est ce que pourrait faire craindre l’étude du Word Economic Forum (Forum économique mondial, dont le sommet se tient chaque année à Davos) publiée lundi : en 2025, 50% des tâches professionnelles seront exécutées par des machines. Découlera de cette automatisation la disparition de milliers de jobs - mais aussi l'apparition de nouveaux.

Des lourds changements. Sur le papier, ces données peuvent faire frémir. Ce qui est sûr, c’est que certains secteurs seront plus concernés que d’autres. Sur quoi miser pour s'en sortir ? Les métiers plein d'avenir Sibylle LAURENT. Méthodologie à l'examen.