background preloader

Articles recherche ; complément cours M1 M2

Facebook Twitter

39 | 2015 Les effets des pratiques à visée philosophique à l'école primaire et dans l’enseignement spécialisé : du côté des élèves, du côté des enseignants. Science et pédagogie : déformations et impostures (2) "Agir pour l'école" et PARLER. Le programme PARLER Entre 2005 et 2008, l’expérimentation PARLER était menée dans des écoles grenobloises dans la prolongation de travaux menés par Michel Zorman depuis la fin des années 1990.

Lors d’un colloque (1) Michel Zorman affirme que « l’évaluation [de l’expérience] montre un effet positif et significatif du programme PARLER sur chacune des habiletés testées (compréhension, orthographe, vocabulaire, fluence de lecture, QI). Tous ces résultats convergent pour montrer l’efficacité́ des mesures mises en place dans le programme afin de faciliter l’entrée des élèves dans l’écrit. ». L’article que publie l’équipe grenobloise (2) confirme les effets positifs de l’expérimentation mais redouble cependant de précautions rappelant que les résultats positifs ne permettent pas encore de tirer des conclusions sur l’efficacité de PARLER (p.66) et qu’« il faut demeurer prudent dans l’interprétation de ces résultats. ». Lecture synthèse de la conférence de consensus 2016. Étude comparée du fonctionnement des parenthèses et des tirets. 1 Nous préférons cette appellation à celle usuelle de tirets doubles parce qu’il est (...) 2 Pour une discussion sur le sens des parenthèses et des tirets, on se reportera util (...) 1Lorsqu'à l’écrit, on désire signaler typographiquement qu’un élément est un ajout au discours principal, on dispose de deux signes de ponctuation distincts : les parenthèses et les tirets parenthétiques1.

Leur fonctionnement énonciatif a déjà été largement étudié : on peut en retenir sommairement que ces signes sont le lieu du dédoublement de la voix de l’énonciateur, l’endroit où ce dernier décide de créer un espace graphique pour « ajouter par ailleurs » une information quelconque ; en ce sens Pétillon-Boucheron parle de « décrochement énonciatif »2. Nous ne nous attarderons donc plus sur cet aspect. 2La question restée sans réponse est celle de la différence de fonctionnement des deux signes. Si Pétillon-Boucheron (2003 : 93-94) les considère comme des « variantes graphiques » d’un même signe « qu’I.

Deux livres pour toi qui débutes en pédagogie Freinet | Soizikel : Parler pour apprendre et comprendre en Pédagogie Freinet. Cet article vous présente : Ouvrons des pistes, un livre que 10 enseignants Freinet ont écrit ensemble pour décrire leur parcours pédagogique. Il est suivi par la présentation de : L’école leur donna des ailes, un autre livre écrit par l’un de ces enseignants. Il raconte, sous la forme d’une fiction, le parcours de deux enfants qui vont à l’école dans une classe différente. Il me semble que la lecture de ces deux ouvrages se complète et offre une aide véritable pour répondre au questionnement d’un enseignant qui se questionne sur ce métier ou qui débute dans ce type de pédagogie.

Le titre Ce titre, choisi après beaucoup de discussions, résume notre volonté de montrer que ce chemin pédagogique est ouvert à tous et se construit pour chacun, petit à petit, dans la découverte, l’expérience tâtonnée et le compagnonnage. L’écriture Nous l’avons écrit à 10 et ce fut un temps d’écriture passionnant. Il n’y a pas un enseignant Freinet type qui présenterait un modèle labellisé à atteindre. Tout y est : Le cahier des apprentissages pour remplacer les devoirs. Dessin de Jack Kock pour les Cahiers Pédagogiques Supprimer les devoirs est une idée généreuse déjà assez ancienne, mais qui peine à s’imposer malgré les nombreuses restrictions ministérielles, et malgré le fait qu’il est connu et montré que les devoirs ne facilitent pas les apprentissages comme ils le devraient, et augmentent les inégalités scolaires.

Pour beaucoup de parents, et d’enseignants, les devoirs restent indispensables car ils constituent le lien privilégié entre l’école et les familles. Aussi, il serait vain de supprimer les devoirs sans penser ce lien nécessaire. A ce titre, le cahier des apprentissages peut présenter de nombreux avantages comme outil pour tisser un nouveau lien entre les temps scolaires et extra-scolaires.

L’une des attentes les plus fortes des familles est en effet de savoir ce qui se passe en classe, et qui est bien souvent une boîte noire pour elles. Le cahier des apprentissages ne se confond avec le cahier d’un enseignement. Sur le temps scolaire. La mémorisation en classe: un fâcheux oubli. La mémorisation est le parent pauvre des activités réalisées en classe.

Dommage ! Car la phase de mémorisation initiale massée est déterminante pour toute la suite de la rétention. L’enseignant peut : . Ménager des pauses de mémorisation en classe, brèves mais efficaces . . . . Rappel des principes de base de la mémorisation Essentiels à connaître pour l’acquisition des éléments indispensables à la compréhension, la communication orale et écrite, la rigueur des savoirs, le traitement des tâches. Il est capital et urgent d’intégrer des pratiques adaptées au fonctionnement naturel du cerveau: Plusieurs reprises indispensables, expansées temporellement, des éléments sémantiques essentiels Les éléments sémantiques sont rarement acquis définitivement.

Individualisation souhaitable des parcours de mémorisation afin de gagner un temps précieux pour chacunMémorisation active consistant à s’interroger et non à lireFeedback proche entre la question et la réponse Pourquoi ? Comment ? Hypothèses : Remarques : Désir d'école. Enseigner la langue française : nouveaux programmes, apports de chercheurs. Les fondamentaux sont au cœur de la Refondation de l’École : comment pourrait-il en être autrement ? Nous avons, pour renforcer leur apprentissage, mené une politique cohérente, en nous appuyant à la fois sur l’organisation du temps scolaire, le contenu des programmes, la pédagogie et la formation.

Parmi ces fondamentaux, la maîtrise de la langue française est un enjeu particulièrement important : clé de voûte des apprentissages futurs, elle est aussi le socle sur lequel s’érige notre rapport au monde, aux autres et à la citoyenneté. En nous appuyant sur les travaux des chercheurs et sur les conférences de consensus, nous avons donné à l’enseignement du français des bases solides : celles des savoirs et de la pensée ; celles de l’expérimentation et de la preuve. C’est une question trop sérieuse pour être traitée à la légère, abordée à la hussarde, et caricaturée à l’envi. Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Colloque « Didactique de l'oral » - Didactiques de l'oral et éducation communicative implicite. Robert BOUCHARD, Gric (Groupe de recherche sur les interactions communicatives) -Université Lumière-Lyon 2 Dans ce papier un peu... masochiste, je vais entreprendre, en tant que didacticien de (dé) limiter l'ambition didactique dans le domaine de l'enseignement de l'oral en langue maternelle, ou, en d'autres termes, de définir ce que me semblent être les limites d'une telle intervention didactique.

La didactique de l'oral actuelle se conçoit la plupart du temps comme une proposition de nouvelles pratiques pédagogiques spécifiques (cf. Dolz et Schneuwly, 1999 ou encore plus Maurer, 2001 avec une "importation" de pratiques communicatives inspirées du Fle) sensées venir compléter le dispositif de formation linguistique existant. Pour notre part, il nous semble nécessaire aussi (surtout ? ) de tenir compte des pratiques orales les plus dominantes dans la formation des élèves, quelle que soit la discipline. Pratiques orales, enseignement, éducation Paradoxe culturel, en France ( ?

Conclusion. Apprendre à « échanger et débattre » à l’école primaire dans le domaine de la littérature : la question de la progression. 1L’évolution importante des programmes de l’école primaire dans la dernière décennie (2002-2008), a mis en avant l’aspect volontariste des concepteurs et prescripteurs pour définir de nouveaux contenus et une cohérence dans la progression de leur enseignement. Cependant en formation initiale et continue on n’a pas assez mesuré l’importance des représentations des enseignants dans les processus scolaires qui ont interféré avec la proposition de nouveaux types d’activités, tout particulièrement dans le domaine du français.

La mise en application de ces programmes a généré des difficultés pratiques de mise en œuvre, notamment dans le domaine de l’oral, ce qui fera l’objet de cet article. Il porte sur la question de la progression envisagée du point de vue des objets de savoir et du point de vue de l’enseignant. 4Au contraire, le numéro 17 de la revue Repères (1998) préfère mettre l’accent sur la relation entre langage oral et pensée en construction. 4.1. 4.1.1. 4.1.2. 4.1.3. 4.2. 4.2.1.

Préparer une société fraternelle, une mission pour l'école ? La fraternité est ce qui permet à la liberté et l’égalité de s’épanouir pleinement. L’école est un des lieux où l’on se frotte à la différence et où l’on peut apprendre la vie en société avec d’autres, différents de soi. En forgeant son esprit critique, en apprenant à tisser des liens et à travailler ensemble, plutôt qu’en cherchant à être à tout prix le meilleur. « Relevons le défi : construisons ensemble le volet fraternité de la République.

La fraternité est le parent pauvre de la devise républicaine, alors qu’elle en est la clef de voûte et le point d’équilibre, ce qui permet à la liberté et l’égalité de coexister[1]. » En ces termes mobilisateurs, Jean-Baptiste de Foucauld, en lien avec un collectif d’associations, entend ouvrir une démarche pluraliste afin de rendre possible l’invention de nouvelles voies pour répondre à la crise multiforme que connaît la société française. Il y a d’emblée une difficulté et comme un problème avec le mot « fraternité ».

Faire l’expérience du commun. Conforter une école bienveillante et exigeante - Éducation prioritaire. De nombreux élèves de l’éducation prioritaire doutent de leurs capacités scolaires. Au fil de leur parcours, ils peuvent alors développer des sentiments de défiance ou d’injustice vis-à-vis de l’école, sources de renoncement, d’agressivité ou de violence. L’école doit donc construire autour des élèves un cadre intellectuel, émotionnel et matériel propice aux apprentissages leur permettant de donner le meilleur d’eux-mêmes. Une école qui « veille bien » sur les élèves, les sécurise, est attentive à leurs progrès comme à leurs difficultés. Elle construit des rapports de confiance entre adultes, entre élèves, entre adultes et élèves, au cœur de la professionnalité des acteurs, de l’acte d’enseigner et au sein des classes.

Mais une école ne peut être bienveillante que si elle est simultanément exigeante et rigoureuse, si elle croit en elle-même comme dans la capacité de progrès de chacun. Citoyenneté et engagement. Décrochage scolaire dès le primaire. Fabien Truong : Jeunes de banlieue, échecs et réussites.

Analyse sociologique aux accents de parcours initiatique Fabien Truong livre dans son ouvrage Jeunesses françaises. Bac+5 made in banlieue, un portrait fouillé et sensible des jeunes de banlieues qui investissent les hautes études, malgré les stigmatisations, les raidissements et les blocages de la société française. Ils incarnent la face cachée d’une passion nationale : sortir de sa condition par l’école. Un phénomène dont l’ampleur et les formes gagneraient à être mieux compris par les pouvoirs publics. Sociologue, Fabien Truong est responsable du master « Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation, sciences économiques et sociale » pour le département de sociologie et d’anthropologie de Paris 8, en collaboration avec l’université Paris-Est-Créteil (UPEC), et y assure les enseignements de sociologie et de science politique.

Par ailleurs, je crois que cette notion de distance sociale doit s’envisager dans ses dimensions objectives et subjectives. Sur le même sujet. J'ai mal à ma maternelle ! - Bienvenue chez les P'tits ! Brevets, carnets de réussite, évaluations, validations, contrôle, ceintures, échelles de progrès et même pommes plus ou moins grignotées me poursuivent de blogs en forums et de forums en réseaux sociaux.

Cela ne serait rien si ces procédures de contrôles visaient de futurs bacheliers, des lycéens, des collégiens ou même des élèves d'élémentaire à condition que les plus petits, ceux du CP, ne soient pas ainsi examinés sur toutes les coutures comme de dangereux je-m'en-foutistes prêts à tout pour couper au dur effort scolaire dont il conviendrait de noter le plus petit progrès comme le moindre faux-pas ! Mais non, eux, on leur fiche la paix ! Il est même question de ne plus les noter, de ne pas tenir compte de leur niveau pour leur passage dans la classe supérieure, de valider de manière quasi automatique un fond de socle du moment où ils tendent vers une maîtrise approximative des compétences qu'il recense comme indispensables à la survie en milieu économique estampillé OCDE-compatible !

Implicite et affichage en maternelle. Rapport igen mai2015 grande pauvrete reussite scolaire 421527. Conference M T Zerbato Poudou graphisme et écriture. Pourquoi un enseignement explicite de la compréhension des écrits ? Maryse Bianco, laboratoire des sciences de l'éducation, université Pierre Mendès-France, Grenoble La compréhension des textes est une activité cognitive complexe qui requiert la maitrise du code linguistique, mais aussi la mise en oeuvre de processus cognitifs généraux, tels que l'activation de connaissances en mémoire, la capacité à établir des inférences et à mobiliser des processus attentionnels.

Le regain d'intérêt actuel pour les recherches sur la compréhension et son enseignement fait écho aux préoccupations des responsables des politiques éducatives, inquiets des constats récurrents montrant que tous les enfants et adolescents ne parviennent pas à une maitrise suffisante pour accéder à une compréhension satisfaisante des textes qu'ils lisent. Quels éclairages la psychologie de l'éducation peut-elle apporter à la conception de dispositifs pédagogiques efficaces et utilisables par les enseignants ? Enseigner explicitement des stratégies Pour conclure " Quel modèle de situation ? Usages pratiques oral c2.

Difficultes comprehension c3 remond. Marianne Tiré et Anne Vadcar : L'acculturation à l'écrit en CP. "Une pratique de classe très acculturante contribue à la réussite des élèves dans tous les domaines d’apprentissage du lire-écrire. Les effets calculés des différentes variables tendent à confirmer que pour être bénéfique, l’acculturation à l’écrit a besoin d’être déployée dans toutes ses dimensions : Il ne suffit pas de mettre l’enfant en contact avec le livre, il faut aussi mettre en œuvre une médiation pour favoriser le développement d’une relation individuelle avec le monde de l’écrit". Marianne Tiré et Anne Vadcar rendent compte d'une étude poussée auprès de plus de 100 classes de l'efficacité des pratiques d'acculturation à l'écrit, c'est à dire faire entrer l'élève dans une posture de lecteur. Notre objectif était d’interroger la nature de cette acculturation et de mesurer son incidence sur la progression des performances des élèves surtout pour ceux dont la médiation familiale à l’écrit est peu développée.

Les usages de l'écrit Quels usages des albums ? Nous avons observé que :