background preloader

Change, devises...

Facebook Twitter

Vidéo : La crise de change - Dessine-moi l'éco. RAP : Chine/USA la guerre des monnaie. Le Brésil menace de relancer la "guerre des devises" Le Brésil menace d'adopter de nouvelles mesures contre les mouvements de capitaux étrangers à visées spéculatives, un tir de semonce dans une "guerre des devises" dont il rend responsable le recours massif à la planche à billets par les grandes banques centrales.

Le Brésil menace de relancer la "guerre des devises"

Le ministre des Finances, Guido Mantega, a déclaré que son pays ne laisserait pas sa monnaie s'apprécier exagérément et qu'il était prêt à prendre des mesures pour l'empêcher. /Photo prise le 14 septembre 2012/REUTERS/Nacho Doce Le Brésil a menacé vendredi d'adopter de nouvelles mesures contre les mouvements de capitaux étrangers à visées spéculatives, un tir de semonce dans une "guerre des devises" dont il rend responsable le recours massif à la planche à billets par les grandes banques centrales. Le ministre des Finances, Guido Mantega, a déclaré que son pays ne laisserait pas sa monnaie s'apprécier exagérément et qu'il était prêt à prendre des mesures pour l'empêcher, y compris "celles que nous avons prises par le passé".

« La baisse de l’euro, c’est surtout une hausse du dollar » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Antoine Reverchon L’euro a poursuivi sa baisse face au dollar, vendredi 16 janvier.

« La baisse de l’euro, c’est surtout une hausse du dollar »

Vers 23 heures (heure de Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1566 dollar, contre 1,1623 dollar jeudi à la même heure. Pendant la séance, l’euro est même tombé sous 1,15 dollar pour la première fois depuis novembre 2003. Faut-il se réjouir de cette baisse continue de l’euro, ou faut-il en redouter les conséquences ? Jérôme Héricourt, professeur de sciences économiques à l’université de Brest et économiste au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii), décrypte ce recul de la monnaie européenne. La baisse de l’euro est-elle un phénomène durable ? Mais cette chute devrait se poursuivre sur la longue durée, car elle reflète deux phénomènes.

Ainsi, alors que l’offre de nouveaux dollars va diminuer, celle d’euros va augmenter, ce qui créera forcément une rareté relative du dollar, et donc une hausse de son prix. Dr CAC - Pourquoi les entreprises françaises se plaignent de l'Euro fort ? Actualité : 8 perdants de la hausse du franc suisse. VIDÉO - Le franc suisse a grimpé de 15% depuis la décision de la Banque centrale helvétique de cesser de soutenir l'euro.

Actualité : 8 perdants de la hausse du franc suisse

L'appréciation de la devise helvétique a de multiples conséquences, en Suisse comme à l'extérieur de ses frontières. Tour d'horizon. Depuis la décision de la Banque centrale suisse, la BNS, de ne plus intervenir sur les marchés pour empêcher l'appréciation du franc, la devise a grimpé de plus de 15% par rapport à l'euro. Cette nouvelle donne monétaire impacte fortement les entreprises suisses, mais pas seulement. Revue de détail des principaux perdants de la hausse du franc. • Les entreprises exportatrice suisses.

Le secteur de l'horlogerie, qui exporte la quasi totalité de ses montres, est particulièrement touché. . • Les consommateurs européens de montres. . • Le secteur du tourisme en Suisse. . • Les commerces frontaliers. . • Les épargnants français qui ont contracté un emprunt en franc suisse. . • Les collectivités locales françaises. Le Fonctionnement de l'Euro. Vidéo : La monnaie unique européenne, l'euro, a ses règles internes.

Le Fonctionnement de l'Euro

Elles permettent un fonctionnement commun. Tous les pays de l'Union Européenne doivent adhérer à la zone euro, sauf le Danemark et le Royaume-Uni qui ont négocié la possibilité inverse. Alors, l'euro, comment ça marche ? Les autres actualités L'étiquetage des aliments s'enrichit 23.01.2015|1'|Vie quotidienne|43 vues Les eurodéputés ont de voté des améliorations de l'étiquetage des produits alimentaires. Comprendre la Zone Euro. Notion d'économie - vidéo dailymotion. Dévaluation du Yuan: Quelle exposition pour les marchés hôteliers européens ? Hospitality ON. Le graphique Xerfi : le cours euro/dollar, les leçons de l'histoire. Thèmes et idéesNos invitésNos analysesÉmissions Les incontournables Olivier Passet Krach boursier ou désintoxication financière ?

Le graphique Xerfi : le cours euro/dollar, les leçons de l'histoire

Cécile Dejoux Face au numérique, la mutation du leadership agile. Monnaie forte ou faible : quel intérêt. Qu'est-ce qu'une monnaie forte ?

Monnaie forte ou faible : quel intérêt

En fonction de quels paramètres le cours de la monnaie varie-t-il ? Et qui a intérêt à ce qu'une monnaie soit sous-évaluée ou surévaluée ? Autant de questions sur lesquelles les économistes travaillent, notamment pour orienter les politiques publiques. Le point avec Jean-Pierre Patat, conseiller au Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii).

Stefanos Les questions monétaires surgissent régulièrement dans les débats politiques, où le "franc fort" ou bien "l’euro fort" sont parfois accusés d’encourager les délocalisations. L’indice Big Mac – (The Economist) Deux fois par an, l’hebdomadaire The Economist collecte les prix du Big Mac, de la société McDonald’s, dans une cinquantaine de pays ou zones monétaires (dont la zone euro).

L’indice Big Mac – (The Economist)

Comme le Big Mac est un produit relativement identique partout dans le monde, The Economist compare ses prix de vente dans les différents pays. Le résultat de la comparaison entre les prix observés dans deux pays donne un ratio qui est plus ou moins éloigné du taux de change des monnaies de ces pays, suggérant ainsi une possible surévaluation ou une possible sous-évaluation du taux de change de marché.

L’indice Big Mac est donc un outil pour mieux comprendre et, avec cette infographie interactive, pour visualiser la théorie de la parité des pouvoirs d’achat et les notions de sur- et de sous-évaluation des taux de change. Calculé depuis 1986, l’indice Big Mac est souvent repris dans la presse, a été utilisé dans des manuels d’enseignement de l’économie et a servi dans plusieurs études d’économistes. Langue : anglais.