background preloader

Quelles solutions

Facebook Twitter

Cyberdépendance. Bien qu'on puisse voir de temps à autres dans des reportages télé à la limite du voyeurisme, des cas pathologiques de personnes complètement accros à leur ordinateur au point de passer leurs journées entières devant la machine sans se laver pendant des semaines, on a tendance a beaucoup sous-estimer la dépendance à l'ordinateur en France et à penser que ce n'est le problème que de quelques adolescents dépressifs jouant à des jeux massivement multijoueurs (le plus connu étant world of warcraft).

Cyberdépendance

Or, comme pour d'autres dépendances, par exemple le café, l'alcool ou la cigarette, la cyberdépendance peut s'avérer plus ou moins envahissante selon les personnes. Notons qu'il existe une grande part de subjectivité dans l'appréciation de celle-ci. Certaines personnes passeront cinq heures par jour devant leur PC et ne considéreront pas cela comme un problème, alors que d'autres, passant deux heures par jour devant la machine penseront perdre trop de temps avec elle. Aide supplémentaire. Un hôpital se spécialise dans le traitement de la cyber-dépendance - News Psycho.

C'est le 9 septembre que le Bradford Regional Medical Center de Bradford, en Pennsylvanie, a inaugurer son programme de désintoxication à Internet de 10 jours pour les volontaires qui souffrent d'une grave addiction à la Toile. Même s'il existe déjà des programmes de "détox numérique" plus ou moins farfelus aux Etats-Unis, c'est la première fois qu'un hôpital propose ce service, pouvant ainsi recourir à une aide médicamenteuse pour se sevrer et évoquer des problèmes sous-jacents à l'addiction. Des recherches ont déjà montré que l'expérience d'addiction à Internet avait des points communs avec celle d'addiction à la drogue, avec des symptômes comparables de manque lorsqu'on s'arrêtait complètement du jour au lendemain. Pendant ce temps, au Japon, l'Etat a trouvé une solution pour ses 500 000 ados accros à Internet, des colonies de vacances où aucun gadget connecté n'est toléré.

AFP/Relaxnews. Y a-t-il que la vrai vie dans la vie? - Le traitement de la cyberdépendance. Comme la plupart des toxicomanies sans drogue, la dépendance au net est plus facile à traiter que les addictions aux substances psychoactives; en effet la toxicité de l'ordinateur est moins grave que celle de l 'alcool ou de la cocaine. "une cyberdépendance de 10 ans n'aura jamais la gravité d'un alcoolisme de 5 ans" rapelle William Lowenstein, médecin à la Clinique Montévidéo de Boulogne Billancourt. Le traitement de cette cyberdépendance consiste en une association de thérapie basée sur la parole et de thérapie comportementale (identification et modification des mauvaises attitudes).

Ce traitement suffit généralement à règler le problème en quelques consultations. Les psychologues et les médecins sont d'accord sur le fait que les cyberdépendants ont droit à un regard différent, à une approche thérapeutique adaptée au cas par cas. Si la réalité des cyberaddictions est unaniment acceptée, les structures d'accueil sont insuffisantes et la prévention inexistante ... Gabriella S. Cyberdépendance: Le Japon lance des camps spéciaux pour les ados accros à Internet. INTERNET - La cyberdépendance est devenu un problème de santé publique au pays du Soleil levant.

Cyberdépendance: Le Japon lance des camps spéciaux pour les ados accros à Internet

Plus de 500.000 Japonais seraient concernés. Des adolescents, pour l'essentiel, âgés de 12 à 18 ans. Mais difficile d'avoir des donnés plus précises, à en croire le ministère de la Santé du Travail et des Affaires sociales. "Ce problème prend de plus en plus de place, a déclaré au Daily Telegraph, Akifumi Sekine, un porte-parole du ministère. "Selon nos estimations, il touche environ 518000 enfants, collégiens et lycéens, à travers le Japon. LIRE AUSSI» Au Danemark, des lycéens passent le bac connectés à Internet » 20 ans du Web : le premier site internet est remis en ligne par le Cern » Vie privée sur Internet: il a collecté toutes ses données personnelles et les met en vente Résultat, pour comprendre et endiguer le phénomène, le ministère japonais lance un projet de recherche sur les addictions à Internet d'ici au printemps 2014. Le Japon suit le mouvement Envoyer une correction. Cyberdépendance : cinq astuces pour déconnecter.

Les accros au web ont le fantasme d'ubiquité.

Cyberdépendance : cinq astuces pour déconnecter

Ils sont mariés avec leurs outils électroniques craignant de rater une information cruciale, d'être éliminés de leur réseau d'amis. L'objectif est également d'être suivis, regardés, vus. Ils sont au centre du monde au point d'en oublier leur environnement immédiat. Pourtant, certains s'interrogent sur leurs pratiques, redoutant le burn-out numérique. En 2012, l'Observatoire des modes de vie et de consommation de l'institut Ipsos révélait que 30% des Français admettent avoir " souvent envie de se déconnecter, et d'éteindre leurs appareils technologiques"(2). 1. Il s'agit de dresser l'audit de sa dépendance aux TIC. >>> Le conseil : utiliser un bon vieux stylo pour noter, sinon en allant incessamment sur un fichier Word, vous aggraverez le mal 2.

Ne répondez plus aux mails au coup par coup et regardez ce que ça provoque sur vous : la sérénité. Campagne de prévention : La cyberdépendance. Dépendance à Internet: peut-on vraiment se désintoxiquer de la Toile? ADDICTION - L'information a fait le tour du web car, forcément, c'est le premier concerné.

Dépendance à Internet: peut-on vraiment se désintoxiquer de la Toile?

Aux États-Unis: un hôpital privé propose une cure de désintoxication pour accros à Internet. Durée: 10 jours, dont 72 heures de sevrage total, période pendant laquelle le patient sera privé d'accès à Internet, mais aussi de tablette et de smartphone, bref, de tout vecteur d'Internet. Suivent ensuite des séances de thérapie, séminaires et autres traitements. Coût total de la cure: 14.000 dollars soit un peu plus de 10.600 euros. Lire aussi:» 75% des adolescents dorment avec leur téléphone portable allumé » Ce qu'il arrive quand on se déconnecte vraiment » Êtes-vous accro au boulot ? Une addiction comme les autres.