background preloader

Big Data

Facebook Twitter

Big, open, linked data. Pour avoir été le principal inventeur du World Wide Web (www), Tim Berners-Lee a reçu le prix Turing et se déclare prêt à le réinventer à l’aide de Solid (Social Linked Data) pour contrebalancer les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

Big, open, linked data

L’objectif de Solid est de créer de nouvelles normes et formats pour le Web en y intégrant des caractéristiques propres aux réseaux sociaux et à la gestion des données, destinées à mieux les contrôler pour les usagers. Collecter des données, les transmettre, la chose est entendue depuis la tablette d’argile de Mésopotamie (comptabilité, littérature, mathématiques), qui déjà maniait deux niveaux d’inscription dans le temps, le niveau « volatil » avec la tablette séchée réutilisable par réhydratation, et le niveau « pérenne » avec la tablette cuite non réinscriptible.

Cela n’entraîne-t-il pas un changement de paradigme de l’épistémologie des sciences ? Haro sur le big-data. Avec le big-data, la dictature probabiliste et la tyrannie statistique, fondées sur le grégarisme et le conformisme humains, engendrent une puissance manipulatoire qui mène à l'homogénéisation des comportements.

Haro sur le big-data

Regardons, par exemple, l'influence réciproque du big-data et des systèmes de santé. Par ses achats et ses visites médicales, le big-data sait comment s'alimente Mr X et comment évolue sa santé. Le big-data vend ces informations aux compagnies d'assurances qui relèvent la prime de Mr X si son alimentation n'est pas conforme - pour son bien - et promettent une baisse de la prime si Mr X devient conforme.

Ce procédé profite peut-être aux compagnies d'assurances, mais cela profite, dans tous les cas, à l'industrie agro-alimentaire dont les lobbies contrôlent les normes de "ce qui est bon pour la santé". Soit Mr X accepte d'entrer dans la catégorie des moutons et il se conforme aux statistiques et aux normes. Big data. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Big data

Une visualisation des données créée par IBM[1] montre que les big data que Wikipedia modifie à l'aide du robot Pearle ont plus de signification lorsqu'elles sont mises en valeur par des couleurs et des localisations[2]. Big data : l’enjeu est moins la donnée personnelle que la disparition de la personne. Cet article est publié en collaboration avec TheConversation.

Big data : l’enjeu est moins la donnée personnelle que la disparition de la personne

Un nouvel « Entretien autour de l’informatique ». Antoinette Rouvroy, chercheure au Fond National de la Recherche Scientifique Belge, rattachée au Centre de Recherche Information, Droit et Société de l’Université (CRIDS) de l’Université de Namur répond à nos questions sur les algorithmes et la gouvernementalité algorithmique. Elle nous conduit aux frontières du droit et de la philosophie. C’est une occasion exceptionnelle de nous interroger sur ces nouvelles dimensions de nos vies et du monde numérique. Serge Abiteboul et Christine Froidevaux Antoinette Rouvroy, site personnel Binaire : Antoinette Rouvroy, qui êtes-vous ? Le problème de la protection des données personnelles se pose aujourd’hui de façon aigüe ? C’est la quantité plus que la qualité des données traitées qui rend le traitement éventuellement problématique. Le probabilisme, nouveau dogme ? Fallait-il 16 milliards de dollars pour que la perplexité gagne enfin les consommateurs quant à leur utilisation non protégée des technologies de la communication et de l’information ?

Le probabilisme, nouveau dogme ?

Le rachat de WhatsApp, application de messagerie instantanée, par Facebook a alerté les plus naïfs. WhatsApp, c’est plus de 450 millions d’utilisateurs, chaque mois. Et c’est par jour 19 milliards de contenus envoyés, et quasiment le double reçus. Le tout, avec des procédures d’anonymisation sans aucune efficacité. Mieux que la Stasi. Pourquoi nos métadonnées sont-elles plus personnelles que nos empreintes digitales. A l’occasion du colloque « la politique des données personnelles : Big Data ou contrôle individuel « organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon qui se tenait le 21 novembre dernier, Yves-Alexandre de Montjoye (@yvesalexandre) était venu présenter ses travaux, et à travers lui, ceux du MediaLab sur ce sujet (Cf. « D’autres outils et règles pour mieux contrôler les données » ).

Pourquoi nos métadonnées sont-elles plus personnelles que nos empreintes digitales

Yves-Alexandre de Montjoye est doctorant au MIT. Il travaille au laboratoire de dynamique humaine du Media Lab, aux côtés de Sandy Pentland, dont nous avons plusieurs fois fait part des travaux. Nos données de déplacements sont encore plus personnelles que nos empreintes digitales Faire correspondre des empreintes digitales n’est pas si simple, rappelle Yves-Alexandre de Montjoye. Image : illustration de l’unicité de nos parcours repérés via des antennes mobiles. Et Yves-Alexandre de nous inviter à retrouver un de ses collègues du Media Lab. Hubert Guillaud.

Data Visualisation

Réseaux. Big Data : 5 exemples de son utilisation marketing. Connu et pourtant ignoré, le Big Data est un peu le sous-marin du Web, très puissant, il offre une véritable force de frappe aux marques qui le mettent en oeuvre, et pourtant il reste plutôt caché, à tel point qu’on oublie à quel point il est décisif… Sujet on ne peut plus tendance, il reste néanmoins fantomatique lorsqu’il est question de connaître ses débouchés tellement ces derniers sont nombreux.

Big Data : 5 exemples de son utilisation marketing

Savoir que le Big Data c’est : “Beaucoup de données”, citation qui, il faut l’avouer, ne nous aide pas beaucoup dans la recherche pratique de ce qu’est ce phénomène dont tout le monde parle. D’où l’idée d’aborder 5 exemples d’utilisation du Big Data en marketing, tant ce secteur a intérêt à s’y intéresser et le fait depuis quelques années déjà. Pour revenir sur les métaphores un peu vides de sens : le Big Data, c’est un peu l’effet Canada Dry du Cloud. D’abord, parce qu’en définition, le Big Data n’est possible que grâce au Cloud. 1. 2. 3. 4. 5. Le résultat ? Crédit photo : shutterstock.

Podcasts