background preloader

P2P economy

Facebook Twitter

Oubliez Airbnb : l’économie du partage va s’étendre bien au-delà. Airbnb, qui a révolutionné l’hébergement, approche le million d'"hôtes" (640.000, au dernier décompte) louant leur appartement. La bête noire des taxis, l’application Uber, qui permet à tout le monde de devenir chauffeur, est valorisée 40 milliards de dollars. Les plateformes de financement participatif ("crowdfunding"), comme KissKissBank, explosent. "Pourtant, vous n’avez encore rien vu", lance Jeremiah Owyang, à l'ouverture de la conférence sur l'innovation Le Web. "2015 sera l’année de la foule. " Pour ce gourou de l’économie du partage, ou plus précisément "collaborative", de nouveaux acteurs vont bouleverser d’autres secteurs, plutôt inattendus : Santé et bien-être.

Et encore : Bannerman vous permet de "louer" des gardes du corps comme une voiture.Un premier rendez-vous avec un inconnu ? En 2014, le secteur de l’économie collaborative a levé 8 milliards de dollars. La présentation complète (en anglais) : Aurélien Viers - @aviers. Is Peer Production a Real Mode of Production. Originally published via Michel Bauwens: "In the foundational essay on peer to peer, I call peer to peer a third mode of production (as well as a third mode of property and governance). The question is: is this correct?

A mode of production classically is viewed as a combination of forces of production, how we extract value from nature (i.e. how exactly we produce what we need to live by transforming nature into human-usable products), and relations of production (how humans are organized in the sense of how is the surplus labour produced and distributed). How does ‘peer production’ stack up in this sense, especially in the context that it is not a dominant mode, but rather a seed form within the dominant capitalist mode? So, in peer production, how is value extracted from nature? However, this is not new. A third approach is my own, which is born out of a certain recognition of ignorance. Peer to Peer. "Peer to peer is the relational dynamic at work in distributed networks". Peer to peer is there not restricted to technology or P2P filesharing as such, but covers every social process with a peer to peer dynamic, whether these peers are humans or computers.

Peer to peer is particularly expressed in social processes such Peer Production, Peer Governance and Peer Property. It's a way of organizing, and a way of thinking about organizing. It's also a political and social program for those who believe that in many cases, peer to peer modes are a preferable option. Michel Bauwens: "What is peer to peer? P2P processes are not structureless, but are characterized by dynamic and changing structures which adapt themselves to phase changes. P2P is a network, not a hierarchy (though it may have elements of it); it is 'distributed', though it may have elements of centralization and 'decentralisation'; intelligence is not located at any center, but everywhere within the system. What is Peer to Peer? Beyond digital plenty: Building blocks for physical peer production.

By Christian Siefkes Summary Commons-based peer production has produced astonishing amounts of freely usable and shareable information. While that is amazing in itself, many people think that it is all, arguing that peer production flourishes in the digital realms of the Internet—and only there. This would mean that peer production could never be more than a niche phenomenon, since nobody can survive on information alone. Digital Plenty Versus Natural Scarcity?

The Internet as a Place of Plenty The Internet has become a place of plenty—plenty in different meanings of the word. I can use BitTorrent to download tons of movies—that’s usually illegal, but it works—until I’ve filled my hard disk with movies, even though I might never find the time for watching them. But plenty also has another meaning: “getting what I need, when I need it.” Solving problems has likewise become much simpler. It might seem as if the plenty originates in the digital nature of the Internet itself.

Communs

Le nouveau Socialisme : La société collectiviste globale se met en ligne. Un socialisme nouveau, revu et corrigé, est en train de prendre forme sur l’internet. Telle est l’hypothèse de Kevin Kelly, le gourou des nouvelles technologies, éditorialiste volontiers polémique qui nous a offert plus d’une fois quelques belles réflexions sur l’évolution des technologies comme “Nous sommes le web”, “la naissance du superorganisme”, “l’expansion de l’ignorance”, “la Machine unique” ou la “technologie comme nouvelle culture” que nous évoquions cette semaine. C’est le cas encore de cette tribune originellement publiée par Wired, le 22 mai 2009 (et traduite par par Poupoul2, Daria et Don Rico pour le Framablog).

Est-ce que le collectivisme qui nait en ligne est en train de dépasser le capitalisme ou n’est-ce qu’une simple évolution du capitalisme, comme le résume Grégoire Colbert ? Peut-on comparer le “socialisme du monde réel” avec le partage tel qui existe dans le monde virtuel, comme se demande très justement Tristan Nitot ? I. Le partage II. III. IV Le collectivisme. Michel Bauwens: der Entdeckung der Peer-Ökonomie. Presentation at the Crottorf Consultations on the Commons. Transcribed by ] Silke Helfrich. Source: Silke: "Heute gibt es einen Input zur Debatte über eine neue Produktionsweise: Peer-Economy/ Commons based Peer Production. Den Aufschlag macht Michel Bauwens (Teil 5 der soeben verlinkten Audiofiles). Ich bringe ein leicht gekürztes deutsches Transkript, weil in unserer Sprache wenig über das Thema geschrieben wird.

" Persönlicher Hintergrund und Weg zu P2P Michel Bauwens über seine Arbeit in der Industrie: Mir wurde klar: „Enron ist die Regel, nicht die Ausnahme.“ "Die Zahlen der sowjetischen Planwirtschaft sind vermutlich verlässlicher als das, was wir gerade tun.“ „Es ist ein Spiel, ein politisches Spiel, denn sie können immaterielle Werte nicht mehr angemessen bewerten. Noch ein Beispiel: Bit-torrent wurde von einer Person entwickelt, er hatte irgend eine Form von Autismus und kein Geld.

Économie du partage et confiance : premier décryptage « Cityzencar Revolution. Économie du partage et confiance : premier décryptage Comment briser le paradoxe quasi quantique de la confiance quand de nombreux outils de l’économie passive font défaut ? En effet, le constat aujourd’hui est de prime abord assez effrayant, car dans le monde hybride numérique/analogique dans lequel on vit les questions simples comme : Qui est cette personne ? Cette personne est elle digne de confiance ?

Quel niveau de compétence possède cette personne ? N’ont plus de réponses faciles, et les outils de l’économie passive sont impuissants. Il me semble que c’est en cherchant et en adoptant les techniques du peer to peer que l’on peut contribuer , de façon fort cohérente à répondre a ces questions clés. Qui est cette personne ? À la base de toute relation de confiance, il y a les outils d’identification des individus / sociétés.

Une véritable source d’innovation sur laquelle nous reviendrons… Cette personne est elle digne de confiance ? Ah les apparences ! Michel Bauwens : “Le P2P préfigure la société de demain” Le monde de demain fonctionnera-t-il en peer-to-peer ? Dénoncé par l’Hadopi et trop souvent réduit aux questions de téléchargement, le peer-to-peer (P2P) fait référence à une forme d’architecture d’un réseau informatique. Un modèle qui imprègne peu à peu nos mode de pensée et d’engagement, au point de dessiner les contours d’une alternative au modèle capitaliste. C’est en tout cas la thèse défendue par Michel Bauwens, théoricien reconnu des réseaux pair-à-pair et fondateur de le P2P Foundation.

Nous l’avons rencontré en décembre dernier à La Cantine, à l’occasion d’un séminaire organisé par le W2S et intitulé « From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy ». Entretien. On parle généralement de peer-to-peer lorsqu’on évoque le téléchargement illégal. Comment faîtes-vous le lien avec les évolutions de notre société aujourd’hui ?

Lorsqu’on parle de peer-to-peer, on parle effectivement d’abord de la structure d’un réseau. Voilà. A lire également sur Silicon Maniacs : "From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy" by Michel Bauwens. Login "From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy" by Michel Bauwens Catalog W2S "From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy" by Michel Bauwens Video Slides Search Information Share More videos Captions Disabled Comments (0) No comments for now. Everything open and free on Prezi Display widget in full page mode Powered by & Numa Paris.

Michel Bauwens