background preloader

Pratiques des adolescents

Facebook Twitter

Les 10-13 ans passent près de 15 heures en ligne par semaine (sept 2019) Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Media Lab et Prospective Pour s'inscrire sur les réseaux sociaux, il faut avoir 13 ans.

Les 10-13 ans passent près de 15 heures en ligne par semaine (sept 2019)

Et 15 ans pour se passer du consentement parental selon les règles du RGPD. Mais ce n'est un secret pour personne que les pré-ados mentent sur leur âge pour accéder aux plateformes en ligne. Cette pratique les rendant invisibles, l'agence Heaven, en partenariat avec l’Association Génération Numérique*, interroge chaque année les 10-13 ans pour comprendre leurs comportements en ligne. Dans sa 4e édition de son baromètre* Born Social paru aujourd'hui, on apprend que si Snapchat et YouTube restent les chouchous des pré-ados, les plateformes de messagerie en lien avec les jeux en ligne font cette année une percée remarquable. 14h53 passées en ligne par semaine Selon les données de Data Gouv, 84% des enfants de 12 ans disposeraient d’un smartphone qui constitue leur moyen de connexion privilégié. Émergence de pré-ados ultra-connectés Snapchat, messagerie no1. Cnesco : Comment s'informent les élèves ? (fév 2019)

Les élèves français sont ils plus lucides que leurs camarades européens ?

Cnesco : Comment s'informent les élèves ? (fév 2019)

D'après une étude réalisée par le Cnesco publiée le 21 février, les jeunes français utilisent très largement les réseaux sociaux pour leur information, juste derrière la télévision et leur entourage. Pour autant ils ne leur accordent que peu confiance : seulement 27% des élèves de 3ème et 24% de ceux de terminale ont confiance dans les réseaux sociaux. Un pourcentage très inférieur à celui des autres pays européens. Piratage chez les 15-24 ans ? Questionnaire : Toi et les réseaux. En tant que co-formatrice CLEMI Caen sur, je sensibilise des enseignants et des CPE à « une utilisation pédagogique et éducative raisonnée des réseaux sociaux ».

Questionnaire : Toi et les réseaux

Je propose aux stagiaires de mener des séances de sensibilisation auprès de leurs élèves. C’est d’autant plus important que ces séances apparaissent désormais dans le programme EMI. Il devenait alors logique que je mène une telle séance au sein de mon établissement. Nous avons décidé, en collaboration avec la direction et l’équipe enseignante, de sensibiliser nos 5es, segpa compris. Voici le questionnaire auxquels tous les élèves de ce niveau ont répondu : questionnaire_reseaux Voici le diaporama sur lequel je m’appuis pour mes interventions face aux élèves : clemi_enquete_flers_2016 (autre exemple de diaporama : clemi_debat_sensibilisation_utilisation_reseaux_sociaux.

[ETUDE] Les 11-18 ans sur les réseaux sociaux ça donne quoi ? (jan 2016) L’association Génération Numérique a mené une enquête en janvier 2016 auprès des 11-18 ans, pour mieux connaître leurs usages sur les réseaux sociaux (enquête en ligne réalisée du 7 au 28 janvier auprès de 6451 élèves âgés de 11 à 18 ans). L’initiative Combien de temps passent les 11-18 ans sur Internet et les réseaux sociaux, à partir de quel âge ont-ils un ou plusieurs comptes, quels sont les réseaux sociaux les plus utilisés par cette tranche d’âge ?

Les résultats de l’enquête menée par Génération Numérique révèlent des usages intenses et différents selon les sexes. Public visé par l’étude Les garçons et filles, âgés de 11 à 18 ans. Les résultats de l’étude Il existe une multitude d’appareils connectés au domicile des 11-18 ans : télévision, smartphone, ordinateur portable, tablette, ordinateur fixe, console de salon… Même si la télévision reste le premier appareil utilisé, le Smartphone le suit de très prés et la tablette est presque à égalité avec l’ordinateur portable. Les usages des 10-13 ans, ces clandestins du web social (oct 2017) Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Prospective et MediaLab de l'Information Bien que légalement ils ne devraient pas y être, il n'est un secret pour personne que les moins de 13 ans ont investi les réseaux sociaux en mentant sur leur âge pour s'inscrire : les 7-12 ans passent 6h10 connectés chaque semaine, un chiffre en hausse de 30 minutes par rapport à 2016 et 45 minutes par rapport à 2015 selon Ipsos.

Très influente bien que clandestine, cette « génération tête baissée » fascine par ses usages des plateformes que l'agence Heaven décrypte dans son deuxième baromètre « Born Social »*. Qui sont les clandestins des réseaux sociaux ? L'inscription sur les réseaux sociaux est déjà majoritaire dès la 5e (62,3%) et incontournable à la fin du collège, à 85,4% d'inscrits. Heaven note une stagnation du taux d'inscription entre 2016/2017, peut-être le signe que l'âge d'une certaine autonomie numérique ne peut baisser indéfiniment. Infographie : sa majesté Snapchat (oct 2017) Snapchat roi?

Infographie : sa majesté Snapchat (oct 2017)

C’est en tout cas ce qui ressort de l’étude réalisée pour le compte de la plateforme d’orientation en ligne diplomeo.com. En effet, selon cette enquête menée auprès de 3 708 jeunes, Snapchat se hisse en tête des réseaux préférés des jeunes de la génération Z, devançant ainsi Facebook, deuxième, juste devant Youtube. Et pourquoi Snapchat? Pour 51% du panel interrogé, c’est le particulièrement pour le partage de photos, pour l’envoi de vidéo (56%) tandis que trois jeunes sur quatre privilégient l’appli pour la publication de stories.

Loin devant Instagram, plébiscités par seulement 8% d’entre eux. Snapchat, Instagram et Facebook : les réseaux sociaux les plus prisés par les 11-18 ans. Génération numérique a récemment publié une étude intitulée "Les 11-18 ans et les réseaux sociaux".

Snapchat, Instagram et Facebook : les réseaux sociaux les plus prisés par les 11-18 ans

L'objectif de cette association est de promouvoir les usages des outils numériques et de mettre en garde contre les risques qui y sont liés en cherchant à développer l'esprit critique des utilisateurs par des débats. Pour mener à bien cette enquête Génération numérique a interrogé, du 7 au 28 janvier 2016, 6 451 Français de 11 à 18 ans. [MEN] Lecture sur support numérique en fin de collège : un peu plus d'un élève sur deux est capable de développer des stratégies d'appropriation de l'information (nov 2015)

Auteurs : Linda Ben Ali, Djamila Leveillet, Sébastien Pac, Jean-Marc Pastor et Jean Schmitt, DEPP-B2 L’essentiel Près de six élèves de troisième sur dix maîtrisent l’organisation arborescente d’un document numérique et la navigation dans un site web ; ils savent mettre en relation des informations hétérogènes et s’immerger dans les hypertextes, sont capables d’évaluer la pertinence thématique et la qualité des données qu’ils recueillent.

[MEN] Lecture sur support numérique en fin de collège : un peu plus d'un élève sur deux est capable de développer des stratégies d'appropriation de l'information (nov 2015)

À l’opposé, quatre élèves sur dix peinent à comprendre l’écrit numérique, soit par défaut d’expertise, soit par difficulté de mémorisation ou d’attention. Gênés par la présentation spatiale du texte à l’écran, ils pratiquent une navigation simple, souvent guidée, et ne sont capables de prélever et interpréter que les informations les plus explicites. Repères. Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation. 1 D’après Houssonloge, « près de 80 % des 6/17 et près de 100 %, 96 % des 15-17 ans naviguent sur le (...)

Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation

La communication numérique dans les cultures adolescentes (Pasquier, 2015) Le besoin humain d’avoir des contacts sociaux et de nouer des relations amicales revêt deux formes : le besoin d’un public devant lequel mettre à l’épreuve les différents personnages que l’on se flatte d’incarner, et le besoin d’équipiers avec lesquels établir des rapports d’intimité complices (Goffman, 1973, p. 195). 1Cette phrase de Goffman illustre parfaitement le propos qui sera développé ici, tant le travail en équipe et le besoin d’un public semblent être une nécessité à l’adolescence.

La communication numérique dans les cultures adolescentes (Pasquier, 2015)

En partant du principe qu’à cet âge de la vie, l’imbrication entre culture et sociabilité est particulièrement forte, surtout à l’ère numérique, Allard a raison de décrire la culture du remix comme le « passage d’une culture comme bien à une culture comme lien » (2005, p. 162). On cherchera donc, ici, à comprendre ce que le numérique a pu transformer dans l’organisation des pratiques communicationnelles et culturelles des jeunes.

Ados : le numérique et les pratiques culturelles. L’adolescence est une notion en bouleversement depuis une vingtaine d’années.

Ados : le numérique et les pratiques culturelles

Période de transformation et de construction de soi, elle prend une nouvelle dimension avec l’ère numérique. Les pratiques culturelles des adolescents sont des plus diverses et constituent désormais une véritable culture, souvent très hétérogène, qui s’exprime sur Internet via les réseaux sociaux. Pour les comprendre, il convient de les observer. L’information chez la jeunesse en difficulté: Facebook et petites vidéos.

L’éveil du jeune citoyen par l’information est un débat récurrent.

L’information chez la jeunesse en difficulté: Facebook et petites vidéos

Mais quand on aborde ce thème, on réfléchit en général aux jeunes qui, par leur environnement social, familial et scolaire aspirent à suivre l’actualité et sont préparés à cette pratique culturelle. On songe rarement à ceux qui sont le plus éloignés de la sphère de l’information généraliste, soit en raison de leurs difficultés scolaires, soit parce que le milieu dans lequel ils sont élevés n’est pas porteur ; on songe rarement aux jeunes qui risquent d’avoir un parcours semé d’embûches, qui seront presque tous orientés vers un métier manuel.

Image

Les usages vidéo des jeunes : quels intérêts pédagogiques ? Quand on souhaite examiner la place que peut prendre la vidéo comme support d’apprentissage ou activité de communication et d’expression, la première des préoccupations doit d’abord être de penser à la dimension éducative de cette relation. En effet, l’enfant, le jeune est en permanence pris dans une relation forte aux écrans et cette relation porte en elle des dangers qu’il ne faut pas négliger (Académie des sciences, 2013). Il s’agit donc de former le jeune à un usage raisonné des écrans et de montrer que les autres supports d’écriture, d’images, de sons ont leur utilité.

Addiction