background preloader

Pratiques des adolescents

Facebook Twitter

Questionnaire : Toi et les réseaux. En tant que co-formatrice CLEMI Caen sur, je sensibilise des enseignants et des CPE à « une utilisation pédagogique et éducative raisonnée des réseaux sociaux ».

Questionnaire : Toi et les réseaux

Je propose aux stagiaires de mener des séances de sensibilisation auprès de leurs élèves. C’est d’autant plus important que ces séances apparaissent désormais dans le programme EMI. Il devenait alors logique que je mène une telle séance au sein de mon établissement. Nous avons décidé, en collaboration avec la direction et l’équipe enseignante, de sensibiliser nos 5es, segpa compris. Voici le questionnaire auxquels tous les élèves de ce niveau ont répondu : questionnaire_reseaux Voici le diaporama sur lequel je m’appuis pour mes interventions face aux élèves : clemi_enquete_flers_2016.

Les 11-18 ans sur les réseaux sociaux ça donne quoi ? (janvier 2016, CNIL) Snapchat, Instagram et Facebook : les réseaux sociaux les plus prisés par les 11-18 ans. Génération numérique a récemment publié une étude intitulée "Les 11-18 ans et les réseaux sociaux".

Snapchat, Instagram et Facebook : les réseaux sociaux les plus prisés par les 11-18 ans

L'objectif de cette association est de promouvoir les usages des outils numériques et de mettre en garde contre les risques qui y sont liés en cherchant à développer l'esprit critique des utilisateurs par des débats. Pour mener à bien cette enquête Génération numérique a interrogé, du 7 au 28 janvier 2016, 6 451 Français de 11 à 18 ans. Les résultats révèlent qu'entre 11 et 14 ans, ils sont quasiment sept jeunes sur dix à être déjà inscrits sur un réseau social (69,38% pour les filles et 63,42% pour les garçons).

Ces chiffres augmentent considérablement avec les 15-18 ans. 91,78% pour les filles et 87,78% pour les garçons. Autre enseignement intéressant. Enfin, l'étude s'intéresse également aux appareils les plus utilisés par les 11-18 ans. 78,8% continuent d'utiliser la télévision devant le smartphone (76%) et l'ordinateur portable ou la tablette (72%). [MEN] Lecture sur support numérique en fin de collège : un peu plus d'un élève sur deux est capable de développer des stratégies d'appropriation de l'information (nov 2015) Auteurs : Linda Ben Ali, Djamila Leveillet, Sébastien Pac, Jean-Marc Pastor et Jean Schmitt, DEPP-B2 L’essentiel Près de six élèves de troisième sur dix maîtrisent l’organisation arborescente d’un document numérique et la navigation dans un site web ; ils savent mettre en relation des informations hétérogènes et s’immerger dans les hypertextes, sont capables d’évaluer la pertinence thématique et la qualité des données qu’ils recueillent.

[MEN] Lecture sur support numérique en fin de collège : un peu plus d'un élève sur deux est capable de développer des stratégies d'appropriation de l'information (nov 2015)

À l’opposé, quatre élèves sur dix peinent à comprendre l’écrit numérique, soit par défaut d’expertise, soit par difficulté de mémorisation ou d’attention. Gênés par la présentation spatiale du texte à l’écran, ils pratiquent une navigation simple, souvent guidée, et ne sont capables de prélever et interpréter que les informations les plus explicites. Repères. Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation. 1 D’après Houssonloge, « près de 80 % des 6/17 et près de 100 %, 96 % des 15-17 ans naviguent sur le (...) 1Les usages spécifiques d’internet et du Web 2.0 par les adolescents interrogent sur l’évolution des pratiques d’accès à l’information des futurs citoyens dans le contexte d’un espace public diffracté, mosaïque (Bastien et Neveu : 1999 ; Dahlberg : 2001), et dont le déficit d’unité est indéniablement corrélé à la montée en puissance des technologie relationnelles.

Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation

Ces dernières contribuent en effet, dans leur usage courant, à fragmenter des audiences et à générer davantage des communautés circonstancielles que de véritables publics délibératifs. 2Dans un microcosme juvénile marqué par une quête d’affirmation identitaire, la violence symbolique et les jeux de positionnement hiérarchique (la recherche de popularité) demeurent omniprésents, notamment entre 12 et 15 ans (Escofet : 2012). La communication numérique dans les cultures adolescentes (Pasquier, 2015) Le besoin humain d’avoir des contacts sociaux et de nouer des relations amicales revêt deux formes : le besoin d’un public devant lequel mettre à l’épreuve les différents personnages que l’on se flatte d’incarner, et le besoin d’équipiers avec lesquels établir des rapports d’intimité complices (Goffman, 1973, p. 195). 1Cette phrase de Goffman illustre parfaitement le propos qui sera développé ici, tant le travail en équipe et le besoin d’un public semblent être une nécessité à l’adolescence.

La communication numérique dans les cultures adolescentes (Pasquier, 2015)

En partant du principe qu’à cet âge de la vie, l’imbrication entre culture et sociabilité est particulièrement forte, surtout à l’ère numérique, Allard a raison de décrire la culture du remix comme le « passage d’une culture comme bien à une culture comme lien » (2005, p. 162). On cherchera donc, ici, à comprendre ce que le numérique a pu transformer dans l’organisation des pratiques communicationnelles et culturelles des jeunes. Ados : le numérique et les pratiques culturelles. L’adolescence est une notion en bouleversement depuis une vingtaine d’années.

Ados : le numérique et les pratiques culturelles

Période de transformation et de construction de soi, elle prend une nouvelle dimension avec l’ère numérique. L’information chez la jeunesse en difficulté: Facebook et petites vidéos. L’éveil du jeune citoyen par l’information est un débat récurrent.

L’information chez la jeunesse en difficulté: Facebook et petites vidéos

Mais quand on aborde ce thème, on réfléchit en général aux jeunes qui, par leur environnement social, familial et scolaire aspirent à suivre l’actualité et sont préparés à cette pratique culturelle. On songe rarement à ceux qui sont le plus éloignés de la sphère de l’information généraliste, soit en raison de leurs difficultés scolaires, soit parce que le milieu dans lequel ils sont élevés n’est pas porteur ; on songe rarement aux jeunes qui risquent d’avoir un parcours semé d’embûches, qui seront presque tous orientés vers un métier manuel. Or ces adolescents et post-adolescents – entre 15% et 25% des jeunes selon les méthodes de calcul – forment le terreau de l’abstention électorale ou du vote d’extrême-droite (voir mon article du 16 décembre 2015, Le choc ou le breaking point), et les médias auraient un intérêt civique à toucher cette fraction délaissée des 16-25 ans. .

© Telos. Reproduction strictement interdite.

Image

Les usages vidéo des jeunes : quels intérêts pédagogiques ? Les usages vidéo des jeunes : quels intérêts pédagogiques ?

Les usages vidéo des jeunes : quels intérêts pédagogiques ?

Par Séraphin Alava * Introduction Les jeunes sont des habitants assidus de ce cyberespace où les langages se recontextualisent et où le rapport aux médias et aux images est transformé. La consommation et la création de vidéos est une des caractéristiques fortes des usages numériques adolescents. En effet, le média privilégié par les jeunes pour leurs loisirs, voire pour leurs recherches d’informations, est la vidéo et ils utilisent abondamment les plateformes vidéo grand public.

Addiction