background preloader

L'Euro

Facebook Twitter

Pourquoi il faut sortir de l'euro. Les « bienfaits » de la construction européenne et de l’euro : L’enseignement lumineux des dernières statistiques d’Eurostat. Les “bienfaits” de la construction européenne et de l’euro : L’enseignement lumineux des dernières statistiques d’Eurostat L’Office européen Eurostat a publié, ce 6 mars 2013, les toutes dernières statistiques disponibles sur la croissance dans les différents États d’Europe au 4e trimestre 2012.

Les « bienfaits » de la construction européenne et de l’euro : L’enseignement lumineux des dernières statistiques d’Eurostat

(cf. communiqué n° 36/2013 – 6 mars 2013) Il en ressort que, sur un an (quatrième trimestre 2012 par rapport au quatrième trimestre 2011) : Quels scénarii pour une dissolution de la Zone Euro ? La note publié au mois de mars dernier analysait les conséquences pour l’économie française d’une sortie de l’Euro dans un cadre relativement coopératif. ( L’impact d’une sortie de l’Euro sur l’économie française, note publiée sur le carnet Russeurope le 05/03/2013) On étudie dans la présente note deux excursions ou “cas critiques” par rapport au scénario de base qui a été détaillé.

Quels scénarii pour une dissolution de la Zone Euro ?

Ces deux excursions couvrent d’une part une dissolution non-coopérative de la zone Euro, marquée par une forte réévaluation du Deutschmark et de fortes dévaluations de pays comme l’Italie et l’Espagne (en sus du Portugal et de la Grèce) et d’autre part une dissolution hyper-coopérative d’où émergent deux taux de change pour la majorité des pays (hypothèse qui revient à celle postulant la séparation de la Zone Euro en un Euro-Nord et un Euro-Sud). On teste dans la présente note ces hypothèses tant du point de vue de leur impact sur la croissance française que de celui de leur stabilité. Tableau 1. Economy: There is no euro crisis. Don’t believe this “modern myth” that the single currency is teetering on the edge of disaster.

Economy: There is no euro crisis

The real problem is that the losers – the less competitive countries – are growing in number day by day. Quel futur pour la zone Euro? La Friederich Ebert Stiftung, fondation allemande liée au SPD, vient de publier un document analysant les scénarii futurs possibles pour la zone Euro, dans le cadre d’un projet intitulé Scenario Team Eurozone 2020[1].

Quel futur pour la zone Euro?

Ce document a été rédigé à partir de nombreuses réunions (16 au total) tenues dans différents pays dans le cours de 2012. Les conclusions furent tirées dans le cadre d’une réunion qui s’est tenue à Bruxelles le 6 décembre 2012. Editorial: Etat d’urgence. La situation est grave.

Editorial: Etat d’urgence

Le chômage explose, quels que soient les chiffres qu’on prend pour le mesurer. La catégorie la plus restrictive, la catégorie A (sans aucun emploi), a passé depuis plusieurs mois le cap des 3 millions de chômeurs métropolitains. Il suffit d’ajouter les DOM/TOM et les chômeurs à temps partiel ou en formation pour dépasser les 5 millions. La BCE donne à la France une licence pour imprimer de la monnaie. La France a obtenu de la BCE la permission d’imprimer de la monnaie sur un programme d’obligations pratiquement illimité.

La BCE donne à la France une licence pour imprimer de la monnaie

Une bulle qui se mesure en milliards. Un article de Deutsche Wirtschafts Nachrichten (Allemagne). Mario Draghi, gouverneur de la BCE A Chypre règne une vive émotion parce que le BCE a privé la banque nationale de tout son pouvoir. En revanche, en France, sans que le public ne le remarque, c’est exactement le contraire qui s’est produit : la BCE a accordé à la France une licence illimitée pour imprimer des euros. Cette action vise à empêcher l’écroulement d’une banque française qui, semble-t-il, ne pourrait être empêché sans une intervention de dernière minute.

La France bat-elle monnaie ? La dernière rumeur… !» par Charles Sannat. Euro fort ou Dollar (et Yen) faible ? L’Euro connaît actuellement une phase spectaculaire d’appréciation.

Euro fort ou Dollar (et Yen) faible ?

Il cotait vendredi 1er février 1,36 USD (Dollar des Etats-Unis), 125,8 Yen, 0,862 Livre Sterling et 1,247 Franc Suisse, ce qui correspond à un pic absolu depuis 12 mois par rapport à ces monnaies. Les autorités françaises s’en inquiètent, qu’il s’agisse d’Arnaud Montebourg ou de Pierre Moscovici, ci-devant Ministre des finances. Cette inquiétude n’est pas feinte, car ce mouvement de l’Euro va provoquer, s’il persiste, une véritable catastrophe pour l’économie française. Encore faut-il en comprendre les raisons pour en saisir les conséquences.

Sapir: de la monnaie unique à la monnaie commune. La zone euro, aujourd’hui, n’est pas fonctionnelle ; c’est une évidence qui est désormais admise.

Sapir: de la monnaie unique à la monnaie commune

Cette zone n’est pas intégrée de manière homogène en fonction des différents pays. Des pays qui ne sont pas membres de la zone euro sont aujourd’hui plus intégrés avec la zone euro que des pays de la zone euro eux-mêmes. Par Jacques Sapir, économiste Tout indique que nous sommes aujourd’hui arrivés à un butoir. L’austérité devient chaque jour un peu plus insupportable, en Grèce, au Portugal et en Espagne, et le spectre d’un défaut de la Grèce revient hanter les ministres des finances de la zone Euro. Mario Draghi, président de la BCE: l'euro est «irréversible» - Economie / Zone euro / UE. Le président de la Banque centrale européenne juge l'euro « irréversible » car les Européens y sont très attachés.

Mario Draghi, président de la BCE: l'euro est «irréversible» - Economie / Zone euro / UE

Dans une interview au quotidien Le Monde publié samedi 21 juillet, Mario Draghi envisage une amélioration progressive de la situation en zone euro et pas une plongée dans la récession. L'existence de la monnaie unique européenne n'est absolument pas en en danger, estime Mario Draghi, bien au contraire l'euro est irréversible, car les dirigeants et les citoyens européens s'y sont beaucoup investis. Solution à la crise monétaire par Hugo Salinas Price. Konzepte zur Eurorettung: Francais. What if Greece had to get a new currency? 13 February 2012Last updated at 04:26 ET By Chris Bowlby BBC Radio 4 Analysis Hostility towards the euro itself has grown in Greece over the past two years as the austerity measures have dragged on Although the immediate threat of defaulting on its debt looks to have been averted, Greece still faces years of economic struggle.

What if Greece had to get a new currency?

Support is growing within the country for a return to the drachma and some European leaders have said the euro could survive a Greek exit. Radio 4's Chris Bowlby asks what would happen if Greece had to get a new currency? The eurozone crisis is not just about political deals or high finance. The euro was meant to symbolise a more united and stable continent for every eurozone citizen.

But if the single currency begins to fragment, if a country or countries reintroduce national currencies, everyone in the eurozone could be affected. Haggling has continued over the terms of the latest Greek bailout, while political tension rises in Greece itself. Plan B? New currency. 2 milliards pour frapper la monnaie, Présidentielle 2012 : le chiffrage des programmes. Jean-Pierre Clamadieu (Solvay) : « Le retour aux monnaies nationales relève de l'économie-fiction », Présidentielle 2012 : le chiffrage des programmes.

Le retour au franc provoquerait un séisme économique et social, Présidentielle 2012 : le chiffrage des programmes. Le retour au franc provoquerait un séisme économique et social, Actualités. Dossier : la crise de l'euro. Pourquoi l'Allemagne doit sortir de l'euro. Un texte proposé par Charles Sannat. « Messieurs les anglais tirez les premiers ». C’est lors de l’épisode de la bataille de Fontenoy (en 1745), que cette fameuse expression aurait été prononcé. Dans notre Europe moderne nous avons depuis quelques décennies su faire taire les armes et les canons. C’est bien sur le principal succès de l’Union Européenne. C’est d’ailleurs ce succès et cette connaissance historique partagée par tous des affres des guerres qui ont ravagé notre continent pendant des siècles qui rend dans l’esprit de tous indépassable l’idée de construction européenne.

Quel serait le coût d'une sortie de la zone euro? Le risque de la fin de la zone euro ou de sa fragmentation entre des pays qui iraient de l'avant et d'autres restant au bord de la route est désormais ouvertement évoqué, avec des conséquences imprévisibles tant l'imbrication des différentes économies est étroite. Ces scénarios qui servaient d'épouvantail au début de la crise montent en puissance et beaucoup estiment même désormais que l'euro ne passera pas la fin de l'année.

Preuve du pessimisme ambiant, l'agence de notation financière Moody's vient de tirer la sonnette d'alarme en affirmant que l'aggravation rapide de la crise menace les notes de tous les Etats européens, même les plus solides comme l'Allemagne, la Finlande ou les Pays-Bas. Risque de «défaillances multiples» Pire, en l'absence de solution, un risque de «défaillances multiples (...) d'Etats de la zone euro» n'est plus «négligeable», pointe Moody's. Un coût supérieur à la crise de 2008. Une chance sur deux pour que l'euro n'existe plus Noel - Jacques Attali.

La maison Europe brûle. La crise des dettes souveraines menacent la zone euro. Les dirigeants peinent à trouver la parade. Et pourtant il y a urgence. Dans une interview à 20 Minutes, l'économiste Jacques Attali estime qu'il y a plus d'une chance sur deux pour que la monnaie unique disparaisse d'ici la fin de l'année. Chômage et Monnaie » Pour ceux qui croient à une politique monétaire active. Sortir de l’euro : une mauvaise réponse qui pose de bonnes questions ! La crise des dettes publiques qui touche actuellement l’Europe apporte de l’eau au moulin des souverainistes tels Nicolas Dupont-Aignan, Laurent Pinsolle et d’autres encore qui réclament depuis longtemps que nous sortions de l’euro.

Ce « réflexe souverainiste », s’il est totalement compréhensible voire même dans une certaine mesure, justifié, n’est malheureusement pas une voie favorable pour le long terme car elle répond à des préoccupations obsolètes. Cependant, la question de la sortie de l’euro a le mérite de soulever une question primordiale qui mérite un véritable débat public : la question de la souveraineté monétaire. Quand le piège de la dette se referme Avant de rentrer dans le vif du sujet, une brève explication du contexte dans lequel nous nous trouvons s’impose.

(Pour les experts de passage, ou ceux qui ont lu mon dernier article, vous pouvez sauter ce paragraphe Si le mécanisme se répand bel et bien, nous assisterons à une catastrophe économique. Claquons des doigts et sortons de l'euro ! On nous dit que la Grèce pourrait sortir de l’Euro (oui, on sort d’une monnaie, maintenant…) mais j’aimerais bien savoir comment on va faire, d’autant que j’ai cru comprendre qu’aucun traité ne le permettait. Passer à l’Euro a été très compliqué techniquement mais assez facile sur le principe. Hop ! On claque des doigts, ça fige le cours des différentes devises entre elles (c’était le 1er janvier 1999) et, trois ans après, on commence à sortir des billets et des pièces valorisées avec cette devise de trois ans d’âge (en faisant en sorte que la période de transition dure le moins longtemps possible pour ne pas emmerder les commerçants et motiver les gens, mais ça aurait pu durer éternellement, qu’est-ce que vous en avez à cirer de pays un café 1 euro ou 6,55957 francs ?).

Sortir de l'euro : une folie, vraiment ? - La déflation arrive ! Lundi 27 juin 1 27 /06 /Juin 17:58 Je viens d’entendre une déclaration de notre président affirmant que sortir de la zone euro serait une « folie », et ferait « exploser la dette ». Affirmation sans doute partagée par les principaux dirigeants de l’opposition de gauche vu que ceux-ci ont toujours été partisans de l’euro. Nous allons étudier d’un peu plus près ce qu’il en est, en examinant la situation budgétaire de différents états de l’eurozone.

A) Quelques rappels préalables : Je commencerais par exprimer mon immense étonnement de voir des dirigeants oser « s’inquiéter » d’une éventuelle « explosion de la dette » à venir, en rappelant quelques faits : Notre dette publique est passée (données : INSEE) de 1208 milliards d’euros fin 2007 à un niveau qui devrait être égal ou supérieur à 1680 milliards fin 2011 (1591 milliards fin 2010). Pourquoi l’Euro ne peut pas fonctionner. Sapir : l'accord signé ne fait que prolonger l'agonie de l'euro. ( Dessin : Louison ) L'accord réalisé cette nuit ne fera que prolonger l'agonie de l'Euro car il ne règle aucun des problèmes structurels qui ont conduit à la crise de la dette.

Mais, en plus, il compromet très sérieusement l'indépendance économique de l'Europe et son futur à moyen terme. C'est en fait le pire accord envisageable, et un échec eût été en fin de compte préférable. Nos gouvernements ont sacrifié la croissance et l'indépendance de l'Europe sur l'autel d'un fétiche désigné Euro. Huit mesures actées. Euro : pourquoi nous n'avons rien sauvé. Ce qu’il reste de l’« Union » européenne a donc stoppé l’incendie financier.

Et consenti, enfin, à tendre une main secourable à la Grèce. Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et l’euro n’en sortent pas sains et saufs pour autant. Seules les apparences sont sauves. Car en sous-sol, l’incendie couve toujours. Le remède administré dans les prochains mois en Italie et en France, et déjà bien connu des Grecs, des Espagnols et des Portugais, risque de nous amener une nouvelle fois aux portes de la récession.

L’euro court à sa perte. Dans leurs négociations avec le FMI, les gouvernements européens se sont engagés à prendre “toutes les mesures nécessaires” pour empêcher un effondrement de la zone euro. Mais comme le souligne le prix Nobel d'économie Paul Krugman, jusqu’à présent, ils n’ont fait que fragiliser la monnaie unique. Est-il possible d’avoir peur et de s’ennuyer en même temps ? L'euro en crise.