background preloader

LA VRAIE POSTMODERNITE

Facebook Twitter

Capivert.pdf. La sorcellerie capitaliste - Isabelle STENGERS, Philippe PIGNARRE. Je ne mangerai plus de cerises en hiver, de Alain Juppé. Jacques Ellul, l'homme qui avait presque tout prévu - Jean-Luc PORQUET. « Vivre à la bonne heure » Entretien avec Patrick Viveret (émission de radio) Le 12 juin dernier, j’accueillais à l’antenne de Radio Ici et Maintenant Patrick Viveret à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage « Vivre à la bonne heure » .

« Vivre à la bonne heure » Entretien avec Patrick Viveret (émission de radio)

La simplicité volontaire contre le mythe de l'abondance, de Paul Ariès. Longtemps les gauches se sont crues en pays de cocagne : il fallait toujours faire croître le gâteau (PIB) avant de pouvoir le répartir plus équitablement.

La simplicité volontaire contre le mythe de l'abondance, de Paul Ariès

Il est maintenant évident qu'il n'est pas possible d'avoir une croissance infinie dans un monde fini. L'enjeu est donc d'apprendre à vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins. Apprenons à devenir des «partageux» ! Paul Ariès pulvérise avec brio les idéologies du progrès et de la croissance qui continuent à coloniser notre imaginaire. La décroissance, une idée qui chemine sous la récession, par Eric Dupin (Le Monde diplomatique, août 2009) Il fallait voir l’air interloqué de M.

La décroissance, une idée qui chemine sous la récession, par Eric Dupin (Le Monde diplomatique, août 2009)

François Fillon. Ce 14 octobre 2008, M. Yves Cochet défendait les thèses de la décroissance du haut de la tribune de l’Assemblée nationale. Diagnostiquant une « crise anthropologique », le député Vert de Paris affirmait, sous les exclamations de la droite, que « la recherche de la croissance est désormais antiéconomique, antisociale et antiécologique ». Son appel à une « société de sobriété » n’avait guère de chances d’emporter l’adhésion de l’hémicycle. La mystique de la croissance : comment s'en libérer, de Dominique Méda.

Alors que les pays occidentaux font face à une crise économique et sociale d'une extrême gravité, responsables politiques et experts attendent le salut du seul retour de la croissance.

La mystique de la croissance : comment s'en libérer, de Dominique Méda

Pourtant si celle-ci revenait, elle contribuerait sûrement à aggraver la menace écologique à laquelle le monde est confronté. Comment sortir de cette contradiction ? En comprenant pourquoi et comment nous sommes devenus des « sociétés fondées sur la croissance ». En tirant toutes les conséquences du caractère anachronique et pervers des indicateurs - tel le PIB - qui sont devenus nos fétiches. Pour une société de décroissance, par Serge Latouche (Le Monde diplomatique, novembre 2003) « Car ce sera une satisfaction parfaitement positive que de manger des aliments sains, d’avoir moins de bruit, d’être dans un environnement équilibré, de ne plus subir de contraintes de circulation, etc. » Jacques Ellul (1) Le 14 février 2002, à Silver Spring, devant les responsables américains de la météorologie, M.

Pour une société de décroissance, par Serge Latouche (Le Monde diplomatique, novembre 2003)

George W. Bush déclarait : « Parce qu’elle est la clef du progrès environnemental, parce qu’elle fournit les ressources permettant d’investir dans les technologies propres, la croissance est la solution, non le problème. (2) » Dans le fond, cette position est largement partagée par la gauche, y compris par de nombreux altermondialistes qui considèrent que la croissance est aussi la solution du problème social en créant des emplois et en favorisant une répartition plus équitable. 21_fr.pdf. « Demain la décroissance : entropie - écologie - économie » Nicholas (...) - IS@DD Information sur le développement durable. Accueil > Événements > Publications > « Demain la décroissance : entropie - écologie - économie » Nicholas (...)

« Demain la décroissance : entropie - écologie - économie » Nicholas (...) - IS@DD Information sur le développement durable

Article créé le 30 juin 2008, dernière mise à jour 13 septembre 2012 Voir en ligne : Version numérique de l’ouvrage. Have You Hugged a Concrete Pillar Today? The car I drive to work is made of around 2,600 pounds of steel, 800 pounds of plastic, and 400 pounds of light metal alloys.

Have You Hugged a Concrete Pillar Today?

The trip from my house to the office is roughly four miles long, all surface streets, which means I travel over some 15,000 tons of concrete each morning. Once I’m at the office, I usually open a can of Diet Coke. Over the course of the day I might drink three or four. All those cans also add up to something like 35 pounds of aluminum a year. I got to thinking about all this after reading Making the Modern World: Materials and Dematerialization, by my favorite author, the historian Vaclav Smil. This isn’t just idle curiosity. I had already read Smil’s books on energy and diet. Hypermodernité. L'hypermodernité désigne pour certains penseurs contemporains l'épistémè qui succède à la modernité et la postmodernité.

Hypermodernité

Elle est aussi considérée comme un espace — puisque dans d'autres espaces il est possible de vivre avec d'autres visions du monde — où des individus et des communautés redéfinissent leurs regards sur les humains et leur environnement, sur leurs pratiques sociales, dans le but d'assurer soit leur survie et au mieux, leur épanouissement personnel.

Historique Selon Nicole Aubert, l'individu hypermoderne précède le modèle de société hypermoderne. Le type de personnalité que nous qualifions d’ « hypermoderne » émerge dans les années 1970 en Europe occidentale et en Amérique du Nord.. Terre et Humanisme – L'agroécologie à taille humaine. Mouvement Colibris. Oasis En Tous Lieux - Accueil.