background preloader

RS et ados

Facebook Twitter

Pratiques et usages numériques des jeunes : productions du GTnum 4 – Éducation, numérique et recherche. Rappel : Les groupes thématiques numériques (#GTnum), animés par des laboratoires universitaires et autres opérateurs publics, sont coordonnés par le bureau du soutien à l’innovation numérique et à la recherche appliquée de la Direction du numérique pour l’éducation (sous-direction de la transformation numérique). Nous publions aujourd’hui les productions du groupe thématique numérique sur les “usages des jeunes”, animé par l’Université de Rennes 2 (CREAD Marsouin). Le traitement éditorial de ces productions a été réalisé par Réseau Canopé. Ce dossier est constitué des documents suivants : Quatre bulletins de veille, qui proposent une mise au point synthétique sur quatre thématiques : 1. 2. 3. 4. Deux affiches présentent un focus infographique sur le mythe des “digital natives” et les inégalités d’usages (entre les familles, entre filles et garçons, entre sphère privée et sphère scolaire).

CREAD – Université de Rennes 2. (2018, 2019). CREAD – Université Rennes 2. (2020). Reseaux sociaux parents enfants. Les réseaux sociaux peuvent aussi faire du bien aux ados. Temps de lecture: 2 min — Repéré sur Scientific American Toujours sur les écrans, vie sociale en ligne, comportement agressif, dépression...

Est-ce que tout est lié? L'utilisation des nouvelles technologies par les adolescent·es provoque angoisses et fantasmes chez les parents. À tel point qu'acheter un smartphone à son enfant équivaudrait presque à lui donner de la drogue. La réalité est en fait moins alarmante. Pour Jeff Hancock, psychologue à la tête du Social Media Lab de l'Université de Stanford, des études scientifiques contradictoires et décontextualisées ont favorisé une telle méfiance. Pour démêler le vrai du faux, Jeff Hancock s'est lancé dans la plus grande analyse réalisée à ce jour sur les effets des médias sociaux et le bien-être psychologique de ses usager·es. Réseau social peut rimer avec bien-être Selon les recherches du psychologue, les effets des réseaux sociaux agissent comme «une rue à double sens». 2020 02 20 CP Année Internet 2019. TikTokCulture - heaven - 2019. SlideShare utilise les cookies pour améliorer les fonctionnalités et les performances, et également pour vous montrer des publicités pertinentes.

Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Consultez nos Conditions d’utilisation et notre Politique de confidentialité. SlideShare utilise les cookies pour améliorer les fonctionnalités et les performances, et également pour vous montrer des publicités pertinentes. Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Consultez notre Politique de confidentialité et nos Conditions d’utilisation pour en savoir plus.

SlideShare utilise les cookies pour améliorer les fonctionnalités et les performances, et également pour vous montrer des publicités pertinentes. Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Comment la génération Z apprivoise les réseaux sociaux. Dès qu'ils obtiennent leur premier smartphone, les préadolescents suivent le même parcours.

D’après l’agence Heaven, nos juniors commencent par Snapchat pour s'échouer, selon leur sexe, sur TikTok ou Discord. Les plateformes sont censées leur interdire l’accès et pourtant ils sont bien là. « Ils », ce sont les moins de 13 ans qui malgré les limites d’âge, colonisent les réseaux sociaux. Il faut dire que 84% d’entre eux sont équipés d’un smartphone dès l’entrée au collège. S’ils ne sont que 50 % à avoir ouvert un compte sur un réseau en 6e, 90% d’entre eux y seront inscrits en 3ème. Snapchat, le joujou social qui initie au web « Quand cette nouvelle génération débarque sur les réseaux, elle n’a pas d'amis à rejoindre explique Emmanuel Berne, Directeur des études de l’agence Heaven. Instagram, pour apprendre à maîtriser son image Avec la 6ème tout change.

TikTok, l’application qu’on aime ou qu’on déteste Discord et les jeux vidéo pour les collégiens Et Twitter et Facebook dans tout ça ? CORDIER AdosQueteInfos. Agence heaven - Born Social 2019 (extraits) Jeunesetréseauxsociaux version DEF nov 2017. Les jeunes et l’information : une étude du ministère de la Culture vient éclairer les comportements des jeunes en matière d’accès à l’information - Ministère de la Culture. Dans un contexte de profondes transformations des modes de production, de diffusion et de consommation de l’information, la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) du ministère de la Culture a souhaité disposer d’un diagnostic approfondi sur les pratiques de consommation de l’information par les jeunes générations (15-34 ans).

Pour ce faire, elle a confié le soin à Médiamétrie de produire une analyse de ces pratiques. L’étude constate que les jeunes sont plus équipés en terminaux mobiles que la moyenne (les 15-34 ans sont 89,9 % à détenir un smartphone, contre 69,2 % des 15 ans et plus)[1] et davantage connectés (97 % des 15-34 ans ont accès à Internet, contre 93% de l’ensemble de la population).[2] Les jeunes sont d’importants consommateurs de contenus d’information en mobilité. Ils font en particulier un usage intense des réseaux sociaux : L’étude montre que, contrairement aux idées reçues, les jeunes s’intéressent beaucoup à l’actualité :

Tout le monde le dit : les écrans sont dangereux. Mais est-ce vraiment aussi simple ? Dossierpedagogique. Les 18-29 ans à fond sur 4 réseaux sociaux au quotidien, mais lesquels. On vous en parle depuis des mois, si vous cherchez la jeune génération, c'est indéniablement sur les réseaux sociaux que vous la trouverez en cette année 2018. À ce sujet, alors que, le mois dernier, nous vous parlions du fait qu'Instagram s'impose aujourd'hui comme étant la plateforme préférée des influenceurs tout en vous montrant la puissance au quotidien de plateformes comme Facebook ou encore Snapchat, et le tout sans oublier de vous rappeler que Twitter serait le réseau social préféré de la Génération Z pour parler aux marques. Autant le dire, difficile de s'y retrouver entre toutes ces plateformes et donc de savoir quel est réellement le réseau social préféré de la jeune génération.

En la matière, une nouvelle étude signée Pew Research Center pourrait bien nous aider à y voir plus clair, en mettant en lumière le fait que la jeune génération jongle volontiers avec plusieurs réseaux sociaux au quotidien. Les 10-13 ans passent près de 15 heures en ligne par semaine. Voici ce qu’ils y font. Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Media Lab et Prospective Pour s'inscrire sur les réseaux sociaux, il faut avoir 13 ans. Et 15 ans pour se passer du consentement parental selon les règles du RGPD. Mais ce n'est un secret pour personne que les pré-ados mentent sur leur âge pour accéder aux plateformes en ligne. Cette pratique les rendant invisibles, l'agence Heaven, en partenariat avec l’Association Génération Numérique*, interroge chaque année les 10-13 ans pour comprendre leurs comportements en ligne.

Dans sa 4e édition de son baromètre* Born Social paru aujourd'hui, on apprend que si Snapchat et YouTube restent les chouchous des pré-ados, les plateformes de messagerie en lien avec les jeux en ligne font cette année une percée remarquable. 14h53 passées en ligne par semaine Selon les données de Data Gouv, 84% des enfants de 12 ans disposeraient d’un smartphone qui constitue leur moyen de connexion privilégié. Émergence de pré-ados ultra-connectés Snapchat, messagerie no1. La course à l'attention. Regards croisés et pistes pédagogiques pour aborder la captation de l’attention, les algorithmes et la place de l’éducation Combien de temps vous faut-il pour lire cet édito ? 3 minutes ? Mais c’est sans compter sur les nombreuses pauses que vous ferez peut-être avec la notification d’un mail à lire par-ci, ou le dernier message d’un groupe de discussion par-là, sans oublier que votre téléphone affichait déjà 24 notifications non lues sur votre application préférée.

Alors que nous passons en moyenne 21 heures par semaine sur internet et que nous sommes 30 millions à nous connecter tous les jours aux réseaux sociaux 1, il ne serait pas exagéré de penser comme Tristan Harris, cet ex-ingénieur de Google, qu’une « poignée de personnes [travaillant pour les grandes entreprises de la Silicon Valley, ndlr] (...) décident de la façon dont des milliards de personnes dans le monde utilisent leur attention 2 » Kimi Do et Pascal Mériaux, coordonnateurs du dossier 1.

Génération 3.0. CG : Si les parents s’inscrivent sur les réseaux, c’est souvent pour vérifier que leur enfant ne s’y met pas en danger et ne compromet pas son intimité. Cette peur est-elle fondée ? PL : La maîtrise des paramètres de confidentialité dépend de l’âge et de l’ancienneté sur le réseau. Néanmoins, les usages se sont sédentarisés. Au début des années 2010, la peur des parents que leurs enfants soient approchés par des prédateurs sexuels sur internet était très forte. Aujourd’hui, les jeunes ont acquis une certaine sagesse dans leurs usages et savent très rapidement quels en sont les dangers – notamment car cela a été une grande cause nationale, soutenue par des campagnes publicitaires importantes.

Les parents comme les enfants sont donc de plus en plus prudents. CG : Pour autant, cette maîtrise technique fait-elle des adolescents des digital natives ? PL : Je considère que les digital natives sont un mythe dès lors qu’on parle de pratiques scolaires et pédagogiques. Que font-ils avec leur téléphone ? Six ados racontent - Enfants. Ils ont le nez plongé dans leur écran, les pouces agiles, les yeux à l’affût de toute notification. On leur reproche bien souvent d’y passer beaucoup trop de temps, mais les adultes sont loin d’être des exemples… On publie des études alarmantes sur les dégâts de la lumière bleue sur leur sommeil et leurs iris fragiles. Mais que font nos ados sur leur téléphone ?

C’est un mystère aussi grand que celui des pyramides pour nombre d’adultes. Nous avons rencontré six adolescents qui nous ont raconté par le menu leurs usages et leur relation avec ce si précieux téléphone. Petit lexique pour réviser les basiques Story : sur Snapchat et Instagram, photo ou vidéo qui a une durée de vie de 24 heures.Entretenir ses flammes sur Snapchat : si deux personnes s’envoient un snap tous les jours, apparaît une flamme à côté de leurs noms, avec un chiffre qui indique le nombre de jours où ils se sont envoyé quelque chose. L’appli que j’utilise le plus, c’est Instagram. Je vais beaucoup sur YouTube aussi. Mes Datas et Moi : l'Observatoire. Je ne connais Nina ni d’Eve ni d’Adam. Nos échanges se sont résumés à deux emails. Et pourtant, avant de prendre le combiné du téléphone, j’ai la sensation d’être rentré dans sa vie par effraction.

Je sais qu’elle aime les plats sans gluten et les légumes moches. Là, je peux vous dire quelle tenue elle porte et qu’en ce moment, elle a super mal au dos. À tel point que cela l’empêche de dormir. Vivre l’Insta présent Nina est un pur produit de son époque. Alors que je déroule le fil interminable de ses photos carrées, la jeune femme m’explique au bout du fil « qu’elle ne partage pas toute sa vie non plus ». « Par exemple, ce matin j’ai renversé mon café et j’ai failli bousiller mon ordi, bon ben je ne l’ai pas montré. C’est un peu le cas de tout le monde : on voit rarement des gens se couper les ongles ou faire la vaisselle sur Instagram.

En préparant cet article, j’ai demandé à des gens le premier mot qui leur venait à l’esprit en pensant à l’application. Touche pas à mon post. Mes Datas et Moi : l'Observatoire. Sitôt l’application TikTok téléchargée, et sans même avoir à créer de compte, le ton est donné : c’est un gigantesque catalogue de vidéos partagées par des millions d’inconnus qui s’ouvre. Remake de clip, recette de cuisine, playback et chorégraphies sur le tube du moment, gags avec des chats… si les contenus sont divers, leurs créateurs sont pour la plupart de jeunes, voire très jeunes utilisateurs.

Comment la plateforme de vidéos courtes a-t-elle séduit si rapidement ce public ? Aux origines : la Chine et l’amour du playback Derrière ce succès globalisé - des centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde, il y a le groupe chinois ByteDance, spécialiste de la distribution de contenus en ligne, qui mise sur l’intelligence artificielle.

En 2017, le groupe rachète Musical.ly, une application qui permet de choisir une piste musicale pour se filmer en train de mimer les paroles. . « Chaque seconde compte » La vidéo réalisée se glisse ensuite dans un flux de vidéos addictif, sans fin. 2019 01 enquete moijeune 20 minutes opinionway sur la cyberviolence aupres des 18 30 ans def. Réseaux sociaux - Enquête - Moi Jeune. Apden stassin EMI 2019. La formation à l’attention (des jeunes générations) Pour faire écho aux propos de Philippe Meirieu sur la classe cocotte-minute, et sans doute pour monter aussi les enjeux de former « les petites poucettes« , je publie un extrait de mon article – (2010) « La skholé face aux négligences : former les jeunes générations à l’attention », Communication & Langages n°163, mars 2010, p.47-61 PaternitéPartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par carmen zuniga Les usages des objets techniques impliquent parfois l’acquisition de compétences qui s’opère de manière « informelle ».

Sans nier cette réalité, il convient d’observer que de nombreux champs échappent de ce fait à la formation, notamment ce qui relève des médias qui requièrent pleinement l’exercice d’une distance critique. Il en résulte une double nécessité de la formation à l’attention. 1.1 L’attention ou l’arrêt opéré par la Skholé Cependant qu’entendons-nous par attention ? Cette attention nécessite un apprentissage. 1.2 L’attention en désordre [1] GO, H. Numérique et santé mentale des jeunes : et si ce n’était pas exactement ce qu’on aime croire?

Voilà une nouvelle qui est passée sous le radar récemment. Un premier jalon scientifique a démontré que nos appréhensions concernant les jeunes et les médias sociaux étaient probablement exagérées. La recherche, menée par le professeur Andrew Przybylski et la doctorante Amy Orben, tous deux rattachés à la prestigieuse Université Oxford, s’est échelonnée sur huit ans et a analysé plus de 12 500 réponses d’adolescents âgés de 10 à 15 ans. Des impacts psychologiques négatifs mineurs Essentiellement, la publication Social media’s enduring effect on adolescent life satisfaction démontre que la satisfaction des jeunes face à la vie est davantage axée sur le contexte familial, le cercle d’ami et tout l’aspect scolaire. Je vous rappelle que cela détonne de la conception largement diffusée par les médias et même par des chercheurs en éducation et en psychologie que les médias sociaux puissent causer, à moyen ou long terme, des dépendances, des maladies mentales et même des psychoses.

À mon avis : Comment TikTok révolutionne les réseaux sociaux. Hashtags play a surprisingly large role on TikTok. In more innocent times, Twitter hoped its users might congregate around hashtags in a never-ending series of productive pop-up mini-discourses. On TikTok, hashtags actually exist as a real, functional organizing principle: not for news, or even really anything trending anywhere else than TikTok, but for various “challenges,” or jokes, or repeating formats, or other discernible blobs of activity. TikTok is, however, a free-for-all. It’s easy to make a video on TikTok, not just because of the tools it gives users, but because of extensive reasons and prompts it provides for you. You can select from an enormous range of sounds, from popular song clips to short moments from TV shows, YouTube videos or other TikToks. TikTok assertively answers anyone’s what should I watch with a flood.

Under the hood, TikTok is a fundamentally different app than American users have used before. Hashtags play a surprisingly large role on TikTok. Réseaux sociaux et esprit critique by Péronne Agnès on Prezi. Synthèse resultats Enquete 2017 VF. YouTube : pourquoi les ados sont-ils accros ? - Bayard Jeunesse. Ados : quelles images partagent-ils sur les réseaux sociaux ? - Bayard Jeunesse. Snapchat, Instagram: que font les 11-12 ans sur leurs réseaux sociaux préférés? Guide Instagram pour les parents | Bien-être sur Instagram. 190221 Zoom Cnesco Medias. Fortnite Battle Royale expliqué à tes parents. Le phénomène TikTok expliqué à tes parents. Quelle est l'appli préférée des ados ? Snapchat, Youtube, Instagram ? ETUDE SUR LES PRATIQUES NUMÉRIQUES DES 11 18 ANS. Etude 2017 Les jeunes et les reseaux sociaux. Etude Gereration Numerique janvier 2018. Les applis préférées des 4-14 ans.

Les ados et les réseaux sociaux. (1) Le cyberharcèlement - Emilie Tran Nguyen / DTC - La collab' de l'info. (1) Snap Ton Bac. (1) Réseaux sociaux, tous accros ? - Décod'actu. Image & représentation de soi - Jeunes et médias. Éducation aux médias et à l’actualité : comment les élèves s’informent-ils ?

(1) LES GENS SUR INTERNET - CYPRIEN. (1) CYPRIEN - LES INSTAGRAMEUSES. TikTokCulture - heaven - 2019. BornSocial 2018 - Agence heaven. Pourquoi les collégiens préfèrent-ils Snapchat et ses messages fantômes ? Replay Escape News - Populaire, harcelé : la tyrannie sur les réseaux sociaux - France 4. 22 illustrations créatives qui dénoncent l'addiction aux réseaux sociaux - Creapills. Étude : que font vraiment les adolescents sur les réseaux sociaux ? Instagram Snapchat et vous! by audrey.varachaud on Genial.ly. 2018 cs socialmediasociallife executivesummary final release 3 lowres. La collab' de l'info - Programme.

Fil d’actualité vs enquête - Vidéo.