background preloader

Les réseaux sociaux peuvent aussi faire du bien aux ados

Les réseaux sociaux peuvent aussi faire du bien aux ados
Temps de lecture: 2 min — Repéré sur Scientific American Toujours sur les écrans, vie sociale en ligne, comportement agressif, dépression... Est-ce que tout est lié? L'utilisation des nouvelles technologies par les adolescent·es provoque angoisses et fantasmes chez les parents. À tel point qu'acheter un smartphone à son enfant équivaudrait presque à lui donner de la drogue. La réalité est en fait moins alarmante. Pour Jeff Hancock, psychologue à la tête du Social Media Lab de l'Université de Stanford, des études scientifiques contradictoires et décontextualisées ont favorisé une telle méfiance. Pour démêler le vrai du faux, Jeff Hancock s'est lancé dans la plus grande analyse réalisée à ce jour sur les effets des médias sociaux et le bien-être psychologique de ses usager·es. Réseau social peut rimer avec bien-être Selon les recherches du psychologue, les effets des réseaux sociaux agissent comme «une rue à double sens».

http://www.slate.fr/story/183216/reseaux-sociaux-facebook-snapchat-instagram-nefastes-bienfait-adolescents

Related:  GénéralitésReseauxsociauxRS et adosRéseaux sociaux

Les 10-13 ans passent près de 15 heures en ligne par semaine. Voici ce qu’ils y font. Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Media Lab et Prospective Pour s'inscrire sur les réseaux sociaux, il faut avoir 13 ans. Et 15 ans pour se passer du consentement parental selon les règles du RGPD. Jeux-vidéo, voix et réseaux sociaux Future is vocal Les assistants vocaux et leur dissémination dans les nouveaux objets – notamment domotiques – illustrent le développement des usages de la voix. Nous avions déjà exploré ce phénomène dans notre dossier assistants vocaux. Mais ce développement ne touche pas seulement notre environnement matériel, il accompagne le numérique dans sa globalité - et en particulier les jeux-vidéo.

Comment la génération Z apprivoise les réseaux sociaux Dès qu'ils obtiennent leur premier smartphone, les préadolescents suivent le même parcours. D’après l’agence Heaven, nos juniors commencent par Snapchat pour s'échouer, selon leur sexe, sur TikTok ou Discord. Les plateformes sont censées leur interdire l’accès et pourtant ils sont bien là. « Ils », ce sont les moins de 13 ans qui malgré les limites d’âge, colonisent les réseaux sociaux. Il faut dire que 84% d’entre eux sont équipés d’un smartphone dès l’entrée au collège. S’ils ne sont que 50 % à avoir ouvert un compte sur un réseau en 6e, 90% d’entre eux y seront inscrits en 3ème. Snapchat, le joujou social qui initie au web Jusqu’où peuvent aller les journalistes sur les réseaux sociaux ? « Nous allons publier, dans les semaines qui viennent, des directives concernant les réseaux sociaux, et elles concerneront les actualités mais aussi le reste de nos contenus. Leur application sera très stricte : nous n’hésiterons pas à licencier les employés ou à les enlever de Twitter si elles ne sont pas respectées. » Ces mots ont été prononcés le 29 septembre par Tim Davie, le nouveau directeur général de la BBC, lors d’une audition parlementaire. Les nouvelles règles ont finalement été publiées le 29 octobre et encadrent l’expression politique des employés de la BBC, ainsi que leurs possibles engagements professionnels en dehors de l’audiovisuel public.

Authentication CAS nécessaire ! Quand les adolescents prennent des libertés avec les plateformes Anne Cordier Crédit photo : Extrait de la web-série Dopamine de Léo Favier Les inquiétudes sont nombreuses quant au conditionnement des comportements de navigation et des accès à l’information engendrés par les algorithmes. L’on s’inquiète du pouvoir que les plateformes comme Facebook, Snapchat ou encore YouTube, ont sur les jeunes publics, considérés comme facilement manipulables et volontiers soumis aux modes de fonctionnement de ces dispositifs.

Un hashtag peut-il faire justice ? Après #MeToo et #BalanceTonPorc, les hashtags se multiplient sur tous les sujets. Que révèlent-ils ? Est-ce un moyen de libérer la parole ? Pratiques et usages numériques des jeunes : productions du GTnum 4 – Éducation, numérique et recherche Rappel : Les groupes thématiques numériques (#GTnum), animés par des laboratoires universitaires et autres opérateurs publics, sont coordonnés par le bureau du soutien à l’innovation numérique et à la recherche appliquée de la Direction du numérique pour l’éducation (sous-direction de la transformation numérique). Nous publions aujourd’hui les productions du groupe thématique numérique sur les “usages des jeunes”, animé par l’Université de Rennes 2 (CREAD Marsouin). Le traitement éditorial de ces productions a été réalisé par Réseau Canopé. Ce dossier est constitué des documents suivants : Quatre bulletins de veille, qui proposent une mise au point synthétique sur les thématiques suivantes :

Face au terrorisme, le casse-tête de la réforme des réseaux sociaux Les réseaux sociaux sont-ils en partie responsables de l'assassinat de Samuel Paty, ce professeur d'histoire-géographie décapité près de son collège le 16 octobre ? C'est l'une des nombreuses questions soulevées par l'attaque terroriste de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Dans une vidéo postée sur YouTube et devenue virale sur les réseaux sociaux, un père d'élève dénonçait l'un des cours de Samuel Paty lors duquel il avait présenté des caricatures de Mahomet et donnait des informations sur son établissement.

Related: