background preloader

BornSocial 2018 - Agence heaven

https://www.slideshare.net/heavenAgency/bornsocial-2018-agence-heaven

Related:  RS et adosPratiques numériquesPratiquesNumériques_Jeunes_FranceRéseaux sociaux

Éducation aux médias et à l’actualité : comment les élèves s’informent-ils ? À l’heure où les interrogations se multiplient autour des infox et du rôle joué par les réseaux sociaux, le Cnesco publie une note d’analyse sur le rapport qu’entretiennent les jeunes avec l’actualité, les médias et l’information ainsi que sur la manière dont l’institution scolaire accompagne la nécessaire éducation aux médias. Après l’étude sur les engagements citoyens des lycéens (septembre 2018), il s’agit du second volet de la grande enquête nationale du Cnesco « École et citoyenneté ». Second volet de la grande enquête « École et citoyenneté » menée par le Cnesco, l’étude montre un fort intérêt des jeunes pour l’actualité en France, qui augmente entre la 3e et la terminale. La source d’information la plus souvent citée et la plus fiable selon les élèves est leur entourage, devant l’ensemble des médias. En seconde position, la télévision est le seul média « traditionnel » à résister à la poussée des « nouveaux » médias (réseaux sociaux, journaux en ligne).

heaven - YouTube Culture 2018 SlideShare utilise les cookies pour améliorer les fonctionnalités et les performances, et également pour vous montrer des publicités pertinentes. Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Consultez nos Conditions d’utilisation et notre Politique de confidentialité. SlideShare utilise les cookies pour améliorer les fonctionnalités et les performances, et également pour vous montrer des publicités pertinentes. Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Consultez notre Politique de confidentialité et nos Conditions d’utilisation pour en savoir plus. Les moins de 13 ans plébiscitent toujours Snapchat, Instagram… et TikTok Par Mickaël Mavoungou-Nombo et Barbara Chazelle, France Télévisions, Media Lab Des hors-la-loi sévissent sur les réseaux sociaux. Pas de panique, ils sont inoffensifs. Bien que cela leur soit interdit, les moins de 13 ans sont de plus en plus nombreux à s’y inscrire, en mentant sur leur âge, tout simplement.

Pourquoi les collégiens préfèrent-ils Snapchat et ses messages fantômes ? Les adolescents que j’ai rencontrés déclarent dans le questionnaire qu’ils utilisent principalement les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs amis (77,1 %) ou leur famille (40,7 %). Quand ils ne communiquent pas ils suivent les publications d’autres collégiens (31,4 %) et l’actualité des célébrités (31,4 %). Ils y recherchent aussi de l’information (30,5 %) ou de l’entraide pour les devoirs (28,8 %). Snapchat est la plateforme préférée des adolescents français. Les adolescents y consultent très peu les contenus de Discover. Pour s’informer, ils regardent les stories d’influenceurs de leur âge qui s’expriment sur des sujets qui les touchent directement (amitiés, relations de couple, sport, réseaux sociaux, célébrités, mode, musique, élections, scolarité, etc.).

Réseaux sociaux numériques : comment renforcer l'engagement citoyen ? 15/03/2016 Audition de M. Beligh NABLI et Mme Marie-Cécile NAVES, France Stratégie, Auteurs du rapport « Reconnaître, encourager, valoriser l’engagement des jeunes » 13/04/2016 Audition sous forme de table ronde de Mme Caroline SOUBIE/La Croix Rouge, Mme Zeineb TOUATI/Université du Havre, Mme Anne-Marie CHABOD/ACIPA Image & représentation de soi - Jeunes et médias Photos des studios de fitness ou de femmes en bikini, publications donnant des conseils d'alimentation et d'entraînement, journaux de perte de poids... Les réseaux sociaux regorgent de soi-disant idéaux de beauté qui influencent les jeunes dans la perception qu'ils ont de leur propre corps. Cette influence devient problématique lorsque le besoin de perdre du poids ou de gagner du muscle met la santé en danger, par exemple en entraînant des troubles de l'alimentation comme l'anorexie ou la boulimie, ou en tombant dans la folie du sport à tout prix. Promotion Santé Suisse a interrogé des jeunes âgés de 13 à 16 ans sur l'image qu'ils ont de leur propre corps et a constaté que plus ils arrivent à tenir à distance les représentations données par les médias, plus ils sont satisfaits de leur corps (2015/2016). Les garçons souhaitent avant tout être musclés ; plus de la moitié des garçons interrogés seraient plus heureux de leur corps s'ils étaient plus musclés.

L’internet des familles modestes : les usages sont-ils les mêmes du haut au bas de l’échelle sociale ? Il semble toujours difficile de saisir une enquête sociologique, car, comme toute bonne enquête sociologique, celles-ci sont surtout qualitatives et se fondent sur des témoignages peu nombreux et variés… dont il semble difficile de dégager des lignes directrices. C’est pourtant ce que réussit à faire la sociologue Dominique Pasquier dans son livre, L’internet des familles modestes en s’intéressant aux transformations des univers populaires par le prisme des usages et des pratiques d’internet. Alors qu’il n’y a pas si longtemps, la fracture numérique semblait ne pouvoir se résorber, les usagers les plus modestes semblent finalement avoir adopté les outils numériques très rapidement, à l’image de l’introduction de la photographie au début du XXe siècle dans les sociétés rurales traditionnelles qu’évoquait Pierre Bourdieu dans Un art moyen. InternetActu.net : Existe-t-il un usage populaire d’internet ?

Pratiques numériques des jeunes Mis en ligne le mercredi 11 janvier 2017. Les jeunes de 12 à 17 ans et de 18 à 24 ans ont été interrogés dans le cadre du Baromètre du numérique 2016 du Crédoc [1] publié en décembre dernier. Ce 3e article s’appuie sur une sélection de données significatives concernant plus particulièrement les pratiques des jeunes. L’âge constitue un facteur déterminant si l’on considère certaines pratiques sur internet. Les 10-13 ans passent près de 15 heures en ligne par semaine. Voici ce qu’ils y font. Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Media Lab et Prospective Pour s'inscrire sur les réseaux sociaux, il faut avoir 13 ans. Et 15 ans pour se passer du consentement parental selon les règles du RGPD.

Related: