background preloader

CHARLIE

Facebook Twitter

Aylan caricaturé dans « Charlie Hebdo », ou la liberté d’expression de bac à sable. Sa voix grelottante de sanglots ravalés résonne encore en moi : « Tu as vu les infos ?

Aylan caricaturé dans « Charlie Hebdo », ou la liberté d’expression de bac à sable

Cabu ! Wolinski ! C’est pas possible… C’est toute ma jeunesse qu’on assassine ! Putain, NON ! » Deux jours plus tard, ma mère, comme beaucoup d’autres, battait le pavé bruxellois, en hommage aux dessinateurs français disparus. Moi non plus, Maman, je n’ai pas été manifester. Bien sûr, c’est extrêmement tentant d’asticoter une communauté religieuse qui monte systématiquement dans les tours dès que l’on touche à son prophète.

Pourquoi Aylan est devenu un symbole universel Aujourd’hui, Maman, avec le dessin du petit Aylan paru dans le dernier numéro de « Charlie Hebdo », ton indignation se retourne contre ceux pour qui tu t’es levée en janvier dernier. Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer. Il est minuit moins le quart dans le siècle.

Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer.

Nous sommes à un point de bascule historique sur l’islamophobie et le déchaînement du racisme en France et plus largement en Europe. La lecture simplifiée à l’extrême par les médias de cette journée du 7 janviers 2015 va se résumer et s’imprimer dans de nombreux cerveaux « par l’attaque meurtrière contre un journal « de Gauche » par des Musulmans. Cela va déstabiliser et retourner des positionnements politiques. La Peur, la colère, la tétanie, l’incompréhension, la panique morale vont chez certains laisser largement place à la Haine. Au-delà des paramètres d’opportunité militaire qui ont pu justifier le choix de ce journal par ce commando cette attaque correspond à une logique et à une vision politique des tak-taks : précipiter l’affrontement et la radicalisation de fractions importantes de la population.

Ne soyons pas hypocrites, Charlie Hebdo n’est pas un ami politique. Sur cet acte, complotisme et islamophobie vont prospérer. J'aime : Charlie Hebdo ; analyse critique. Cher Charlie hebdo, Je sais que tu n'es pas raciste car tu me l'as dit.

Charlie Hebdo ; analyse critique

Et je sais que tu n'es pas sexiste non plus car tu me l'as dit. De plus tu es de gauche et je crois qu'il est impossible d'être de gauche et raciste. Tu me le répétais encore il y a peu "Nous avons presque honte de rappeler que l'antiracisme et la passion de l'égalité entre tous les humains sont et resteront le pacte fondateur de Charlie Hebdo. " à moi que tu qualifiais comme d'autres d'"esprit faible". Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran. Post-scriptum 11 janvier 2015 : à tous ceux qui estiment que cet article serait une validation a priori de l’attaque terroriste ignoble contre Charlie hebdo (ils l’auraient bien cherché), la rédaction d’Article11 adresse un vigoureux bras d’honneur.

Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran

Charognards ! Pour que les choses soient bien claires, il y a ce texte. Cher Charb, cher Fabrice Nicolino, Pourquoi je ne suis pas Charlie. Pourquoi je ne suis pas Charlie 15/01/2015 - Ouverture libre Il y a 10 commentaire(s) associé(s) a cet article.

Pourquoi je ne suis pas Charlie

Vous pouvez le(s) consulter et réagir à votre tour. En tant que Canadien, je crois en la liberté d’expression, mais pas comme étant une liberté absolue. Je la conçois plutôt comme une valeur sociale qui doit être réconciliée avec d’autres normes essentielles dans la vie en société, telles que la tolérance et le respect. En Occident, d’influents politiciens et faiseurs d’opinion, suivis par un nombre sans cesse croissant de citoyens, exigent des musulmans qu’ils nous tolèrent et nous respectent. D’un autre côté, je me suis totalement engagé – depuis maintenant cinq décennies – dans la promotion de la non-violence en tant que vecteur de changement social. J’aime énormément la France, et j’ai visité avec bonheur la plupart de ses départements.

Peter Dale Scott (avec Maxime Chaix) (*) Note. Charlie-Hebdo ; analyse critique (n°2) La première est ici.

Charlie-Hebdo ; analyse critique (n°2)

Comme la question m'a été sérieusement posée, je préfère préciser à celles et ceux qui l'ignoreraient, que je n'ai pas le pouvoir ni l'envie de censurer un journal, je me contente donc de pointer ce que je trouve problématique, entre autres en matière de sexisme, dans Charlie-Hebdo. La critique porte aujourd'hui sur le n° 1130. Dans la fin d'un article consacré aux ABC de l'égalité, le chroniqueur s'adresse à NVB, avec comme toujours, la totale familiarité qu'on a face à une femme politique. Emmanuel Todd : "Le 11 janvier a été une imposture" Le 7 mai prochain, l’historien et démographe Emmanuel Todd publiera «Qui est Charlie ?»

Emmanuel Todd : "Le 11 janvier a été une imposture"

(Seuil), charge terrible contre la France de François Hollande. Un texte écrit dans la fièvre, au sujet duquel il a accordé à «L’Obs» un entretien exclusif. Son angle d’attaque, particulièrement original, consiste à observer l’origine régionale et socio-politique des manifestants du 11 janvier. Sous les bons sentiments brandis, Todd fait parler les cartes et les statistiques pour comprendre la signification profonde de ce qui restera comme le plus important rassemblement de l’histoire moderne du pays.