background preloader

Nous sommes Charlie

Facebook Twitter

A Paris, une génération visée. Question capitale. L'irrévérence, une passion française. On la défend aujourd’hui bec et ongles comme un élément essentiel de la liberté d’expression.

L'irrévérence, une passion française

La caricature fait partie de l'ADN de la France. De Daumier à "Charlie Hebdo", des pamphétaires aux chansonniers en passant par les humoristes, petit tour d'horizon de la satire française. Yasmina Khadra : « je n’ai pas le droit d’être Charlie » « Je suis Mesmar Djeha (Saïd Mekbel Ndlr), Djaout, Yafsah (…).

Yasmina Khadra : « je n’ai pas le droit d’être Charlie »

Je n’ai pas le droit d’être Charlie. On ne peut que l’inviter à nous rejoindre ce Charlie parce que nous étions les premières victimes du terrorisme », a déclaré l’auteur en rappelant que l’Algérie est le pays le plus touché dans le monde par l’assassinat des journalistes. Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohamed Moulessehoul, a estimé que l’amalgame entre Islam et terrorisme est le produit d’un « affrontement des extrêmes ». « En France la liberté d’expression est sacrée. Dans les pays musulmans la religion est sacrée. Tous les deux ont raison de défendre leurs valeurs et tous les deux ont tort d’imposer leurs valeurs aux autres. L'hommage de Taubira à Tignous et son "crayon magique" (discours intégral) Dans quelles conditions l'islam autorise-t-il la représentation du prophète ? Le Monde | • Mis à jour le | Par Louis Imbert « Tout est pardonné », et le prophète Mahomet en pleurs tient lui aussi une pancarte « Je suis Charlie ».

Dans quelles conditions l'islam autorise-t-il la représentation du prophète ?

La dernière « une » de Charlie Hebdo est un nouveau dessin du Prophète. Elle repose la question de la représentation de la principale figure de l'islam, et de la figure humaine en général, dans la tradition islamique. Ce que disent les textes Le Coran n’interdit pas la représentation du Prophète, ni la représentation humaine en général. La sunna, l’ensemble des paroles et actions de Mahomet, un très large corpus dictinct du Coran trié et mis par écrit entre le VIIIe et le IXe siècle, n’interdit pas non plus de représenter le Prophète. « C’est Charlie, venez vite, ils sont tous morts » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Soren Seelow Sur la table, devant elle, Sigolène Vinson avait posé sa lecture du moment : La Faute de l’abbé Mouret, d’Emile Zola, l’histoire d’un prêtre déchiré entre sa vocation religieuse et l’amour d’une femme.

« C’est Charlie, venez vite, ils sont tous morts »

Point de vue de Boris Cyrulnik, neuropsychiatre. Marche républicaine à Paris : une ampleur «sans précédent» L’essentiel • Des rassemblements sont organisés un peu partout en France, en hommage aux 17 victimes tuées en trois jours dans les attentats. 700 000 personnes ont déjà défilé hier, samedi, à travers la France. • A Paris, les dirigeants d’une soixantaine de pays, d’Angela Merkel à David Cameron en passant par Benyamin Nétanyahou, Mahmoud Abbas ou le roi de Jordanie, participeront à cette marche républicaine, qui réunira aussi la quasi-totalité des responsables politiques français. • Pour tout savoir sur la manifestation : Parcours, sécurité, personnalités présentes...

Marche républicaine à Paris : une ampleur «sans précédent»

Ces morts que nous n’allons pas pleurer. Une sensation circule depuis l’attentat perpétré contre la rédaction de Charlie Hebdo : nous sommes en train de vivre un « 11 septembre français ».

Ces morts que nous n’allons pas pleurer

Si on laisse de côté la question du volume (environ trois mille morts d’un côté, une douzaine de l’autre), le parallélisme entre les deux événements saute en effet aux yeux. Dans les deux cas, les attentats ont été perpétrés par des personnes se réclamant de l’Islam. Ils ciblent par ailleurs des personnes civiles et des symboles de la modernité occidentale (la presse ici, le capitalisme là-bas). Enfin, ils mettent en œuvre une stratégie « terroriste » au sens où il s’agit de provoquer une émotion de peur dans le pays touché. Cette idée selon laquelle nous aurions affaire à un « 11 septembre français » a donc fleuri dans les rédactions. Top 70+ des plus belles photos de la marche républicaine du 11 janvier 2015, le plus bel hommage possible aux victimes des attentats. Etre ou ne pas être Charlie - Rue89 - L'Obs. CHARLIE HEBDO's 10 Best Animal Rights Cartoons. Written by PETA | January 8, 2015 The violence in France yesterday shocked the world.

CHARLIE HEBDO's 10 Best Animal Rights Cartoons

Twelve people were killed, including Charlie Hebdo‘s lead cartoonist, Cabu (Jean Cabut), a vegetarian animal protectionist. Fellow journalists Charb (Stephane Charbonnier), Tignous (Bernard Verlhac), and Georges Wolinski were also among yesterday’s victims. Their work illuminated many social-justice causes, including the plight of animals. Charlie Hebdo is the only French newspaper that dedicates a weekly column to animal rights, tackling issues such as bullfighting and foie gras. “In the United States, a debate about the CIA and torture …” “Here, on New Year’s Eve, it will be a debate about foie gras!” “I have a dream!” “Thanks to science, I’m going to change this mouse’s head.” “Bullfighting is an art!” France’s Secularist Model Is Challenged by Attack.

From Scandinavia to Italy, European societies are, to a greater or lesser degree, struggling with the integration of their Muslim populations.

France’s Secularist Model Is Challenged by Attack

The terrorist attack on the offices of the satirical magazine Charlie Hebdo by assailants claiming to be avenging the Prophet Muhammad has raised questions once again about whether France, the European country with the largest Muslim minority, has a particular problem. While it isn’t possible to draw a line of causation between the actions of three gunmen and a society’s failures over time to absorb its immigrants, such tragedies have in the past led to soul-searching that changed policy. That happened in the U.K. after four homegrown suicide bombers struck in central London on July 7, 2005, killing 52.

The attacks were seen as exposing the flaws in Britain’s “live and let live” approach to its minorities, dubbed multiculturalism. The government determined that its neglect of Muslim communities had been anything but benign. Ms. Mr.