background preloader

Lunettes Rouges

Lunettes Rouges
Robert Mapplethorpe, Autoportrait, 1980, épreuve gélatino-argentique, 50.2x40.6cm English translation Traduction en espagnol L'immense qualité des deux expositions actuelles sur Robert Mapplethorpe (la rétrospective au Grand Palais jusqu'au 14 juillet et le rapprochement, plus inattendu, au Musée Rodin jusqu'au 21 septembre) est qu'elles osent s'affranchir du discours convenu sur le travail de ce photographe (discours sur une partie seulement de son travail, d'ailleurs), ce discours qui l'enferme dans une logique exclusivement homosexuelle, SM, transgressive, ce discours qui accuse quiconque veut voir son oeuvre de manière plus globale de puritanisme, au prétexte des violentes réactions conservatrices passées à son travail, ce discours qui ne veut l'inscrire que dans une "historiographie LGBT de l'art", concept bien étrange et bien étroit. Robert Mapplethorpe, Lisa Lyon, 1982, épreuve gélatino-argentique, 50.8x40.6cm

http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/

Related:  jeanmickjeaggersite art

Portrait de l’agence photographique MYOP en ses MYOPZINES réunis – Le blog de Fabien Ribery C’est le désert, pourtant croît aussi ce qui sauve. C’est une dévastation, pourtant surgissent partout des collectifs, des initiatives, des formes inventives, des énergies positives. Mon dernier éblouissement ? Les huit cahiers, en deux fois deux livraisons de quatre, de l’agence photographique MYOP, comprenant à ce jour dix-neuf artistes. Huit cahiers offerts pour le moment, par ordre d’apparition, à Pierre Hybre, Guillaume Binet, Alain Keler, Julien Pebrel, Olivier Laban-Mattei, Marie Dorigny, Agnès Dherbeys, et Julien Daniel.

Chasse, élevage, cueillette : comment prospectez vous ? Posted on 12 septembre 2011 by thierryroyer Bien comprendre la prospection de clientèle Pour bien comprendre les différentes tactiques en prospection de clientèle je vous propose de revenir sur les 4 approches possibles et leurs caractéristiques. Accueil Il y aura probablement une vingtaine de nouvelles transcriptions cette année ainsi que des "évènements" auxquels nous n'osons même pas penser aujourd'hui, évènements qui-nous l'espérons- auront pour tâche de nous (re)-plonger dans l'atmosphère des mardi matins qui ont illuminés notre jeunesse des années 1970 à la fin du dernier cours en 1987. Ce serait un moyen, à nous, d'innover et de créer le réel, de participer à une pluralité de mondes constitués de singularités et d'évènements. La Pensée-Deleuze est aussi cet acte de résistance. Dans la régression politique généralisée qui nous enserre, entre la Bêtise suffocante et la Servitude volontaire de la majorité grégaire, la tentative de création d'un espace diagonal, tout simplement la tentative de penser est déjà, en soi, une esquisse d'échappement. C'est dans la création de micro-mondes non hiérarchisés et anti-autoritaires que ce site vient s'inscrire comme un acte mineur, un acte mineur de résistance.

Du fil à retordre Paradoxe de notre époque : dans les lieux dévolus à l’art, on trouve de plus en plus de "morceaux de haute fiente", selon l'expression de Céline, mais en revanche les objets du quotidien n’ont jamais été aussi beaux. Des smartphones aux lampes, des voitures au mobilier urbain, nous évoluons dans un environnement de plus en plus stylisé et scénographié. L’activité artistique se voit désormais incorporée à l’univers marchand. Apple est l’emblème de cette nouvelle ère. CRID 14-18 le silence des peintres DAGEN Philippe, Le silence des peintres : les artistes face à la Grande Guerre, Paris, Fayard, 1996, 338 p L’entreprise menée par P. Dagen dans ce livre est pour le moins audacieuse puisqu’il entend travailler sur un vide, un silence, celui des peintres face à la Grande Guerre : « C’est moins de toiles et de dessins qu’il convient de traiter, que de leur absence. Leur absence, une réticence si forte qu’elle contraint au silence ou, pour dire la chose autrement, une amnésie collective – si collective qu’elle n’a pas été remarquée, encore moins critiquée –, tel est le sujet de ce livre. » (pp.14-15). Pourquoi, alors que la guerre était jusqu’alors un thème largement abordé par les peintres, le conflit qui éclate en 1914 va-t-il si peu les inspirer ?

Réseau Diagonal Espace Culturel de la Ville de La Rochelle, est un lieu de diffusion, de pratique et de création artistiques, dédié aux arts visuels et aux arts des sons. Le Département de Photographie y développe un projet de diffusion, d’aide à la création et d’éducation à l’image. - la Galerie propose chaque saison 4 à 5 expositions d’artistes - le dispositif Galerie d’Essai accompagne de jeunes auteurs - la pratique artistique se décline en stages et ateliers réguliers - accueil en résidence et édition s’inscrivent en soutien à la création artistique. Un espace pour la rencontre avec les œuvres et les artistes Dédiée exclusivement à la photographie depuis sa création en 1978, la galerie présente les expositions en accès libre permettant de découvrir et rencontrer des auteurs, artistes émergents ou d’expérience. Lors de chaque exposition, des rencontres avec les artistes et des actions de médiation sont mises en place pour tous les publics.

Vendre une formation. Ce que j'ai appris dans les salons Comment vendre une formation. Quelles méthodes marketing pour ce service bien particulier ? Pour étudier la question, promenons-nous de stand en stand sur un salon "Ressources humaines et formation". Interrogeons les commerciaux et observons. Gilles Tiberghien - 1 À l’ouverture de Finis terrae. Imaginaires et imaginations cartographiques [1], paru l’an dernier, vous prévenez votre lecteur que ce livre « n’est pas le fait d’un spécialiste mais d’un amateur ». Comment vous est venu le goût des cartes et quelle place leur observation et leur étude ont-elles au sein du travail que vous menez ? G. T. Mon intérêt pour les cartes est ancien.

Photo Sensible Xavier Barral publie ce qui pourrait être l'ouvrage le plus complet à ce jour de l'oeuvre de Stephen Shore, avec 200 images, dont certaines présentées pour la première fois. C'est le catalogue accompagnant l'exposition du photographe américain à la fondation Mapfre, cette année. Le livre court des années 70 et sa série Uncommon Places, jusqu'à aujourd'hui et les images prises en Ukraine. A partir des années 70, Stephen Shore décide d'utiliser la couleur, jusque là réservée à la photographie commerciale, publicitaire.

Tout à fait ! Lunettes Rouges figure déjà dans mes flux RSS, c'est un incontournable ! by Marco Jul 21

Related:  LeMonde BlogsInspirationArts & Culture